Aloe vera

nom scientifique : 
Aloe vera (L.) Burm.
synonyme : 
Aloe barbadensis Mill
Famille : 

Distribution géographique

Originaire du bassin méditerranéen, largement cultivée en milieu tropical et subtropical.

Description botanique

Plante sans tige apparente ou à tige courte, stolonifère. Feuilles lancéolées, longues de 30 à 60 cm, terminées en pointe fine, épino-dentées. Stipe pouvant atteindre 1,2 m, grappes denses de 10 à 30 cm, bractées lancéolées ou ovées, en pointe.Fleurs jaunes de 2,5 cm de longueur en grappes denses de 10 à 30 cm. Fruit: capsule déhiscente; graines noires ailées.

Voucher(s)

Jiménez,1525,JBSD Mejía,12,MAPR Faujour,5,BAR Delaigue,1,NHTT

calvicie :

gel, massage du cuir chevelu1

asthme :

gel, mélangé à de l'eau, décoction ou infusion, voie orale1,69

coupure et éraflure :

pulpe fraîche, aplication locale2-3,70

catarrhe :

gel, mélangé à de l'eau, décoction ou infusion, voie orale1,69

erythème cutané :

gel en cataplasme1

note : le "gel" est le suctransparent et gélatineuxcontenu dans la partie interne de la feuille.

Pour l'obtention du gel, éviter le contact avec le jus jaune qui peut entraîner des réactions d'hypersensibilité de la peau ou avoir un effet laxatif par voie orale.

Pour l'emploi contre l'asthme et la toux:

Peler la feuille et diluer 15-30 grammes (1-2 cuillerées) du suc (gel, pulpe, mésophile) dans 250 m/L (1 tasse) d'eau. Boire 1 tasse 3 fois par jour.

Préparer une décoction ou une infusion avec 15-30 grammes de gel dans 250 m/L (1 tasse) d'eau.

Pour la décoction faire bouillir au moins 10 minutes, dans un récipient couvert. Pour l'infusion, ajouter l'eau bouillante aux 15-60 grammes (1-2 cuillerées) de gel, couvrir et laisser refroidir. Boire 1 tasse 3 fois par jour.

Pour l'emploi contre calvitie, coupure, éraflure et cloques sur la peau :

Laver et peler la feuille, prendre 15-30 grammes (1-2 cuillerées) de gel et appliquer sur la peau de la zone affectée ou sur le cuir chevelu, 2 fois par jour.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Note concernant les usages : le "gel" est le suc transparent et gélatineux contenu dans la partie interne de la feuille.

Selon l'information disponible :

L'emploi contre l'asthme, la calvitie, les cloques sur la peau, coupure et éraflure est classé REC basé sur l'usage significatif traditionnel documenté dans les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité, la validation et l'information scientifique disponible.

L'asthme étant dangereux pour la santé, il est recommandé de consulter un médecin au préalable. L'usage de cette médication doit être considéré comme complémentaire du traitement médical. Aucune information n'est disponible sur l'usage de cette médication lors d'une crise d'asthme.

Toute application topique doit se conformer à de strictes mesures d'hygiène qui empêcheront contamination ou infection supplémentaire.

Ne pas employer par voie orale avec des femmes enceintes ou allaitantes ni avec des enfants de moins de 5 ans. Eviter son ingestion en cas de diabète.

Le gel peut provoquer des réactions d'hypersensibilité. Ne pas l'employer s'il a pris une couleur rougeâtre.

•Travail TRAMIL24

Dans un essai clinique préliminaire, contrôlé avec placebo (sirop 15 mL/jour), avec 50 patients asthmatiques souffrant d’astme léger ou modéré, l'extrait aqueux (50%) dilué du mésophile de la feuille (préalablement congelé pendant 72 heures dans des conditions d'obscurité relative protégé de la lumière par du polyéthylène noir), administré par voie orale pendant 90 jours n'a pas entraîné de manifestations de toxicité, d'intolérance ni de rejet.

