Catalpa longissima

nom scientifique : 
Catalpa longissima (Jacq.) Dum. Cours.
synonyme : 
Bignonia longissima Jacq.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire de la Jamaïque et de l'île de Saint-Domingue. Introduite dans les Petites Antilles et le nord de l'Amérique du Sud.

Description botanique

Arbre pouvant atteindre 25 m de haut. Feuilles simples elliptico-lancéolées, pouvant atteindre 12 cm, acuminées. Fleurs blanches, avec des lignes rouges, jaunes à l'intérieur, pétales de 1 cm. Capsule fine et allongée, pouvant atteindre 60 cm, et parfois 3 mm et plus de largeur; graines plumeuses, velues.

Voucher(s)

Rouzier,31,SOE
Jiménez,126,JBSD

aménorrhée :

écorce, décoction avec du sel, voie orale1

douleur d'estomac :

écorce, décoction, voie orale1

fièvre :

feuille, décoction avec du sel, voie orale2

Contre l'aménorrhée et les douleurs d'estomac :

Préparer une décoction avec 20 grammes de morceaux d'écorce dans 1 litre (4 tasses) d'eau, avec ou sans une pincée de sel suivant l'usage; faire bouillir au moins 10 minutes dans un récipient couvert. Laisser refroidir et boire 1 tasse toutes les 6 heures14.

Contre la fièvre :

Préparer une décoction avec 10 grammes de feuilles fraîches dans 1 litre (4 tasses) d'eau avec une pincée de sel; faire bouillir pendant au moins 10 minutes dans un récipient couvert. Laisser refroidir et boire 1 tasse toutes les 6 heures14.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l'information disponible :

L'emploi contre les douleurs d'estomac et contre l'aménorrhée est classé REC sur la base de l'usage significatif traditionnel documenté dans les enquêtes TRAMIL, des études de toxicité, de la validation et de l'information scientifique publiée.

Si l'état du patient se détériore, ou si les douleurs d'estomac persistent plus de 3 jours, consulter un médecin.

L'emploi contre la fièvre est classé REC sur la base de l'usage significatif traditionnel documenté dans les enquêtes TRAMIL, des études de toxicité et de l'information scientifique publiée.

Si l'état du patient se détériore, ou si les douleurs d'estomac persistent plus de 2 jours, consulter un médecin.

Ne pas employer avec des enfants de moins de 3 ans, ni avec des femmes allaitantes, ni avec des femmes enceintes (ce traitement étant susceptible de provoquer des avortements).

Ne pas employer plus de 7 jours de suite avec tout type de patient.

•Travail TRAMIL8

L'extrait aqueux de l'écorce obtenu par décoction (10 minutes) neutralisé à pH 7, administré par voie orale à la souris (25 g/kg) n'a pas provoqué la mort, ni de signes de toxicité évidents; par voie intrapéritonéale la DL50 = 17,26 ± 4,28 g/kg.

L'administration quotidienne de l'extrait (6,25; 12,5 et 18,75 g/kg) pendant 30 jours n'a pas causé de mort au cours de l'étude.

•Travail TRAMIL13

Les fractions aqueuse et organique de l'extrait brut d'écorce par voie orale jusqu'à 5 g/kg sur des souris, n'ont pas induit de signes de toxicité évidente.

On ne dispose pas d'information garantissant l'innocuité de son emploi avec des enfants, ni des femmes enceintes ou allaitantes.

•Travail TRAMIL3

Une évaluation phytochimique préliminaire de la feuille a montré la présence de stéroïdes, de terpénoïdes, de quinones, de polyphénols et de tanins.

•Travail TRAMIL4

Une étude phytochimique de la feuille a mis en évidence la présence de stérols, de quinones et de tanins galliques et catéchiques. Ainsi que l'existence de b-sitostérol et d'acide r-hydroxybenzoïque.

L'écorce contient des tanins5. La feuille possède des tanins catéchiques et galliques, des quinones, des polyphénols et de l'acide r-hydroxybenzoïque6.

La tige contient des triterpènes : b-amyrine; des stéroïdes : b-sitostérol; ainsi que des alcanes : n-triacontane et des quinones : émodine, lapachol et b-lapachone7.

