Citrus aurantium

nom scientifique : 
Citrus aurantium L.
synonyme : 
Aurantium acre Mill.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d’Asie, cultivée dans des régions tropicales et subtropicales.

Description botanique

Arbre pouvant atteindre 6 m de haut, à cime arrondie, avec des épines longues et plutôt souples. Feuilles de 7 à 10 cm, aiguës à acuminées; pétiole en forme d’aile prononcée. Fleurs axillaires de taille moyenne, blanches. Fruit de 7 à 8 cm de diamètre, de forme arrondie, un peu aplati au sommet, avec 10 à 12 segments; pulpe acide.

Voucher(s)

Jiménez,1507,JBSD
Medina,2,CICY
Benedetti,3,MAPR
Fuentes,946,ROIG
Ríos,409,CECALLI
Longuefosse&Nossin,13,HAVPM

flatulence :

peau du fruit, infusion, voie orale6

fièvre :

peau du fruit ou feuille, décoction ou infusion, voie orale4-5

conjonctivite :

fruit, jus, en instillation3-4

diarrhée :

fruit, jus, voie orale3-4

grippe :

fruit, jus, voie orale4-5

coliques :

feuille, décoction ou infusion, voie orale2

mal de tête :

feuille, décoction ou infusion, voie orale4-5

grippe :

feuille, décoction ou infusion, voie orale4-5

parasitoses intestinales :

feuille, décoction, voie orale7

toux :

fruit, jus, voie orale2-3,8

rhume :

feuille fraîche, décoction ou macération aqueuse, voie orale1

Le fruit et le jus du fruit de Citrus aurantium constituent des aliments de consommation humaine relativement étendue, et une source industrielle d’huile essentielle.

Contre les coliques, les maux de tête, la fièvre ou la grippe :
Préparer une décoction ou une infusion avec 3-5 feuilles tendres (10-15 grammes) dans 2 tasses (½ litre) d’eau. Pour la décoction, faire bouillir 5 minutes dans un récipient couvert. Pour l’infusion, ajouter l’eau bouillante aux 3-5 feuilles tendres puis couvrir. Laisser refroidir, filtrer et boire tiède une tasse 3 fois par jour1.

Contre la fièvre :
Préparer une décoction avec 1-2 petites cuillerées (5-10 grammes) de peau du fruit dans 1 tasse (250 millilitres) d’eau; faire bouillir 10 minutes dans un récipient couvert. Filtrer, laisser refroidir et boire 1 tasse 3 fois par jour44.

Contre les flatulences :
Préparer une infusion, ajouter 4 tasses (1 litre) d’eau bouillante à la peau d’un ½ fruit. Couvrir le récipient, laisser reposer et boire 1 tasse selon les besoins symptomatiques6.

Contre les parasites intestinaux :
Préparer une décoction avec 3-5 feuilles tendres dans 2 tasses (½ litre) d’eau. Faire bouillir 5 minutes dans un récipient couvert. Laisser refroidir, filtrer et boire une tasse tiède 2 fois par jour2.

Contre la conjonctivite :
Instiller 2-3 gouttes de jus de fruit frais dans l’œil 3 fois par jour.

Contre la diarrhée, la grippe ou la toux:
Boire le jus d’un fruit pressé 2 fois par jour.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre les coliques, la conjonctivite, la diarrhée et les maux de tête est classé REC sur la base de l’expérience traditionnelle documenté par son usage significatif dans les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité, de validation et l'information scientifique publiée.

Toute application sur les yeux doit se conformer aux plus strictes mesures d’hygiène, pour empêcher la contamination ou une infection supplémentaire et éviter le contact avec des substances irritantes pour la conjonctive. En cas de conjonctivite, l’application du jus de Citrus spp risque d’augmenter l’irritation.

L'utilisation de cette ressource doit être considérée comme un complément au traitement médical, sauf contre-indication.

En cas de détérioration du patient ou si les coliques ou le mal de tête persistent pendant plus de 2 jours ou la conjonctivite pendant plus de 3 jours, consulter un médecin.