L'extrait aqueux lyophilisé de feuille n'a pas eu d'effet mutagène sur trois modèles différents : inductions de mutations ponctuelles (suppresseurs) dans le locus meth G1 d'Aspergillus nidulans (0,05 et 5 mg/mL), ségrégation mitotique dans un diploïde hétérozygotique d'A. nidulans (0,04-1 mg/mL) et induction de micronoyaux en moelle osseuse de souris (0,5, 1 et 2 g/kg/jour)59.

Le gel d'Aloe vera n'a causé ni dommage cellulaire ni génotoxicité sur le modèle in vitro d'Aspergillus nidulans D-30 (0,09-1 mg de solide total/mL) ni dans l'essai d'induction de micronoyaux en moelle osseuse de souris(0,5, 1 et 2 g/kg)60.

L'extrait éthanolique (50%) de feuille par voie intrapéritonéale sur des souris a montré une DL50 = 250 mg/kg et une dose maximum tolérée de 100 mg/kg61.

L'extrait hydroalcoolique (50%) de feuille par voie intrapéritonéale sur la souris a montré une DL50 supérieure à 1 g/kg62.

L'extrait éthanolique (3:1) de feuille sèche par voie orale à la souris Swiss albinos (de 18 à 22 g) a montré une DL50 = 120,65 mg/kg, selon la méthode OEDC-198768.

L'absorption de l'extrait éthanolique (95%) de parties aériennes séchées (100 mg/kg) a entraîné une toxicitégénérale sur la souris. Après 3 mois de traitement on a enregistré de l'alopécie, une dégénération et une nécrose des organes sexuels, des altérations spermatiques et une diminution d'érythrocytes63.

L'ingestion de la feuille fraîche par le rat (925 mg/kg) n'a pas entraîné de signes de toxicité évidents64.

Les extraits aqueux et éthanolique (95%) de feuille fraîche (150 mg/kg) et l'extrait de feuille fraîche dans de l'éther de pétrole (100 mg/kg), tous deux administrés par voie orale, n'ont entraîné ni embryotoxicité ni avortement sur le rat65.

L'extrait aqueux de plante entière par voie orale (125 mg/mL) sur des femelles de rats enceintes a été tératogène66.

On a enregistré le cas d'un patient avec une hypersensibilité après application topique et par voie orale du gel de la feuille67.

On ne dispose pas d'information pouvant garantir l’innocuitéde l’usage de ce remède administré aux enfants, aux femmes enceintes ou allaitantes.

Le suc a été amplement étudié et contient, entre autres composants, lipides : acides : laurique, linoléique, myristique, octadéca-7-énoïque, 8-méthyl oléïque, palmitique, palmitoléïque, pentadécanoïque, margarique, stéarique ; esters : laurate de méthyle, linoléate d'éthyle, myristate de méthyle, octadéca-10,13- diènoate de méthyle, octadéca-6,9-diènoate de méthyle, octadéca-9-12- diènoate de méthyle, oléate d'éthyle, oléate de méthyle, palmitate d'éthyle, palmitate de méthyle, palmitoléate de méthyle, 13-méthylpentadécanoate de méthyle, margaroate de méthyle, stéarate d'éthyle, tricosanoate de méthyle et 12-méthyltridécanoate de méthyle ; benzénoïdes : dibutylphtalate, diheptylphtalate, dioctylphtalate, monooctylphtalate, 1,1-bis-(2-hydroxy-3,5-diméthylphényl)-2-méthylpropane; alcanes : n-octadécane, n-nonadécane, acide 4,4-diméthyl-3-(2,4,5-trimétoxyphényl) pentanoate d’éthyle ; alcènes : nonadéc-1-ène, trans-nonadéc-5-ène, octadéc-1-ène ; composés polycycliques : 9-propanoylméthoxyméthyl phénanthrène ; monoterpènes (dimère) :p-3,3'-bis-menthane4 ; polysaccharides : glucomanane4, acétylglucomanane5, galactogalacturane6-7, glucogalactomanane8, galactoglucoarabinomanane9, acétylmanane (acémanane ou Carrisyn®)10-11; minéraux : aluminium, baryum, bore, calcium, fer, magnésium, manganèse, sodium, phosphore, silicium, strontium12.

