Cucurbita moschata

nom scientifique : 
Cucurbita moschata Duchesne
synonyme : 
Cucurbita pepo var. moschata Duch. ex Lam.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d’Amérique tropicale, cultivée dans les régions tropicales et subtropicales, subspontanée.
 

Description botanique

Herbacée annuelle, rampante ou ascendante, à tiges légèrement anguleuses. Vrilles simples ou ramifiées. Feuilles pubescentes, dentées, avec 5 à 7 lobes aigus ou obtus. Fleurs unisexuelles, axillaires, solitaires; corolle jaune-orangée de 6 à 15 cm. Fruit globuleux, parfois cylindrique, piriforme ou conique, vert, jaunâtre ou orangé, fréquemment sillonné. Pulpe jaune à orange foncé à fibres gélatineuses et à graines blanches à brun.

Voucher(s)

Jiménez,127,JBSD
Mercado,2,CIMCZA

brûlure :

feuille, jus, en application locale2

jaunisse :

fleur, décoction ou infusion, voie orale2

asthénie, faiblesse :

feuille cuite, voie orale1

jaunisse :

feuille, macération aqueuse, voie orale1

Le fruit et la fleur de Cucurbita moschata constituent un aliment de consommation humaine relativement répandue.

Contre l’asthénie et la faiblesse :
Préparer un bouillon avec 30 grammes de feuilles dans 4 tasses (1 litre) d'eau. Boire 3 tasses par jour.

Contre la jaunisse :
Préparer une décoction ou une infusion avec 5-7 grammes de fleurs dans 1 tasse (250 mL) d’eau. Pour la décoction, faire bouillir 5 minutes dans un récipient couvert; pour l’infusion, ajouter l’eau bouillante aux 5 grammes de fleur et couvrir. Laisser refroidir, filtrer et boire 1 tasse 3 fois par jour17.

Contre les brûlures :
Laver la lésion avec de l’eau bouillie et du savon, appliquer le jus de feuille en quantité suffisante sur la zone affectée. Couvrir avec une compresse ou un linge propre et changer 2 fois par jour.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre l’asthénie, la faiblesse, la jaunisse et les brûlures superficielles est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et les études de toxicité.

Compte tenu du risque que représentent les affections hépatiques pour la santé, on recommande un examen médical préalable. L’emploi de ce remède peut être considéré comme complémentaire du traitement médical, sauf contre-indication. Si l’état du patient se détériore ou l'ictère dure plus de 3 jours, consulter un médecin.

Limiter son usage traditionnel à des brûlures superficielles (lésion de l’épiderme), peu étendues (< 10% de la surface corporelle) et localisées en dehors des zones à haut risque comme le visage, les mains, les pieds et les organes génitaux.

Toute application topique doit se conformer à de strictes mesures d’hygiène pour empêcher la contamination ou une infection surajoutée.

Ne pas employer avec des enfants de moins de 5 ans, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

Travail TRAMIL13
Les DL50 du jus de la feuille (100%), du jus du fruit (100%) et de la macération aqueuse de graine administrés par voie orale à la souris ont été supérieures à 25 g/kg; par voie intrapéritonéale on a obtenu les valeurs suivantes de DL50 :

- extrait aqueux de feuille

supérieure à 25 g/kg

- jus de feuille

8,9 ± 0,6 g/kg

- macération de graine

8,8 ± 1,8 g/kg

- jus de fruit

13,5 ± 0,8 g/kg

 

L’extrait aqueux de plante entière (1 g de végétal/mL) par voie orale (jusqu’à 18,75 g/kg) à la souris pendant 30 jours n’a pas entraîné la mort.

Travail TRAMIL14
Les extraits aqueux et hydroalcoolique (80%) de la feuille, sur culture de lymphocytes humains et modèle MOLT-4, ont montré des niveaux de toxicité cellulaire significativement inférieur au témoin.

Travail TRAMIL9
Le jus et l’extrait aqueux (50%) de feuille appliqués selon la méthode de Draize modifiée par Finkelstein pour l’irritabilité topique, administrés à des groupes de 9 lapins albinos New Zealand souche UniValle, n’ont pas provoqué de manifestations évidentes de toxicité ni d’irritabilité locale.

On attribue à la cucurbitine une faible toxicité sur le chien15 et sur l’être humain15-16.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi médicinal avec des enfants, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

La plante entière contient de l’acide citrique, fumarique, succinique, malique, p-hydroxybenzoïque, de la vitamine C3, du xylitol (96,5 mg/100 g de plante séchée)4 et de l’acide férulique5.

La feuille contient des acides gras hydroxylés : acide 13-hydroxy-9Z,11E,15E-octadécatriénoïque6.

Analyse proximale pour 100 g de feuille7: calories : 30; eau : 89,7%; protéines : 3,6%; lipides : 0,6%; glucides : 4,5%; cendres : 1,6%; calcium : 138 mg; phosphore : 99 mg; fer : 3,7 mg; carotène : 1,650 µg; thiamine : 0,14 mg.

