Acalypha alopecuroidea

nom scientifique : 
Acalypha alopecuroidea Jacq.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire de l'Amérique tropicale.

Description botanique

Herbacée droite, annuelle, pouvant atteindre 50 cm. Feuilles de forme triangulaire à arrondie-ovale, de 3 à 7 cm, acuminées ou cuspido-acuminées, denticulées. Epis terminaux et axillaires, pouvant atteindre 5 cm; bractées de fleurs portant pistil de 7 à 9 mm, avec de longs poils. Capsule de 2 mm de long.

Voucher(s)

Rouzier,59&61,SOE

Jiménez,215,JBSD

flatulence :

feuille, décoction avec du sel, voie orale1-2

Pour son emploi contre les flatulences :

Préparer une décoction avec 30 grammes de feuilles dans 1 litre (4 tasses) d'eau, faire bouillir pendant au moins 10 minutes dans un récipient ouvert. Laisser refroidir, filtrer et boire une tasse après chaque repas.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l'information disponible :

L'emploi pour les flatulences est classé REC basé sur l'usage traditionnel documenté dans les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et l'information scientifique publiée.

Ne pas administrer pendant la grossesse, en période d'allaitement ni à des enfants de moins de 5 ans.

Ne pas consommer plus de 3 jours de suite.

•Travail TRAMIL9

L'extrait hydro-alcoolique (70%) a été préparé avec toutes les parties de la plante séchée et moulue (100g), au moyen d'une macération dynamique pendant 90 minutes à température ambiante. Il a ensuite été filtré et concentré sous vide à 45°C. L'extrait brut obtenu (15g) a été de nouveau dilué dans 100 mL d'éthanol 40% et on en a préparé deux fractions organiques, l'une apolaire, l'autre polaire.

La DL50a été administrée par voie orale à des souris mâles Swiss (pesant de 25 à 30 g), lesquelles ont été observées systématiquement pour rechercher des signes de mort ou des signes toxiques (poids, altération de la peau et des muqueuses, diarrhées, convulsions etc.), et comparées afin d'opérer des contrôles. L'étude a démontré qu'aucune des deux fractions organiques dosées jusqu'à 5 g d'extrait/kg n'a entraîné la mort, ni de signes évidents de toxicité.

•Travail TRAMIL10

L'extrait aqueux en décoction (30%) de feuille fraîche par voie orale en dose unique (500, 1000, 2000 et 5000 mg/kg), dans l'essai de DL50sur des souris n'a pas été mortel; mais on a observé une somnolence pendant les premières heures après réception de l'extrait par les animaux traités avec les doses de 2000 et 5000 mg/kg. On n'a pas détecté d'autres signes défavorables au cours des 14 jours d'observation. L'examen histologique des organes n'a pas montré de lésions.

•Travail TRAMIL11

L'extrait aqueux en décoction (30% poids/volume) de feuille fraîche par voie orale en dose unique (2000 et 5000 mg/kg), dans l'essai de classes toxiques sur des rats n'a pas été mortel et n'a pas entraîné l'apparition de signes défavorables au cours des 14 jours d'observation. L'examen histologique des organes n'a pas montré de lésions.

Pour quelques plantes de ce genre, les dérivés cyanogénétiques en présence de b-glucosidases entraînent des intoxications cyanhydriques aiguës ou chroniques lorsqu'ils sont administrés par voie orale12-13. Cependant, l'acide cyanhydrique s'évapore sous l'action de la chaleur au cours de l'ébullition si celle-ci est effectuée dans un récipient ouvert14.

On ne dispose pas d'information pouvant garantir l’innocuité de l’usage de ce remède administré aux enfants, aux femmes enceintes ou allaitantes.

