Plantago major

nom scientifique : 
Plantago major L.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire de l’Ancien Monde, naturalisée dans une grande partie du monde.

Description botanique

Herbacée pérenne, à rhizome court et gros. Feuilles en rosettes basales ovées ou elliptiques, à bords entiers ou dentés, avec longs pédicelles. Inflorescence sur hampe pouvant atteindre 50 cm de long; épis linéaires-cylindriques, denses, de 5 à 25 cm; fleurs sessiles; sépales ovés, verts. Capsule ellipsoïdale de 2 à 4 mm, avec 5 graines ou davantage.

Voucher(s)

Rouzier,150,SOE

Fournet,5244,GUAD

Longuefosse&Nossin,29,HAVPMC

Delaigue,23,NHTT

Tórrez,6,CECALLI

inflammation :

  feuille, infusion, voie orale2

conjonctivite :

  feuille, décoction, instillation3-4

crise de nerf :

  feuille, décoction, voie orale1

conjonctivite :

feuille, maceration, instillation43

conjonctivite :

feuille, infusion, bains d’yeux2,43

malozie (affections oculaires) :

  feuille, décoction, bains d’yeux5

"ceguera" en RD :

feuille, jus, instillation4

stress (mala sangre) :

feuille, décoction, voie orale1,5

Contre la conjonctivite :

Préparer une décoction ou une infusion avec 20 grammes (2-3 cuillerées) de feuille fraîche dans 1/2 litre (2 tasses) d’eau. Pour la décoction, faire bouillir au moins 10 minutes dans un récipient couvert. Pour l’infusion, verser l’eau bouillante sur les 20 grammes (2-3 cuillerées) de feuille fraîche, couvrir le récipient, laisser reposer 5-10 minutes. Filtrer, laisser refroidir et pratiquer un lavage oculaire avec le contenu d’une pipette (3 mL) toutes les 2 heures42.

Toute préparation artisanale faite avec des plantes médicinales et destinée aux soins oculaires doit être jetée 24 heures après sa confection.

Contre les inflammations et les crises de nerfs : Se référer à l'usage rapporté au chapitre Emplois traditionnels significatifs TRAMIL, les informations scientifiques disponibles ne permettant pas de définir un dosage plus précis.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

L’emploi contre "mala sangre"fait partie intégrantedu fonds culturel de nos communautés et n’est pas classé dans les catégories définies par TRAMIL.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre les affections oculaires, conjonctivite incluse, est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et l’information scientifique publiée.

Toute application oculaire doit se conformer aux plus strictes mesures d’hygiène, afin d’empêcher la contamination ou une infection supplémentaire, et afin d’éviter le contact avec des substances irritantes pour la conjonctive.

En cas de conjonctivite, l’application du jus de la feuille risque d’augmenter l’irritation.

La préparation aqueuse doit être filtrée avant son application afin d’éviter l’irritation oculaire.

Si l’état du patient se détériore, ou si l’affection oculaire ou la conjonctivite dure plus de 3 jours, consulter un médecin.

L’emploi contre les inflammations et les crises de nerfs est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et l’information scientifique publiée.

Si l’état du patient se détériore, ou si la crise de nerfs dure plus de 7 jours, consulter un médecin.

Ne pas employer avec des enfants de moins de 5 ans, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

•Travail TRAMIL37

L’extrait hydroalcoolique (70%) de parties aériennes (283 solides totaux) administré au milieu de culture en concentrations croissantes (0,4–5,66 mg/mL) (mg de solides totaux/mL) in vitro sur le modèle de ségrégation somatique sur Aspegillus nidulans D30 n’a pas montré d’effet génotoxique.

•Travail TRAMIL21

L’extrait aqueux de feuille administré par voie intraveineuse au rat (30, 100, 300 et 1000 mg/kg), a révélé une DL84 = 475 mg/kg, DL50 = 175 mg/kg et DL16 = 64 mg/kg.

•Travail TRAMIL38

La DL50 de l’extrait hydroalcoolique (70%) de parties aériennes (283 mg de solides totaux/mL) administré oralement à la souris, a été de 1380 mg/kg. Pour une dose maximum de 1750 mg/kg (exprimée en mg de solides totaux par kg), et 14 jours d’observation après l’administration, on n’a pas enregistré de mort ni de signes de toxicité.

