Plectranthus amboinicus

nom scientifique : 
Plectranthus amboinicus (Lour.) Spreng.
synonyme : 
Coleus amboinicus Lour.
Famille : 

Distribution géographique

 

Originaire de l’Asie tropicale et d’Afrique, cultivée dans les zones tropicales du monde.

 

Description botanique

Herbacée succulente, aromatique, atteignant généralement moins de 1 m. Feuilles ovées, avec pointe obtuse, base subcordée, bords crénelés, pubescents. Fleurs en grappes de 10 à 30 cm; calice tomenteux, lèvre supérieure oblongue; corolle blanchâtre, rosée ou couleur lilas.

Voucher(s)

Medina,47,CICY

Fuentes,4579,ROIG

asthme :

  feuille (que l’on a fait revenir), infusion, voie orale1

toux :

feuille fraîche, frite, voie orale17

catarrhe :

feuille fraîche, frite, voie orale17

Les feuilles dePlectranthus amboinicus constituent un condiment de consommation humaine relativement répandu.

Contre l’asthme :

préparer une infusion, en versant 1 litre (4 tasses) d’eau bouillante sur 35 grammes (5-7 feuilles) de feuilles que l’on aura préalablement fait revenir. Couvrir le récipient, laisser reposer 5-10 minutes. Filtrer, laisser refroidir et boire 1 tasse au moment ou les symptômes apparaissent ,etce, jusqu’à 3 fois par jour14.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre l’asthme est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et l’information scientifique publiée.

L’asthme étant dangereux pour la santé, il est recommandé de consulter un médecin. L’emploi de ce remède en cas d’asthme doit être considéré comme complémentaire du traitement médical ou dans l'attente de ce dernier.

Si l’état du patient se détériore, ou si l’asthme persiste au-delà de 2 jours, consulter un médecin.

Ne pas employer avec des enfants de moins de 3 ans, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

•Travail TRAMIL12

Le jus de feuille (0,5%) administré localement au lapin (0,5 mL/5 cm2) pendant 72 heures n’a pas induit de changement sur la peau.

•Travail TRAMIL15

L'extrait aqueux (décoction) lyophilisé de feuille fraîche, a été administré par voie orale (1g/kg/día), quotidiennement pendant 5 jours consécutifs par semaine pendant 2 semaines à 10 souris Swiss mâles (21.33 ±0.64 g). Le groupe témoin de mêmes caractéristiques a reçu de l'eau distillée (0.3 mL/20 g de poids corporel). Aucun signe de toxicité ni mortalité n'ont été observés durant l'essais ni les 7 jours qui ont suivi. L'autopsie n'a montré aucune altération macroscopique.

L’extrait éthanolique (70%) de feuille (0,323-1,292 mg de solides totaux/mL) et l’huile essentielle de feuille (0,01-0,1%), in vitro, sur le modèle de ségrégation somatique sur Aspergillus nidulans D30, ont montré une action cytotoxique et génotoxique significative et dose-dépendante. L’extrait éthanolique administré oralement à des souris (195-773,2 mg/kg), in vivo, lors de l’essai d’induction de micronoyaux en moelle osseuse, n’a pas eu d’effet génotoxique13.

L’extrait aqueux de feuille lyophilisé, administré oralement à la souris (2 g/kg), n’a pas provoqué de mort ni de signes de toxicité9.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi médicinal sur des enfants, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes

La feuille contient de l’huile essentielle : terbutil-anisol, caryophilène, p-cymène, 4-terpinéol, thymol et verbénone2, carvacrol, cinéol, ß-caryophilène, humulène, α-terpinène, ß-terpinéol, terpinolène, salicilate d’éthyle3; des flavonoïdes : apigénine, chrysoériol, chrysimaritine, ériodictiol, lutéoline, quercétine, salvigénine, taxifoline; des triterpènes : acides euscafique, maslinique, oléanolique, dihydroxy-oléanolique, pomolique, tormentique et ursolique4-5.

Toutes les parties de la plante contiennent des tanins6.

Recherche TRAMIL16

Le jus de feulle obtenu par macération n'a pas montré d'activité antimicrobienne in vitro à concentration de 426 µg/mL contre Staphylococcus aureus, Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa, Proteus vulgaris ni Candida albicans.

L’extrait salin de feuille in vitro n’a pas été actif surEscherichia coli, ni sur Pasteurella pestis, ni sur Staphylococcus aureus7.

La décoction de feuille fraîche lyophilisée (1-3 mg/mL), in vitro, sur iléon isolé de cobaye a produit un effet spasmolytique par antagonisme muscarinique compétitif. En conduit déférent isolé de rat (3 mg/mL) elle a renforcé l’effet de l’adrénaline exogène (0,1-30 ng/mL) et, en conduit déférent isolé et stimulé de rat, elle a inhibé la réabsorption intraneuronale de catécholamines (réserpine 30 mg/mL; adrénaline 45 mg/mL)8.

Les extraits aqueux et éthanolique (30%) de feuille, sur le modèle expérimental contre la toux induite par aérosol d’ammoniaque sur cobaye (20 mg/kg), ont montré un effet antitussif similaire à celui de la codéine9.

