Senna occidentalis

nom scientifique : 
Senna occidentalis (L.) Link
Famille : 

Distribution géographique

Pantropicale et subtropicale.

 

Description botanique

Herbacée pouvant atteindre 2 m de haut, en forme de mince quenouille. Feuilles alternes, pennées, disposées en spirales; folioles formant 3 à 6 paires, ovés à lanceolés, aigus à acuminés; pétiole avec une glande à la base, sessile, arrondie ou conique; stipules linéaire-lanceolées à triangulaires, acuminées, caduques. Grappes axillaires avec fleurs jaunes; sépales oblongs, obtus; pétales ovés ou elliptiques. Gousse linéaire, obtuse, mucronée, dressée, plus ou moins arquée, avec de nombreuses graines ovoïdes.

Voucher(s)

Jiménez,29&116,JBSD

Lagos-Witte,16,HPMHV

Girón,249,CFEH

Rouzier,225,SOE

fièvre :

feuille et racine, décoction, application locale en cataplasme3

mal de tête :

feuille, cataplasme, application sur le front2

fièvre :

feuille, décoction, voie orale1

jaunisse :

feuille, décoction, voie orale2

douleurs générales :

feuille, décoction, voie orale3

affections cutanées :

feuille, pilée/pressée, application locale1

douleur d'estomac :

 feuille, infusion, voie orale4

mauvais sang :

feuille, jus, friction de la peau1

douleur d'estomac :

racine et feuille écrasées, décoction, voie orale3

mal de gorge :

racine et feuille, à sucer5

plaie, blessure :

graine, écrasée, application locale en cataplasme4

teigne :

graine, écrasée, application locale en cataplasme4

douleurs générales :

graine, écrasée, bains3

Contre les affections de la peau, plaie ou teigne : 

Nettoyer la lésion à l’eau bouillie et au savon. Laver soigneusement 1 feuille avant de détacher les folioles, les écraser et les appliquer localement en quantité suffisante pour recouvrir la zone affectée. Recouvrir d’une compresse ou d’un linge propre et changer 3-4 fois par jour.

Contre les douleurs générales, la fièvre ou la jaunisse :

Préparer une décoction avec 30 grammes de feuilles avec 4 tasses (1 litre) d’eau, faire bouillir 5 minutes dans un récipient couvert. Laisser refroidir, filtrer et boire 1 tasse 3 fois par jour36.

Contre les maux d’estomac : 

Préparer une décoction ou une infusion. Pour la décoction faire bouillir 10 minutes dans un récipient couvert 15 grammes de feuilles et 15 grammes de racines dans 4 tasses (1 litre) d’eau. Pour l’infusion, ajouter 4 tasses (1 litre) d’eau à 30 grammes de feuilles et récouvrir. Laisser refroidir, filtrer et boire 1 tasse 3 fois par jour36.

Contre le mal de tête :
Laver soigneusement 1 ou 2 feuilles, essorer légèrement et appliquer sous forme de cataplasme sur le front ou la tête. Recouvrir avec une compresse ou un linge propre et changer 4 fois par jour.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi de la feuille contre les affections de la peau, les maux d’estomac, la fièvre, la jaunisse et mauvaise qualité du sang, ainsi que l’emploi de la graine contre les plaies et la teigne sont classés REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et l’information scientifique publiée.

L’emploi de la feuille contre le mal de gorge, les maux de tête et les douleurs générales, est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et les études de toxicité.

Si l’état du patient se détériore, si la fièvre ou le mal de tête dure plus 2 jours, ou si la jaunisse ou les maux d’estomac ou de gorge durent plus de 3 jours, ou encore si l’affection cutanée, la plaie ou la teigne persiste au-delà de 5 jours, consulter un médecin.

La jaunisse représentant un risque pour la santé, consulter un médecin au préalable. L’emploi de ce remède doit être considéré comme un complément du traitement médical, sauf contre-indication.

Toute application locale doit se conformer à de strictes mesures d’hygiène pour éviter la contamination ou une infection supplémentaire.

Ne pas employer avec des femmes enceintes ou allaitantes, ni avec des enfants de moins de 3 ans.

Travaux TRAMIL26-27

Les extraits aqueux (décoction) lyophilisés de feuilles et de racines fraîches, (2 g/kg/jour) par voie orale à la souris NGP (5 mâles et 5 femelles), 5 jours par semaine pendant 35 jours, avec une période d’observation supplémentaire de 7 jours, n’ont pas entraîné de mortalité ni de signes évidents de toxicité.