En cas de diarrhée, on considère que ce remède est complémentaire de la thérapie de réhydratation orale.

En cas de détérioration de l’état du patient (déshydratation avec la langue sèche, pli cutané persistant, oligurie (diminution de la quantité d'urine), pleurs sans larmes...), consulter immédiatement un médecin.

Si la diarrhée dure plus de 3 jours chez un adulte et plus de 2 jours chez un enfant, consulter un médecin.

L’emploi contre le rhume et la grippe (feuille) est classé REC sur la base de son usage significatif traditionnel documenté dans les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et de validation.

Si l’état du patient se détériore ou si le rhume ou la grippe dure plus de 7 jours, consulter un médecin.

L’emploi contre la grippe (fruit) est classé REC sur la base de son usage significatif traditionnel documenté dans les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et l'information scientifique publiée.

L’emploi contre la fièvre, les flatulences et les parasites intestinaux est classé REC sur la base de son usage significatif traditionnel documenté dans les enquêtes TRAMIL et les études de toxicité.

Si l’état du patient se détériore ou si la fièvre dure plus de 2 jours, consulter un médecin.

A cause du risque que présente l’interaction avec la cyclosporine, il faut éviter l’ingestion de la décoction du fruit chez les personnes qui prennent ce médicament.

L’huile essentielle de la plante peut provoquer des réactions d’hypersensibilité.

Ne pas employer avec des femmes enceintes ou allaitantes, ni avec des enfants de moins de 8 ans.

Travaux TRAMIL32-33
L'infusion d'écorce (30%) de fruit frais (1,15 mg/mL de solides totaux) d'une part, le jus de fruit frais (12,29 mg/mL de solides totaux) d'autre part, en dose unique (23 et 245,8 mg de solides totaux/kg), par voie orale, au rat Wistar, selon le modèle de toxicité aiguë, n’ont pas provoqué de mortalité ni de signes évidents de toxicité dans les 24 heures ni les 14 jours d’observation, et n’ont pas mis de changement en évidence lors des études histopathologiques.

Travail TRAMIL34
L'extrait aqueux (décoction) lyophilisé de feuille fraîche (1g/kg/jour) a été administré par voie orale à 10 souris Swiss mâles (21,33 ± 0,64 g) quotidiennement pendant 5 jours consécutifs par semaine pendant 2 semaines. Le groupe témoin (10 souris) de mêmes caractéristiques a reçu de l'eau distillée (0,3 mL). Aucun signe de toxicité ni mortalité n'ont été observés durant l'essai ni les 7 jours qui ont suivi. L'autopsie n'a montré aucune altération macroscopique des organes internes.

Travail TRAMIL35
Le jus du fruit (100 µL) par voie topique dans le sac conjonctival de l'œil droit de 3 lapins, modèle d'irritation oculaire, avec 72 heures d’observation, n'a pas provoqué d’altération ni d'irritation.

Le jus de fruits frais, en dose unique (480 mL​​/jour) par voie orale chez des humains des deux sexes, n’a provoqué aucun signe évident de toxicité36.

La DL50 de l'extrait éthanolique (68,24%) de la peau du fruit (20 ± 2 g) par voie orale à la souris Swiss, protocole OECD, a été de 476,94 mg/kg37.

L'extrait éthanolique d’écorce du fruit sec (50%) (2,5 mg/kg/15 jours consécutifs) par voie orale au rat Sprague-Dawley (26 ± 2 g), a montré une toxicité cardiovasculaire (ECG anormal : arythmie ventriculaire, élargissement du complexe QRS)38.

La décoction du fruit, administrée (1 L/jour) conjointement avec de la cyclosporine (10 mg/kg) par voie orale au porc, a augmenté la concentration maximum de 64% et la biodisponibilité de celle-ci; sur 20% des animaux sont apparu des signes d’intoxication aiguë par la cyclosporine39.

