Citrus sinensis

nom scientifique : 
Citrus sinensis (L.) Osbeck
synonyme : 
Citrus aurantium var. sinensis L.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d’Asie, cultivée dans de vastes régions tropicales et subtropicales.

 

Description botanique

Arbre de taille moyenne pouvant atteindre 6 m, cime arrondie; branches avec épines fines, souples, parfois absentes. Feuilles très elliptiques de 6 à 11 cm de longueur avec une pointe obtuse ou aiguë, base rhomboïdale ou arrondie. Fleurs solitaires ou en grappes courtes, blanches, aromatiques. Fruit rond ou ovale, avec 10 à 13 segments, pulpe jaunâtre, sucrée.

Voucher(s)

Veloz, 3010, JBSD

entorse :

fruit, jus, appliqué en cataplasme1-2

fièvre :

peau du fruit ou feuille, décoction ou infusion, voie orale1-2

foulure :

fruit, jus, appliqué en cataplasme1-2

conjonctivite :

fruit, jus, en instillation1-2

diarrhée :

fruit, jus, voie orale1-2

grippe :

fruit, jus, voie orale1-2

toux :

fruit, jus, voie orale1-2

mal de tête :

feuille, décoction ou infusion, voie orale1-2

grippe :

feuille, décoction ou infusion, voie orale1-2

Le fruit et le jus de Citrus sinensis constituent des aliments de consommation humaine relativement répandus et une source industrielle d’huile essentielle.

Contre la conjonctivite :
Bien laver et peler les fruits frais, presser et appliquer (instiller) 2-3 gouttes de jus directement dans l'oeil, 3 fois par jour.

Contre la diarrhée, la grippe ou la toux :
Boire le jus naturel d’1 fruit, 2 fois par jour.

Contre les maux de tête, la grippe ou la fièvre :
Préparer une décoction ou une infusion avec 5-20 grammes de feuilles ou de pelure, dans 4 tasses (1 litre) d’eau. Pour la décoction, faire bouillir 5-10 minutes dans un récipient couvert. Pour l’infusion, ajouter l’eau bouillante aux 5-20 grammes de feuilles ou de pelure et couvrir. Laisser reposer 5 minutes, laisser refroidir, filtrer. Boire 2 à 3 tasses par jour31.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre la conjonctivite, la grippe, la toux, les maux de tête et la fièvre est classé REC sur la base de l’emploi significatif traditionnel documenté dans les enquêtes TRAMIL et les études de toxicité.

Toute application sur les yeux doit se conformer aux plus strictes mesures d’hygiène, pour empêcher la contamination ou une infection supplémentaire et éviter le contact avec des substances pouvant irriter la conjonctive.
En cas de conjonctivite, l’application du jus du fruit de C. sinensis risque d’augmenter l’irritation.

Si l’état du patient se détériore ou si la grippe dure plus de 7 jours, la toux plus de 5 jours, la conjonctivite plus de 3 jours, les maux de tête ou la fièvre plus de 2 jours, consulter un médecin.

L’emploi du jus de fruit contre la diarrhée, la grippe et la toux est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté dans les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et de validation.

En cas de diarrhée, on considère ce remède comme un traitement complémentaire de la thérapie de réhydratation orale.
Si on observe une détérioration de l’état du patient (déshydratation avec langue sèche, pli cutané persistant, oligurie (diminution de la quantité d’urine) ou pleurs sans larmes…), consulter un médecin immédiatement.

Si la diarrhée dure plus de 2 jours chez un adulte ou plus d’un jour chez un enfant, consulter un médecin.

A cause du risque d’interaction documentée avec l’itraconazole, éviter la consommation du jus de fruit de C. sinensis chez les personnes prenant ce médicament3.

L’huile essentielle de la plante peut provoquer des réactions d’hypersensibilité.

Ne pas employer avec des femmes enceintes ou allaitantes, ni avec des enfants de moins de 5 ans.

