Foeniculum vulgare

nom scientifique : 
Foeniculum vulgare Mill.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire de la région méditerranéenne, cultivée et fréquemment naturalisée dans les régions tempérées et subtropicales du monde.

Description botanique

Herbacée dressée pérenne, glabre, habituellement très ramifiée. Feuilles alternes, ovées à triangulaires, pouvant atteindre 30 cm, pennati-composées, avec divisions filiformes. Inflorescence en ombelles avec de nombreuses fleurs, pouvant atteindre 12 cm de diamètre; pétales jaunes. Fruit oblong, glabre, légèrement comprimé, avec côtes aiguës.

Cette espèce est fréquemment confondue avec Anethum graveolens, laquelle a une gousse pétiolaire plus courte et les 2 côtes latérales du fruit plus amples.

Voucher(s)

Jiménez,688,JBSD

Martínez,4623,ROIG

douleurs d’oreille :

feuille, jus, gouttes (instillation) dans l’oreille1

douleur abdominale :

graine et/ou feuille, décoction, voie orale2

douleur d'estomac :

graine et/ou feuille, décoction, voie orale2

flatulence :

graine et/ou feuille, décoction, voie orale2

La feuille de Foeniculum vulgare constitue un aliment de consommation humaine relativement répandue et la graine, une source industrielle d’huile essentielle.

Contre les douleurs d’estomac, les douleurs abdominales et les flatulences :

Préparer une décoction avec 0,3-0,6 grammes de graine séchée ou 3-5 grammes de feuille fraîche dans 250 mL (1 tasse) d’eau, faire bouillir au moins 10 minutes dans un récipient couvert. Filtrer, laisser refroidir et boire1 tasse 3 fois par jour24-25.

Contre les douleurs d’oreille :

Se référer à l'usage rapporté au chapitre Emplois traditionnels significatifs TRAMIL, les informations scientifiques disponibles ne permettant pas de définir un dosage plus précis.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre les douleurs d’estomac, les douleurs abdominales et les flatulences est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et l’information scientifique publiée.

Si l’état du patient se détériore ou si les douleurs d’estomac persistent au-delà de 3 jours, consulter un médecin.

L’emploi contre les douleurs d’oreille est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et les études de toxicité.

Les douleurs d’oreille risquant d’être dues à une otite moyenne ou interne, on recommande de consulter un médecin au préalable. Son utilisation est contre-indiquée en présence de sécrétions dans l’oreille et/ou d’une éventuelle perforation du tympan.

Toute application dans l’oreille doit se conformer aux plus strictes mesures d’hygiène, pour empêcher la contamination ou une infection supplémentaire.

Si l’état du patient se détériore ou si les douleurs d’oreille durent plus de 2 jours, consulter un médecin.

Ne pas employer avec des enfants de moins de 3 ans, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

La graine peut provoquer des réactions d’hypersensibilité.

•Travail TRAMIL21

Le jus lyophilisé de feuille (500 g), en application locale (0,5 mL et 0,75 mL) sur la peau épilée de 16 cobayes blancs Hantley, répartis en deux groupes équivalents des deux sexes (450-500 g) n’a pas provoqué d’irritation dermique (indice d’irritation primaire inférieure à 5, 24 et 72 heures après l’application, Les analyses histopathologiques n’ont pas montré d’altérations.

•Travail TRAMIL13

La décoction de feuille fraîche (15-25 g/L) et l’infusion de graine séchée (5-10 g/L), administrées jusqu’à 500 mL/jour/personne, ont présenté un goût anisé aromatique et n’ont pas produit de manifestations objectives ni subjectives d’effets indésirables sur les patients.

•Travail TRAMIL26

La décoction (30%) de feuille fraîche (rendement: 0,97 mg/mL), voie orale au rat, en dose unique (volumen máximo de 2 mL/100 g; equivalent à 6 g de materiél végétal/kg ou 194 mg de solides totaux/kg), modèle de classes toxiques aigües, n’a pas entraîné de mort ni de signes évidents de toxicité pendant les 14 jours d’observation, ni de changement histologique.

Trabajo TRAMIL27(sera traduit dans la 3è édition)

Elzumo de hoja fresca machacada y exprimida mediante gasa, por vía tópica (parche con 0,6 mL/6 cm2 de piel/4 horas), modelo de irritabilidad dérmica aguda de Draize, a 3 conejas albinos Nueva Zelanda, se retiró el parche a las 4 horas y se lavó el área, se hicieron las lecturas de eritema y edema a 1, 24, 48 y 72 horas, mostró un índice de 0.00 que clasifica como no irritante.