•Travail TRAMIL39

L’extrait aqueux (décoction) de feuille fraîche, lyophilisé, administré oralement à 10 souris NGP (5 mâles et 5 femelles), à des doses de 2 g/kg/jour 5 jours par semaine pendant 40 jours, a montré à partir du 2ème jour une diminution du réflexe de redressement; à partir du 12ème jour, en plus du signe mentionné précédemment, une diminution de l’activité préhensile antérieure et postérieure et une diminution de la réaction d’alarme; ces manifestations ont perduré jusqu’à la fin du traitement. L’observation a été maintenue 7 jours après le traitement et on n’a pas enregistré de mort pendant l’expérience.

•Travail TRAMIL40

L’extrait aqueux (décoction) de feuille fraîche lyophilisé, en solution de 1,2 g de produit lyophilisé pour 12 mL d’eau désionisée filtré au préalable, a été administré (200 mL/jour) dans le sac conjonctival de 5 lapins pendant 5 jours consécutifs, provoquant une irritation modérée 24 heures après le début du traitement; cette irritation a disparu au bout de 48 heures et ne s’est pas manifestée de nouveau pendant les 5 jours d’observation.

•TravailTRAMIL44

L'extrait aqueux (decoction 30%) de feuille sèche, administré (0.1 mL/jour) dans le sac conjonctival de l'oeil droit, (le gauche servant de contrôle), de 3 lapins New Zealand mâles, lectures selon l'échelle de Draize après 1, 24, 48 et 72 heures, a montré un légère irritation mais uniquement au cours de la première heure d'observation.

La tinture (macération alcoolique 10:1) de feuille fraîche administrée par voie orale à des sourisSwiss albinos (18 à 22 g) a montré une DL50= 182.54 mg/kg, selon la méthodeOECD-198745.

L’extrait de feuille séchée a exercé une activité cytotoxique, in vitro, sur le modèle de sarcome-18041.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi sur des enfants, ni sur des femmes enceintes ou allaitantes.

 

La feuille contient des flavonoïdes : apigénine6, baïcaléine, scutellaréine7, hispiduline8, lutéoline, népétine6; des iridoïdes : aucubine, catalpol6, aucuboside9; des benzénoïdes : acides benzoïque et dérivés, gentisique, syringique, tyrosol, vanillinique et salicilique10; des phénilpropanoïdes : acides chlorogénique11, cinnamique et dérivés, ρ-coumarique et férulique10,plantamaïoside12; des quinoïdes : philoquinone13; des sesquiterpènes : loliolide10; des glucides : plantaglucide14.

La graine a été amplement étudiée et contient, entre autres composants, des triterpènes15, des iridoïdes16, des huiles fixes17, des alcaloïdes monoterpéniques15et des glucides18.

Analyse proximale pour 100 g de feuille fraîche19 : calories : 61; eau : 81,4%; protéines : 2,5%; lipides : 0,3%; glucides : 14,6%; cendres : 1,2%; calcium: 184 mg; phosphore : 52 mg; fer : 1,2 mg; sodium : 16 mg; potassium : 277 mg; carotène : 2520 µg; riboflavine : 0,28 mg; niacine : 0,8 mg; acide ascorbique : 8 mg.

Une étude sur sa composition en carbohydrates, protéines, lipides, vitamines et minéraux, inclut la feuille de cette plante dans le groupe des végétaux à haute valeur nutritive20.

•Travail TRAMIL21

L’extrait aqueux de feuille, sur le modèle d’œdème de l’extrémité de patte de rat induit par carragheenine, a eu un effet anti-inflammatoire non significatif.

•Travail TRAMIL22

La décoction de feuille fraîche (50 g/L), administrée par voie orale (10-20 mL 3 fois/jour/3 jours) à 100 patients, a montré un effet anti-inflammatoire sur les gingivites. L’effet a été mesuré en fonction de l’appréciation subjective des patients et de celle d’un stomatologue.

La même préparation administrée à doses identiques et au même nombre de patients a montré un effet subjectif contre les dyspepsies. L’effet était apprécié environ dix minutes après l’administration de la préparation. Il s’agissait dans tous les cas de patients qui avaient préalablement fait l’objet d’un examen gastroscopique, et pour lesquels avait été confirmé le diagnostic de "dyspepsie d’origine fonctionnelle".

