Catharanthus roseus

nom scientifique : 
Catharanthus roseus (L.) G. Don
synonyme : 
Vinca rosea L.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire de Madagascar, très cultivée et naturalisée dans les régions tropicales.

Description botanique

Plante herbacée ou sous-arbrisseau pouvant atteindre 80 cm de haut, avec un latex blanc laiteux. Feuilles opposées ovées, elliptiques ou oblongues de 3 à 7 cm de longueur. Fleurs sessiles, blanches ou rosées, avec 5 pétales unis par la base et formant un tube aux lobes libres, solitaires ou en groupe sur l'axe des feuilles. Fruit trilobulaire, pubescent, contenant de 2 à 3 graines de couleur noire, dont le diamètre est approximativement de 0.5 cm.

Voucher(s)

L.R.Soberats,TR90-06,CIFMT

conjonctivite :

fleurs, en décoction, compresses1-2,21

Contre la conjonctivite :

Préparer une infusion en ajoutant 3 ou 4 fleurs blanches dans un demi-litre d'eau préalablement bouillie pendant 5 minutes puis retirée de la chaleur directe. Laisser reposer jusqu'à température ambiante. Appliquer l'infusion, à l'aide d'une compresse de coton, sur l'œil affecté pendant 5 à 10 minutes 2 ou 3 fois par jour1.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l'information disponible :

L'emploi contre la conjonctivite est classé REC sur la base de l'usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, de l'absence prouvée d'irritabilité oculaire et de l'information scientifique publiée disponible.

Toute application sur les yeux doit se conformer aux plus strictes mesures d'hygiène pour empêcher la contamination par des germes pathogènes ou des substances extérieures pouvant irriter directement ou indirectement la conjonctive.

Si des réactions locales négatives apparaissent, il convient de suspendre le traitement.

Limiter cet emploi à trois jours; si passé ce délai aucune amélioration évidente n'est obtenue, il est recommandé de recourir aux soins médicaux.

•Travail TRAMIL17

La décoction pendant 20 minutes, de fleur blanche, fraîche ou séchée à 20%, a été laissée à refroidir à température ambiante puis filtrée. Aucun des deux extraits, appliqués topiquement, à des doses de 0.1 mL, dans le fond du sac conjonctival, ne s'est révélé irritant pour l'œil normal, selon le modèle d'irritabilité ophtalmique de Draize, sur 6 lapins New Zealand mâles.

La décoction de fleur par voie orale a réduit la taille et le poids des fœtus chez le rat18.

L'extrait hydroalcoolique (95%) de la feuille administré oralement à une dose de 75 mg/kg a montré un effet toxique général sur le rat mâle19.

La plante entière administrée oralement à des doses non précisées n'a pas montré d'effets toxiques sur l'être humain20.

La fleur contient : des alcaloïdes : zéatine3; des alcaloïdes indoliques : ajmalicine, tétrahydroalstonine4, apparicine5, carosine, catharicine, leurocristine6, coronaridine7, catharanthine, serpentine, vindoline8; et des flavonoïdes : hirsutidine, malvidine9.

Le feuillage contient des alcaloïdes : vinblastine10 et la feuille : les alcaloïdes : catharanthine et vindoline11.

L'extrait aqueux de la plante entière a été faiblement actif comme antibactérien contre Escherichia coli, Salmonella paratyphi B, Staphylococcus aureus, Vibrio cholera et inactif contre Salmonella paratyphi A, S. typhosa et Shigella flexneri12.

L'extrait benzénique de fleur et de feuilles séchées (5%) a été actif comme antibactérien contre Proteus spp., Pseudomonas spp., Shigella spp., Staphylococcus spp. et inactif contre Salmonella spp. et Shigella paradysenteriae13.

Un type d'extrait non précisé de la fleur séchée a été faiblement actif comme fongicide contre Trichophyton rubrum, et il a aussi induit l'inhibition de la protéase dans l'organisme14.

L'extrait hydroalcoolique (95%) des parties aériennes séchées dans un rapport (1:1), a été actif comme fongicide contre Neurospora crassa, mais cela n'a pas été le cas pour les extraits acétoniques et aqueux15.

L'extrait éthéro-pétrolique de la fleur, de la feuille, de la graine et de la tige à une concentration de 100 ppm a été actif comme larvicide contre Anopheles stephensi, à une concentration de 50 ppm contre Aedes aegypti, et à une concentration de 80 ppm contre Culex quinquefasciatus16.

Références :  

1 CARBALLO A, 1990
Encuesta TRAMIL. Centro de investigación de fitoterapia y medicina tradicional de Topes de Collantes, Trinidad, Cuba.

