Petiveria alliacea

nom scientifique : 
Petiveria alliacea L.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d’Amérique tropicale, cultivée et naturalisée dans les régions tropicales.

 

Description botanique

Plante herbacée ou suffrutescente pérenne pouvant atteindre 1 m de haut, d’odeur fétide. Feuilles alternes, oblongues à elliptiques, aiguës à acuminées à la pointe, généralement glabres. Epis pouvant atteindre 40 cm, pubérulents; fleurs parfaites, subsessiles, sans pétales. Akène d’environ 8 mm de long, cunéiforme, strié, avec 6 soies terminales courbées vers l'arrière; graine solitaire, linéaire.

Voucher(s)

Jiménez,24,JBSD
Girón,184,CFEH
Gómez,140961,HUA
FLORPAN,1936,PMA

flatulence :

racine, infusion, voie orale3

mal de tête :

feuille, écrasée, en inhalation2

rhumatismes :

feuille et racine, décoction avec du sel et du sucre, voie orale6-7

maux de dent :

feuille, macération, en rinçages buccaux2

sinusite :

racine et tige, pulvérisées, en inhalation1,6

rhume :

feuille et tige, décoction, voie orale2

douleur musculaire :

feuille, décoction, bain1

maladies de la peau :

feuille, décoction, lavage1

grippe :

feuille, décoction, voie orale4

grippe :

racine, décoction, voie orale5

mal de tête :

racine, broyée, en inhalation3,6

grippe :

racine, broyée, en inhalation6

asthme :

feuille, décoction, voie orale2

Contre les affections digestives, l’asthme, la grippe, le rhume ou les rhumatismes :
Préparer une décoction avec 30 grammes de feuilles hachées menu dans 4 tasses (1 litre) d’eau. Faire bouillir 5 minutes dans un récipient couvert. Laisser refroidir, filtrer et boire 2-3 tasses par jour39.

Contre les flatulences, la grippe ou les rhumatismes :
Préparer une décoction ou une infusion avec 30 grammes de racine hachée menu dans 4 tasses (1 litre) d’eau. En cas de décoction faire bouillir 10 minutes dans un récipient couvert. En cas d’infusion, ajouter l’eau bouillante aux 30 grammes et couvrir. Laisser refroidir, filtrer et boire 2-3 tasses par jour39.

Contre les maladies de la peau :
Préparer une décoction avec 30 grammes de feuilles dans 4 tasses (1 litre) d’eau. Faire bouillir 5 minutes dans un récipient couvert. Laisser refroidir durant 15 à 20 minutes et appliquer en bains ou localement sur la zone affectée, 2 ou 3 fois par jour.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi de la feuille contre les troubles digestifs (maux d’estomac, digestion difficile ou lente, gaz), est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et de validation.

Si l’état du patient se détériore, ou si les maux d’estomac ou les troubles digestifs durent plus de 3 jours, consulter un médecin.

L’emploi de la feuille contre l’asthme, la grippe, le rhume et les rhumatismes est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et l’information scientifique publiée.

Si l’état du patient se détériore, ou que l’asthme persiste plus de 2 jours ou la crise plus d’1 heure, la grippe ou le rhume durent plus de 7 jours, consulter un médecin.

L’asthme étant dangereux pour la santé, il est recommandé de consulter un médecin au préalable. L’usage de cette médication doit être considéré comme complémentaire du traitement médical sauf contre-indication.

L’emploi de la feuille contre les maladies de la peau est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et l’information scientifique publiée.

Toute application locale doit se conformer à de strictes mesures d’hygiène, pour empêcher la contamination ou une infection supplémentaire.

Si l’état du patient se détériore, ou si les maladies de la peau durent plus de 5 jours, consulter un médecin.

L’emploi de la racine contre les flatulences, la grippe et les rhumatismes est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et l’information scientifique publiée.

Ne pas employer avec des femmes enceintes, car peut provoquer un avortement, avec des femmes allaitantes ni avec des enfants de moins de 8 ans.