La décoction de feuille fraîche (1,5 et 30 g/100 mL) sur la souris, sur le modèle d’assiette chaude et d’irritation péritonéale induite par acide acétique, n’a pas révélé d’action analgésique. Sur des modèles de tamisage pharmacologique d’Irwin, avec conduite exploratoire et stéréotypies induites par amphétamine, des effets similaires à ceux des antidépresseursont été mis en évidence10.

On attribue à l’huile essentielle une activité antibactérienne3.

L’extrait de flavonoïdes obtenu de la feuille, sur un modèle de peroxydation lipidique de tissu cérébral dans le but de montrer un effet antioxydant, a inhibé la formation de produits réactifs à l’acide thiobarbiturique (CI50 estimée à 10 mg/mL) et (CI50 du a-tocophérol = 40-50 mg/mL). L’extrait fluide de feuille a montré une inhibition avec CI = 70 mg/mL. L’extrait de flavonoïdes a atteint 100% d’inhibition à 90 mg/mL, et l’extrait fluide à 400 mg/mL11.

 

Références :  

1 MENDEZ M, MEDINA ML, DURAN R, 1996
Encuesta TRAMIL. Unidad de recursos naturales, Centro de Investigación Científica de Yucatán CICY, Mérida, México.

2 HAQUE I, 1988
Analysis of volatile constituents of PakistaniColeus aromaticus plant oil by capillary gas chromatography/mass spectrometry. J Chem Soc Pak 10(3):369-371.

3 TIMOR CE, MANZINI ME, FERNANDEZ A, GONZALEZ ML, 1992
Physicochemical assessment of the essential oil from the leaves of Plectranthus amboinicus (Lour) Spreng. growing in Cuba. Rev Cubana Farm 25(1):63-68.

4 BRIESKORN CH, RIEDEL W, 1977
Flavonoids fromColeus amboinicus. Planta Med 31:308.

5 BRIESKORN CH, RIEDEL W, 1977
Triterpene acids fromColeus amboinicus. Arch Pharm (Weinheim) 310(11):910-916.

6 ATAL CK, SRIVASTAVA JB, WALI BK, CHAKRAVARTY RB, DHAWAN BN, ROSTOGI RP, 1978
Screening of Indian plants for biological activity. Part. VIII. Indian J Exp Biol 16(3):330-349.

7 COLLIER WA, VAN DE PIJI L, 1949
The antibiotic actions of plants, especially the higher plants,with results with Indonesian plants. Chron Nat 105:8-22.

8 LLANIO M, PEREZ-SAAD H, FERNANDEZ MD, GARRIGA E, MENENDEZ R, BUZNEGO MT, 1999
Plectranthus amboinicus (Lour.) Spreng. (orégano francés): efecto antimuscarínico y potenciación de la adrenalina. Rev Cubana Planta Med 1(4):29-32.

9 MENENDEZ RA, PAVON V, 1999
Plectranthus amboinicus (Lour.) Spreng. Rev Cubana planta Med 3(3):110-115.

10 BUZNEGO MT, FERNANDEZ MD, LLANIO M, LEON N, ACEVEDO ME, PEREZ-SAAD H, 1999

Perfil neurofarmacológico del Plectranthus amboinicus (Lour.) Spreng. (orégano francés). Potenciación de las estereotipias inducidas por anfetamina. Rev Cubana Planta Med 1(4):15-17.

11 GARCIA J, GARCIA T, MENENDEZ R, BUZNEGO M, 1996
Efecto antioxidante de los extractos fluídos y de flavonoides del Plectranthus amboinicus (Lour.) Spreng. (orégano francés). Rev Cubana Planta Med 1(2):27-30.

12 Solis PN, Olmedo D, Buitrago de Tello RE, Gupta MP, 2000
Estudio fitoquímico y toxicológico de algunas plantas TRAMIL. Informe TRAMIL. Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

13 VIZOSO A, RAMOS A, EDREIRA A, BETANCOURT J, DECALO M, 1999
Plectranthus amboinicus (Lour.) Spreng. (orégano francés). Estudio toxicogenético de un extracto fluido y del aceite esencial. Rev Cubana Plant Med 3(2):68-73.

14 ALBORNOZ A, 1993
Medicina Tradicional Herbaria. Caracas, Venezuela: Editorial Instituto Farmacoterápico Latino S.A. p102.

15 GarcIa-GONZÁLEZ M, fallas L.V. 2005
Toxicidad aguda dosis repetida, en ratones, del extracto acuoso (decocción) de las hojas frescas de Plectrantus amboinicus . Informe TRAMIL.PRONAPLAMED. Depto de Fisiología, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

16 LUCIANO-MONTALVO C, GAVILLAN-SUAREZ J, 2009
Actividades antimicrobianas de partes de plantas con usos significativos en encuestas etnofarmacológicas TRAMIL. Informe TRAMIL, Instituto de Investigaciones Interdisciplinarias, Cayey, Universidad de Puerto Rico.

17 MOREJON Z, LOPEZ M, GARCIA MJ, BOUCOURT E, VICTORIA M, FUENTES V, MORON F, BOULOGNE I, ROBINEAU L, 2009
Encuesta TRAMIL preliminar a grupos de vecinos en los municipios 10 de Octubre, Lisa, Marianao, Habana del Este (Cojímar) en la Ciudad de la Habana. Laboratorio Central de Farmacología, Universidad de Ciencias Médicas de La Habana, Ciudad de La Habana, Cuba.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.