2 LAGOS-WITTE S, 1988-89, 1996
Encuesta TRAMIL. Laboratorio de Histología Vegetal y Etnobotánica, Dep. de Biología, Universidad Nacional Autónoma de Honduras UNAH, Tegucigalpa, Honduras.

3 DAVEY JE, VAN STADEN J, DE LEEUW GTN, 1981
Endogenous cytokinin levels and development of flower virescence in Catharanthus roseus infected with mycoplasmas. Physiol Plant Pathol 19:193-200.

4 ALI I, 1990
The alkaloids in flowers of Catharanthus roseus (L.) G. Don. Gomal Univ J Res 10(1):27-31.

5 ROJAS MCN, CUELLAR MCA, 1981
Comparative microbiological studies of the alkaloids of Catharanthus roseus and other related compounds. Rev Cubana Farm 15(2):131-138.

6 WILLAMAN JJ, LI HL, 1970
Alkaloid-bearing plants and their contained alkaloids, 1957-1968. Lloydia 33S(1):1-286.

7 ATTA-UR-RAHMAN, ALI I, BASHIR M, 1984
Isolation and structural studies on the alkaloids in flowers of Catharanthus roseus. J Nat Prod 47(3):554-555.

8 SEVESTRE-RIGOUZZO M, NEF-CAMPA C, GHESQUIERE A, CHRESTIN H, 1993
Genetic diversity and alkaloid production in Catharanthus roseus, C. trichophyllus and their hybrids. Euphytica 55(1):151-159.

9 MILO J, 1981
Flower color inheritance and shoot and ajmalicine yield components in successive developmental stages of pure lines and F-1 hybrids in Catharanthus roseus (L.) G. Don. Thesis-MS-Hebrew University.

10 LARA G, LASTRA H, 1991
Determinación de vinblastina en el follaje de Catharanthus roseus G. Don. Rev Cubana Farm 25(1):56-62.

11 LASTRA H, RISCO G, CUELLAR A, 1986
Métodos para la obtención de catharanthina y vindolina a partir del Catharanthus roseus G. Don. Rev Cubana Farm 20(2):181-5.

12 NEOGI N, BHATIA M, 1956
Biological investigation of Vinca rosea. Indian J Pharmacy 18:73.

13 ROJAS M, CUELLAR M, 1981
Comparative microbiological studies of the alkaloids of Catharanthus roseus and other related compounds. Rev Cubana Farm 15(2):131-138.

14 CHILE SK, VYASK KM, 1984
Efficacy of Vinca rosea extracts against protease from human pathogenic strains of Trichophyton rubrum. Hindustan Antibiot Bull 26(3/4):114-116.

15 KUBAS J, 1972
Investigations on known or potential antitumoral plants by means of microbiological tests. Part III. Biological activity of some cultivated plant species in Neurospora crassa test. Acta Biol Cracov Ser Bot 15:87-100.

16 KALYANASUNDARAM M, DAS P, 1985
Larvicidal and synergistic activity of plant extracts for mosquito control. Indian J Med Res 82(1):19-23.

17 GARCIA G, GARCIA R, 1987
Efectos sobre las estructuras oculares de la decocción de flores de vicaria blanca. Informe TRAMIL. Laboratorio de Control Biológico, Industria Médico-Farmacéutica, La Habana, Cuba.

18 ZANUTI SRS, VERARDO SMS, PETERS VM, GUERRA MO, 1989
Reduçäo do tamanho e do peso de fetos de ratas tratadas com decocto de flor de Catharanthus roseus (L) G. Don. Bol Centro Biol Reprod 8:23-31.

19 CHAUHAN S, AGRAWAL S, MATHUR R, GUPTA RK, 1979
Phosphatase activity in testis and prostate of rats treated with embelin and Vinca rosea extract. Experientia 35(9):1183-1185.

20 WEE Y, GOPALAKRISHNAKONE P, CHAN A, 1988
Poisonous plants in Singapore - a colour chart for identification with symptoms and signs of poisoning. Toxicon 26(1):47-.

21 MOREJON Z, LOPEZ M, GARCIA MJ, BOUCOURT E, VICTORIA M, FUENTES V, MORON F, BOULOGNE I, ROBINEAU L, 2009
Encuesta TRAMIL preliminar a grupos de vecinos en los municipios 10 de Octubre, Lisa, Marianao, Habana del Este (Cojímar) en la Ciudad de la Habana. Laboratorio Central de Farmacología, Universidad de Ciencias Médicas de La Habana, Ciudad de La Habana, Cuba.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.