La feuille contient des quinoïdes : aloe émodine13-14, aloïne15, 7-hydroxy-6'-O-p-cumaroyl aloïne A, 7-hydroxy-6'-O-p-cumaroyl aloïne B16, chrysacine17, acide chrysophanique13; chromones : aloésine14; composés polycycliques : anthranol13; stéroïdes : campestérol18-19, cholestérol18-19, b-sitostérol18-20; triterpènes : lupéol18-19.

Le jus de la feuille contient des quinoïdes : barbaloïne18,21, b-barbaloïne21, acide chrysophanique18, aloe émodine18,21; composés polycycliques : anthranol18; phénylpropanoïdes : acide p-coumarique18; alcaloïdes quinolizidiniques : cystine18.

La pulpe de la feuille contient des hydrates de carbone: oligosaccharides7, galactane22, glucomanane23.

•Travaux TRAMIL24-25

Dans un essai clinique préliminaire réalisé sur 50 patients asthmatiques grade I et II, contrôlé par placebo (sirop 15 mL/jour), l'extrait aqueux du mésophile de la feuille (préalablement congelé pendant 72 heures dans des conditions d'obscurité relative protégé de la lumière avec du polyéthylène noir) administré par voie orale pendant 90 jours a diminué la consommation de médicaments antiasthmatiques et a amélioré l'état fonctionnel des patients.

Le gel de Aloe sp. a été actif contre la congélation des tissus, ce qui a été attribué à la réduction des niveaux de thromboxane26.

L'extrait aqueux lyophilisé de feuille (10 et 50 mg/mL) in vitro a été inactif contre Staphylococcus aureus, Bacillus subtilis, Escherichia coli,Pseudomonas aeruginosa et Candida albicans27.

Les extraits aqueux et éthanolique (95%) de feuille in vitro ont été inactifs comme antibactériens contre Escherichia coli et Staphylococcus aureus28.

La teinture (10 g de plante dans 100 mL d’éthanol) de feuille séchée (30 mL/disque) a été inactive comme antibactérien contre Pseudomonas aeruginosa, Escherichia coli et Staphylococcus aureus29.

Le gel de feuille appliqué sur des brûlures de souris du premier et du deuxième degré a retardé le processus inflammatoire et a accéléré le temps de récupération. Aucune amélioration n’a pas été observée dans le cas de brûlures du troisième degré30. Dans un autre essai l'extrait aqueux de feuille (10%) et le jus de feuille fraîche appliqués sur la souris, ont été actifs pour le traitement de brûlures du troisième degré31.

La feuille administrée par voie orale (100 mg/kg/jour) ou topique (crème 25%) sur la souris, a diminué le diamètre de blessures expérimentales respectivement de 62% et de 50,8%32.

Le suc de plante (300 mg/kg) en application topique sur la souris a montré une activité antiinflammatoire, et l'administration sous-cutanée (300 mg/kg) a montré une activité cicatrisante33.

Le gel d'Aloe sp sans changement de couleur en application topique pendant 7 jours sur la souris a produit une cicatrisation plus rapide que le gel qui avait rougi34.

L'extrait éthanolique (95%) des parties aériennes par voie orale (500 mg/kg) sur la souris a montré une activité analgésique et antipyrétique35.

L'extrait aqueux lyophilisé de feuille par voie orale (500 mg/kg) à la souris sur les modèles expérimentaux de plaque chaude et de contorsions induites par l’acide acétique, a démontré un effet analgésique significatif36.

L'extrait lyophilisé de feuille (1,67%) en application topique sur la souris a été actif comme immunostimulant37.

Le jus de feuille fraîche par voie orale (2 mL/kg) administré au lapin, a eu un effet hypoglycémiant (réduction de 27%)38.

Le jus de feuille (1%) administré par application topique39 et par voie sous-cutanée (10 mg/kg) a réduit l'inflammation de 67%40 dans la cas du modèle de l'inflammation de l'oreille externe de rat.

Le gel de feuille testé sur le modèle d'œdème induit par la moutarde (souris), a réduit l'œdème de 44% à 70% et a diminué l'infiltration de polymorphonucléaires à l'intérieur des vésicules 58%41-42.

Le gel appliqué sur les brûlures de cobayes a entraîné une guérison plus rapide de la peau et a diminué la numération bactérienne de 60% par rapport au contrôle43-44.