L’extrait aqueux du fruit (500 µg/mL) in vitro a montré une activité cytotoxique, mais n’a pas eu d’effet embryotoxique40.

Les extraits aqueux et méthanolique du fruit immature (50 mg poids sec/disque) n’ont pas montré d’activité mutagène, avec et sans activation métabolique, sur la culture sur plaque d’agar-agar de Salmonella typhimurium souches TA98 et TA10041 ni à concentration de 100 mg/mL sur Bacillus subtillis H17 et Salmonella typhimurium TA98 et TA10042.

Basé sur les recherches en cours ainsi que la vaste ingestion d'orange amère et p-synéphrine sous la forme de compléments alimentaires ainsi que des fruits, des jus de fruits et autres produits alimentaires d'agrumes, les données démontrent que l'extrait d'orange amère est sans danger pour la consommation humaine. Aucun effet indésirable n’a été directement attribué à l’ingestion d’orange amère ou son protoalkaloïde primaire, la p-synéphrine par ingestion orale43.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi médicinal sur des enfants ou des femmes enceintes ou allaitantes.

La feuille contient une huile essentielle : linalol (11%), acétate de linalol9; des flavonoïdes : néodiosmine, néohespéridine et rhoifoline10.

La graine renferme plusieurs triterpènes11; le fruit contient des triterpènes : limonine, nomiline et acide nomilinique12-13 et un alcaloïde isoquinoléique : la synéphrine14.

La pulpe du fruit présente de grandes quantités d’acides organiques (citrique et malique principalement) et de vitamine C; le péricarpe contient de la pectine15.

La fleur contient de l’huile essentielle ("neroli") 0,05-0,5% : limonène, linalol, nérol et anthranylate de méthyle9.

Le péricarpe a été amplement étudié et contient, entre autres composants flavonoïdes : hespéridine, néohespéridine16; huile essentielle ("curaçao") 2% : limonène (90%)9.

Analyse proximale pour 100 g du fruit17 : calories : 44; eau : 87,5%; protéines : 0,7%; lipides : 0,1%; glucides : 11,2%; fibres : 2%; cendres : 0,5%; calcium : 42 mg; phosphore : 20 mg; fer : 0,4 mg; carotène : 70 µg; thiamine : 0,07 mg; riboflavine : 0,03 mg; niacine : 0,3 mg; acide ascorbique : 43 mg.

Travail TRAMIL18
Le jus de fruits frais (100 µL) a montré une activité in vitro contre Staphylococcus aureus (ATCC 29737), Escherichia coli (ATCC 10536), Pseudomonas aeruginosa (ATCC 27853) et Klebsiella pneumoniae (ATCC 1003).

Travail TRAMIL19
L'extrait aqueux (décoction 30%) de feuille fraîche, (0,5, 1 et 5 g de matière végétale/kg), a été administré par voie orale dans le modèle de contorsions induites par l'acide acétique (0,75%, 0,1 mL/10 g) en intrapéritonéal, et le modèle de retrait de la queue causé par l'immersion dans l'eau chaude (55°C) sur la souris OF-1 mâle (20-25 g), 10 animaux/groupe. Aux doses de 1 et 5 g/kg l’extrait a montré une activité antalgique significative dans le modèle des contorsions mais pas dans le modèle du retrait de la queue.

L’extrait aqueux de fruit séché (20 mg/disque) a montré une activité in vitro contre Candida albicans20.

L’extrait alcoolique (teinture à 10 g de matière végétale sèche/100 mL d’éthanol) de fruit séché sur plaque d’agar-agar (30 µL/disque) a montré une activité in vitro contre Staphylococcus aureus21.

L’extrait aqueux (décoction) de fruit (0,05 mg/mL) in vitro a montré une activité contre le rotavirus; les principes actifs ont été l’hespéridine et la néohespéridine avec une concentration inhibitrice moyenne (CIM) égale à 10 et 25 micromoles, respectivement22.