•Travail TRAMIL23

L’extrait aqueux (décoction) lyophilisé (125 mg/mL) de feuille, a été administré oralement (2 g/kg/jour/5 jours consécutifs) à 10 souris de souche Hsd:ICR(CD-1), (5 mâles et 5 femelles) suivant le protocole Lapa. Le contrôle a été réalisé avec de l’eau distillée et désionisée (0,4 mL) administrée à 10 autres souris de mêmes caractéristiques. Au bout de 5 jours ont été faites les expériences de : plaque perforée (hole-board), sphères, rota-rod et induction du sommeil par pentobarbital. Lors de l’expérience de la plaque perforée s’est manifestée une différence statistiquement significative, dans l’épreuve de curiosité, qui a montré un possible effet anxiolytique du traitement, au niveau de l’augmentation du nombre d’orifices explorés en comparaison avec le groupe contrôle, chez les souris des deux sexes. Dans l’épreuve consistant à cacher des sphères, une diminution de l’activité moyenne des femelles traitées a été observée comparativement au groupe contrôle (les mâles n’ont pas eu ce comportement). Dans les autres épreuves aucune différence statistiquement significative n’a été enregistrée.

•Travail TRAMIL46 L’extrait aqueux (décoction) de feuille, in vitro à concentration de 573 µg/mL n'a pas montré d'activité antimicrobienne contre Escherichia coli, Staphylococcus aureus ni Staphylococcus saprophyticus.

La décoction de feuille a inhibé in vitro Escherichia coli et Staphylococcus aureus, isolés à partir de sécrétions de patients souffrant de conjonctivite25.

L’extrait de feuille, in vitro, sur une préparation de trachée isolée de cobaye (200, 400, 800, 1000 et 3200 µg/mL), a produit un relâchement de la musculature lisse de la trachée sous forme dose-dépendante, même en présence de sérotonine, d’histamine et d’acétylcholine26.

L’extrait de feuille administré oralement à des rats Wistar (80-640 mg/kg) sur le modèle d’administration accumulative, a produit une diminution non significative de la tension artérielle. Par voie intraveineuse (10-80 mg/kg) il a produit une hypotension artérielle, effet qui a été bloqué par la diphénhydramine, mais pas par l’atropine27.

L’extrait aqueux de plante, sur des modèles in vivo (rat), a montré un effet anti-inflammatoire et une activité réductrice de la perméabilité capillaire28.

L’extrait de feuille, administré oralement à des cobayes (40 mg/kg), a provoqué une diminution du volume respiratoire sans affecter le volume minute29.

L’extrait aqueux administré oralement à des lapins (100 mg/kg/jour) pendant 15 jours, sur le modèle de choc anaphylactique induit par albumine d’œuf, n’a pas offert d’effet protecteur30.

Une fraction chromatographique de feuille séchée, administrée par voie externe (10%), a accéléré la guérison de plaies chez le lapin31.

L’extrait aqueux chaud, administré oralement à l’être humain, a eu un effet diurétique32.

On attribue à la feuille et à la racine des propriétés antispasmodique sur iléon isolé de cobaye, et analgésique sur un modèle de douleur induite par injection de carragheenine33.

L’extrait aqueux, sur des modèles animaux, ont induit une passivité, une perte du réflexe auriculaire, une bradypnée et des énophtalmes34.

La feuille appliquée localement a provoqué une activité antiprurigineuse35.

On attribue à la plante une activité immunomodulatrice et stimulante de la phagocytose des granulocytes36.

Références :  

1 WENIGER B, ROUZIER M, 1986 Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

2 CHARLES C, 1988 TRAMIL survey. Movement for Cultural Awareness MCA, Roseau, Dominica.

3 LONGUEFOSSE JL, NOSSIN E, 1990-95 Enquête TRAMIL. Association pour la valorisation des plantes médicinales de la Caraïbe AVPMC, Fort de France, Martinique.

4 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984 Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

5 EDOUARD JA, 1992 Enquête TRAMIL. Lycée agricole, Baie-Mahault, Guadeloupe.

6 LEBEDEV-KOSOV VI, 1980 Flavonoids and iridoids of Plantago major L. and Plantago asiatica L. Rast Resur 16:403-406.

7 MAKSYUTINA NP, 1971 Baicalein and scutellarein derivatives in Plantago major leaves. Khim Prir Soedin 7(3):374-375.

8 HARBORNE JB, WILLIAMS CA, 1971 Comparative biochemistry of flavonoids. XIII. 6-hydroxyluteolin and scutellarein as phyletic markers in higher plants. Phytochemistry 10:367-378.

9 ANDRZEJEWSKA-GOLEC E, SWIATEK L, 1984 Chemotaxonomic investigations on the genus plantago. I. Analysis of iridoid fraction. Herba Pol 30(1):9-16.