Travail TRAMIL24
L’extrait aqueux (décoction) lyophilisé de feuille fraîche, (5 g/kg/jour/5 jours) a été administré par voie orale à la souris Hsd:ICR de 19,33 ± 1,99 g (5 mâles et 5 femelles) selon le protocole EPA.OPPTS 870.3100, avec 15 jours supplémentaires d'observation. Le témoin est réalisé avec de l'eau (0,4 mL/20 g de poids corporel) à 10 souris de mêmes caractéristiques. Il n’y a pas eu de mort ni aucun signe de toxicité (Test Polidimentionel de Irwing). L'autopsie macroscopique n'a révélé aucune anomalie dans les organes.

Travail TRAMIL25
Le jus naturel de fruit frais, (100 µL) par voie topique dans le sac conjonctival de l'oeil droit du lapin, l'oeil gauche témoin ayant reçu 100 µL d'eau distillée, modèle d'irritation occulaire, avec observation pendant 72 heures, n'a causé aucune altération ni irritation.

Le jus du fruit (29,5 mL/jour) administré au rat a inhibé la carcinogenèse26.

Le jus frais du fruit (0,1 mL/plaque), test de mutagenèse induite par l'acide sodique ou 4-nitro-O-phénylendiamine sur Salmonella typhimurium TA97 et TA100, a montré une activité antimutagène27.

La teinture de l’écorce de fruit vert (50 g dans 100 mL d’éthanol à 30%) sur Aspergillus nidulans (D30, FGSC, A593 et A594) a montré une activité cytotoxique et génotoxique28-29.

La teinture de l’écorce de fruit vert (50 g dans 100 mL d’éthanol à 30%) (2 g/kg en dose unique) par voie orale au rat, des deux sexes, n’a pas produit de signes évidents de toxicité aiguë, n’a pas entraîné de mort ni de lésions morphologiques ou histologiques sur les organes étudiés (foie, coeur, reins, estomac, intestin grêle, gros intestin et poumons). L’étude de la toxicité subchronique de la teinture (0,5, 1 et 2 g/kg/jour/90 jours) par voie orale au rat, des deux sexes, a montré une diminution du poids de corps et de la consommation d’aliment avec 1 et 2 g/kg après le premier mois de traitement, des cycles alternés d’irritabilité et une dépression dans le groupe traité avec 2 g/kg. Les niveaux en hémoglobine, hématocrite, leucogramme différentiel, glycémie, TGO, TGP et phosphatase alcaline n’ont pas varié. Aucune altérations morphologiques ni histologiques n’a été détectée dans les organes examinés (foie, coeur, reins, estomac, intestin grêle, gros intestin, poumons, hypophyse, testicule et ovaire). Administré par voie orale à des souris (0,5, 1 et 2 g/kg/jour) dans l’essai de micronoyaux en moelle osseuse, aucune activité génotoxique significative n’a été mise en évidence, bien que l’on ait observé une tendance à l’augmentation de PCE micronucléés en rapport avec la dose29.

L’huile essentielle en contact avec la peau peut provoquer des phénomènes d’hypersensibilité en cas d’exposition solaire, cette réaction hypersensibilisante est attribuée au nérol, au linalol et au géranial30.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi médicinal sur des enfants ou sur des femmes enceintes ou allaitantes.

La feuille a été très étudiée et contient, entre autres composants, des alcaloïdes : caféine4; des triterpènes : limonine5, β-amyrine; des coumarines : herniarine, scopolétine6; des flavonoïdes : rutine7, huile essentielle : linalol, sabinène8.

Le jus du fruit a été très étudié et contient, entre autres composants, de la vitamine C9; des alcanes : butyrate d’éthyle, 3-méthylbutan-1-ol10; des phénylpropanoïdes : acides caféique, ferrulique, paracoumarique11, chlorogénique; des flavonoïdes : naringine, quercétine, naringénine12, heptaméthoxyflavone13, hespéridine, didymine14, néo ériocitrine15; des caroténoïdes16.

