Cymbopogon citratus

nom scientifique : 
Cymbopogon citratus (DC.) Stapf
synonyme : 
Andropogon citratus DC.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire de l’Inde, cultivée dans les zones tropicales et subtropicales.
 

Description botanique

Herbacée pérenne, dressée, de 1 à 2 m, formant des touffes denses. Feuilles pouvant atteindre 1 m de long, fines aux deux extrémités. Inflorescence pouvant atteindre 60 cm; les grappes présentent des segments velus; petits épis sessiles, sans barbes, linéaires à linéaire-lancéolés, dos aplati.

Voucher(s)

Faujour,9,BAR
Ochoa,258,HPMVH
Girón,199&478,CFEH
García,2654,JBSD
Mejía,18,MAPR
Delens,264209-30,VEN
Balland,10,HVB
Delaigue,11,NHTT
Ríos,411,CECALLI
Boulogne,TH,10,UAG
Boulogne,TB,8,UAG
Picking,35474,UWI

douleur d'estomac :

feuille, décoction ou infusion, voie orale2-3

grippe :

feuille, décoction ou infusion, voie orale3-4,13-17

fièvre :

feuille, décoction ou infusion, voie orale1,4-12

rhume :

feuille, décoction ou infusion, voie orale3,5-6,13,17-21

flatulence :

feuille, décoction ou infusion, voie orale4

toux :

feuille, décoction ou infusion, voie orale3,6,22

diarrhée :

feuille, décoction, voie orale1

Travail TRAMIL50
Contre la diarrhée, les maux d’estomac, la fièvre, les flatulences, la grippe, le rhume ou la toux :
Préparer une décoction ou une infusion avec 15-25 grammes de feuille dans 4 tasses (1 litre) d’eau. Pour la décoction, faire bouillir 5 minutes, dans un récipient couvert; pour l’infusion, verser l’eau bouillante sur les 15-25 grammes de feuille. Couvrir et laisser refroidir. Filtrer soigneusement et boire 1 tasse (250 millilitres) 2-3 fois par jour.

Il est impératif de filtrer la préparation à travers un linge avant de la consommer par voie orale. Cette précaution permet d’éviter des lésions mécaniques sur les muqueuses, dues aux poils rigides présents sur la feuille33.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre la diarrhée, les maux d’estomac, la grippe, le rhume et la toux est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de validation, de toxicité et l’information scientifique publiée.

En cas de diarrhée, on considère ce remède comme un complément de la thérapie de réhydratation orale. Si la diarrhée persiste plus de 2 jours ou si l’état du patient se détériore (déshydratation avec langue sèche, pli cutané persistant, oligurie ou pleurs sans larmes) consulter un médecin immédiatement.

Si l’état du patient se détériore, ou si les maux d’estomac plus de 3 jours, la grippe ou le rhume plus de 7 jours, ou la toux plus de 5, consulter un médecin.

L’emploi contre la fièvre est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et l’information scientifique publiée.

Si l’état du patient se détériore, ou si la fièvre dure plus de 2 jours, consulter un médecin.

L’emploi contre les flatulences est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et l’information scientifique publiée.

Ne pas employer avec des femmes enceintes ou allaitantes, ni avec des enfants de moins de 3 ans.

Travail TRAMIL29
L’extrait hydroalcoolique (70%) de parties aériennes, par voie sous-cutanée à la souris a atteint une DL50 = 1,6 g/kg.

Travail TRAMIL44
L’extrait hydroalcoolique (30%) de feuille séchée en dose unique de 143, 286, 572, 1716 et 2288 mg/kg par voie orale à la souris, n’a pas entraîné de mort; en revanche, on a observé une marche atonique, une diminution de l’activité réflexe et une ataxie chez les animaux traités avec la dose la plus forte (2288 mg/kg) au cours des premières heures après administration de l’extrait. On n’a pas détecté de signes évidents de toxicité avec les autres doses et la prise de poids a été normale pendant les 14 jours d’observation ayant suivi l’administration.
Une étude similaire avec un extrait hydroalcoolique (80%) a montré une DL50 = 440,5 mg/kg et on a observé les signes qui viennent d’être rapportés. L’étude histologique a mis en évidence des signes de lésion hépatique et rénale dose-dépendante.