Travail TRAMIL28

Le jus lyophilisé de 500 g de feuilles, appliqué avec un patch de gaze stérile sur la peau rasée de 14 lapins albinos mâles New Zealand sains (2-3 kg), et sur 16 cobayes blancs Hartley des deux sexes (450-500 g), à des doses de 0,5 mL et de 0,75 mL, les animaux étant évalués 24 et 72 heures après l’application, a montré un indice d’irritation primaire < 5. L’analyse histopathologique par biopsie n’a pas montré d’irritation cutanée évidente.

Travail TRAMIL29

L’extrait aqueux de feuilles (600 mg/mL), obtenu après avoir passé au mixeur la matière végétale fraîche, (1 mL/jour/5 jours) a été appliqué par voie topique sur une zone de la peau du bas du dos de 10 x 5 cm, abimée à l’aide d’un bistouri, de 3 lapins New Zealand, suivant le protocole de l’USP27 NF22, OECD404. Le contrôle a été réalisé avec de l’eau distillée et déionisée sur le côté opposé du traitement des mêmes animaux. On n’a pas enregistré de symptômes ni d’érythèmes ou œdèmes pendant l’expérience, ni au cours de la période d’observation de 12 jours qui l’a suivie. 

Travaux TRAMIL30-31

Les extraits aqueux de racines fraîches (13,07 mg/mL) et de graines fraîches (30,5 mg/mL), broyées, ont été appliqués séparément et par voie topique (100 µL/jour/5 jours), sur une seule paupière de 3 lapins New Zealand, suivant le protocole OECD405. Le témoin a été réalisé avec de l’eau distillée et déionisée sur l’autre paupière du même animal, dans les mêmes conditions. On n’a pas constaté de signes anormaux pendant l’expérience, ni au cours de la période d’observation de 12 jours qui l’a suivie.

L’extrait éthanolique (95%) de feuilles séchées, (100 mg/kg) administré par voie intrapéritonéale à la souris, n’a pas montré de toxicité générale23.

L’extrait hydroalcoolique (50%) de feuilles séchées (1 g/kg) administré par voie intrapéritonéale à la souris, n’a pas montré de toxicité générale24.

La feuille administrée par voie orale au lapin a eu un effet cardiotoxique32.

La ration alimentaire de 70 porcs, contaminée à des doses variables par la graine, a provoqué une ataxie ainsi que d’autres dysfonctionnements neuromusculaires33.

La gousse fraîche administrée oralement à des porcs a eu une action toxique accompagnée de signes de dégénérescence musculaire, ainsi que de toxicité hépatique et rénale34.

La gousse fraîche administrée par voie orale pendant 10 jours à des bovins, et représentant 21,5% de leur diète, a provoqué une myopathie dégénérative toxique à phases et à foyers multiples35.

On ne dispose pas d’informations garantissant l’innocuité de son emploi sur des enfants, ni sur des femmes enceintes ou allaitantes.

La feuille contient des anthraquinones : acide chrysophanique, 1-1´bis-(4,4´,5,5´tétrahydroxy, 2,2´diméthyl) anthraquinone6, émodine, physcion et ses glucosides7, physcion dianthrone8; des flavonoïdes : vitéxine8, matteucinol et jacéidine rhamnosides9; les alcanes présents dans la cire de la feuille ont été étudiés10.

La racine contient des flavonoïdes : quercétine11; des anthraquinones : aloémodine7, chrysacine11, acide chrysophanique12, helminthosporine, islandicine, physcion, xanthorine13, rhéine8; des xanthones : pinséline, 1-7dihydroxy-3-méthyl xanthone12; des stérols : campestérol, β-sitostérol14, stigmastérol13.

Travail TRAMIL15

L’extrait aqueux (décoction) lyophilisé de racine fraîche, (dose unique de 2 g/kg) par voie orale à la souris NGP (5 mâles et 5 femelles), a augmenté le transit intestinal avec une différence significative (p≤0,05). Parcours moyen du groupe contrôle = 50,99% ± 3,81%. Parcours moyen du groupe traité = 66,24% ± 2,53%.

La décoction de feuilles séchées, de racines et de graines (1 mL/plaque) in vitro, a inhibé Epidermophyton floccosum, Microsporum gypseum, Trichophyton mentagrophytes et T. rubrum16.

L’extrait hydroalcoolique (50%) de feuilles in vitro a été actif (CIM = 50 µg/mL) contre Trichophyton rubrum; mais pas contre Epidermophyton floccosum ni Microsporum gypseum16.