Travail TRAMIL17
Le jus naturel de fruit frais, (1 mL/animal/5 jours), par voie orale à la souris Hsd:ICR de 26,5 ± 3,1 g (5 mâles et 5 femelles), modèle de transit intestinal avec charbon actif (0,1 mL/10 g), le témoin négatif ayant reçu de l'eau (0,3 mL/20 g) et le témoin positif de l'atropine (2 mg/kg), a diminué significativement le transit intestinal.

L’extrait du fruit, selon le modèle in vitro sur plaquettes de rats, a inhibé la cyclooxygénase (IC = 0,186 mg/mL)18.

Le jus frais du fruit, contre des radicaux libres générés par l’acide 2,2'-azine-bis-(3-éthylbenzylthiazoline-6-)sulfonique, a montré une activité antioxydante18 et sur le Poliovirus I en culture cellulaire, une activité antivirale19.

L’extrait aqueux du péricarpe séché a montré une activité antibactérienne in vitro (IC50 = 10,3 µg/mL) contre Salmonella typhi sur plaque d’agar-agar20.

Dans une étude comparative entre jus du fruit de Citrus sinensis, Citrus paradisi et eau minérale (350 mL/personne) avec l'itraconasol (100 mg en dose unique), par voie orale à des adultes sains; on a observé que le jus frais de Citrus sinensis a réduit le temps de vie moyenne d’élimination de l’antifongique de 56%21.

A propos de la vitamine C on a décrit des propriétés antiinfectieuses22 et antiscorbutiques, c’est un cofacteur enzymatique intervenant dans la synthèse de collagène et de carnitine, la transformation d’acide folique en folinique, le métabolisme microsomique de médicaments, la synthèse de noradrénaline et d’hormones peptidiques, la réduction de fer ferrique en ferreux dans l’estomac, la formation d’hormones surrénales23.

Pharmacopée: 

v3

Références :  

1 WENIGER B, ROUZIER M, 1986
Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

2 WENIGER B, 1987-88
Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

3 TROVATO A, FORESTIERI AM, GALATI EM, TUMINO G, 1984
Influence of the fruit juice of several Citrus species on steroidogenesis in the rat. Plant Med Phytother 18(1):8-14.

4 STEWART I, 1985
Identification of caffeine in Citrus flowers and leaves. J Agric Food Chem 33(6):1163-1165.

5 NICO KJ, CHANDLER BV, 1978
Roots as a probable site for Citrus limonoid biosynthesis. International Citrus Congress, Sydney, Australia. International Society of Citriculture 1:40-42.

6 ABDEL-ALIM MA, ABDEL-HAFEZ OM, EL-KHRISY AM, 1990
The constituents of Citrus sinensis leaves. Fitoterapia 61(5):470-471.

7 SHAFT N, IKRAM M, 1982
Quantitative survey of rutin-containing plants. Part 1. Int J Crude Drug Res 20(4):183-186.

8 EKUNDAYO O, BAKARE O, ADESOMOIU A, STAHL-BISKUP E, 1990
Nigerian sweet orange leaf oil composition. J Essent Oil Res 2(5):199-201.

9 GUANGHAN L, YU W, LEIMING Y, SHUANGLONG H, 1994
Determination of ascorbic acid in fruits and vegetables by stripping voltammetry on a glassy carbon electrode. Food Chem 51(2):237-239.

10 RADFORD T, KAWASHIMA K, FRIEDEL PK, POPE LE, GIANTURCO MA, 1975
Distribution of volatile compounds between the pulp and serum of some fruit juices. J Agric Food Chem 22(6):1066.

11 ROUSEFF RL, SEETHARAMAN K, NAIM M, NAGY S, ZEHAVI U, 1992
Improved HPLC determination of hydroxycinnamic acids in orange juice using solvents containing thf. J Agric Food Chem 40(7):1139-1143.

12 SWATSITANG P, TUCKER G, ROBARDS K, JARDINE D, 2000
Isolation and identification of phenolic compounds in Citrus sinensis. Anal Chim Acta 417(2):231-240.