La décoction de feuille (1,5 mL/animal) par voie intraveineuse sur le cobaye a été inactive comme broncho-dilatateur45.

L'extrait aqueux et le jus de feuille appliqués sur la souris46, le rat47, le lapin48, le chat, le chien49 et l'être humain50-51 ont été actifs comme cicatrisant.

L'extrait de feuille fraîche administré par voie orale, a été actif comme antiasthmatique sur des humains et a stimulé la phagocytose52.

Le mésophile de feuille fraîche en application topique (6,8 mL/jour) sur le cuir chevelu humain a stimulé la croissance des cheveux et inhibé leur chute. Cette activité a été brevetée53.

Une série de 60 patients présentant une crise hémorroïdaire et de 52 patients ayant une fissure anale, ont été traités dans un service de proctologie avec un onguent rectal de feuille d'Aloe vera et une évolution significativement plus favorable qu’avec la Proctocaïne® (chlorhydrate de dibucaïne, prednisone et alantoïne)a été enregistrée, les deux traitements ayant été appliqués localement trois fois par jour après un bain de siège tiède54.

Le mésophile de feuille, dans une étude de 27 patients avec brûlures, a montré un effet cicatrisant significatif, comparé avec l'emploi de vaseline55.

Le jus de feuille fraîche non dilué en application topique a été actif sur des brûlures et excoriations de peau humaine56.

L'extrait de gel de feuille, dans un essai en double aveugle et contrôlé, en application topique 3 fois/jour, 5 jours /semaine sur 30 personnes avec psoriasis a montré une activité curative significative, comparé avec l'effet placebo sur 30 personnes. En outre, il n'a pas été enregistré de toxicité apparente57.

L'extrait méthanolique de feuille séchée en application topique a été actif comme antiviral contre Herpes simplex 1 etHerpes 2 sur des humains. Ces activités biologiques ont été brevetées58.

Références :  

1 BENEDETTI MD, 1994 Encuesta TRAMIL. Universidad de Puerto Rico, Mayagüez, Puerto Rico.

2 FAUJOUR A, MURREY D, CHELTENHAM-CORBIN B, CARRINGTON S, 2003 TRAMIL survey. enda-caribbean, IICA & UAG, Saint Thomas, Barbados.

3 DELAIGUE J, 2005 TRAMIL survey. UAG & PRDI, Tobago House of Assembly, Scarborough, Tobago.

4 YAMAGUCHI I, MEGA N, SANADA H, 1993 Components of the gel of Aloe vera (L.) Burm. f. Biosci Biotech Biochem57(8):1350-1352.

5 GOWDA DC, NEELISIDDAIAH B, ANJANEYALU YV, 1979 Structural studies of polysaccharides from Aloe vera. Carbohydr Res72:201-205.

6 MANDAL G, DAS A, 1980b Structure of the glucomannan isolated from the leaves of Aloe barbadensis Miller. Carbohydr Res 87:249-256.

7 MANDAL G, GHOSH R, DAS A, 1984 Characterization of the polysaccharides of Aloe barbadensis Miller: part III. Structure of a acidic oligosaccharide. Indian J Chem Ser B22:890-893.

8 HAQ N, HANNAN A, 1981 Studies on glucogalactomannan from the leaves of Aloe vera Tourn. (ex Linn.). Bangladesh J Scient & Ind Res16:68-72.

9 HART LA, VAN DER BERG AJJ, KUIS L, VAN DIJK H, LABADIE RP, 1989 An anti-complementary polysaccharide with immunological adjuvant activity from the leaf parenchyma cells of Aloe vera. Planta Med 55(6):509-512.

10 McANALLEY BH, 1988 Process for preparation of Aloe products, produced thereby and composition thereof. Patent - USA: 4,735,935

11 MANNA S, McANALLEY BH, 1993 Determination of the position of the O acetyl group in a b(1®4) mannan (acemannan) from Aloe barbadensis Miller. Carbohydr Res 241:317-319.

12 YAMAGUCHI I, MEGA N, SANADA H, 1993 Components of the gel of Aloe vera (L.) Burm.F. Bioscience, Biotechnology, Biochemistry57:1350-1352.

