Crescentia cujete

nom scientifique : 
Crescentia cujete L.
synonyme : 
Crescentia acuminata Kunth
Famille : 

Distribution géographique

 

Originaire de l’Amérique tropicale continentale, cultivée et acclimatée sous les tropiques.
 

Description botanique

Petit arbre de 8 m ou moins, tronc pouvant avoir jusqu’à 20 cm de diamètre et branches allongées. Feuilles à court pétiole, spatulées, fasciculées, de 5 à 20 cm. Fleurs solitaires, jaunâtres avec des veines pourpres, de 5 à 6 cm; lobes très découpés. Fruit arrondi ou ellipsoïdal, lisse, brillant, de 10 à 30 cm de diamètre, à l’écorce dure.

Voucher(s)

Jiménez,22,JBSD

Slane,974,SLNH

douleurs d’oreille :

feuille chauffée, jus, en instillation1

Contre les douleurs d’oreille :

Se référer à l'usage rapporté au chapitre Emplois traditionnels significatifs TRAMIL, les informations scientifiques disponibles ne permettant pas de définir un dosage plus précis.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre les douleurs d’oreille est classé REC sur la base de l’expérience de l’usage (OMS/WHO)2 documenté par son emploi significatif dans les enquêtes TRAMIL.

Les douleurs d’oreille pouvant être dues à une otite moyenne ou interne, consulter un médecin au préalable. Son emploi est contre-indiqué en présence de sécrétions dans l’oreille et/ou en cas de perforation éventuelle du tympan.

Toute application dans l’oreille doit se conformer aux plus strictes mesures d’hygiène pour empêcher la contamination ou une infection supplémentaire.

Si l’état du patient se détériore, ou si les douleurs d’oreille durent plus de 2 jours, consulter un médecin.

Ne pas consommer le fruit à cause de sa TOXICITE et du risque de provoquer un avortement.

On ne dispose pas de données sur la toxicité de la feuille chauffée administrée en instillation.

Il a été démontré que la pulpe du fruit est émétique et qu’elle est toxique pour les oiseaux16.

La toxicité de la pulpe du fruit est attribuée à la présence de l’acide cyanhydrique. Elle provoque des avortements chez les bovins, ce qui est dû à la présence de substances encore non identifiées provoquant la contraction du muscle utérin14.

L’extrait avec acétate d’éthyle du bois contient sept furanonaphtodiones qui ont montré une capacité modérée mais sélective pour attaquer l’A.D.N. (CI12 entre 3 et 80 µ/mL) dans la bio-expérience avec champignon déficient de réparation d’A.D.N. (RS322YK rad52). Cinq des furanonaphtodiones ont montré une cytotoxicité (CI50 entre 0,21 et 3,7 µ/mL) sur le modèle in vitro de cellules Vero, qui s’est avérée de plus grande ampleur que celle démontrée auparavant sur des cellules KB17.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi sur des enfants, ni sur des femmes enceintes ou allaitantes.

•Travail TRAMIL3

La feuille contient les groupes suivants de composés :

extrait

stéroïdes triterpénoïdes   

coumarines flavoniques  

hétérosides flavoniques   

composés phénoliques  

éther de pétrole

  +

  -

  -

  -

chloroforme

  +

  -

  -

  -

éthanol 90%

  +

  -

  + + + +

  + +

infusion

 

 

  + +

 

•Travail TRAMIL4

L’étude phytochimique préliminaire a montré la présence dans le fruit d’alcaloïdes quaternaires et de polyphénols.

La feuille contient des terpènes : α et ß-amyrine, ß-sitostérol, stigmastérol, aspéruloside, aucubine, plumiéride5; benzénoïdes : acide gentisique-3-hydroximéthyldione6; alcanes : triacontanol5. La pulpe du fruit contient de l’acide cyanhydrique et d’autres acides organiques : crescentique, tartarique, citrique et chlorogénique7.

Le bois contient des naphtoquinones8.

La graine contient de l’huile fixe : acide oléique9.

•Travail TRAMIL10

L’extrait hydroalcoolique (95%) de la pulpe du fruit n’a pas montré d’activitéantibactérienne in vitro contre Bacillus subtilis, Staphylococcus aureus, Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa, Aspergillus niger ni Candida albicans.

