Chenopodium ambrosioides

nom scientifique : 
Chenopodium ambrosioides L.
synonyme : 
Teloxys ambrosioides (L.) W. A. Weber
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d'Amérique, naturalisée dans l'Ancien Monde, fréquemment cultivée.

Description botanique

Herbe annuelle ou bisannuelle, dressée, pouvant atteindre 1,5 m, très aromatique. Feuilles lancéolées à elliptiques, sinuo-dentées, aiguës, pouvant atteindre 13 cm, glanduleuses. Fleurs en glomérules denses ou en épis; 3 à 5 sépales, ovés; sans pétales. Petit fruit à l'intérieur du calice avec graines noires.

Voucher(s)

Cénesca,38&40,SOE
Cogollo,21892,CUVC
Girón,228,CFEH
Delaigue,6,NHTT
Delens,3&300,VEN
Giménez,275675-05,VEN
Jiménez,1511,JBSD
Medina&Méndez,14,CICY
Suazo&Cardona,19,HPMHV
Merlo&Tinoco,17,HPMHV
Longuefosse&Nossin,11,HAVPM
Rueda,1644,HULE
Boulogne,TH,7,UAG
Boulogne,TB,4,UAG
Picking,35476,UWI

ulcères cutanés :

parties aériennes, écrasées, en application locale4

diarrhée :

feuilles et/ou parties aériennes, infusion ou décoction, voie orale1-2

douleur d'estomac :

parties aériennes, infusion ou décoction, voie orale1,3-4

parasitoses intestinales :

 

parties aériennes, infusion ou décoction, voie orale2,5-17

Contre la diarrhée ou les douleurs d'estomac causées par les parasites intestinaux (ascaris, oxyures et ankylostomes) :

Préparer une décoction ou une infusion avec 7 grammes de parties aériennes (feuille, fleur et tige) dans un peu plus d'1 tasse (250 millilitres). Pour la décoction, faire bouillir pendant 5 minutes dans un récipient couvert; pour l'infusion, verser l'eau bouillante sur les 7 grammes de parties aériennes, couvrir et laisser reposer pendant 10 minutes. Dans les deux cas, filtrer et boire 1 tasse (250 millilitres) pour un adulte, 1/2 tasse (125 millilitres) pour des personnes de 35 kilo et 1/3 de tasse (80 millilitres) pour des enfants de plus de 5 ans. Prendre 1 fois par jour pendant 3 jours consécutifs53 et ne pas renouveler ce traitement avant 6 mois.

Il est recommandé de prendre un laxatif salin (par exemple sulfate de magnésium) après la première prise, mais il ne faut pas utiliser de laxatif huileux18.

Contre les ulcères cutanés :

Laver la lésion avec de l'eau bouillie et du savon. Laver soigneusement les parties aériennes de la plante, les broyer ou les écraser et appliquer sur la zone affectée. Recouvrir d'un linge propre et changer 2 fois par jour.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l'information disponible :

L'emploi contre la diarrhée, les douleurs d'estomac (uniquement pour celles causées par les parasites intestinaux : ascaris, oxyures et ankylostomes) est classé REC sur la base de l'emploi significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et de l'information scientifique publiée.

En aucun cas la forme de préparation ni la dose ne doivent être modifiées.

En cas de diarrhée, cet usage est considéré comme complémentaire à la réhydratation orale.

Si la diarrhée persiste plus de 2 jours ou si l’état du patient se détériore (déshydratation avec langue sèche, pli cutané persistant, oligurie ou pleurs sans larmes) consulter un médecin immédiatement.

Si l'état du patient se détériore ou si les douleurs d'estomac durent plus de 3 jours chez l'adulte, et plus de 2 jours chez l'enfant de plus de 5 ans, consulter un médecin.

Cet emploi est contre-indiqué chez des individus atteints d'affections hépatiques, d’insuffisance rénale18, ainsi que chez les personnes affaiblies ou âgées.