L’extrait hydroalcoolique (50%) de feuilles in vitro contre Neisseria gonorrhoea a été inactif à une concentration de 50 µL/disque17.

L’extrait aqueux de racines séchées à une concentration de 6% in vitro, a eu un effet contre Candida albicans sur plaque d’agar-agar18.

Les extraits méthanoliques de feuilles et de graines séchées (2 mg/mL) in vitro ont été inactifs contre Pseudomonas aeruginosa, Streptococcus spp, Staphylococcus aureus, Streptobacillus spp, Salmonella spp, Corynebacterium diphtheriae et Neisseria spp19.

L’extrait éthanolique (95%) de feuilles séchées a montré une activité insecticide à une concentration de 50 µg sur Rhodnius neglectus20.

L’extrait éthanolique in vitro sur Plasmodium falciparum a produit une inhibition de 60%. L’extrait dichlorométhanique de feuille (6 mg/mL) in vitro, sur Plasmodium falciparum a montré une activité antiprotozoaire en inhibant sa croissance dans une proportion de 81,7%21.

L’extrait de feuille in vivo suivant la méthode expérimentale d’œdème de patte de rat induit par carraghénine et granulome de coton (1-2 g/kg) a montré une action anti-inflammatoire, mécanisme obtenu après inhibition de la synthèse des prostaglandines22.

L’extrait éthanolique (95%) de feuilles séchées, (100 mg/kg/5 jours) par voie orale au rat mâle, a montré une action antihépatotoxique23.

L’extrait hydroalcoolique (50%) de feuilles séchées, (500 mg/kg) par voie orale au rat, a eu une action antihépatotoxique24.

L’extrait éthanolique (95%) de feuilles et de tiges (33 mL/L) sur duodénum isolé de lapin a eu un effet relaxant de muscle lisse, et spasmogène sur iléon isolé de cobaye25.

Pharmacopée: 

v3

Références :  

1 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984
Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

2 CHARLES C, 1988
TRAMIL survey. Movement for Cultural Awareness MCA, Roseau, Dominica.

3 LAGOS-WITTE S, 1988-89, 1996
Encuesta TRAMIL. Laboratorio de Histología Vegetal y Etnobotánica, Departamento de Biología, Universidad Nacional Autónoma de Honduras UNAH, Tegucigalpa, Honduras.

4 GIRON L, 1988
Encuesta TRAMIL (Costa atlántica). Centro Mesoamericano de Tecnología CEMAT, Guatemala, Guatemala.

5 WENIGER B, ROUZIER M, 1986
Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

6 TIWARI RD, SINGH J, 1977
Anthraquinone pigments from Cassia occidentalis. Planta Med Suppl 32(4):375-377.

7 RAI PP, SHOK M, 1983
Anthraquinone glycosides from plant parts of Cassia occidentalis. Indian J Pharm Sci 45(2):87-88.

8 ANTON R, DUQUENOIS P, 1968
Contribution à l'étude chimique du Cassia occidentalis L. Annales Pharmaceutiques Françaises 26(2):673-680.

9 TIWARI RD, SINGH J, 1977
Flavonoids from the leaves of Cassia occidentalis. Phytochemistry 16(7):1107-1108.

10 MAJUMDAR SG, BASAK B, LASKAR S, 1987
Surface hydrocarbons from the leaves of some Cassia species. J Indian Chem Soc 64(4):259-260.

11 ALVES AC, 1964
Pharmacological study of the root of Cassia occidentalis. An Fac Farm Porto 24:65-119.

12 WADER GR, KUDAV NA, 1987
Chemical investigation of Cassia occidentalis Linn. with special reference to isolation of xanthones from Cassia spp. Indian J of Chemisitry 26(B7):703.

13 KUDAV NA, KULKARNI A,B 1974
Chemical investigation on Cassia occidentalis. II. Isolation of islandicin, helminthosporine, xanthonin and NMR spectral studies of cassiollin and its derivatives. Indian J Chem 12:1042-1044.

14 LAL-JAWAHAR, GUPTA-PURAN-CHANDRA, 1973
Physcion and phytosterol from the roots of Cassia occidentalis. Phytochemistry 12(5):1186.

15 GARCIA GM, COTO MT, GONZALEZ CS, OCAMPO R, PAZOS L, 2001
Tránsito intestinal en ratones, con extracto acuoso de raíz fresca de Senna occidentalis. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBi, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

16 CACERES A, LOPEZ BR, GIRON MA, LOGEMANN H, 1991
Plants used in Guatemala for the treatment of dermatophytic infections. 1. Screening for antimycotic activity of 44 plant extracts. J Ethnopharmacol 31(3):263-276.