Travail TRAMIL45
L’extrait aqueux (décoction à 10 g/100 mL d’eau) de feuille séchée, administré en concentrations de 5 et 10 g/100 mL, et l’extrait hydroalcoolique (80%) (122,5 mg/mL de solides totaux) appliqué à 0,01, 0,08, 0,8, 1, 2 et 10 mg/mL au milieu de culture, modèle avec induction de ségrégation somatique à bref délai sur Aspergillus nidulans, n’ont pas montré d’effet génotoxique.

Travail TRAMIL32
L’extrait aqueux (décoction à 15-25 g/L) de feuille, consommé entre 500-1000 mL/personne, a provoqué une sensation d’abattement ou de tranquillité; on n’a pas constaté de manifestations objectives ou subjectives de toxicité pendant le traitement phytothérapeutique.

L’extrait aqueux (décoction) de feuille in vitro, modèle de génotoxicité induite par le mébendazol sur Aspergillus nidulans, a eu une action antimutagène46.

L’extrait fluide à 70% de feuille, modèle in vivo d'induction de micronoyaux en moelle osseuse de souris n'a pas montré d'effet génotoxique et dans le modèle in vitro de réversion bactérienne Salmonella/microsome (Ames) (jusqu'à 5 mg/plaque), n'a pas non plus montré d'effet mutagène47.

L’extrait aqueux (infusion à 2 mg/150 mL d'eau) de feuille séchée (20-40 mL/kg/30 jours) par voie orale au rat femelle gravide, n’a pas montré de signes de toxicité sur l'adulte ni d’embryotoxicité35.

L’extrait aqueux (infusion) de feuille séchée (2 à 4 g/jour/personne) administré oralement pendant 2 semaines à 18 humains sains, n’a pas produit de manifestations évidentes de toxicité ni d’altérations des concentrations sanguines de bilirubine, glucose, urée, créatinine, cholestérol, triglycérides, phosphatase alcaline, TGO, TGP, albumine, protéines totales, LDH, CPK, ni au niveau des concentrations urinaires en glucose, protéines, cétones, urobilinogène, bilirubine ni hématurie48.

La DL50 de l'extrait éthanolique (90%) de feuille séchée (18 à 22 g), par voie orale à la souris Swiss albinos, modèle OECD-1987 a été de 460 mg/kg49.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi avec des enfants, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

La feuille a été amplement étudiée et contient, entre autres composants, 0,5%-0,7% d’huile essentielle : α-oxo-bisabolène, bornéol, géranial, géraniol, nérol, principalement23; des phénylpropanoïdes : acides cafeïque, p-coumarique et chlorogénique24; des flavonoïdes : lutéoline, iso-orientine24; des terpènes : cymbopogénol25, cymbopogone, cymbopogol26, β-sitostérol27; des alcools à longue chaîne carbonée : n-hexacosanol, n-triacontanol27.

Analyse proximale pour 100 g de feuille28: calories : 92; eau : 74,3%; protéines : 1%; lipides : 1,4%; glucides : 21,9%; fibres : 4,2%; cendres : 1,4%; calcium : 32 mg; phosphore : 30 mg; fer : 1,8 mg; carotène : 425 µg; thiamine : 0,05 mg; riboflavine : 0,02 mg; niacine : 2,20 mg; acide ascorbique : 1 mg.

Travail TRAMIL29
L’extrait hydroalcoolique (70%) de parties aériennes, (1g d’extrait/kg de poids corporel) administré par voie sous-cutanée à la souris Swiss, n’a pas montré d’activité in vivo contre Plasmodium berghei NK65.

Travail TRAMIL30
L’extrait aqueux (décoction à 9,7% de solides totaux) de feuille fraîche (0,049, 0,124 et 0,249 mg/mL), les extraits hydroalcooliques (30%) (0,704, 0,760 et 3,520 mg/mL) et (80%) (0,241, 0,602 et 1,205 mg/mL) de feuille séchée, sur l’iléon isolé de rat, ont inhibé significativement l’amplitude des contractions spontanées. Avec les extraits hydroalcooliques, la réponse a été dose-dépendante et on a calculé une DE50 = 1,010 mg/mL pour les extraits à 30% et de 0,042 mg/mL pour ceux à 80%.