L'emploi contre les ulcères de la peau est classé REC sur la base de l'usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les travaux de toxicité et de l'information scientifique publiée.

Si l’état du patient se détériore ou si l'ulcère persiste pendant plus de 5 jours, consulter un médecin.

Concernant l'usage contre les ulcères de la peau, il convient de se conformer à de strictes mesures d'hygiène pour empêcher la contamination ou une surinfection.

Ne pas employer avec des enfants de moins de 5 ans, ni avec des femmes allaitantes ou enceintes (car peut provoquer un avortement).

Travail TRAMIL19
La dose létale de l'ascaridole estimée à partir de sa concentration dans l'huile essentielle est de 0,075 mL/kg chez la souris.

Travail TRAMIL39
L'huile essentielle appliquée sur la peau saine rasée de 18 lapins albinos mâles jeunes et adultes, cliniquement sains, n'a pas montré de signes d’irritabilité topique après 24 et 72 heures.

Travaux TRAMIL40-41
L'extrait aqueux (décoction à 30%) de feuille fraîche (0,6 mL, équivalente à 0,18 g de matériel végétal frais) et la feuille fraîche pilée/froissée ont été appliqués en patchs de 6 cm2 sur la peau du lapin New Zealand mâle. Le patch a été retiré après 4 heures et les lectures à la recherche d'œdème et d'érythème après 24, 48 et 72 heures ont été négatives.

Travail TRAMIL42
Les extraits aqueux (infusion et décoction séparément) des parties aériennes (5 g/kg/jour), administrés par voie orale à la souris Hsd:ICR de 24,68 ± 1,85 g (5 mâles et 5 femelles), pendant 5 jours suivis de 12 jours d'observation, modèle EPA.OPPTS 870.1100. Aucune des deux fractions n'a entraîné la mort, ni de signes évidents de toxicité. L’autopsie macroscopique n’a pas montré d’altérations internes.

Les extraits aqueux (infusion et décoction à 10%) des parties aériennes sèches, sur culture de lymphocytes humains (1, 10, 100 et 1000 µL d'extrait/mL), ont montré un effet génotoxique et cytotoxique, diminué l'indice mitotique, mais n’a pas modifié la cinétique de prolifération cellulaire43.

Dans l'infusion, 90% de l'activité nématicide est due à des composés hydrophiles, différents de l'ascaridol (composant majoritaire et responsable des effets toxiques de l'huile essentielle); ce qui indique que la forme traditionnelle en infusion comme antiparasitaire est plus sûre que l'huile essentielle44.

L'huile essentielle administrée par voie orale, a montré une DL50 = 0,38 mL/kg sur la souris et une DL50 = 0,255 g/kg sur le rat45.

L'extrait méthanolique de feuille sèche (1 g/kg), par voie orale à la souris, n'a pas présenté de signes évidents de toxicité46.

L'extrait hydroalcoolique (50%) de plante entière, dans une étude de toxicité générale aiguë par voie intrapéritonéale sur la souris, a montré une DL50 >1 g/kg47.

L'huile essentielle peut produire des effets toxiques, particulièrement chez des individus affaiblis : nausées, vomissements, dépression du système nerveux, lésions hépatiques et rénales, surdité, troubles visuels, problèmes cardiaques et respiratoires18,44. L'administration d'une seule dose orale de 5 mL à des adultes a été reportée comme entraînant la mort48.

La littérature scientifique cite de nombreux cas d'intoxications par l'huile essentielle chez l'homme, dont certains ont été mortels48-52.

On ne dispose pas d'information garantissant l'innocuité de son emploi avec des enfants ni des femmes enceintes ou allaitantes.

Travail TRAMIL19
La quantité de l'huile essentielle est moindre dans les régions à climat sec (0,55 mL/50 g plante séchée) que dans les régions humides (0,77 mL/50 g de plante séchée).