13 MARY NY, CHRISTENSEN BV, BEAL JL, 1956 A paper chromatographic study of Aloe, aloin and cascara sagrada. J Am Pharm Assoc Sci Ed 45:229-232.

14 HOLDSWORTH DK, 1971 Chromones in Aloe species. Part I. Aloesin-A C-glucosyl-7-hydroxychromone. Planta Med 19:322-325.

15 PASZKIEWICZ-GADEK A, CHLABICZ J, GALASINSKI W, 1988 The influence of selected potential oncostatics of plant origin on the protein biosynthesis in vitro. Pol J Pharmacol Pharm 40(2):183-190.

16 RAUWALD H, 1987 New hydroxyaloins: the periodate-positive substance from cape aloes and cinnamoyl esters from Curacao aloes. Pharm Weekbl (Sci Ed) 9(4):215.

17 ZWAVING JH, ELEMA ET, 1976 A comparative investigation of two methods for the determination of 1,8-dihydroxyanthracene derivatives in vegetable drugs. Pharm Weekbl (Sci Ed) 111:1315.

18 WALLER GR, MANGIAFICO S, RITCHEY CR, 1978 A chemical investigation of Aloe barbadensis. Proc Okla Acad Sci58:69.

19 WALLER GR, MANGIAFICO S, RITCHEY CR, CUMBERLAND CD, 1978 Natural products from Aloe barbadensis Miller. Lloydia41:648A.

20 SUGA T, HIRATA T, 1983 The efficacy of the Aloe plants chemical constituents and biological activities. Cosmet Toiletries98(6):105-108.

21 MUKERJI B, 1953 The Indian pharmaceutical codex. Volume I - Indigenous drugs. New Delhi, India: Council of Scientific and Industrial Research.

22 MANDAL G, DAS A, 1980 Characterization of the polysaccharides of Aloe barbadensis Miller. part I. Structure of the D-galacatan isolated from Aloe barbadensis Miller. Carbohydr Res86:247-257.

23 MANDAL G, DAS A, 1980 Characterization of the polysaccharides of Aloe barbadensis Miller. part II. Structure of the glucomannan isolated from the leaves of Aloe barbadensis Miller. Carbohydr Res 87:249-256.

24 GUARDARRAMA I, HERNANDEZ M, DIAZ-ACOSTA A, CARBALLO A, 1993 Observaciones clínicas sobre el efecto delAloe barbadensis L. en el tratamiento de pacientes asmáticos. Estudio preliminar. Informe TRAMIL. Instituto Superior de Ciencias Médicas, Santa Clara, Cuba.TRAMIL VI, Basse Terre,Guadeloupe, UAG/enda-caribe.

25GUARDARRAMA I, TORRES ORLANDO, HERNANDEZ M, RUIZ MM, GOMEZ M, CLAVO Y, 1994 Prueba de hiperreactividad bronquial a la carbacolina en pacientes asmáticos tratados con Aloe barbadensis. Medicentro 10(1):93-101.

26 RAINE TJ, LONDON MD, GOLUCH L, HEGGERS JP, ROBSON MC, 1980 Antiprostagladins and antithromboxanes for treatment of frostbite. American College of Surgeons 1980 Surgical Forum31:557-559.

27MARTINEZ MJ, BETANCOURT J, ALONSO N, 1996 Ausencia de actividad antimicrobiana de un extracto acuoso liofilizado de Aloe vera (sábila). Rev Cubana Plantas Med 1(3):18-20.

28 GOTTSHALL RY, LUCAS E, LICKFELDT A, ROBERTS J, 1949 The occurrence of antibacterial substances active against Mycobacterium tuberculosis in seed plants. J Clin Invest 28:920-923.

29 CACERES A, GIRON L, ALVARADO SR, TORRES MF, 1987 Screening of antimicrobial activity of plants popularly used in Guatemala for the treatment of dermatomucosal diseases. J Ethnopharmacol20(3):223-237.

30 BUNYAPRAPHATSARA N, JIRAKULCAIWONG S, THIRAWARAPAN S, MANONUKUL J, 1996 The efficacy of Aloe vera cream in the treatment of first, second and third degree burns in mice. Phytomedicine2(3):247-251.