Travail TRAMIL31
L’extrait fluide (éthanol-eau à 30%) de feuille séchée (160, 320 et 480 mg/kg/jour), par voie orale au rat, modèle de granulome induit par du coton pour étudier l’effet anti-inflammatoire, et la plaque chaude chez la souris pour mesurer l’activité analgésique. L’extrait n’a montré aucun effet sur les modèles étudiés.

Travail TRAMIL32
L’extrait aqueux (décoction à 15-25 g/L) de feuille fraîche (240 mL toutes les 6 heures), administré par voie orale à l'humain, a provoqué une faible action sédative par rapport au groupe témoin, une action antispasmodique gastro-intestinale soulageant des patients à symptômes bénins (dérangements transitoires), un effet antihypertenseur (mais pas hypotenseur) chez des patients avec une hypertension artérielle essentielle de degré I et II (ambulatoires et hospitalisés) et une action expectorante et décongestionnante chez des patients souffrant de bronchite aiguë et chronique.

La teinture de feuille séchée (30 mL/disque) a été inactive in vitro contre Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus et Candida albicans33.

L’extrait aqueux (décoction) de feuille (200 mg/kg de citral) par voie orale au rat, n’a pas eu d’action sur la température corporelle, le système nerveux central, le transit ni l’absorption intestinale34-35; d’autres auteurs ont constaté que cette préparation a montré des effets hypotenseurs, diurétiques et faiblement anti-inflammatoires sur l’être humain36.

On attribue à la plante une activité antispasmodique27.

L’huile essentielle par voie orale à la souris a induit les glutathion S-transférases dans l’intestin grêle, mais pas dans le foie, ni dans l’estomac37, et a été antispasmodique38. On lui attribue une action dépressive du système nerveux central, analgésique et antipyrétique36,39.

L’huile essentielle a été active in vitro (20 mg/mL) contre Bacillus subtilis, Staphylococcus aureus, Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa et Aspergillus flavus40, Cryptococcus neoformans et Saccharomyces cerevisiae41.

On attribue aux composés 1,8-cinéole, citral, citronellal (ED = 1 mg/kg), géraniol et linalol une action sédative; et au caryophyllène, au linalol, à la lutéoline, au myrcène et à la quercétine une action antispasmodique42.

L’activité antioxydante des extraits de cette plante a fait l’objet d’un brevet43.

Références :  

1 LAGOS-WITTE S, 1988-89, 1996
Encuesta TRAMIL. Laboratorio de Histología Vegetal y Etnobotánica, Dep. de Biología, Universidad Nacional Autónoma de Honduras UNAH, Tegucigalpa, Honduras.

2 WENIGER B, ROUZIER M, 1986
Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

3 Zambrano LE, 2007
Encuesta TRAMIL en Guareguare, Miranda. UCV, Caracas, Venezuela.

4 GIRON L, 1988
Encuesta TRAMIL (Costa atlántica). Centro Mesoamericano de Tecnología CEMAT, Guatemala, Guatemala.

5 CHARLES C, 1988
TRAMIL survey. Movement for Cultural Awareness MCA, Roseau, Dominica.

6 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984
Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

7 JEAN-PIERRE L, 1988
TRAMIL survey. St. Lucia National Herbarium, Castries, St. Lucia.

8 FAUJOUR A, MURREY D, CHELTENHAM-CORBIN B, CARRINGTON S, 2003
TRAMIL survey. enda-caribbean, IICA & UAG, Saint Thomas, Barbados.

9 BALLAND V, GLASGOW A, SPRINGER F, GAYMES G, 2004
TRAMIL survey. IICA, UAG & U.PARIS XI, Saint Vincent.

10 DELAIGUE J, 2005
TRAMIL survey. UAG & PRDI, Tobago House of Assembly, Scarborough, Tobago.

11 PICKING D, MITCHELL S, DELGODA R, YOUNGER N, 2011
TRAMIL survey. Natural Products Institute, The Biotechnology Centre & Tropical Metabolic Research Institute, University of the West Indies, Mona, Jamaica.

12 CLEMENT Y, BAKSH-COMEAU Y, RAGOO R, SEAFORTH C, 2008
TRAMIL survey. UWI & UTT, Trinidad.

13 OCAMPO R, 1988
Encuesta TRAMIL (Costa atlántica), Instituto de Desarrollo Agrario, Universidad de Costa Rica, San José, Costa Rica.