Compte tenu des risques que représente l’interaction documentée avec l’insuline ou des hypoglycémiants oraux, il convient d’éviter l’ingestion de décoction de feuille et de branche chez les personnes prenant ou utilisant ces médicaments afin d’éviter un renforcement potentiel de leurs effets8.

La racine et la tige peuvent produire des réactions d’hypersensibilité.

Travail TRAMIL28
L’extrait aqueux (décoction) lyophilisé de feuille fraîche, à des doses de 1 et de 2 g/kg/jour, 5 jours consécutifs par semaine, pendant 70 jours, par voie orale à la souris NGP (5 mâles et 5 femelles), avec une période aditionnelle d'observation de 14 jours, n’a provoqué ni mort, ni signes évidents de toxicité.

Travail TRAMIL15
L’extrait aqueux (décoction) de feuille (10 g/kg), par voie orale à la souris, en dose unique et observation pendant 7 jours suivant le traitement, n’a pas montré de signes exterieurs de toxicité.

Travaux TRAMIL29-30
L’extrait aqueux (décoction à 30%), rendement 9 mg/mL, lyophilisé, de jeune feuille fraîche, (100, 1000, 5000 et 10000 mg de solides totaux/kg, dose unique), a été administré par voie orale à la souris Balb/c (25 femelles et 25 mâles en groupes de 10 animaux), avec un groupe témoin négatif (eau). En observation constante les premières 24 heures et quotidienne durant 14 jours, il n'y a pas eu de mortalité mais piloérection, diminution de l'activité et de l'excrétion fécale au cours des premières heures seulement, l'examen macroscopique des organes internes est resté normal. La décoction n'est donc pas considérée comme toxique29.

Toutes conditions égales, la voie intrapéritonéale a provoqué une diminution de l'activité et piloérection, ainsi qu'aux doses les plus élevées : dyspnée, exophtalmie, cyanose, opacité de la cornée et contractions musculaires. La DL50 a été établie à 1673 mg/kg30.

Travaux TRAMIL31-33
L’extrait aqueux (décoction à 30%), rendement 9 mg/mL, lyophilisé, de jeune feuille fraîche, (200, 400, 600, 800 et 1000 mg de solides totaux/kg/jour/5 jours), par voie intrapéritonéale à la souris Balb/c, modèle de génotoxicité de morphologie de la tête des spermatozoïdes, contrôle négatif (eau distillée) et positif (cyclophosphamide 20 mg/kg), n'a pas montré d'effet génotoxique31.
Le même extrait, mêmes voie et contrôles (200, 418 et 836 mg solides totaux/kg/jour/2 jours), sur 6 groupes mixtes de 10 souris Swiss, n'a pas provoqué d'effet mutagénique, ni toxique selon le modèle de micronoyaux sur moelle osseuse32.
Le même extrait, in vitro, (1, 10, 100 et 1000 mg de solides totaux/mL), modèle de génotoxicité sur Aspergillus nidulans D30, n'a pas montré d'effet toxique détectable par la réduction du taux de croissance linéaire des colonies, ni génotoxique33.

L'extrait aqueux de feuille sèche (1-5 g/kg) par voie orale à la souris, n'a montré aucun effet toxique dans le test de toxicité aiguë34.

L’extrait aqueux de feuille (100 mg/animal), de tige ou de racine (200 mg/animal), a été administré par voie orale au rat, le 3ème ou le 5ème jour après l’insémination, les animaux étant sacrifiés le 14ème jour. Les extraits de racine et de feuille ont eu une action anti-implantation et la tige a montré une action ovotoxique. Les témoins ont reçu de l’eau distillée en volumes équivalents à ceux des extraits, et on a comptabilisé les corps jaunes, les implants viables et les réabsorptions35.

La DL50 de l’extrait hydroalcoolique de racine par voie orale au rat mâle a été supérieure à 1,27 g/kg36.

L’extrait hydroalcoolique (70%) de racine séchée, 1 mg (équivalent à 7,7 mg de racine séchée), appliqué sur peau de rat, n’a pas produit de réaction d’irritabilité au bout des 15 jours successifs de l’application24.