•Travail TRAMIL11

L’extrait hydroalcoolique(80%) de feuille administré par voie orale à des rats à doses égales et supérieures à 1200 mg/kg, a montré une activité anti-inflammatoire avec une relation dose-dépendante pendant 24 heures, équivalente ou supérieure à celle provoquée par l’administration intramusculaire de 100 mg/kg de dichlophénaque sodique, sur le modèle d’inflammation induite par injection sous-cutanée (0,1 mL) de formaldéhyde (3,5%) dans la patte arrière de l’animal.

L’extrait hydroalcoolique(95%) de feuille (5 mg/mL) a présenté une activité antimicrobienne in vitro contre Bacillus subtilis et Staphylococcus aureus12.

La macération hydroalcoolique de feuille a inhibé la croissance in vitro de Salmonella typhi13.

L’extrait éthanolique de la feuille et de la tige a montré une action antibactérienne in vitro contre Bacillus subtilis, Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus et Escherichia coli14.

La pulpe du fruit a inhibé la croissance de souches de Streptococcus pneumoniae15.

Références :  

1 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984
Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

2 WHO, 1991
Guidelines for the assessment of herbal medicines. WHO/TRM/91.4. Programme on Traditional Medicines, WHO, Geneva, Switzerland.

3 JOSEPH H, BOURGEOIS P, 1989
Contribution à la connaissance de Crescentia cujete L. Rapport TRAMIL. Laboratoire de phytochimie, Université des Antilles et de la Guyane, Pointe à Pitre, Guadeloupe.

4 ZWAVING J, 1986
Selección fitoquímica preliminar en algunas plantas TRAMIL. Laboratorio de Farmacognosia, Universidad de Groningen, Groningen, Holanda.

5 AGARWAL K, POPLI SP, 1992
The constituents of Crescentia cujete leaves. Fitoterapia 63(5):476.

6 GRIFFITHS LA, 1959
On the distribution of gentisic acid in green plants. J Exp Biol 10:437.

7 BLOHM H, 1962
Poisonous plants of Venezuela. Cambridge, USA: Harvard University Press, p136.

8 BADAMI R, SHANBHAG M, 1975
Minor seed oils. VIII: Examination of seed oils rich in unsaturated acids. J Oil Technol Assoc India 7(3):78-79.

9 CHEN C, 1983
Napthoquinone constituents of Crescentia cujete wood. Oa Hsueh 41(1):9-12.

10 LE GRAND A, WONDERGEM PA, 1986
Antimicrobial activity of 10 Caribbean species. TRAMIL inform. Dep. of Pharmacognosy, University of Leyden, Leyden, Holland.

11 GUPTA M, ESPOSITO AVELLA M, 1988
Evaluación química y farmacológica de algunas plantas medicinales de TRAMIL. CIFLORPAN, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

12 VERPOORTE R, DIHAL PP, 1987
Medicinal plants of Surinam. IV. Antimicrobial activity of some medicinal plants. J Ethnopharmacol 21(3):315-318.

13 CACERES A, SAMAYOA B, 1989
Tamizaje de la actividad antibacteriana de plantas usadas en Guatemala para el tratamiento de afecciones gastrointestinales. Guatemala, Guatemala: Dirección General de Investigaciones, Universidad San Carlos (DIGI-USAC).

14 CONTRERAS A, ZOLLA C, 1982
Plantas tóxicas de México. Instituto Mexicano del Seguro Social, México DF, México.

15 CACERES A, 1992
Plants used in Guatemala for the treatment of respiratory diseases. 2: Evaluation of activity of 16 plants against Gram positive bacteria. Facultad de Ciencias Químicas y Farmacia, Universidad de San Carlos, Guatemala, Guatemala.

16 STANDLEY PC, 1938
Flora de Costa Rica, Pt. IV. Chicago,USA: Field Museum of Nat History p783.

17 HETZEL CE, GUNATILAKA AA, GLASS TE, KINGSTON DG, HOFFMANN G, JOHNSON RK, 1993
Bioactive furanonaphthoquinones from Crescentia cujete. J Nat Prod 56(9):1500-1505.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.