14 LONGUEFOSSE JL, NOSSIN E, 1990-95
Enquête TRAMIL. Association pour la valorisation des plantes médicinales de la Caraïbe AVPMC, Fort de France, Martinique.

15 DELENS M, 1992
Encuesta TRAMIL en los Estados Lara y Sucre de Venezuela. Centro al Servicio de la Acción Popular CESAP, Caracas, Venezuela.

16 OCRISSE G, 2008
Enquête TRAMIL auprès de 250 familles de la moitié Est de la partie francophone de St Martin. Biologie végétale, UAG, Guadeloupe.

17 BOULOGNE I, 2009
Enquête TRAMIL, (Terre-de-Bas et Terre-de-Haut) Les Saintes, UAG, Guadeloupe.

18 O'REILLY A, 1992
TRAMIL survey. Chemistry & Food Technology Division, Ministry of Agriculture, Dunbars, Antigua & Barbuda.

19 BENEDETTI MD, 1994
Encuesta TRAMIL. Universidad de Puerto Rico, Mayagüez, Puerto Rico.

20 BALZ E, BOYER A, BURAUD M, 2007
Enquête TRAMIL à Marie-Galante. U. Bordeaux 3, U. Paris XI Chatenay-Malabry, UAG, Guadeloupe.

21 BOYER A, BURAUD M, 2007
Enquête TRAMIL à La Désirade. U. Paris XI Chatenay-Malabry, UAG, Guadeloupe.

22 MENDEZ M, MEDINA ML, DURAN R, 1996
Encuesta TRAMIL. Unidad de recursos naturales, Centro de Investigación Científica de Yucatán CICY, Mérida, México.

23 ABEGAZ B, YOHANNES P, DIETER R, 1983
Constituents of the essential oil of Ethiopian Cymbopogon citratus. J Nat Prod 46(3):424-426.

24 DE MATOUSCHEK B, STAHL-BISKUP E, 1991
Phytochemical investigation of nonvolatile constituents of Cymbopogon citratus (DC.) Stapf. (Poaceae). Pharm Acta Helv 66(9/10):242-245.

25 HANSON S, CRAWFORD M, KOKER M, MENEZES F, 1976
Cymbopogonol, a new triterpenoid from Cymbopogon citratus. Phytochemistry 15:1074-1075.

26 YOKOYAMA Y, TSUYUKI T, NAKAMURA N, TAKAHASHI T, HANSON S, MATSUSHITA K, 1980
Revised structures of cymbopogone and cymbopogonol. Tetrahedron Lett 21:3701-3702.

27 OLANIYI A, SOFOWORA E, OGUNTIMEHIN B, 1975
Phytochemical investigation of some Nigerian plants used against fevers. II. Cymbopogon citratus. Planta Med 28:186-189.

28 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986
Handbook of proximate analysis tables of higher plants. Boca Raton, USA: CRC Press. p57.

29 SAUVAIN M, MORETTI C, MUÑOZ V, 1990
Pruebas in vivo para paludismo realizadas en Bolivia sobre varias plantas TRAMIL. ORSTOM/IRD/IBBA, La Paz, Bolivia.

30 MORON F, SANCHEZ C, MARTINEZ MC, MOREJON Z, PINEDO Z, 2000
Actividad antiespasmódica in vitro de hojas frescas de Cymbopogon citratus (DC.) Stapf. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

31 MORON F, FURONES J, PINEDO Z, 1996
Ausencia de efectos antiinflamatorio y analgésico del extracto fluído de Cymbopogon citratus al 30% por vía oral. Rev Cubana Plant Med 1(2):3-6.

32 CARBALLO A, 1995
Plantas medicinales del Escambray cubano. Informe TRAMIL. Laboratorio provincial de producción de medicamentos, Sancti Spiritus, Cuba.

33 WENIGER B, ROUZIER M, DAGUILH R, HENRYS D, HENRYS J, ANTON R, 1986
Popular medicine of the central plateau of Haiti. 2. Ethnopharmacological inventory. J Ethnopharmacol 17(1):13-30.