L’extrait aqueux du fruit mûr dans un utérus œstrogénisé de rat a montré un effet antispasmodique non spécifique in vitro avec une dose inhibitrice moyenne (ID50) égale à 1,8 µg/mL. Les extraits aqueux de peau du fruit immature et mature, a eu le même effet sur ce modèle expérimental avec une ID50 = 0,16 et 0,27 µg/mL, respectivement23.

Les décoctions du fruit séché non parvenu à maturité (1,7 et 10 µg/mL)24 et du fruit mûr (1,8 µg/mL)23, in vitro ont montré un effet relaxant sur l’utérus de rat femelle en chaleur.

L’extrait aqueux du fruit séché (2 g/kg) par voie orale à la souris, a eu un effet antidiarrhéique in vivo selon le modèle de la diarrhée induite par le 5-H-tryptophane25.

L’extrait hydroalcoolique (95%) de la peau du fruit séché (2,5 mL/L) a montré un effet antispasmodique sur l’iléon isolé de cobaye26.

L’extrait aqueux du fruit séché (19,3 mg/kg) par voie orale à la souris a montré une activité immunomodulatrice27.

L’extrait aqueux (décoction) du fruit séché (100 et 250 mg/kg) par voie orale à des rats des deux sexes a montré une activité antiulcéreuse dans les lésions gastriques induites par éthanol, acide chlorhydrique et aspirine28.

L’extrait aqueux (décoction) de la peau séchée du fruit (1%), appliqué topiquement à des humains adultes, a été actif contre la pigmentation de la peau induite par lumière ultraviolette29.

L’ingestion de jus frais du fruit (1250 mL) par des humains adultes, dans une étude pharmacocinétique, a démontré l’absorption de la narangine et de l’hespéridine (flavonoïdes)30.

On a décrit les propriétés anti-infectieuses15 et antiscorbutiques de la vitamine C. C’est un cofacteur enzymatique qui intervient dans la synthèse de collagène et de carnitine, la transformation d’acide folique en folinique, le métabolisme microsomique de médicaments, la synthèse de noradrénaline et d’hormones peptidiques, la réduction du fer ferrique à ferreux au niveau gastrique, la formation d’hormones surrénales31.

Pharmacopée: 

v3

Références :  

1 MOREJON Z, LOPEZ M, GARCIA MJ, BOUCOURT E, VICTORIA M, FUENTES V, MORON F, BOULOGNE I, ROBINEAU L, 2009
Encuesta TRAMIL preliminar a grupos de vecinos en los municipios 10 de Octubre, Lisa, Marianao, Habana del Este (Cojímar) en la Ciudad de la Habana. Laboratorio Central de Farmacología, Universidad de Ciencias Médicas de La Habana, Ciudad de La Habana, Cuba.

2 MENDEZ M, MEDINA ML, DURAN R, 1996
Encuesta TRAMIL. Unidad de recursos naturales, Centro de Investigación Científica de Yucatán CICY, Mérida, México.

3 WENIGER B, ROUZIER M, 1986
Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

4 WENIGER B, 1987-88
Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

5 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984
Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

6 MARCELLE G, 1996
TRAMIL survey. Produce chemist laboratory, Ministry of Agriculture, St George's, Grenada.

7 BENEDETTI MD, 1994
Encuesta TRAMIL. Universidad de Puerto Rico, Mayagüez, Puerto Rico.

8 LONGUEFOSSE JL, NOSSIN E, 1990-95
Enquête TRAMIL. Association pour la valorisation des plantes médicinales de la Caraïbe AVPMC, Fort de France, Martinique.

9 LIN Z, HUA Y, GU Y, 1986
The chemical constituents of the essential oil from the flowers, leaves and peels of Citrus aurantium. Chih Wu Hsueh Pao 28(6):635-640.

10 RIO JAD, BENAVENTE O, CASTILLO J, BORREGO F, 1992
Neodiosmin, a flavone glycoside of Citrus aurantium. Phytochemistry 31(2):723-724.