17 CACERES A, MENENDEZ H, MENDEZ E, COHOBON E, SAMAYAO BE, JAUREGUI E, PERALTA E, CARRILLO G, 1995
Antigonorrhoeal activity of plants used in Guatemala for the treatment of sexually transmitted diseases. J Ethnopharmacol 48(2):85-88.

18 PEREZ C, SUAREZ C, 1997
Antifungal activity of plant extracts against Candida albicans. Amer J Chinese Med 25(2):181-184.

19 HUSSAIN HS, DEENI YY, 1991
Plants in Kano ethomedicine; screening for antimicrobial activity and alkaloids. Int J Pharmacog 29(1):51-56.

20 SCHMEDA-HIRSCHMANN G, ROJAS DE ARIAS A, 1992
A screening method for natural products on triatomine bugs. Phytother Res 6(2):68-73.

21 TONA L, NGIMBI NP, TSAKALA M, MESIA K, CIMANGA K, ASPERS S, DE BRUYNE T, PIETERS L, TOTTE J, VLIETINCK AJ, 1999
Antimalarial activity of 20 crude extracts from nine African medicinal plants used in Kinshasa, Congo. J Ethnopharmacol 68(1/3):193-203.

22 SADIQUE J, CHANDRA T, THENMOZHI V, ELANGO V, 1987
Biochemical modes of action of Cassia occidentalis and Cardiospermum halicacabum in inflammation. J Ethnopharmacol 19(2):201-212.

23 SARAF S, DIXIT VK, TRIPATHI SC, PATNAIK GK, 1994
Antihepatotoxic activity of Cassia occidentalis. Int J Pharmacog 32(2):178-183.

24 JAFRI MA, JALIS SUBHANI M, JAVED K, SINGH S, 1999
Hepatoprotective activity of leaves of Cassia occidentalis against paracetamol and ethyl alcohol intoxication in rats. J Ethnopharmacol 66(3):355-361.

25 FENG PC, HAYNES LJ, MAGNUS KE, PLIMMER JR, SHERRAT HS, 1962
Pharmacological screening of some West Indian medicinal plants. J Pharm Pharmacol 14:556-561.

26 GARCIA GM, COTO MT, GONZALEZ CS, PAZOS L, 1998
Toxicidad sub-crónica en ratones, del extracto acuoso de hojas frescas de Senna occidentalis. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBi, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

27 GARCIA GM, COTO MT, GONZALEZ CS, PAZOS L, 1998
Toxicidad sub-crónica en ratones, del extracto acuoso de raíz fresca de Senna occidentalis. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBi, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

28 GONZALEZ A, ALFONSO H, 1990
Evaluación de la toxicidad dérmica de Momordica charantia L. y Cassia occidentalis L. en conejo y cobayo. Informe TRAMIL. Centro Nacional de Salud Animal, La Habana, Cuba. 

29 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, 2003
Estudio de irritabilidad dérmica, en piel lesionada de conejo, de hoja fresca de Senna occidentalis. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

30 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, 2003
Irritabilidad de la mucosa en conejo, de raíz fresca de Senna occidentalis. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

31 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, 2003
Irritabilidad de la mucosa en conejo, de semillas frescas de Senna occidentalis. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

32 O'HARA P, PIERCE K, 1974
A toxic cardiomyopathy caused by Cassia occidentalis. II Biochemical studies in poisoned rabbits. Vet Pathol 11(2):110-124.

33 COLVIN BM, HARRISON LR, SANGSTER LT, GOSSER HS, 1986
Cassia occidentalis toxicosis in growing pigs. J Am Vet Med Assoc 189(4):423-426.

34 MARTINS E, MARTINS VM, RIET F, SONCINI RA, PARABONI SV, 1986
Intoxicação por Cassia occidentalis (Leguminosae) em suínos. Pesq Vet Bras 6(2):35-38.

35 BARTH AT, KOMMERS GO, SALLES MS, WOUTERS F, DE BARROS CS, 1994
Coffee senna (Senna occidentalis) poisoning in cattle in Brazil. Vet Hum Toxicol 36(6):541-545.

36 ALBORNOZ A, 1993
Medicina Tradicional Herbaria. Caracas, Venezuela: Editorial Instituto Farmacoterápico Latino S.A. p174.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.