13 OOGHE WC, OOGHE SJ, DETAVERNIER M, HUYGHEBAERT A, 1995
Characterization of orange juice (Citrus sinensis) by polymethoxylated flavones. J Agric Food Chem 42(10):2191-2195.

14 OOGHE WC, DETAVERNIER CM, 1999
Flavonoids as authenticity markers for Citrus sinensis juice. Fruit Process 9(8):308-313.

15 WIDMER WW, 2000
Determination of naringin and neohesperidin in orange juice by liquid chromatography with UV detection to detect the presence grapefruit juice: collaborative study. J Assoc Offic Anal Chem Int 83(5):1155-1165.

16 GROSS J, CARMON M, LIFSHITZ A, SKLARZ B, 1975
Structural elucidation of some orange juice carotenoids. Phytochemistry 14(1):249-252.

17 PAZOS L, COTO T, REYES L, 2007
Tránsito Intestinal en ratones, del jugo fresco del fruto de Citrus sinensis. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

18 NOGATA Y, YOZA KI, KUSUMOTO KI, KOHYAMA N, SEKIYA K, OHTA H, 1996
Screening for inhibitory activity of Citrus fruit extracts against platelet cyclooxygenase and lipoxygenase. J Agric Food Chem 44(3):725-729.

19 KONOWALCHUK J, SPEIRS JI, 1978
Antiviral effect of commercial juices and beverages. Appl Environ Microbiol 35(6):1219-1220.

20 PEREZ C, ANESINI C, 1994
In vitro antibacterial activity of Argentine folk medicinal plants against Salmonella typhi. J Ethnopharmacol 44(1):41-46.

21 KAWAKAMI M, SUZUKI K, ISHIZUKA T, HIDAKA T, MATSUKI Y, NAKAMURA H, 1998
Effect of grapefruit juice on pharmacokinetics of itraconazole in healthy subjects. Int J Clin Pharmacol Ther 36(6):306-308.

22 BEZANGER-BEAUQUESNE L, PINKAS M, TORCK M, 1986
Les plantes dans la thérapeutique moderne. 2 éd. Paris, France: Ed. Maloine.

23 HARTMAN JG, LIMBIRD ILE, Eds., 1996
Goodman & Gilman, Las bases farmacológicas de la Terapéutica, 9ª edición. México, México: McGraw-Hill Editores. pp1670-1671.

24 PAZOS L, COTO T, CAIZA F, 2008
Toxicidad oral aguda, dosis repetida, en ratón, de hojas frescas de Citrus sinensis. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

25 PAZOS L, COTO T, REYES L, 2007
Irritación ocular, en conejos, del jugo fresco del fruto de Citrus sinensis. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

26 MIYAGI Y, OM AS, CHEE KM, BENNINK MR, 2000
Inhibition of azoxymethane-induced colon cancer by orange juice. Nutr Cancer 36(2):224-229.

27 BALA S, GROVER IS, 1989
Antimutagenicity of some Citrus fruits in Salmonella typhimurium. Mutat Res 222(3):141-148.

28 PORTAL JA, RAMOS A, VIZOSO A, BETANCOURT J, 1995
Estudio genotóxico in vitro de una tintura al 50% de Citrus sinensis (L.) Osbeck. Medi Ciego 1(1):3-6.

29 PORTAL JA, 1995
Evaluación genotóxica in vitro e in vivo de una tintura al 50% de Citrus sinensis (L.) Osbeck (Tesis de Maestría). Universidad Médica de La Habana, La Habana, Cuba.

30 PELLECUER J, 1995
Aromaterapia y toxicidad de los aceites esenciales. Natura Medicatrix 37(8):36-40.

31 CANIGUERAL S, VILA R, RISCO E, PEREZ F, PORTILLO A, FREIXA B, MILO B, VANACLOCHA B, RIOS JL, MORALES MA, ALONSO JR, BACHILLER LI, PERIS JB, STUBING G, 2002
Citrus sinensis. Vademecum de Fitoterapia, Editorial Masson, Barcelona, España, Jul.20,2002. URL: www.masson.es/book/fitoterapia.html

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.