Le benzaldéhyde présent dans la racine et la tige peut causer des dermatites par contact37-38.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi avec des enfants, ni avec des femmes allaitantes.

Travail TRAMIL9
Sélection phytochimique préliminaire (racine)

alcaloïdes :

-

saponosides :

+

 

flavonoïdes :

-

polyphénols :

+

 

quinones :

-

tanins :

-

 

stéroïdes, terpénoïdes :

+

 

 

               

La plante entière contient des coumarines, de l’allantoïne, du pinitol, de l’alcool lignocérylique, de l’acide lignocérique, du lignocérate de lignocéryl et des triterpènes : acétate d’isoarborinol, cinnamate d’isoarborinol, β-sitostérol et α-friedélenol10-11.

La racine contient des dérivés sulfurés : benzyl-hydroxy-éthyl-trisulfide, trithiolaniacine, dibenzyltrisulfide; des dérivés benzéniques : benzaldéhyde, acide benzoïque; nitrate de potassium et β-sitostérol10-12.

La feuille contient de l’allantoïne, du nitrate de potassium, de l’alcool lignocérylique, du lignocérate de lignocéryl, de l’acide linoléique, de l’acide nonadécanoïque, de l’acide oléique, de l’acide palmitique et de l’acide stéarique12.

La branche contient de l’allantoïne, du N-méthyl-4-transméthoxyproline, du nitrate de potassium et de l’acide lignocéryque12. La tige contient du benzyl-hydroxy-éthyl-trisulfide, de la tritiolaniacine, du benzaldéhyde et de l’acide benzoïque10-12. Les inflorescences contiennent un glucide particulier, le pinitol12.

Travail TRAMIL13
La décoction (50%) de racine fraîche, in vitro (100 µL/puits), n’a pas montré d’activité contre Staphylococus aureus (ATCC 29737), Bacillus subtilis (ATCC 6633), Escherichia coli (ATCC 10536), Pseudomonas aeruginosa (ATCC 27853), Klebsiella pneumoniae (ATCC 1003), Enterobacter cloacae, Citrobacter koseri, Salmonella sp. ni Candida albicans (ATCC 10231).

Travail TRAMIL14
La décoction de feuille lyophilisée (100 mg/kg, équivalant à 0,6 g de feuille fraîche/kg) par voie orale à la souris, modèle d’analgésie sur plaque chaude et contorsions induites par acide acétique, n’a pas induit d’effet analgésique.

Travaux TRAMIL15
L’extrait aqueux (décoction) de feuille, (6,25 g/kg) par voie orale au rat, modèle d’inflammation d’œdème de patte de rat induit par carragénine, a montré une action anti-inflammatoire significative. Par voie orale (10 g/kg) à la souris, modèle de contorsions induites par l'acide acétique par voie intrapéritonéale, il a eu un effet analgésique significatif. Les doses ont été exprimées en grammes de plante séche.

Travail TRAMIL16
L’extrait aqueux (décoction) lyophilisé de feuille fraîche (100 mg/kg, équivalant à 0,6 g de feuille fraîche/kg), par voie orale au rat, modèle expérimental de pleurésie induite par carragénine, modèles de granulome induit par le coton et d’involution du thymus induite par adrénalectomie, n’a pas eu d’effet anti-inflammatoire.

 

Travail TRAMIL17

L’extrait aqueux (décoction à 9 mg/mL) de jeune feuille fraîche lyophilisée (0,1 mg/mL) in vitro a provoqué des contractions significatives du muscle lisse dans les préparations d’organe isolé (utérus, aorte et fundus gastrique de rat; iléon de cobaye et trachée de lapin). L’augmentation des contractions a été équivalente à celles induites par le potassium (11,4 µg/mL, une concentration similaire à celle contenue dans la dose de lyophilisat appliquée dans les mêmes conditions expérimentales).

La quantité d'ions potassium, déterminée par spectrophotométrie d’absorption atomique, a été de 285 mg/g de lyophilisat de la décoction.

 

Travail TRAMIL18

L’extrait aqueux (décoction) de feuille fraîche lyophilisé, aux doses uniques de 1 et 2 g/kg par voie orale à la souris NGP (5 mâles et 5 femelles), modèle de vélocité de transit intestinal, n’a pas eu d'effet significatif.

