Anethum graveolens

nom scientifique : 
Anethum graveolens L.
synonyme : 
Peucedanum graveolens Benth. & Hook. f.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire du bassin méditerranéen, amplement cultivée en Amérique.

Description botanique

Plante herbacée, à tige dressée, pouvant atteindre 1,7 m de haut. Feuilles oblongues à ovées, tripennées de 20-40 sur 10-20 cm, les derniers segments sont filiformes. Ombelles de 15 cm de diamètre, nombreuses fleurs, pétales jaunes. Fruit ovalo-elliptique de 4 mm sur 2 mm.

Cette espèce est fréquemment confondue avec Foeniculum vulgare, laquelle a une gousse pétiolaire plus large et toutes les côtes de fruit égales.

Voucher(s)

Arvigo,1064,JBSD

Fuentes,4644,ROIG

Longuefosse&Nossin,108,HAVPM

douleur d'estomac :

  graine et feuille, décoction, voie orale1

douleur abdominale :

  graine, décoction, voie orale1

flatulence :

  graine, décoction, voie orale1

Les parties aériennes d'Anethum graveolensconstituent un condiment dont la consommation humaine est relativement étendue.

Pour les douleurs d'estomac, les douleurs abdominales et la flatulence :

Préparer une décoction avec 15-30 grammes (2-3 cuillères à soupe) de graines dans 1 litre d'eau (4 tasses); faire bouillir pendant au moins 10 minutes dans un récipient couvert. Filtrer et prendre 1 tasse après les repas24.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

 

Note concernant les usages : Pour ces deux emplois, on procède à la description en association principalement avec Eupatorium aromatisans, Lippia micromera ou du sel.

Selon l'information disponible :

L'emploi contre les douleurs abdominales, la flatulence et les douleurs d'estomac est classé REC basé sur l'usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et l'information scientifique publiée.

Ne pas employer avec des femmes ayant l'intention de procréer, enceintes ou allaitantes, ni avec des enfants de moins de 5 ans.

Si l'état du patient se détériore ou si les douleurs d'estomac ou abdominales durent plus de 3 jours, consulter un médecin.

•Travail TRAMIL25

L'extrait aqueux (decoction 30%) de graine sèche, voie orale (2000 et 5000 mg/kg) dose unique à la souris Suiss OF-1 (5 mâles et 5 femelles dans chaque groupe), selon le modèle de DL50, le groupe contrôle recevant de l'eau d'une part. D'autre part le même extrait par la même voie (2000 mg/kg), dose unique au rat Sprague Dawley (3 mâles et 3 femelles), modèle de toxicité aigüe, n'ont provoqué aucune mortalité, ni si signes de réactions adverses pendant les 14 jours d'observation, pas plus que de conséquences hystopathologiques.

L'extrait hydroalcoolique du fruit (1:1) à une concentration non spécifiée, administré par voie intrapéritonéale sur la souris a mis en évidence une DL50 = 1 g/kg12.

L'extrait aqueux de parties aériennes (50 mg poids sec de matériel végétal/disque) a montré une activité antimutagénique in vitro sur le modèle de Salmonella typhimurium TA98 avec activation métabolique21.

L'extrait aqueux de feuille (175 mg/kg) administré par intubation gastrique à des femelles de rats gestantes, a induit un effet tératogène et embryotoxique22.

L'administration des parties aériennes pendant 450 jours (33% de la diète quotidienne) sans interruption à des rats de la souche ACI des deux sexes n'a pas induit de carcinogenèse23.

A doses élevées, l'huile essentielle entraîne une photodermatite et provoque des convulsions17.

On ne dispose pas d'information pouvant garantir l’innocuité de l’usage de ce remède administré aux enfants, aux femmes enceintes ou allaitantes.

La partie aérienne et la graine contiennent des flavonoïdes : camphérol, quercétine, rhamnétine, lutéoline2-3, rutine4; coumarines : esculétine, bergaptène5, glucosides coumariniques, scopolétine6.

Le fruit renferme de l'huile essentielle (3-4%) dont les composants principaux sont : dihydrocarvone (40%)7, limonène, phellandrène, dipentène, carvone, myristicine et pinène8.

Analyse proximale pour 100 g de graine9: calories : 305; eau : 7,7%; protéines : 16%; lipides : 14,5%; glucides : 55,2%; fibres : 21,1%; cendres : 6,6%; calcium : 1516 mg; phosphore : 277 mg; fer : 16,3 mg; sodium : 20 mg; potassium : 1186 mg; carotène : 32 µg; thiamine : 0,42 mg; riboflavine : 0,28 mg; niacine : 2,81 mg.

L'extrait éthanolique (95%) de feuille et de tige (4 mg/mL) a montré une activité antibactérienne contre Escherichia coli, Shigella dysenteriae et Salmonella typhi sur plaque d'agar-agar10.

L'extrait aqueux de feuille séchée (10 mg/mL) sur le modèle in vitro de Toxocara cannis a montré une faible activité nématicide11.

L'extrait hydroalcoolique (50%) de fruit a inhibé les contractions induites par l'acétylcholine ou l'histamine sur l'iléon isolé de cobaye12.

On attribue à la graine un effet vasodilatateur artériolaire dose-dépendant, similaire à l'effet de l'acétylcholine, démontré par la technique de Mac Gregor13.

On attribue au fruit un effet hypoglycémiant (250 mg/kg par voie orale à des rats), hypotenseur12, galactogène14 et antitumoral15.

La Commission E Allemande a approuvé l'usage du fruit ou de la graine séchée contre les dyspepsies16-17.

