Syzygium aromaticum

nom scientifique : 
Syzygium aromaticum (L.) Merr. & L.M. Perry
Famille : 

Distribution géographique

Originaire des îles Moluques, cultivé dans de vastes zones.

Description botanique

Arbre pouvant atteindre 10 m. Feuilles lancéolées ou oblongues-lancéolées, de 10 à 25 cm, acuminées. Fleurs d’une couleur pourpre pâle, peu nombreuses et en corymbes terminaux; tube du calice turbiné de 1 cm, lobes longs, arrondis; pétales glanduleux de 1 à 1,5 cm. Fruit rond ou ovale de 3 à 6 cm de long, jaune pâle.

Voucher(s)

Germosén-Robineau,10-92,JBSD

maux de dent :

bouton floral*, écrasé, application locale1* les boutons floraux ou "clavos dulces" (‘clous de girofle’) sont importés en République Dominicaine.

maux de dent :

bouton floral, en application locale, en association fréquente avec l’ail1

maux de dent :

bouton floral, écrasé, rinçages buccaux et mastication1

Le clou de Syzygium aromaticum constitue un condiment dont la consommation humaine est relativement répandue.

Contre les douleurs dentaires :

On l’applique localement et on le mâche. La dose doit être de 1 à 3 clous (120-300 mg), ce qui correspond à la dose utilisée habituellementpour la consommation du condiment12. Pas plus de 3 fois par jour.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre les douleurs dentaires est classé dans la catégorie REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et l’information scientifique publiée.

Si l’état du patient se détériore, ou si les douleurs dentaires durent plus de 2 jours, consulter un dentiste.

Le bouton floral ajouté à la diète de souris (2%) pendant 10 jours, n’a pas été génotoxique13.

L’extrait aqueux du bouton floral administré oralement au chien (1%), n’a pas irrité la muqueuse gastrique14.

L’huile essentielle administrée oralement à la souris a présenté une DL50 = 1,82 g/kg15.

Chez l’être humain, l’ingestion d’huile essentielle (4,9 mL/personne) produit une toxicité sévère avec dépression du système nerveux central, anormalités urinaires et acidose16.

Chez l’être humain, l’ingestion quotidienne tolérée d’eugénol peut aller jusqu’à 2,5 mg/kg17.

L’application répétée de l’huile essentiellepeut entraîner des lésions des gencives17.

L’eugénol provoque des dermatites de contact, favorisées par l’exposition régulière et répétée aux parties de la plante17.

Le clou est classé par la Food and Drug Administration (FDA) dans la catégorie “GRAS” (Generally Regarded As Safe), généralement considerée comme sans danger18.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi sur des enfants, ni sur des femmes enceintes ou allaitantes.

Le bouton floral contient de l’huile essentielle (6,1%)2 : eugénol2 (80-90%)3, ß-caryophyllène, oxide de ß-caryophyllène, α-humulène et oxide de α-humulène2.

La plante contient en outre les éléments suivants : acides triterpéniques, acide catécholique, hydrocarbures, aldéhydes, cétones, esters, alcools, lactones, aglicones flavoniques, et un tanin ellagique : l’eugéniïne4.

La feuille contient des benzoates : acide dihydroxy-3-4-benzoïque et dihydroxy-3-4-phényléthanol5.

Analyse proximale de 100 g d’inflorescence6 : calories : 323; eau : 6,9%; protéines : 6%; lipides : 20,1%; glucides : 61,2%; fibres : 9,6%; cendres : 5,9%; calcium : 646 mg; phosphore : 105 mg; fer : 8,7 mg; sodium : 243 mg; potassium : 1102 mg; carotène : 318 µg; thiamine : 0,12 mg; riboflavine : 0,28 mg; niacine : 1,45 mg; acide ascorbique : 81

La poudre du clou de girofle in vitro (2 g/L) a été active sur Staphylococcus aureus7.

L’extrait méthanolique du clou in vitro (0,8 mg/disque) a été actif sur Streptococcus mutans, alors que l’extrait aqueux a été inactif8. L’extrait hydrométhanolique (50%) a été actif surCandida albicans9.