 

L’extrait fluide de feuille sèche éthanolique à 30%, aux concentrations de 0,135; 0,54; 1,075; 4,3 et 17,2 mg/mL, a montré une action antigiardiasique significative, qui a atteint 96,81% avec la plus forte concentration et 5,03% avec la plus faible, sur la croissance in vitro de Giardia lamblia, incubée à 37ºC pendant 48 heures - la concentration étant par la suite ajustée à 2 x 105 parasites/0,5 mL. La concentration moyenne inhibitrice (CI50) a été de 2,05 mg/mL19.

 

L’extrait aqueux de parties aériennes in vitro a été inactif sur Pseudomonas aeruginosa et sur Staphylococcus aureus22, de même que sur Trichophyton sp. A une concentration de 1 mL/plaque il a été actif sur Epidermophyton floccosum21.

 

L’extrait aqueux (infusion) et l’extrait méthanolique de feuille et de tige in vitro ont inhibé la réplication du virus de la diarrhée virale bovine (BVDV), mais n’ont pas été actifs sur le virus d’Herpes simplex type 1, ni sur le poliovirus type 1, ni sur l’adénovirus sérotype 7 et ni sur le virus de la stomatite vésiculaire type 122.

 

L’extrait éthanolique (60%) de feuille sèche in vitro n’a pas inhibé Candida albicans23.

 

L’extrait hydroalcoolique (70%) de racine (1 mg) équivalent à 7,7 mg de racine séchée, par voie topique au rat mâle, selon le modèle expérimental de granulome induit par coton et de dermatite induite par huile de coton, a mis en évidence une action anti-inflammatoire locale24.

 

L’extrait éthanolique (70%) de plante entière sèche et dilué postérieurement dans l’éthanol 10% (concentration de 0,5 mg/mL), appliqué à une dose de 20 µL, n’a pas inhibé (13%) in vitro la biosynthèse de la prostaglandine catalysée par la cyclo-oxygénase-1. En revanche le même extrait in vivo, (20 µL/oreille) par voie topique au rat, modèle de l’œdème induit par le phénylpropiolate d’éthyle (1 mg/10 µL), a eu une activité anti-inflammatoire significative25.

 

L’extrait aqueux de racine crue a eu un effet analgésique significatif sur les contorsions induites par acide acétique, acétylcholine ou solution saline hypertonique sur la souris, mais a été inactif sur des modèles de plaque chaude ni de retrait de la queue immergée dans l’eau chaude. Il n’a pas non plus causé d’effet dépressif sur le système nerveux central26.

 

L’extrait aqueux (décoction) de plante entière sèche (15 g/L) filtré, administré à un groupe de patients souffrant d'ostéoarthrite (arthrose) (200 mL/personne), n’a pas révélé d’activité analgésique statistiquement significative par rapport aux témoins27.

Pharmacopée: 

v3

Références :  

1 GIRON L, 1988
Encuesta TRAMIL (Costa atlántica). Centro Mesoamericano de Tecnología CEMAT, Guatemala, Guatemala.

2 SOLIS P, CORREA M, GUPTA M, 1995
Encuesta TRAMIL (Comunidades afro-caribeñas). Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

3 CHARLES C, 1988
TRAMIL survey. Movement for Cultural Awareness MCA, Roseau, Dominica.

4 GOMEZ H, GAITAN R, DIAZ F, 2003
Encuesta TRAMIL (Norte del departamento de Bolívar). Grupo de Productos Naturales, Facultad de Ciencias Químicas y Farmacéuticas. Universidad de Cartagena, Cartagena de Indias, Colombia.

5 CASTILLO D, RODRIGUEZ S, DE LOS SANTOS C, BELEN A, 2003
Encuesta TRAMIL (región Este). Dep. de Botánica, Jardín Botánico Nacional, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

6 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984
Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

7 CASTILLO D, RODRIGUEZ S, DE LOS SANTOS C, BELEN A, 2003
Encuesta TRAMIL (Zambrana, Cotuí). Dep. de Botánica, Jardin Botánico Nacional, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

8 LEMUS Z, GARCÍA M, BATISTA A, DE LA GUARDIA O, CASTILLO A, 2004
La tableta de anamú: un medicamento herbario inmunoestimulante. MEDISAN 8(3), 57-64.