•Travail TRAMIL3

Etude phytochimique préliminaire (plante entière)

 

alcaloïdes:

-

saponosides:

+

quinones:

-

tanins:

+

flavonoïdes:

+

polyphénols:

+

stéroïdes, terpénoïdes:

-

 

           

L'examen de la plante a montré la présence de dérivés cyanogénétiques4, spécifiquement l'acalyphine, accompagnée d'une bglucosidase puissante5.

•Travail TRAMIL6

L'extrait aqueux de feuille séchée, en décoction, 15 minutes (40 et 80 mg/mL) n'a pas modifié de manière significative la contractilité du duodénum de lapin (organe isolé).

•Travail TRAMIL7

L'extrait aqueux de feuille fraîche (30%), en décoction administrée par voie orale sur des souris (1 et 5 g/kg) n'a pas modifié de manière significative la mobilité de l'intestin, sur le modèle de transit intestinal avec du charbon activé à 10% en suspension dans de la carboxyméthylcellulose.

•Travail TRAMIL8

L'extrait éthanolique (95%) de feuille séchée n'a pas montré d'activité anti-microbienne in vitro contre Bacillus subtilis, Staphylococcus aureus, Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa, Aspergillus niger ni Candida albicans.

On attribue un effet antispasmodique au b-sitostérol-b-D-glucoside.

Références :  

1 WENIGER B, ROUZIER M, 1986 Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

2 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984 Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

3 WENIGER B, SAVARY H, DAGUIHL R, 1984 Tri phytochimique de plantes de la liste TRAMIL. Faculté de Médecine, Université de Haïti, Port au Prince, Haïti.

4 HEGNAUER R, 1973 Chemotaxonomy der Pflanzen. Basel, Schweiz: Birkhauser Verlag, 6:882.

5 HOSTETTMANN K, LEA P, Eds., 1987 Biologically active natural products. Oxford, England: Oxford Science Publications.

6DEL ROSARIO PEREZ R, WENIGER B, 1988 Actividad de Acalypha alopecuroides sobre intestino aislado. Informe TRAMIL. Universidad de Estrasburgo, Estrasburgo, Francia.

7 MORON F, BETANCOURT J, PINEDO Z, BOUCOURT E, 2000 Efecto de hoja fresca deAcalypha alopecuroides Jacq. en el tránsito intestinal de ratones in vivo. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

8 LE GRAND A, WONDERGEM PA, 1986 Activités antimicrobiennes et études bibliographiques de la toxicologie de dix plantes médicinales de la Caraïbe. Informe TRAMIL. Dép. de Pharmacognosie, Universités de Groningen & Leyden, Groningen & Leyden, Hollande.

9SOUZA BRITO A, 1995 Toxicidad aguda deAcalypha alopecuroides. Informe TRAMIL. Dep. de Fisiología y Biofísica, Universidad de Campinas, Campinas, Brasil.

10 MARTINEZ MJ, BETANCOURT J, LOPEZ M, MOREJON Z, BARCELO H, LAINEZ A, MONTES ME, REGO R, BOUCOURT E, MORON F, 2000 Toxicidad aguda clásica de hoja fresca de Acalypha alopecuroides Jacq. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

11MARTINEZ MJ, BETANCOURT J, LOPEZ M, MOREJON Z, BARCELO H, LAINEZ A, MONTES ME, REGO R, BOUCOURT E, MORON F, 2000 Toxicidad aguda de hoja fresca de Acalypha alopecuroides Jacq. en el modelo de clases tóxicas agudas. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”.

12 POULTON J, KEELER R, TU T, Eds., 1983 Handbook of natural toxins 1.New York, USA: Marcel Dekker, p117.

13 NAHRSTEDT A, 1987 Recent developments in chemistry, distribution and biology of the cyanogenic glycosides. In: Hostettmann K, Lea P, Eds. Biologically active natural products. Oxford, England: Oxford Science Publications. p167-184,213-234.

14 ARGEHEORE EM, AGUNBIADE OO, 1991 The toxic effects of Cassava (Manihot esculenta Grants) diets on humans: a review. Hum Toxicol 33(3):273-275.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.