11 BENNETT RD, MIYAKE M, OZAKI Y, HASEGAWA S, 1991
Limonoid glucosides in Citrus aurantium. Phytochemistry 30(11):3803-3805.

12 WIDMER WW, 1991
Improvements in the quantitation of limonin in Citrus juice by reversed-phase high-performance liquid chromatography. J Agric Food Chem 39(8):1472-1476.

13 HERMAN Z, FONG CH, OU P, HASEGAWA S, 1990
Limonoid glucosides in orange juices by HPLC. J Agric Food Chem 38(9):1860-1861.

14 HOSODA K, NOGUCHI M, KANAYA T, HIGUCHI M, 1990
Studies on the preparation and evaluation of Kijitsu, the immature citrus fruits. III. Relation between diameter of Kijitsu and synephrine content. Yakugaku Zasshi 110(1):82-84.

15 BEZANGER-BEAUQUESNE L, PINKAS M, TORCK M, 1986
Les plantes dans la thérapeutique moderne. 2 éd. Paris, France: Ed. Maloine.

16 WAGNER H, BLADT S, MUNZING-VASITIAN K, 1975
Thin-layer chromatography of bitter principle drugs. Pharm-Ztg 120:1262.

17 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986
Handbook of proximate analysis tables of higher plants. Boca Raton, USA: CRC Press, p45.

18 BOUCOURT E, MARTINEZ M J, MOREJON Z, 2010
Evaluación de la actividad antimicrobiana del zumo del fruto fresco de Citrus aurantium L. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, C. Habana, Cuba.

19 MORON FJ, MOREJON Z, GARCIA AI, LOPEZ M, BOUCOURT E, BACALLAO Y, FUENTES V, 2008
Acción analgésica de la decocción 30% de hojas frescas de Citrus aurantium L. (naranja agria) en ratones. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, Ciudad de La Habana, Cuba.

20 AVIRUTANT W, PONGPAL A, 1983
The antimicrobial activity of some Thai flowers and plants. Mahidol Univ J Pharm Sci 10(3):81-86.

21 CACERES A, GIRON LM, ALVARADO SR, TORRES MF, 1987
Screening of antimicrobial activity of plants popularly used in Guatemala for the treatment of dermatomucosal diseases. J Ethnopharmacol 20(3):223-237.

22 KIM DH, SONG MJ, BAE EA, HAN MJ, 2000
Inhibitory effect of herbal medicines on rotavirus infectivity. Biol Pharm Bull 23(3):356-358.

23 SANKAWA U, 1980
Screening of bioactive compounds in oriental medicinal drugs. Korean J Pharmacog 11:125-132.

24 KINOSHITA T, SAMESHIMA M, SANKAWA U, 1979
Isolation of a sympathomimetic substance from Chinese medicinal drugs originated from Citrus sp. Shoyakugaku Zassmi 33:146-149.

25 YOO JS, JUNG JS, LEE TH, SON KH, SUH HW, SONG DK, KIM YH, 1995
Inhibitory effects of extracts from traditional herbal drugs on 5-hydroxytryptophan-induced diarrhea in mice. Korean J Pharmacog 26(4):355-359.

26 FORSTER HB, NIKLAS H, LUTZ S, 1980
Antispasmodic effects of some medicinal plants. Planta Med 40(4):309-319.

27 IWAMA H, AMAGAYA S, OGIHARA Y, 1986
Effects of five kampohozais on the mitogenic activity of lipopolysaccharide, concanavalin A, phorbol myristate acetate and phytohemagglutinin in vivo. J Ethnopharmacol 18(2):193-204.

28 HIRANO H, TAKASE H, YAMAMOTO K, YANASE T, ABE K, SAITO Y, 1997
The anti-ulcer effects of Aurantii Fructus Immaturus, Aurantii Fructus and the principles in Aurantii Fructus Immaturus. Nat Med 51(3):190-193.