9 WENIGER B, SAVARY H, DAGUIHL R, 1984
Tri phytochimique de plantes de la liste TRAMIL. Laboratoire de chimie des substances naturelles, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université d'Etat d'Haïti, Port au Prince, Haïti.

10 HEGNAUER R, 1973
Chemotaxonomy der Pflanzen. Basel, Schweiz: Birkhauser Verlag. 6:882.

11 SEGELMAN F, SEGELMAN A, 1975
Constituents of Petiveria alliacea. Lloydia 38(6):537.

12 DE SOUSA JR, DEMUNER AJ, PINHEIRO JA, BREITMAIER E, CASSELS BK, 1990
Dibenzyl trisulphide and trans-N-methyl-4-methoxyproline from Petiveria alliacea. Phytochemistry 29(11):3653-3655.

13 BOUCOURT E, MARTINEZ M J, MOREJON Z, 2010
Evaluación de la actividad antimicrobiana del extracto acuoso de la raíz fresca de Petiveria alliacea L. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

14 FURONES JA, MORON F, PINEDO Z, 1996
Ausencia de la acción analgésica de la Petiveria alliacea (anamu) en ratones. Rev Cubana Planta Med 1(1):16-18.

15 DEL CARMEN RIVAS C, JIMENEZ M, AYALA L, CARILLO C, CABRERA Y, 1988
Actividad anti-inflamatoria y analgésica de Petiveria alliaceae. Informe TRAMIL. Centro de Investigación y Desarrollo de Medicamentos (CIDEM), La Habana, Cuba.

16 FURONES JA, MORON F, PINEDO Z, 1996
Ausencia de actividad antiinflamatoria del extracto acuoso liofilizado de Petiveria alliacea (anamú) en ratas. Informe TRAMIL. Rev Cubana Planta Med 1(2):34-37.

17 MARTINEZ MJ, BETANCOURT J, LOPEZ M, MOREJON Z, FUENTES V, MORON F, PINEDO Z, BOUCOURT E, 2001
Actividad antimicrobiana y sobre varias preparaciones de músculo liso, in vitro, de la decocción liofilizada de hoja de Petiveria alliacea. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

18 GARCIA GM, COMO MT, GONZALEZ CS, PAZOS L, 1995
Velocidad del tránsito intestinal en ratones, del extracto acuoso de hoja fresca de Petiveria alliacea. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBi, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

19 ECHEVARRIA A, TORRES D, 2001
Efecto de un extracto de Petiveria alliacea Lin sobre el crecimiento de Giardia lamblia in vitro. Rev Cubana Med Mil 30(3):161-165.

20 CACERES A, GIRON LM, ALVARADO SR, TORRES MF, 1987
Screening of antimicrobial activity of plants popularly used in Guatemala for the treatment of dermatomucosal diseases. J of Ethnopharm 20(3):223-237.

21 CACERES A, LOPEZ BR, GIRON MA, LOGEMANN H, 1991
Plants used in Guatemala for the treatment of dermatophytic infections. 1. Screening for the antimicotic activity of 44 plant extracts. J of Ethnopharm 31(3):263-276.

22 RUFFA MJ, PERUSINA M, ALFONSO V, WAGNER ML, SURIANO M, VICENTE C, CAMPOS R, CAVALLARO L, 2002
Antiviral activity of Petiveria alliacea against the bovine viral diarrhea virus. Chemotherapy 48(3):144-147.

23 CACERES A, JAUREGUI E, HERRERA D, LOGEMANN H, 1991
Plants used in Guatemala for the treatment of dermatomucosal infections. 1: Screening of 38 plant extracts for anticandidal activity. J of Ethnopharm 33(3):277-283.