La poudre de clou de girofle administrée oralement à la souris (3 g/kg), a diminué le niveau des réponses conditionnées, nociceptives, ainsi que l’activité spontanée; elle a eu un effet tranquillisant et anticonvulsif. A raison de 10 g/kg, elle a renforcé l’action des barbituriques, et a eu un effet anticonvulsif10.

On attribue à l’eugénol une action antiseptique, anesthésique locale, et analgésique au niveau dentaire11-12.

Références :  

1 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984 Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

2 ZHENG G, KENNEY P, LAM L, 1992 Sesquiterpenes from clove (Eugenia caryophyllata) as potential anticarcinogenic agents. J Nat Prod 55(7):999-1003.

3 NEWALL C, ANDERSON L, PHILLIPSON J, 1996 Herbal medicines: A guide for health-care professionals. Syzygium aromaticum. London, Great Britain. Pharmaceutical Press, p79.

4 NOMAKA GI, HARADA M, NISHIOKA I, 1980 Eugeniin, a new ellagitannin from the cloves. Chem Pharm Bull 28:685-687.

5 LIU JY, WANG GH, LI RQ, SHAO ZK, ZAO JY, 1989 3,4-Dihydroxyphenethyl alcohol and 3,4-dihydroxybenzoic acid fromEugenia caryophyllata leaves as antiinflammatory agents. Patent Faming Zhuanli Shenging Gongkai Shuomingshu, 1,030,184.

6 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986 Handbook of proximate analysis tables of higher plants. Boca Raton, USA: CRC Press. p367.

7 NES F, SKJELKVALE R, OLSVIK O, BERDAL BP, 1984 The effect of natural spices and oleoresins on Lactobacillus plantarum and Staphylococcus aureus. 12th Int. IUMS-ICFMH Sym, Norway, Microb. Assoc. Interact. Food, 435-440.

8 NAMBA T, TSUNEZUKA M, BAE KH, HATTORI M, 1981 Studies of dental caries prevention by traditional Chinese medicines (Part I). Screening of crude drugs for antibacterial action against Streptococcus mutans. Shoyagaku Zasshi 35(4):295-302.

9 GIRON LM, AGUILAR GA, CACERES A, ARROYO GL, 1988 Anticandidal activity of plants used for the treatment of vaginitis in Guatemala and clinical trial of a Solanum nigrescens preparation. J Ethnopharmacol 22(3):307-313.

10 SHUKIA B, KHANNA NK, GODHWANI JL, 1987 Effect of Brahmi Rasayan on the central nervous system. J Ethnopharmacol 21(1):65-74.

11 NEGWER M, 1987 Organic chemical drugs and their synonyms (an international survey). 6th ed. Berlin, Germany: Akademie Verlag, 1 & 2.

12 Reynolds JEF, 1993 Martindale the extra pharmacopoeia, 30th ed. London, Great Britain: The Pharmaceutical Press.

13 KUMARI M, 1991 Modulatory influences of clove (Caryophyllus aromaticus, L.) on hepatic detoxification systems and bone marrow genotoxicity in male Swiss albino mice. Cancer Lett 60(1):67-73.

14 SANCHEZ-PALOMERA E, 1951 Concept of the mucous barrier and its significance. II. Changes in the gastric mucosa produced by the local actions of spices and other irritative agents. Gastroenterology 18:269-286.

15 OHSUMI T, KUROKI K, KIMURA T, MURAKAMI Y, 1984 Study on acute toxicities of essential oils used in endodontic treatment. J. Kyushu Dental Soc. 38(6):1064-1071.

16 LANE BW, ELLENHORN MJ, HULBERT TV, McCARRON M, 1991 Clove oil ingestion in an infant. Human Exp Toxicol 10(4):291-294.

17 SEETHARAM VA, PASRICHA JS, 1987 Condiments and contact dermatitis of the finger-tips. Indian J Dermatol Venereol Leprol 53(5):325-328.

18 Code of Federal Regulations, 2002 Food and drugs. Chapter I - Food and drug administration, department of health and human services. Part 182 - Substances generally recognized as safe. Sec. 182.10. Spices and other natural seasonings and flavorings. U.S. Government Printing Office via GPO Access, USA. 21(3):451-452. Feb.24,2003, URL: http://www.accessdata.fda.gov/scripts/cdrh/cfdocs/cfcfr/CFRSearch.cfm?CF...

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.