Citrus limetta

nom scientifique : 
Citrus limetta Risso
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d’Asie tropicale, cultivée dans des régions tropicales et subtropicales.

Description botanique

Arbre ou arbuste, pourvu de fortes épines. Feuilles de 5 à 7,5 cm, elliptico-ovales, crénées, pétiole finement ailé. Fleurs blanches. Fruit jaune pâle, lisse, de 5 à 7 cm de diamètre, jus insipide.

Voucher(s)

Jiménez,1524,JBSD

conjonctivite :

fruit, jus, en instillation1

Le fruit de Citrus limetta constitue un aliment de consommation humaine relativement répandu et une source industrielle d’huile essentielle.

Les informations disponibles ne permettent pas de définir une préparation ou un dosage autre que ceux utilisés traditionnellement.

Pour la conjonctivite :

L’usage traditionnel consiste à instiller 3 fois par jour 2 à 3 gouttes du jus frais sur l’œil comme s’il s’agissait d’un collyre.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre la conjonctivite est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et l’information scientifique publiée disponible.

Toute application sur les yeux doit se conformer aux plus strictes mesures d’hygiène, pour empêcher la contamination ou une infection supplémentaire et pour éviter le contact avec des substances pouvant irriter la conjonctive.

En cas de conjonctivite, l’application du jus du fruit risque d’augmenter l’irritation.

Eviter la contamination par des germes pathogènes ou des substances ajoutées pouvant irriter directement ou potentiellement la conjonctive.

Limiter cet emploi à 3 jours, après quoi, s’il n’y a pas d’amélioration évidente, consulter un médecin.

Le jus du fruit, appliqué en instillation, a réduit la durée du temps de l’irritation à 5 minutes, alors qu’elle est de 20 minutes avec l’eau distillée, et de 30 minutes lors des contrôles sans traitement sur le modèle de conjonctivite induite par shampoing sur des souris; on calcule une inhibition de l'irritation de 83%, qui est la meilleure parmi les 20 espèces étudiées5.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi sur des enfants.

La peau du fruit contient un alcaloïde isoquinoléique : la synéphrine2, et la racine renferme une coumarine : la séséline3.

Analyse proximale pour 100 g du fruit4 : calories : 30; eau : 89,9%; protéines : 0,7%; lipides : 0,6%; glucides : 8,4%; fibres : 1%; cendres : 0,4%; calcium : 28 mg; phosphore : 20 mg; fer : 0,5 mg; carotène : 0 µg; thiamine : 0,05 mg; riboflavine : 0,03 mg; niacine : 0,2 mg; acide ascorbique : 48 mg.

Le jus du fruit, appliqué en instillation n’a pas d’effet sur les bactéries qui causent la conjonctivite in vitro5.

Le fruit a inhibé in vitro la cyclooxygénase (IC50 = 0,066 mg/mL) et la lipooxygénase (IC50 = 0,302 mg/mL) sur des plaquettes de rats6.

La teinture de 10 g de peau de fruit séchée dans 100 mL d’éthanol en doses de 30 mL/disque, n’a pas d’action antimicrobienne in vitro sur Pseudomonas aeruginosa, Escherichiacoli et Staphylococcus aureus en culture sur plaque d’agar-agar7.

L’huile essentielle non diluée a une activité antimicrobienne in vitro en culture sur plaque d’agar-agar contre Pseudomonas aeruginosa et Staphylococcus aureus, mais est inactive sur Escherichia coli et Bacillus cereus; cependant, elle n’a pas d’effet antifongique sur Penicillum cyclopium,Trichoderma viride, et Aspergillus aegyptiacus8.

Références :  

1 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984 Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

2 SHI L, GOTOU Y, SHINDO K, OGAWA K, SHIDA Y, SASHIDA Y, SHIMOMURA H, ARAKI C, YOSHIDA T, 1992 Synephrine contents and their seasonal variation in peels of Citrus plants. Shoyakugaku Zasshi 46(2):150-155.

3 TOMER E, GOREN R, MONSELISE SP, 1969 Isolation and identification of seselin in Citrus roots. Phytochemistry 8:1315-1316.

4 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986 Handbook of proximate analysis tables of higher plants.Boca Raton, USA: CRC Press, p45.

5 NOGATA Y, YOZA KI, KUSUMOTO KI, KOHYAMA N, SEKIYA K, OHTA H, 1996 Screening for inhibitory activity of Citrus fruit extracts against platelet cyclooxygenase and lipoxygenase. J Agr Food Chem 44(3):725-729.

6 RUIZ U, AURA V, 1981 Efectos de algunas substancias y preparaciones vegetales sobre bacterias causales de conjuntivitis (Tesis de graduación). Facultad de Ciencias Químicas y Farmacia, Universidad de San Carlos, Guatemala, Guatemala.

7 CACERES A, GIRON LM, ALVARADO SR, TORRES MF, 1987 Screening of antimicrobial activity of plants popularly used in Guatemala for the treatment of dermatomucosal diseases. J Ethnopharmacol 20(3):223-237.

8 ROSS SA, EL-KELTAWI NE, MEGALLA SE, 1980 Antimicrobial activity of some Egyptian aromatic plants. Fitoterapia 51:201-205.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.