La plante entière est riche en huile essentielle, appelée essence de chénopode. La feuille et l'inflorescence en contiennent 0,35% et le fruit de 0,6 à 3%. De nombreux travaux ont trait à la composition de cette huile essentielle, composée majoritairement de : monoterpènes : ascaridole (peroxyde terpénique, qui représente 42 à 90% de l'essence), carvacrol, oxyde de cariophylène, (Z)-ascaridol, (E)-ascaridol, 4-carène, alcool benzylique, p-crésol, ascaridolglycol, aritasone, pinène, limonène, myrcène, p-cymène, p-cymèn-8-ol, phellandrène, camphre, α-terpinène, α-terpinéol, p-menthe-1,3,8-triène, acétate de (E)-pipéritol, acétate de (Z)-carvile, associés à de faibles quantités de salicylate de méthyle et d'acide butyrique20-25.

La partie aérienne contient des flavonoïdes, des acides organiques : citrique, tartarique et succinique26.

Le fruit contient des flavonoïdes : quercétine, camphérol et dérivés, iso-rhamnétine27.

Analyse proximale pour 100 g de feuille28 : calories : 42; eau : 85,5%; protéines : 3,8%; lipides : 0,7%; glucides : 7,6%; fibres : 1,3%; cendres : 2,4%; calcium : 340 mg; phosphore : 52 mg; fer : 5,2 mg; carotène : 2420 µg; thiamine : 0,06 mg; riboflavine : 0,28 mg; niacine : 0,60 mg; acide ascorbique : 11 mg.

Travail TRAMIL29
L'extrait aqueux de feuille (25 et 100 mg/kg) par voie orale au rat Wistar avec ligature du pylore (modèle Shay) a diminué significativement le nombre d'ulcères d'estomac et l'indice d'ulcération sans modifier le volume de suc gastrique ni la quantité d'acide libre.

L'extrait aqueux de feuille séchée (200 µL/disque) a été actif in vitro contre Proteus vulgaris et Staphylococcus albus30.

D'autres activités étudiées de l’huile essentielle sont cités dans le tableau suivant.

Activités biologiques de l'huile essentielle de Chenopodium ambrosioides :

Effet

Dose

Type d'expérience

(sujet employé)

Observation

Références

antibactérien

non spécifiée

in vitro (Pseudomonas aeruginosa et Staphilococcus aureus)

actif

31

antihelminthique

0,1 g/kg

in vivo (chien) Toxocara canis

actif

32

antihelminthique

1 mL/animal

in vivo (chien)

actif

33

antihelminthique

1,5 mL/personne

in vivo (i.v. humain)

actif

34

antihelminthique

 

in vivo (oral humain)

actif

35

antifongique

1000 ppm

in vitro (Absidia ramosa, Microsporum gypseum)

très actif

36

 

Une étude ethnopharmacologique signale l'emploi de décoctions ou d'infusions (300 mg/kg de plante séchée) d'inflorescence et de feuille, sur des adultes, comme étant utile dans le traitement de l'ascaridiose. Une étude clinique de terrain sur des adultes (6 g/kg) n'a pas été efficace contre Necator americanus, Trichuris trichiura et Ascaris lumbricoides. Le soulagement rapporté traditionnellement peut être mis en relation avec l'expulsion de vers intestinaux sénescents après le traitement37.

Le jus des parties aériennes (1 mL/kg chez l'enfant de moins de 10 kg et 2 mL/kg chez les plus grands), a été administré par voie orale, en dose unique à jeun, 3 jours consécutifs, au cours d'un essai clinique aléatoire avec 30 enfants (3-14 ans) par groupe, avec diagnostic positif d'Ascaris lumbricoides ou Hymenolepis nana dans les selles, comparé avec l'albendazole (200 mg/enfant jusqu'à 5 ans et 400 mg aux plus âgés). Le jus a montré un effet antiparasitaire, évalué par l'élimination des oeufs dans les selles et réduction de la charge parasitaire, au moment du diagnostic puis 15 jours après le traitement. L'effet éradicateur d'Ascaris par le jus a été de 59,5% et par l'albendazol de 58,3%; l'effet du jus contre H. nana a été de 100%, meilleur que l'albendazol. La fréquence de réactions adverses observées a été de 23,3% dans les deux groupes traités38.