31 ROWE TD, LOVELL BK, PARKS LM, 1941 Further observations on the use of Aloe vera leaf in the treatment of third degree X-ray reactions. J Am Pharm Assoc Sci Ed30:266-269.

32 DAVIS RH, LEITNER MG, RUSSO JM, BYRNE ME, 1989 Wound healing. Oral and topical activity of Aloe vera. J Am Podiatr Med Assoc 79(11):559-562.

33 DAVIS RH, DONATO J, HARTMAN G, HAAS R, 1994 Anti-inflammatory and wound healing activity of a growth substance in Aloe vera. J Am Podiatr Med Assoc84(2):77-81.

34 DAVIS RH, AGNEW PS, SHAPIRO E, 1986 Antiarthritic activity of anthraquinones found in Aloe for podiatric medicine. J Am Podiatr Med Assoc76:61-66.

35 MOHSIN A, SHAH AH, AL-YAHYA MA, TARIQ M, TANIRA MO, AGEEL AM, 1989 Analgesic antipyretic activity and phytochemical screening of some plants used in traditional Arab system of medicine. Fitoterapia 60(2):174-177.

36FURONES JA, MORON FJ, PINEDO Z, 1996 Acción analgésica de un extracto acuoso liofilizado de Aloe vera L. en ratones. Rev Cubana Plantas Med 1(2):15-17.

37 STRICKLAND FM, PELLEY RP, KRIPKE ML, 1994 Prevention of ultraviolet radiation-induced suppression of contact and delayed hypersensitivity by Aloe barbadensis gel extracts. J Invest Dermatol102(2):197-204.

38 ROMAN-RAMOS R, FLORES-SAENZ JL, PARTIDA-HERNANDEZ G, LARA-LEMUS A, ALARCON-AGUILAR F, 1991 Experimental study of hypoglycemic activity of some antidiabetic plants. Arch Invest Med22(1):87-93.

39 DAVIS RH, LEITNER MG, RUSSO JM, 1987 Topical anti-inflammatory activity of Aloe vera as measured by ear swelling. J Am Podiatr Med Assoc 77(11):610-612.

40 DAVIS RH, LEITNER MG, RUSSO JM, 1988 Aloe vera. A natural approach for treating wounds, edema and pain in diabetes. J Am Podiatr Med Assoc78(2):60-68.

41 DAVIS RH, KABBANI JM, MARO NP, 1986 Wound healing and antiinflammatory activity of Aloe vera. Proceedings of the Pennsylvania Academy of Sciences60:79.

42 DAVIS RH, LEITNER MG, RUSSO JM, MARO NP, 1987c Biological activity of Aloe vera. Med Sci Res15:235.

43 RODRIGUEZ-BIGAS M, CRUZ NI, SUÁREZ A, 1988 Comparative evaluation of Aloe vera in the management of burn wounds in guinea pigs. Plast Reconstr Surg81:386-389.

44 KIVETT WF, 1989 Aloe vera for burns. Plastic and Reconstructive Surgery 83:195.

45 CARBAJAL D, CASACO A, ARRUZAZABALA L, GONZALEZ R, FUENTES V, 1991 Pharmacological screening of plant decoctions commonly used in Cuban folk medicine. J Ethnopharmacol33(1/2):21-24.

46 DAVIS RH, DI DONATO JJ, JOHNSON RW, STEWART CB, 1994 Aloe vera, hydrocortisone, and sterol influence on wound tensile strength and anti-inflammation. J Am Podiatr Med Assoc84.(12):614-621.

47 LUSHBAUGH CC, HALE DB, 1953 Experimental acute radiodermatitis following beta irradiation. V. Histopathological study of the mode of action of therapy with Aloe vera. Cancer 6:690-698.

48 ROVATTI B, BRENNAN RJ, 1959 Experimental thermal burns. Induct Med Surg 28:364.

49 NORTHWAY RB, 1975 Experimental use of Aloe vera extract in clinical practice. Vet Med Small Animal Clinic70:80.

50 COBBLE HH, 1975 Stabilized Aloe vera gel. Patent - USA: 3,892,853.

51 FULTON JE, 1990 The stimulation of postdermabrasion wound healing with stabilized Aloe vera gel-polyethylene oxide dressing. J Dermatol Surg Oncol16(5):460-467.