24 GERMANO DH, CALDEIRA TT, MAZELLA AA, SERTIE JA, BACCHI EM, 1993
Topical anti-inflammatory activity and toxicity of Petiveria alliacea. Fitoterapia 64(5):459-467.

25 ANDERSSON DUNSTAN C, NOREEN Y, SERRANO G, COX PA, PERERA P, BOHLIN L, 1997
Evaluation of some Samoan and Peruvian medicinal plants by prostaglandin biosynthesis and rat ear oedema assays. J of Ethnopharmacol 57(1):35-56.

26 LIMA TCM, MORATO GS, TAKAHASHI RN, 1991
Evaluation of antinociceptive effect of Petiveria alliacea (guiné) in animals. Mem Inst Oswaldo Cruz 86(suppl.2):153-158.

27 FERRAZ MB, PEREIRA RB, IWATA NM, ATRA E, 1991
Tipi. A popular analgesic tea. A double blind cross-over trial in osteoarthritis. Clin Exp Rheumatol 9(2):205-206.

28 GARCIA GM, COTO MT, GONZALEZ CS, PAZOS L, 1996
Toxicidad sub-crónica en ratones, del extracto acuoso de hojas frescas de Petiveria alliacea. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

29 GUERRA MJ, BETANCOURT J, LOPEZ M, MOREJON Z, BOUCOURT E, FUENTES V, MORON F, 2001
Toxicidad aguda (DL50) oral de la decocción de hojas jóvenes frescas de Petiveria alliacea L. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

30 GUERRA MJ, BETANCOURT J, LOPEZ M, MOREJON Z, BOUCOURT E, FUENTES V, 2001
Toxicidad aguda (DL50) intraperitoneal de la decocción liofilizada de hojas frescas de Petiveria alliacea L. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

31 GUERRA MJ, BETANCOURT J, LOPEZ M, MOREJON Z, BOUCOURT E, FUENTES V, 2001
Genotoxicidad in vivo: ensayo de morfología de la cabeza del espermatozoide en ratones de decocción liofilizada de hojas frescas de Petiveria alliacea L. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

32 GUERRA MJ, BETANCOURT J, LOPEZ M, MOREJON Z, BOUCOURT E, FUENTES V. 2001
Genotoxicidad in vivo: ensayo de micronúcleos en médula ósea de decocción liofilizada de hoja fresca de Petiveria alliacea L. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, C. Habana, Cuba.

33 GUERRA MJ, BETANCOURT J, LOPEZ M, MOREJON Z, BOUCOURT E, FUENTES V, 2001
Genotoxicidad in vitro: mediante el sistema de ensayo con Aspergillus nidulans de decocción liofilizada de hoja fresca Petiveria alliacea L. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

34 CACERES A, LOPEZ B, GONZALEZ S, BERGER I, TADA I, MAKI J, 1998
Plants used in Guatemala for the treatment of protozoal infections. I. Screening of activity to bacteria, fungi and American trypanosomes of 13 native plants. J of Ethnopharmacol 62(3):195-202.

35 GUERRA MO, OLIVEIRA AB, MAIA JGS, PETERS VM, 1989
Alteraçäo do desenvolvimento embrionário de ratos após tratamento com extratos aquosos de diferentes orgäos de Petiveria alliacea. Bol Centro Biol Reprod 8:17-22.

36 GERMANO DHP, SERTIE JAA, BACCHI EM, 1995
Pharmacological assay of Petiveria alliacea. II. Oral anti-inflammatory activity and gastrotoxicity of a hydroalcoholic root extract. Fitoterapia 66(3):195-202.

37 REYNOLDS J Ed., 1996
Martindale: The extra pharmacopoeia. Evaluated information on the world’s drugs and medicines. 31st ed. London, England: The Royal Pharmaceutical Society. p1678.

38 BUDAVARI S Ed., 2001
The Merck Index: an encyclopedia of chemical, drugs, and biologicals. 30th ed. Whitehouse Station, USA: Merck & Co., Inc. p181.

39 ALBORNOZ A, 1993
Medicina tradicional herbaria. Caracas, Venezuela: Editorial Instituto Farmacoterápico Latino S.A. p298.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.