Les parties aériennes sont antihelmintiques, particulièrement efficaces contre les ascaris et les ankylostomes, moins vis à vis des oxyures18.

Le principe actif antihelminthique (ascaridole) contenu dans l'huile essentielle exerce une action paralysante et narcotique sur les ascaris, les oxyures et les ankylostomes, mais est inefficace contre les ténias et le trichocéphale32-34.

Pharmacopée: 

v3

Références :  

1 GIRON L, 1988
Encuesta TRAMIL (Costa atlántica). Centro Mesoamericano de Tecnología CEMAT, Guatemala, Guatemala.

2 DELENS M, 1990-92
Encuesta TRAMIL. Centro de Estudios Sociales y Acción Popular CESAP, Caracas, Venezuela.

3 CHARLES C, 1988
TRAMIL survey. Movement for Cultural Awareness MCA, Roseau, Dominica.

4 WENIGER B, 1987-88
Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

5 HERRERA J, 1994
Encuesta TRAMIL (Costa atlántica). Laboratorio de fitofarmacología, Departamento de Farmacología, Facultad de Salud, Universidad del Valle, Cali, Colombia.

6 MENDEZ M, MEDINA ML, DURAN R, 1996
Encuesta TRAMIL en Quintana Roo. Unidad de recursos naturales, Centro de Investigación Científica de Yucatán CICY, Mérida, México.

7 WENIGER B, ROUZIER M, 1986
Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

8 LAGOS-WITTE S, 1988-89, 1996
Encuesta TRAMIL. Laboratorio de Histología Vegetal y Etnobotánica, Departamento de Biología, Universidad Nacional Autónoma de Honduras UNAH, Tegucigalpa, Honduras.

9 LONGUEFOSSE JL, NOSSIN E, 1990-95
Enquête TRAMIL. Association pour la valorisation des plantes médicinales de la Caraïbe AVPMC, Fort de France, Martinique.

10 SOTOMAYOR U, RUEDA R, 1990
Encuesta TRAMIL. Centro nacional de la medicina popular tradicional CNMPT, Ministerio de Salud, Estelí, Nicaragua.

11 SOLIS PN, ESPINOSA A, DE GRACIA J, MARTÍNEZ L, GUPTA MP, 2003
Encuesta TRAMIL (Ngöbe-Buglé). Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

12 SOLIS PN, ESPINOSA A, DE GRACIA J, MARTÍNEZ L, GUPTA MP, 2003
Encuesta TRAMIL (Emberá-Wounaann). Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

13 GOMEZ H, GAITAN R, DIAZ F, 2003
Encuesta TRAMIL (Norte del departamento de Bolívar). Grupo de Productos Naturales, Facultad de Ciencias Químicas y Farmacéuticas. Universidad de Cartagena, Cartagena de Indias, Colombia.

14 DELAIGUE J, 2005
TRAMIL survey. UAG & PRDI, Tobago House of Assembly, Scarborough, Tobago.

15 ZAMBRANO LE, 2007
Encuesta TRAMIL en Guareguare, Miranda. UCV, Caracas, Venezuela.

16 BOULOGNE I, 2009
Enquête TRAMIL, (Terre-de-Bas et Terre-de-Haut) Les Saintes, UAG, Guadeloupe. (FWI).

17 PICKING D, MITCHELL S, DELGODA R, YOUNGER N, 2011
TRAMIL survey. Natural Products Institute, The Biotechnology Centre & Tropical Metabolic Research Institute, University of the West Indies, Mona, Jamaica.