10 PAILER M, HASCHKE-HOFMEISTER E, 1969 Components of Plantago major. Planta Med 17(2):139-145.

11 MAKSYUTINA NP, 1971 Hydroxycinnamic acids from Plantago major and Plantago lanceolata. Khim Prir Soedin 7(6):824-825.

12 NORO Y, HISATA Y, OKUDA K, KAWAMURA T, KASAHARA Y, TANAKA T, SAKAI E, NISIBE S, SASAHARA M, 1991 Pharmacognostical studies of plantagins herba (VII) on the phenylethanoid contents ofPlantago spp. Shoyakugaku Zasshi 45(1):24-28.

13 JANSSON O, 1974 Hylloquinone (vitamin k-1) levels in leaves of plant species differing in susceptibility to 2,4-dichlorophenoxyacetic acid. Physiol Plant 31:323.

14 OBOLENTSEVA GV, KHADZHAI YI, 1966 Pharmacological testing of plantaglucide. Farmakol Toksikol 29(4):469-472.

15 BALBAA SI, KARAWYA MS, AFIFI MS, 1971 Pharmacognostical study of the seeds of certain plantago species growing in Egypt. U A R J Pharm Sci 12(1):35-52.

16 KUBOTA S, 1955 Chinese materia medica from which medicines have been introduced into Japan. Trans 9th Congr Far East Ass Trop Med 2:639.

17 ATAL CK, KAPOOR KK, SIDDIQUI HH, 1964 Studies on Indian seed oils. Part 1. Preliminary screening of linoleic acid rich oils. Indian J Pharmacy 26:163-164.

18 SAMUELSEN AB, COHEN EH, PAULSEN BS, BRULL LP, THOMAS-OATES JE, 1999 Structural studies of a heteroxylan from Plantago major L. seeds by partial hydrolysis, HPAEC-PAD, methylation and GC-MS, ESMS and ESMS/MS. Carbohydr Res 315(3/4):312-318.

19 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986 Handbook of proximate analysis tables of higher plants. Boca Raton, USA: CRC Press. p131.

20 SIDDIQUI M, HAKIM M, 1991 Crude drugs and their nutrient values. J of the National Integrated Med Assoc33(1):8-10.

21 CAMBAR P, 1989 Efecto antiinflamatorio del extracto acuoso de la hoja de llantén(Plantago major). Informe TRAMIL. Unidad de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas, Universidad Nacional Autónoma de Honduras UNAH, Tegucigalpa, Honduras. TRAMIL IV, Tela, Honduras, UNAH/enda-caribe.

22 CARBALLO A, 1995 Plantas medicinales del Escambray cubano. Informe TRAMIL. Laboratorio provincial de producción de medicamentos, Sancti Spiritus, Cuba.

23 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, QUIROS S, 2004 Actividad sedante-tranquilizante en ratón, dosis repetidas del extracto acuoso de hoja de Plantago major. Informe TRAMIL.Laboratorio de Ensayos Biológicos, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

24 Lapa AJ, Souccar C, Lima-Landman MT, De Lima TC,2002 Métodos de evaluación de la actividad farmacológica de plantas medicinales. RIVAPLAMED. Red de validación de plantas medicinales. CYTED/CNPq. Programa Iberoamericano de Ciencia y Tecnología para el Desarrollo. Sao Paulo, Brasil.

25 CACERES A, GIRON LM, ALVARADO SR, TORRES MF, 1987 Screening of antimicrobial activity of plants popularly used in Guatemala for the treatment of dermatomucosal diseases. J Ethnopharmacol 20(3):223-237.

26 CAMBAR P, ALVARADO-GALVEZ C, ALGER J, RIVERA-VEGA O, 1984 Efectos broncopulmonares de algunas plantas medicinales de Honduras(conferencia). Unidad de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas, Universidad Nacional Autónoma de Honduras UNAH, Tegucigalpa, Honduras. II semana científica de la Universidad Nacional Autónoma de Honduras.

27 CAMBAR P, ALGER J, SANTOS A, 1983 Efectos farmacológicos de los extractos acuosos de las hojas de Llantén(Plantago major) (conferencia). Tegucigalpa, Honduras: XXVII Congreso médico de Honduras & I semana científica de la Universidad Nacional Autónoma de Honduras, Revista Médica Hondureña.

28 LAMBEV I, MARKOV M, PAVLOVA N, 1981 Study of the antiinflammatory and capillary restorative activity of a dispersed substance fromPlantago major L. Probl Nutr Med 9(3):162-169.