29 AZUMA S, YADA Y, IMOKAWA G, TAZAKI S, SHINHO T, 1996
Skin-lightening cosmetics containing plant extracts and ascorbic acid or placenta extracts. Patent-Japan Kokai Tokyo Koho-08 208,451.

30 AMEER B, WEINTRAUB RA, JOHNSON JV, YOST RA, ROUSEFF RL, 1996
Flavonone absorption after naringin, hesperidin, and Citrus administration. Clin Pharmacol Ther 60(1):34-40.

31 HARTMAN JG, LIMBIRD ILE, Eds., 1996
Goodman & Gilman las bases farmacológicas de la Terapéutica, 9a edición. México, México: McGraw-Hill Editorial. p1670-1671.

32 MARTINEZ MJ, MOREJON Z, LOPEZ M, BOUCOURT E, FUENTES V, MORON F, 2005
Clases tóxicas agudas (CTA) de una infusión de corteza de fruto fresco de Citrus aurantium L. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

33 MARTINEZ MJ, MOREJON Z, LOPEZ M, BOUCOURT E, FUENTES V, MORON F, 2005
Clases tóxicas agudas (CTA) de zumo de fruto fresco de Citrus aurantium L. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

34 GARCIA-GONZALEZ M, FALLAS LV, 2005
Toxicidad aguda dosis repetida, en ratones, del extracto acuoso (decocción) de las hojas frescas de Citrus aurantium . Informe TRAMIL. PRONAPLAMED. Depto de Fisiología, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

35 PAZOS L, COTO T, CAIZA F, 2009 Irritación ocular, en conejos, del jugo fresco del fruto de Citrus aurantium. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

36 PENZAK SR, JANN MW, COLD JA, HON YY, DESAI HD, GURLEY BJ, 2001Seville (sour) orange juice: synephrine content and cardiovascular effects in normotensive adults. J Clin Pharmacol 41(10):1059-1063.

37 PARRA AL, YHEBRA RS, SARDINAS IG, BUELA LI, 2001Comparative study of the assay of Artemia salina L. and the estimate of the medium lethal dose (LD50 value) in mice, to determine oral acute toxicity of plant extracts. Phytomedicine 8(5):395-400.

38 CALAPAI G, FIRENZUOLI F, SAITTA A, SQUADRITO F, ARLOTTA MR, COSTANTINO G, INFERRERA G, 1999Antiobesity and cardiovascular toxic effects of Citrus aurantium extracts in the rat: a preliminary report. Fitoterapia 70(6):586-592.

39 HOU YC, HSIU SL, TSAO CW, WANG YH, CHAO PD, 2000
Acute intoxication of cyclosporin caused by coadministration of decoctions of the fruits of Citrus aurantium and the pericarps of Citrus grandis. Planta Med 66(7):653-655.

40 SATO A, 1989
Studies on anti-tumor activity of crude drugs. I. The effects of aqueous extracts of some crude drugs in short term screening test. Yakugaku Zasshi 109(6):407-423.

41 YAMAMOTO H, MIZUTANI T, NOMURA H, 1982
Studies on the mutagenicity of crude drug extracts. I. Yakugaku Zasshi 102(6):596-601.

42 MORIMOTO I, WATANABE F, OSAWA T, OKITSU T, KADA T, 1982
Mutagenicity screening of crude drugs with Bacillus subtilis REC-assay and Salmonella microsome reversion assay. Mutat Res 97(2):81-102.

43 STOHS SJ, PREUSS HG, 2010
The safety of bitter orange (Citrus aurantium) and p-synephrine. HerbalGram 89:34-39.

44 CANIGUERAL S, VILA R, RISCO E, PEREZ F, PORTILLO A, FREIXA B, MILO B, VANACLOCHA B, RIOS JL, MORALES MA, ALONSO JR, BACHILLER LI, PERIS JB, STUBING G, 2002
Citrus aurantium. Vademecum de Fitoterapia, Editorial Masson, Barcelona, España, Jul.20,2002. URL: www.masson.es/book/fitoterapia.html

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.