18 CANIGUERAL S, VILA R, RISCO E, PEREZ F, PORTILLO A, FREIXA B, MILO B, VANACLOCHA B, RIOS JL, MORALES MA, ALONSO JR, BACHILLER LI, PERIS JB, STUBING G, 2002
Quenopodio. Vademecum de Fitoterapia, Barcelona, España, Editorial Masson. Nov.20,2003. URL: www.masson.es/book/fitoterapia.html

19 BOURGEOIS P, JOSEPH H, SAVARY H, 1989
Détermination d'huiles essentielles et dosage de l'ascaridole dans Chenopodium ambrosioides. Rapport TRAMIL. Laboratoire de phytochimie, Faculté des Sciences, Université des Antilles et de la Guyane UAG, Pointe à Pitre, Guadeloupe.

20 TAKEMOTO T, NAKAJIMA T, 1957
Study of the essential oils of Chenopodium ambrosioides. V. On the structure of aritasone. Yakugaru Zasshi 77:1157-1158.

21 BAUER L, BRASIL E, SILVA GA, 1973
Essential oils of Chenopodium ambrosioides and Schinus terebenthifolia from Rio Grande do Sul. Rev Brasil Farm 54:240.

22 MONZOTE L, STAMBERG W, STANIEK K, GILLE L, 2009
Oxic effects of carvacrol, caryophyllene oxide, and ascaridole from essential oil of Chenopodium ambrosioides on mitochondria. Toxicol Appl Pharmacol 240(3):337-347.

23 CHU SS, FENG HU J, LIU ZL, 2011
Composition of essential oil of Chinese Chenopodium ambrosioides and insecticidal activity against maize weevil, Sitophilus zeamais. Pest Manag Sci 67(6):714-718.

24 JARAMILLO B, DUARTE E, DELGADO W, 2012
Bioactividad del aceite esencial de Chenopodium ambrosioides colombiano/ Bioactivity of essential oil from Colombian Chenopodium ambrosioides. Rev Cuba Plantas Med 17(1):54-64.

25 JARDIM CM, JHAM GN, DHINGRA OD, FREIRE MM, 2008
Composition and antifungal activity of the essential oil of the Brazilian Chenopodium ambrosioides L. J Chem Ecol 34(9):1213-1218.

26 ARISAWA M, MINABE N, SAEKI R, TAKAKUWA T, NAKAOKI T, 1971
Studies on unutilized resources. V. The components of the flavonoids in Chenopodium genus plants. Yagugaku Zasshi 91:522.

27 JAIN N, LAM MS, KAMIL M, ILYAS M, NIWA M, SAKAE A, 1990
Two flavonol glycosides from Chenopodium ambrosioides. Phytochemistry 29(12):3988-3991.

28 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986
Handbook of proximate analysis tables of higher plants. Boca Raton, USA: CRC Press. p41.

29 CAMBAR P, 1988
Prevención de la producción de úlceras gástricas experimentales por algunos extractos de plantas. Informe TRAMIL. Unidad de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas, Universidad Nacional Autónoma de Honduras, Tegucigalpa, Honduras.

30 DESTA B, 1993
Ethiopian traditional herbal drugs. Part II: Antimicrobial activity of 63 medicinal plants. J Ethnopharmacol 39(2):129-139.

31 ROSS SA, EL-KELTAWI NE, MEGALLA SE, 1980
Antimicrobial activity of some Egyptian aromatic plants. Fitoterapia 51:201-205.

32 BUTZ LN, LA LANDE JR, 1937
Antihelmintics II. A comparison of certain ozonides, Chenopodium oil and diheptanol peroxide. J Am Pharm Assoc 26:114.

33 BLISS AR, 1925
A pharmacodynamic study on the antihelmintic properties of two oils of Chenopodium. J Am Pharm Assoc 14:93.

34 FERNAN-NUÑEZ M, 1927
A contribution of helmintic therapy. J Amer Med Assoc 88:903.

35 FEROZ H, KHARE AK, SRIVASTAVA MC, 1982
Review of scientific studies on anthelmintics from plants. J Sci Res Pl Med 3(1):6-12.