L’extrait éthanolique (95%) de parties aériennes, administré oralement (100 mg/jour) à la souris femelle a entraîné la mort; chez le mâle cette dose s’est révélée non toxique. L’extrait alcoolique de la plante, jusqu’à 3 g/kg, n’a pas été spermicide22.

Les préparations avec des doses de plante élevées peuvent donner des convulsions17.

L’exposition répétée de la peau à la graine peut provoquer une dermatite allergique chez des individus prédisposés23.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi médicinal avec des enfants, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

Le fruit et les parties aériennes ont été amplement étudiés et contiennent, entre autres composants, de l’huile essentielle, constituée principalement par : trans et cis-anéthol (68%), limonène, fenchone3. Le fruit contient des flavonoïdes : féniculine, juglanine, camphérol, quercétine et derivés, iso-quercitrine, rutine4; des alcaloïdes : acétyilcholine (74 nmoles/g), choline (2674 nmoles/g)5; des coumarines : psoralène, xanthotoxine6, métoxypsoralène, iso-pimpinelline7, scoparone et séséline8.

La feuille contient des flavonoïdes : kaempférol, quercétine, iso-quercitrine9, cinnaroside10 et guayavérine11.

Analyse proximale pour 100 g de feuille12 : calories : 28; eau : 90%; protéines : 2,8%; lipides : 0,4%; glucides : 5,1%; fibres : 0,5%; cendres : 1,7%; calcium : 100 mg; phosphore : 51 mg; fer : 2,7 mg; potassium : 397 mg; carotène : 2100 µg; acide ascorbique : 31 mg.

Analyse proximale pour 100 g de graine12 : calories : 345; eau : 8,8%; protéines : 15,8%; lipides : 14,9%; glucides : 52,3%; fibres : 15,7%; cendres : 8,2%; calcium : 1196 mg; phosphore : 487 mg; fer : 18,5 mg; sodium : 8,8 mg; potassium : 1694 mg; carotène : 81 µg; thiamine : 0,41 mg; riboflavin : 0,35 mg; niacine : 6,05 mg.

•Travail TRAMIL13

La décoction de feuille fraîche (15-25 g/L) et l’infusion de graine séchée (5-10 g/L), employées en phytothérapie clinique, et administrées par voie orale à l'être humain adulte (120-240 mL) ont eu des résultats positifs lors du contrôle de symptômes spasmodiques mineurs du tube digestif.

L’extrait méthanolique de parties aériennes a mis en évidence une activité antifongique contre Aspergillus sp.14.

L’extrait aqueux (10%) de graine séchée a stimulé le muscle lisse du jejunum de rat et le muscle strié du rectus abdominus de grenouille5.

L’extrait acétonique de graine, administré par voie orale au rat pendant 10-15 jours, a engendré des effets œstrogéniques15.

L’extrait éthanolique (80%) de fruit séché administré oralement (100 mg/kg) sur le modèle d’inflammation de patte induite par carraghénnine au rat, a inhibé dans une proportion de 36% l’oedème expérimental16.

Le fruit séché a présenté une action carminative, aromatique, anti-inflammatoire, antimicrobienne, diurétique et stimulant l’appétit17.

On attribue à l’huile essentielle des propriétés eupeptiques, carminatives et antiseptiques17-18.

On considère que l’anéthol et ses deux polymères : dianéthol et photoanéthol, sont des agents oestrogéniques actifs19.

Dans la Pharmacopée Soviétique, elle figurait comme stimulant de la digestion et comme expectorant20.

Références :  

1 WENIGER B, ROUZIER M, 1986 Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

2 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984 Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

3 HAGINIWA J, HARADA M, MORISHITA I, 1963 Pharmacological studies on crude drugs. VII. Properties of essential oil components of aromatics & their pharmacological effect on mouse intestine. Yakugaku Zasshi 83:624.

4 AKUNZEMANN J, HERRMANN K, 1977 Isolation and identification of flavon(ol)-O-glycosides in caraway (Carum carvi L.), fennel (Foeniculum vulgare Mill.), anise (Pimpinella anisum L.), and coriander (Coriandrum sativum L.), and of flavone-C-glycosides in anise. I. Phenolics of spices. Z Lebensm Unters Forsch 164:194-200.