34 CARLINI EA, CONTAR JD, SILVA-FILHO AR, SOLVEIRA-FILHO NG, FROCHTENGARTEN ML, BUENO OF, 1986
Pharmacology of lemon-grass Cymbopogon citratus I. Effect of teas prepared from the leaves on laboratory animals. J Ethnopharmacol 17(1):37-64.

35 SOUZA FORMIGONI ML, LODDER HM, FILHO OG, FERREIRA TM, CARLINI EA, 1986
Pharmacology of lemongrass (Cymbopogon citratus Stapf). II. Effects of daily two month administration in male and female rats and in offspring exposed "in utero". J Ethnopharmacol 17(1):65-74.

36 CARBAJAL D, CASACO A, ARRUZAZABALA L, GONZALEZ R, TOLON Z, 1989
Pharmacological study of Cymbopogon citratus leaves. J Ethnopharmacol 25(1):103-107.

37 LAM L, ZHENG B, 1991
Effects of essential oils on glutathione S-transferase activity in mice. J Agric Food Chem 39(4):660-662.

38 LORENZETTI B, SOUZA G, SARTI S, FILHO DS, FERREIRA SH, 1991
Myrcene mimics the peripheral analgesic activity of lemongrass tea. J Ethnopharmacol 34(1):43-48.

39 SETH, G, KOKATE CK, VARMA KC, 1976
Effect of essential oil of Cymbopogon citratus on central nervous system. Indian J Exp Biol 14(3):370-371.

40 LEMOS TLG, MATOS FJA, ALENCAR JW, CRAVEIRO AA, CLARK AM, MC CHESNEY JD, 1990
Antimicrobial activity of essential oils of Brazilian plants. Phytother Res 4(2):82-84.

41 AWUAH R, 1989
Fungitoxic effects of extracts from some West African plants. Ann Appl Biol 115(3):451-453.

42 DUKE JA, 1992
Handbook of biologically active phytochemicals and their bioactivities. Boca Raton, USA: CRC Press.

43 KOBAYASHI N, 1989
Pharmaceutical compositions containing lemongrass extracts and antioxidants. Patens Japan Kokai Tokio Koho, 01, 221, 320.

44 MARTINEZ MJ, BETANCOURT J, LOPEZ M, MOREJON Z, BARCELO H, LAINEZ A, MONTES ME, REGO R, BOUCOURT E, MORON F, 2000
Toxicidad aguda clásica de hoja seca de Cymbopogon citratus (DC.) Stapf. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

45 MARTINEZ MJ, BETANCOURT J, LOPEZ M, MOREJON Z, BOUCOURT E, MORON F, 2000
Actividad genotóxica in vitro de hoja seca de Cymbopogon citratus (DC.) Stapf. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

46 DE LA TORRE RA, ESPINOSA-AGUIRRE JJ, CORTINAS DE NAVA C, IZQUIERDO T, MORON F, 1994
Genotoxic activity of mebendazole in Aspergillus nidulans. Mutat Res 305(2):139-144.

47 PILOTO FERRER J, VIZOSO A, RAMOS A, GARCIA A, REMIGIO A, VEGA Y, GONZALEZ ML, RODRIGUEZ C, CARBALLO C, 2009
Plantas medicinales. Diez años de evaluaciones toxicogenéticas en el CIDEM. Boletín Latinoamericano y del Caribe de Plantas Medicinales y Aromáticas, 8(5):428-434.

48 LEITE JR, SEABRA ML, MALUF E, ASSOLANT K, SUCHECKI D, TUFIK S, KLEPACZ S, CALIL HM, CARLINI EA, 1986
Pharmacology of lemongrass (Cymbopogon citrates Stapf). III. Assessment of eventual toxic, hypnotic and anxiolytic effects on humans. J Ethnopharmacol 17(1):75-83.

49 PARRA AL, YHEBRA RS, SARDINAS IG, BUELA LI, 2001
Comparative study of assay of Artemia salina L. and the estimate of the medium lethal dose (LD50 value) in mice, to determine oral acute toxicity of plant extracts.
Phytomedicine 8(5):395-400.

50 CARBALLO A, 1995
Cálculo de concentración y dosis de las drogas vegetales TRAMIL: Mensuraciones farmacognósticas y aproximaciones técnico-clínicas. Laboratorio provincial de producción de medicamentos, Sancti Spiritus, Cuba.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.