36 KISHORE N, DUBEY NK, SINGH SK, DIXIT SN, 1981
Fungitoxicity of some volatile natural products against human pathogenic fungi. Indian Perf 25(3/4):1-3.

37 KLIKS MM, 1985
Studies on the traditional herbal antihelmintic Chenopodium ambrosioides L.: ethnopharmacological evaluation and clinical field trials. Soc Sci Med 21(8):879-886.

38 LOPEZ DE GUIMARAES D, NEYRA LLANOS RS, ROMERO ACEVEDO JH, 2001
Ascariasis; comparación de la eficacia terapéutica entre paico y albendazol en niños de Huaraz. Rev Gastroenterol Peru 21(3):212-219.

39 GONZALEZ A, 1990
Evaluación de la toxicidad dérmica de plantas TRAMIL en conejos. Centro Nacional de Salud Animal, La Habana, Cuba. TRAMIL III, La Habana, Cuba, MINSAP/enda-caribe.

40 LOPEZ M, MARTINEZ MJ, MOREJON Z, BOUCOURT E, FERRADA C, FUENTES V, MORON F, 2005
Irritabilidad dérmica primaria de una decocción de hoja fresca de Chenopodium ambrosioides L. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Medicina “Dr. Salvador Allende”, Cerro, C. Habana, Cuba.

41 LOPEZ M, MARTINEZ MJ, MOREJON Z, BOUCOURT E, FERRADA C, FUENTES V, MORON F, 2005
Irritabilidad dérmica primaria hoja fresca machacada de Chenopodium ambrosioides L. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Medicina “Dr. Salvador Allende”, Cerro, C. Habana, Cuba.

42 PAZOS L, COTO T, CAIZA F, 2009
Toxicidad oral aguda, dosis repetida, en ratón, partes aéreas de Chenopodium ambrosioides. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

43 GADANOA AB, GURNI AA, CARBALLO MA, 2006
Argentine folk medicine: Genotoxic effects of Chenopodiaceae family. J Ethnopharmacol 103(2):246-251.

44 MACDONALD D, VANCREY K, HARRISON P, RANGACHARI PK, ROSENFELD J, WARREN C, SORGER G, 2004
Ascaridole-less infusions of Chenopodium ambrosioides contain a nematocide(s) that is(are) not toxic to mammalian smooth muscle. J Ethnopharmacol 92(2-3):215-221.

45 OPDYKE DLJ, 1976
Monographs on fragance raw materials. Chenopodium oil. Food Chem Toxicol 14(11):713-715.

46 OLAJIDE OA, AWE SO, MAKINDE JM, 1997
Pharmalogical screening of the mathanolic extract of Chenopodium ambrosioides. Fitoterapia 68(6):529-532.

47 BHAKUNI DS, DHAR ML, DHAR MM, DHAWAN BN, MEHROTRA BN, 1969
Screening of Indian plants for biological activity. Part II. Indian J Exp Biol 7:250-262.

48 MELE A, 1952
Acute poisoning with Chenopodium oil. Folia Med 35:955.

49 WOLF IJ, 1932
Fatal poisoning with oil of Chenopodium in a negro child with sickle-cell anemia. Arch Pediatr 52:126.

50 JELLIFFE DB, 1951
Oil of Chenopodium in the treatment of ascariasis. Report of 3 cases of fatal liver damage in African patients. J Trop Med Hyg 54:143.

51 ANDRIEN J, PARMENTIER PD, COMPERE J, BOUNAMEAUX Y, 1971
Study on Chenopodium oil encephalitis. Three fatal cases. A Soc Belge Med Trop 51:299.

52 CONTRERAS AA, ZOLLA C, 1982
Plantas tóxicas de México. México, México: Instituto Mexicano del Seguro Social.

53 DELENS M, Ed., 2000
Cuaderno de Fitoterapia Clínica (Afecciones respiratorias y digestivas). Mérida, Venezuela: CONAPLAMED. p151.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.