29 CAMBAR P, ALVARADO-GALVEZ C, ALGER J, RIVERA-VEGA O, 1984 Efectos broncopulmonares de algunas plantas medicinales de Honduras.(conferencia). Unidad de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas, Universidad Nacional Autónoma de Honduras UNAH, Tegucigalpa, Honduras. II semana científica de la Universidad Nacional Autónoma de Honduras.

30 CAMBAR P, SANTOS A, COUSIN L, 1985 Efecto del extracto acuoso de Plantago major (Llantén) en el choque anafiláctico inducido por albúmina de huevo en el conejo. Memoria de la III Semana Científica de la Universidad Nacional Autónoma de Honduras.

31 MIRONOV VA, VASIL'EV GS, MATROSOV VS, FILIPOVA TM, ZAMUREENKO VA,MISHCHENKO VV, MAIRANOVSKII VG, FEL'DSHTEIN MA,1983 Physiologically active alcohols from great plantain (Plantago major). Pharm Chem 17(11):794-798.

32 ANON, 1973 Traditional-western combined treatment of 217 cases of tetanus. Chung-hua I hsueh Tsa Chih Beijing53:682-684.

33 QUEIROZ I, REIS S, 1989 Antispasmodic and analgesic effects of some medicinal plants (conference). Rio, Brasil: Simpósio Brasil-China de Química e Farmacologia de Produtos Naturais, Abstr. Nº 180.

34 ROSA PINTO V, BARAHONA C, 1986 Estudio hipocrático de extractos acuosos de algunas plantas medicinales de uso tradicional en Honduras, sus efectos en ratas (Tesis de grado). Facultad de Química y Farmacia, Universidad Nacional Autónoma de Honduras, Tegucigalpa, Honduras.

35 DUCKETT S, 1980 Plantain leaf for poison ivy. N Engl J Med 303(10):583.

36 WAGNER H, 1987 Immunostimulants from higher plants. In HOSTETTMANN K, LEA PJ, (Eds.). Biologically active natural products.Oxford, UK: Oxford Science Publications, p127-141.

37 BETANCOURT J, MARTINEZ MJ, LOPEZ M, MOREJON Z, BOUCOURT E, MORON F, 2000 Actividad genotóxica in vitro de partes aéreas de Plantago major L. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias. Médicas “Dr. Salvador. Allende”, La Habana, Cuba.

38 BETANCOURT J, MARTINEZ MJ, LOPEZ M, MOREJON Z, BARCELO H, LAINEZ A, MONTES ME, REGO R, BOUCOURT E, MORON F, 2000 Toxicidad aguda clásica de partes aéreas de Plantago major L. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias. Médicas “Dr. Salvador. Allende”, La Habana, Cuba.

39 GarcIa GM, Coto MT, GonzAlez CS, Pazos L, 1996 Toxicidad por vía oral en ratón, del extracto acuoso de hojas frescas de Plantago major. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBI, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

40 GarcIa GM, Coto MT, GonzAlez CS, Pazos L, 1996 Irritabilidad ocular en conejos, del extracto acuoso de hojas frescas de Plantago major. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBI, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

41 ARROYO J, RODRIGUEZ N, RODRIGUEZ M, 1963 Cytostatic agents of plant and synthetic origin. Anales Real Acad Farm 29(4):157-169.

42 ALBORNOZ A, 1993 Medicina tradicional herbaria. Caracas, Venezuela: Instituto Farmacoterápico Latino S.A. p273.

43 DELAIGUE J, 2005 TRAMIL survey. UAG & PRDI, Tobago House of Assembly, Scarborough, Tobago.

44 GUERRA MJ, LOPEZ M, BOUCOURT E, FUENTES V, 2002 Irritabilidad oftálmica de la decocción 30% de hojas secas de Plantago major L.Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología. Facultad de Medicina Dr. Salvador Allende. Ciudad de La Habana, Cuba.

45 LOGARTO PARRA A, SILVA YHEBRA R, GUERRA SARDINAS I, IGLESIAS BUELA L, 2001 Comparative study of the assay of Artemia salina L. and the estimate of the medium lethal dose (LD50 value) in mice, to determine oral acute toxicity of plant extracts. Phytomedicine 8(5):395-400.

46 LUCIANO-MONTALVO C, GAVILLAN-SUAREZ J, 2009 Actividades antimicrobianas de partes de plantas con usos significativos en encuestas etnofarmacológicas TRAMIL.Informe TRAMIL,Instituto de Investigaciones Interdisciplinarias, Cayey, Universidad de Puerto Rico.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.