5 HARANATH P, AKTHER M, SHARIF S, 1987 Acetylcholine and choline in common spices. Phytother Res 1(2):91-92.

6 ZOBEL A, BROWN S, 1991 Psoralens on the surface of seeds of Rutaceae and fruits of Umbelliferae and Leguminosae. Can J Bot 69(3):485-488.

7 CESKA O, CHAUDHARY S, WARRINGTON P, ASHWOOD-SMITH M, 1987 Photoactive furocoumarins in fruits of some Umbellifers. Phytochemistry 26(1):165-169.

8 MENDEZ J, CASTRO-POCEIRO J, 1981 Coumarins in Foeniculum vulgare fruits. Rev Latinoamer Quim 12:91-92.

9 SALEH N, EL-NEGOUMY S, EL-HADIDI M, HOSNI H, 1983 Comparative study of the flavonoids of some local members of the Umbelliferae. Phytochemistry22(6):1417-1420.

10 LATTANZIO V, MARCHESINI A, 1981 Determination of plant phenols by gel filtration. J Food Sci 46:1907-1909.

11 HARBONE J, BOARDLEY M, 1984 Use of high-performance liquid chromatography in the separation of flavonol glycosides and flavonol sulphates. J Chromatogr 299(2):377-385.

12 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986 Handbook of proximate analysis tables of higher plants. Boca Raton, USA: CRC Press. p75.

13 CARBALLO A, 1995 Plantas medicinales del Escambray cubano. Informe TRAMIL. Laboratorio provincial de producción de medicamentos, Sancti Spiritus, Cuba.

14 LEIFERTOVA I, LISA M, 1986 The antifungal properties of higher plants affecting some species of the genus Aspergillus. Folia Pharm (Prague) 2:29-54.

15 MALINI T, VANITHAKUMARI G, MEGALA N, ANUSYA S, DEVI K, ELANGO V, 1985 Effect of Foeniculum vulgare Mill. seed extract on the genital organs of male and female rats. Indian J Physiol Pharmacol 29(1):21-26.

16 MASCOLO N, AUTORE G, CAPASSO F, MENGHINI A, FASULO MP, 1987 Biological screening of Italian medicinal plants for anti-inflammatory activity. Phytother Res 1(1):28-31.

17 DUKE JA, 1988 Handbook of medicinal herbs. Boca Raton, USA: CRC Press.

18 PINKAS M, BEZANGER-BEAUQUESNE L, 1986 Les plantes dans la thérapeutique moderne. Paris, France: 2 éd. Ed. Maloine.

19 ALBERT PULEO M, 1980 Fennel and anise as estrogenic agents. J Ethnopharmacol 2(4):337-344.

20 HURTADO M, CARBALLO A, 1990 Las plantas medicinales TRAMIL en la farmacopea soviética. Centro de Investigaciones de Fitoterapia y Medicina Tradicional, Topes de Collantes, Cuba.

21 ALFONSO H, 1992 Evaluación de la toxicidad dérmica deMomordica charantia L., Foeniculum vulgare Mill yCassia occidentalis L. en cobayos. Informe tramil. Centro Nacional de Salud Animal CENSA, La Habana, Cuba.

22 SHAH A, QURESHI S, AGEEL A, 1991 Toxicity studies in mice of ethanol extracts ofFoeniculum vulgare fruit andRuta chalepensis aerial parts. J Ethnopharmacol 34(2/3):167-172.

23 SEETHARAM K, PASRICHA J, 1987 Condiments and contact dermatitis of the finger-tips. Indian J Dermatol Venereol Leprol 53(6):325-328.

24 ASSOCIATION SCIENTIFIC COMMITTEE, 1983 British herbal pharmacopœia. Bournemouth, England: British Herbal Medicine Association.

25 CARBALLO A, 1995 Cálculo de concentración y dosis de las drogas vegetales TRAMIL: Mensuraciones farmacognósticas y aproximaciones técnico-clínicas. Laboratorio provincial de producción de medicamentos, Sancti Spiritus, Cuba.

26 MARTINEZ MJ, MOREJON Z, LOPEZ M, BOUCOURT E, FUENTES V, MORON F, 2005 Clases tóxicas agudas (CTA) de una decocción de hoja fresca de Foeniculum vulgare Miller.Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

27 MARTINEZ MJ, LOPEZ M, MOREJON Z, BOUCOURT E, FUENTES V, MORON F, 2005 Irritabilidad dérmica primaria del zumo filtrado de hojas frescas machacadas de Foeniculum vulgare Mill.Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.