L'huile essentielle (2%) a montré un effet antimoussant in vitro, auquel est attribuée l'activité carminative18. Sur le modèle de duodénum isolé de lapin (50 µg/mL), on a mis en évidence une activité antispasmodique19.

Dans les différentes parties de cette plante, on a identifié des composés chimiques auxquels sont attribués une activité antispasmodique20.

Références :  

1 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984 Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

2 HARBONE J, WILLIAMS C, 1972 Flavonoid pattern in the fruits of the Umbelliferae. Phytochemistry 11:1741-1750.

3 DANIEL M, 1989 Polyphenols of some Indian vegetables. Curr Sci 58(23):1332-1334.

4 VARNAITE R, 1988 Rutin content in capsicum, capsella, urtica, primula, lepidium, lactuca, brassica, anethum, beta, petroselinum, Allium genera representatives. Liet Tsr Mokslu Akad Darb Ser C 4:29-32.

5 DRANIK LI, PROKOPENKO AP, 1969 Coumarins and acids from Anethum graveolens fruit. Khim Prir Soedin 55:437.

6 APLIN RT, PAGE CB, 1967 Constituents of native Umbelliferae. I. Coumarins from dill (Anethum graveolens). J Chem Soc C 23:2593-2596.

7 PUNDARIKAKSHUDU K, BHAVSAR G, 1991 Effect of ascorbic acid on the yield & quality of essential oils in Indian dark variyali sowa (Anethum sowa). Int J Pharmacog 29(1):57-61.

8 PINKAS M, BEZANGER-BEAUQUESNE L, 1986 Les plantes dans la thérapeutique moderne. 2è éd. Paris, France: Ed. Maloine.

9 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986 Handbook of proximate analysis tables of higher plants. Boca Raton, USA: CRC Press. p17.

1O IKRAM M, HAQ I, 1980 Screening of medicinal plants for antimicrobial activity. Fitoterapia 51:281-284.

11 KIUCHI F, NAKAMURA N, MIYASHITA N, NISHIZAWA S, TSUDA Y, KONDO K, 1989 Nematocidal activity of some antihelmintic traditional medicines, and species by a new assay method using larvae of Toxocara canis. Shoyakugaku Zasshi 43(4):279-287.

12 DHAR ML, DHAR MM, DHAWAN BN, MEHROTRA BN, RAY C, 1968 Screening of Indian plants for biological activity. Part I. Indian J Exp Biol 6:232-247.

13 LOREA PAGANINI F, SILVEIRA SN, AMARANTE SILVA F, VENSKE DE ALMEIRA TR, SINNOTT SILVA E, 1992 Triagem farmacologica de chas comercializados - estudo do mecanismo de açao. Laboratorio de farmacologia, Rio Grande - Apresentado no VII Reunião Anual da Federação de Sociedades de Biologia Experimental, Caxambú, Brazil.

14 FEIZ J, MOATTAR F, 1985 Formulation, preparation and evaluation of medicinal plants on quantity and quality of human milk (conference). Chapel Hill, USA: Internat. Res. Cong. Nat. Prod., Coll. Pharm. Univ. Carolina.

15 CHANG I, WOO W, 1980 Screening of Korean medicinal plants for antitumor activity. Arch Pharm Res 3(2):75-78.

16 PDR Herbal, 2000 Anethum graveolens. Physician Desk Reference (PDR) for Herbal Medicines, Montvale, USA: Medical Economics Company. p252.

17 CANIGUERAL S, VILA R, RISCO E, PEREZ F, PORTILLO A, FREIXA B, MILO B, VANACLOCHA B, RIOS JL, MORALES MA, ALONSO JR, BACHILLER LI, PERIS JB, STUBING G, 2002 Anethum graveolens. Vademecum de Fitoterapia, Editorial Masson, Barcelona, España, Jul.20,2002. URL: http://www.masson.es/book/fitoterapia.html

18 HARRIES N, JAMES KC, PUGH WK, 1978 Antifoaming and carminative actions of volatile oils. J Clin Pharmacol 2:171-177.

19 SHIPOCHLIEV T, 1968 Pharmacological investigations into several essential oils, first communication. Effect on the smooth musculature. Vet Med Nauki 56:63.

20 DUKE JA, 1992 Handbook of biologicaly active phytochemicals and their activities. Boca Raton, USA: CRC Press.

21 NATAQUE K, KANZAWA K, MIZUNO M, UENO N, KOBAYASHI T, DANNE GI, MINAMOTO S, 1989 Herb water-extracts markedly suppress the mutagenicity of TRP-P-2. Agr Biol Chem 53(5):1423-1425.

22 SETHI N, NATH D, SINGH RK, 1989 Teratological evaluation of some commonly used indigenous antifertility plants in rats. Int J Crude Drugs Res 27(2):118-120.

23 FUKUOKA M, YOSHIHIRA K, NATORI S, SAKAMOTO K, IWAHARA S, HOSAKA S, IRONO I, 1980 Characterization of mutagenic principle and carcinogenicity test of dill weed and seeds. J Pharmacobio Dyn 3(5):236-244.

24 ALBORNOZ A, 1993 Medicina tradicional herbaria. Guía de Fitoterapia. Caracas, Venezuela: Editorial Instituto Farmacoterápico Latino S.A. p87,122.

25 MARTINEZ MJ, BETANCOURT J, LOPEZ M, MOREJON Z, BARCELO H, LAINEZ A, MONTES ME, REGO R, BOUCOURT E, MORON F, 2000 Toxicidad aguda clásica y clases tóxicas agudas de semilla seca deAnethum graveolens. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

26 LONGUEFOSSE JL, NOSSIN E, 1990-95 Enquête TRAMIL. Association pour la valorisation des plantes médicinales de la Caraïbe AVPMC, Fort de France, Martinique.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.