Composition nutritionnelle : 100 grammes de partie comestible contiennent8: calories : 37; eau : 88,72%; protéines : 1,45 g; lipides : 0,23 g; glucides : 8,80 g; cendres : 0,8 g; fibres : 1,5 g; calcium : 31 mg; phosphore : 32,0 mg; potassium : 350 mg; magnésium : 21 mg; fer : 0,58 mg; thiamine : 0,097 mg; riboflavine : 0,027 mg; niacine : 0,8 mg; acide ascorbique : 12,3 mg.

Travail TRAMIL9
Le jus de la feuille et l’extrait aqueux (50%) de feuille, modèle de Bianchi-David modifié (brûlure de premier et de deuxième degré régulée par électrocautérisation sur la peau du dos du lapin), n’ont pas montré de différence au niveau de la cicatrisation ni d’activité anti-inflammatoire locale.

Travail TRAMIL10
L’extrait aqueux (décoction à 1,7%) de feuille, (333,33; 500 et 666,67 mg/oreille, à raison d’un volume de 10 µL) a été appliqué topiquement sur les deux côtés de l’oreille droite, selon le modèle d’inflammation induite par application d’acétate de phorbol tétradécanoïque (T.P.A.) (0,125 mg/mL) pendant 4 heures, à la souris Hsd:ICR, (6 mâles et 6 femelles par groupe), n’a pas montré d'inhibition de l’inflammation statistiquement significative. Le contrôle négatif a reçu de l’acétone (10 µL/oreille) et le groupe témoin positif a été traité à l’indométacine (25 mg/mL).

Dans la Pharmacopée soviétique, une solution huileuse de la plante était recommandée pour des compresses et des émulsions, ainsi que dans le traitement d’affections chroniques de la peau et de brûlures11.

Les carotènes contenus dans le fruit, et en plus grande quantité dans la fleur7, agissent comme inducteurs dans les mécanismes de réparation de l’ADN12.

Pharmacopée: 

v3

Références :  

1 WENIGER B, ROUZIER M, 1986
Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

2 WENIGER B, 1987-88
Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

3 HEGNAUER R, 1973
Chemotaxonomy der Pflanzen. Basel, Schweiz: Birkhauser Verlag. 6:882.

4 WASHUTTL J, Reiderer P, Bancher E, 1973
A qualitative and quantitative study of sugar-alcohols in several foods. J Food Sci 38(7):1262-1263.

5 DUKE JA, 2000
Chemicals and their biological activities in: Cucurbita moschata. Dr. Duke’s Phytochemical and Ethnobotanical Databases. USDA-ARS-NGRL, Beltsville Agricultural Research Center, Beltsville, USA, August 10, 2000. www.ars-grin.gov/cgi-bin/duke/farmacy2.pl

6 BANG MH, HAN JT, KIM HY, PARK YD, PARK CH, LEE KR, BAEK NI, 2002
13-Hydroxy-9Z,11E,15E-octadecatrienoic acid from the leaves of Cucurbita moschata. Arch Pharm Res 25(4):438-440.

7 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986
Handbook of proximate analysis tables of higher plants. Boca Raton, USA: CRC Press. p55.

8 USDA
www.nal.usda.gov/fnic/cgi-bin/nut_search.pl?squash

9 HERRERA J, 1992
Determinación de parámetros farmacológicos usados en medicina tradicional popular en la cuenca del Caribe. Informe TRAMIL. Laboratorio de Fitofarmacología, Dep. de Farmacología, Facultad de Salud, Universidad del Valle, Cali, Colombia.

10 PAZOS L, COTO T, CAIZA F, 2008
Antiinflamatorio tópico, en ratones, de la hoja de Curcubita moschata. Informe TRAMIL, Laboratorio de Ensayos Biológicos, LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

11 VILENCHIK M, 1989
Fundamentos biológicos del envejecimiento y la longevidad. Moscú, URSS: Ed. MIR.

12 HERRERA J, 1990
Determinación de parámetros farmacológicos de vegetales utilizados en medicina tradicional en la cuenca del Caribe. Informe TRAMIL. Laboratorio de Fitofarmacología, Dep. de Farmacología, Facultad de Salud, Universidad del Valle, Cali, Colombia.

13 WENIGER B, 1992
Cytotoxicité, effets immunodulateurs et morphologique des extraits éthanolique 80% et aqueux de feuille de Cucurbita. Rapport TRAMIL. Faculté de Pharmacie, Université de Strasbourg, Illkirch, France.

14 HURTADO M, CARBALLO A, 1990
Las plantas medicinales TRAMIL en la farmacopea Soviética. Centro de Investigaciones de Fitoterapia y Medicina Tradicional, Topes de Collantes, Cuba.

15 PARIS R, MOYSE H, 1981
Précis de matière médicale. Paris, France: Ed. Maloine.

16 CHEN ZK, PU TC, LI DY, JIANG HA, 1980
Therapeutic effect of cucurbitine on dog taeniasis. Zhongguo Yao Li Xue Bao 1(2):124-126.

17 ALBORNOZ A, 1993
Medicina tradicional herbaria. Guía de Fitoterapia. Caracas, Venezuela: Editorial Instituto Farmacoterápico Latino S.A. p226.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.