52 YAGI A, SHIDA T, NISHIMURA H, 1987 Effect of amino acids in Aloe extract on phagocytosis by peripheral neutrophil in adult bronchial asthma. Jap J Allergol36(12):1094-1101.

53 KAVOUSSI H, KAVOUSSI HP, 1993 Saturated solution of purified sodium chloride in purified Aloe vera for inducing and stimulating hair growth and for decreasing hair loss. Patent - USA: 5,215,760.

54LEONJE, ROSALES V, ROSALES RA, PAVON V, 1999 Actividad antiinflamatoria y cicatrizante del ungüento rectal de Aloe vera L (sábila). Rev Cubana Plantas Med 4(3):106-109.

55 VISUTHIKOSOL V, CHOWCHUEN B, SUKWANARAT Y, SRIURAIRATANA S, BOONPUCKNAVIG V, 1995 Effect of Aloe vera gel to healing of burn wound a clinical and histologic study. J Med Assoc Thai 78(8):403-409.

56 CREWE JE, 1939 Aloes in the treatment of burns and scalds. Minnesota Med22:538-539.

57 SYED T, AHMAD S, HOLT A, AHMAD S, AHMAD S, AFZAL M, 1996 Management of psoriasis with Aloe vera extract in a hydrophilic cream: a placebo-controlled, double-blind study. Trop Med Int Health 1(4):505-509.

58 SYDISKIA RJ, OWEN DG, 1987 Aloe emodin and other anthraquinones and anthraquinone-like compounds from plants virucidal against Herpes simplex viruses. Patent - USA: 4,670,265.

59RAMOS A, EDREIRA AYMEE, VILLESCUSA A, VIZOZO A, MARTINEZ MJ, 1996 Evaluación genotóxica de un extracto acuoso de Aloe vera L. Rev Cubana Plantas Med 1(2):18-23.

60 VIZOSO A, RAMOS A, GARCIA A, PILOTO J, PAVON V, 2000 Estudio genotóxico in vitro e in vivo del extracto fluido de Cassia grandis L. y el gel de Aloe vera L. Rev Cubana Plantas Med 5(3):91-96.

61 DHAR ML, DHAR MM, DHAWAN B, MEHROTRA B, RAY C, 1968 Screening of Indian plants for biological activity. Part I. Indian J Exp Biol6:232-247.

62 BHAKUNI D, DHAR ML, DHAR MM, DHAWAN BN, GUPTA B, SRIMALI RC, 1971 Screening of Indian plants for biological activity. Part III. Indian J Exp Biol9:91.

63 SHAH AH, QURESHI S, TARIQU M, AGEEL AM, 1989 Toxicity studies on six plants used in the traditional Arab system of medicine. Phytother Res3(1):25-29.

64 YOKEL R, OGZEWALLA C, 1981 Effects of plants ingestion in rats determined by the conditioned taste aversion procedure. Toxicon19(2):223-232.

65 PRAKASH A, MATHUR R, 1976 Screening of Indian plant for antifertility activity. Indian J Exp Biol 14:623-626.

66 SETHI N, NATH D, SING R, 1989 Teratological evaluation of some commonly used indigenous antifertility plants in rats. Int J Crude Drug Res27(2):118-120.

67 MORROW DM, RAPAPORT MJ, STRICK RA, 1980 Hypersensitivity to Aloe. Archives of Dermatology 116:1064-1065.

68 PARRA AL, YHEBRA RS, SARDINAS IG, BUELA LI, 2001 Comparative study of the assay of Artemia salina L. and the estimate of the medium lethal dose (LD50 value) in mice, to determine oral acute toxicity of plant extracts. Phytomedicine 8(5):395-400.

69 Zambrano LE, 2007 Encuesta TRAMIL en Guareguare, Miranda. UCV, Caracas, Venezuela.

70 BALZ E, BOYER A, BURAUD M, 2007 Enquête TRAMIL à Marie-Galante. U. Bordeaux 3, U. Paris XI Chatenay-Malabry, UAG, Guadeloupe.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.