•Travail TRAMIL8

La décoction (10 minutes) aqueuse d'écorce (100 g) neutralisée à pH 7, a provoqué la contraction du muscle utérin isolé de rate en chaleur, aux doses de 12-124 mg/mL. La préparation a augmenté significativement l'amplitude des contractions, tandis que leur force et leur fréquence ont été peu modifiées.

•Travail TRAMIL9

Les fractions aqueuse et organique de l'écorce préparées à partir de l'extrait brut hydroéthanolique (70%) administrées par voie orale au rat (1 g/kg) ont inhibé de façon significative la formation de lésions sur le modèle d'ulcère gastrique induit par l'indométacine. Sur le modèle d'ulcère gastrique induit par l'éthanol, les fractions ont réduit la formation de lésions de 40%.

Aucune des fractions (1 g/kg) n'a présenté d'activité analgésique dans l'essai de contorsions induites par l'acide acétique sur la souris.

•Travail TRAMIL10

L'extrait hydroalcoolique d'écorce du tronc par voie sous-cutanée sur des souris Swiss (1 g/kg) n'a pas montré d'activité antimalarique contre Plasmodium berghei (NK-65).

L'extrait aqueux de feuille in vitro en concentration de 33 mL/L a présenté une activité relaxante sur un utérus isolé de femelle de rat11.

On a constaté que l'amyrine a une activité analgésique et fébrifuge, le b-sitostérol est employé dans le traitement de maladies de la prostate12. On attribue à l'acide r-hydroxybenzoïque des propriétés antibactériennes, fongistatique (DE50 = 507 µg/mL), antimutagène et antioxydante6.

On attribue aux polyphénols un effet inhibiteur de la cyclooxygénase, antiulcéreux, antioxydant, antimutagène, antibactérien, antihelmintique, antiviral et antidiarrhéique6.

Références :  

1 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984
Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

2 WENIGER B, ROUZIER M, 1986
Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

3 WENIGER B, SAVARY H, DAGUIHL R, 1984
Tri phytochimique de plantes de la liste TRAMIL. Faculté de Médicine, Université d'Haïti, Port au Prince, Haïti.

4 BOURGEOIS P, 1988
Etude chimique de Catalpa longissima. Rapport TRAMIL. Laboratoire de phytochimie, Faculté des Sciences, UAG, Basse Terre, Guadeloupe.

5 CHAUHAN AK, DOBHAL MP, UNIYAL PN, 1988
Phytochemical investigation of Catalpa longissima L. Part I. Herba Pol 34(1/2):3-5.

6 HEGNAUER R, 1973
Chemotaxonomy der Pflanzen. Basel & Stuttgart, Schweiz und Deutchland: Birkhauser Verlag. 6:882.

7 DUKE J, 1999
Chemicals and their biological activities in:Catalpa longissima (Jacq.) Dum.Cours. Dr. Duke’s Phytochemical and Ethnobotanical Databases.USDA-ARS-NGRL, Beltsville Agricultural Research Center, Beltsville, USA, Nov.20,2000. URL: http://www.ars-grin.gov/duke/

8 SAUVAIN M, MORETTI C, MUÑOZ V, 1990
Pruebas in vivo para paludismo realizadas en Bolivia sobre varias plantas TRAMIL. ORSTOM/IRD/IBBA, La Paz, Bolivia.

9 HERRERA J, 1988
Determinación de actividades biológicas de vegetales utilizados en medicina tradicional. Trabajo TRAMIL. Dep. de Farmacología, Facultad de Salud, Universidad del Valle, Cali, Colombia.

10 SOUZA BRITO A, 1995
Actividad farmacológica de Catalpa longissima. Trabajo TRAMIL. Dep. de Fisiología y Biofísica, Universidad de Campinas, Campinas, Brasil.

11 FENG PC, HAYNES LJ, MAGNUS KE, PLIMMER JR, 1964
Further pharmacological screening of some West Indian medicinal plants. J Pharm Pharmacol 16:115.

12 NEGWER M, 1987
Organic-chemical drugs and their synonyms (an international survey), 6th ed. Berlin, Germany: Akademie-Verlag.

13 SOUZA BRITO A, 1995
Toxicidad aguda de Catalpa longissima. Trabajo TRAMIL. Dep. de Fisiología y Biofísica, Universidad de Campinas, Campinas, Brasil.

14 MINISTERE DE L’EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE, 1998
Les médicaments à base de plantes. Paris, France: Agence du Médicament.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.