Ambrosia peruviana

nom scientifique : 
Ambrosia peruviana Willd.
synonyme : 
Ambrosia cumanensis Kunth
Famille : 

Distribution géographique

Amérique tropicale, du Mexique jusqu’au Pérou, en incluant le Bassin de la Caraïbe.

Description botanique

Plante annuelle, très aromatique, à tige érigée, pouvant atteindre 2 m de hauteur, couverte de longues villosités. Feuilles alternes ou opposées, de 3 à 10 cm de long, bipinnatifides. Fleurs mâles verdâtres à longs capitules terminaux, fleurs femelles dans l’axe des feuilles. Fruit akène ové, anguleux et épineux, de 3 à 4 mm de long.

Voucher(s)

Ochoa, 282, HPMVH
Suazo&Cardona, 18, HPMVH
FLORPAN, 1931, PMA
García, 4624, JBSD
Ríos, 404, CECALLI

douleur d'estomac :

feuille, infusion, voie orale2

coliques :

feuille et rameau, infusion, voie orale1

mal de tête :

feuille fraîche, aplication locale3
feuille, macération dans l'alcool, friction locale3

À cause de la présence de pollen allergène sur les rameaux et les feuilles, il faut laver le matériel végétal avant de l’utiliser.

Contre les coliques ou les douleurs d’estomac :
Laver correctement les feuilles, préparer une infusion en ajoutant 2 tasses (½ litre) d’eau bouillante à 15 grammes de feuilles fraîches. Couvrir le récipient, laisser reposer pendant 5 minutes, filtrer et boire 1 tasse au moment où les symptômes se présentent.

Contre les maux de tête :
Feuille fraîche : laver correctement les feuilles, piler, prendre 5 à 10 grammes du matériel végétal et appliquer sur le front 2 fois par jour, pendant 10 minutes.
Macération en alcool : laver correctement les feuilles, hacher 200 grammes de feuilles et les ajouter à un litre d’alcool (par exemple rhum, vin ou alcool à frotter), laisser macérer à température ambiante pendant 5 jours, filtrer et mettre dans un récipient. Ensuite frotter localement sur le front au moment où les symptômes se présentent.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre les douleurs d’estomac est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté dans les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et de validation.

L’emploi contre les coliques et les maux de tête est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté dans les enquêtes TRAMIL et les études de toxicité.

Le pollen déposé sur rameaux et feuilles peut provoquer des réactions d’hypersensibilité.

Si l’état du patient se détériore ou si les coliques et les douleurs d’estomac durent plus de 3 jours, ou que les maux de tête durent plus de 2 jours, consulter un médecin.

Ne pas employer avec des femmes enceintes ou allaitantes ni avec des enfants de moins de 5 ans.

Travail TRAMIL10
L’extrait aqueux (infusion) de feuille fraîche, (5 g/kg/5 jours) par voie orale à 10 souris Hsd: ICR de 20,91 ± 1,48 g (5 mâles et 5 femelles) selon le protocole EPA.OPPTS 870.1100, pendant 12 jours d’observation. Le témoin a été fait avec de l’eau (0,3 mL/20 g de souris) à des animaux de la même souche et caractéristiques. Pendant l’essai, il n’y a pas eu de mortalité, ni de signes évidents de toxicité. L’autopsie macroscopique n’a pas entraîné de signes évidents d’altérations des organes.

Travail TRAMIL8
L’extrait brut (macération hydroalcoolique 70% à température ambiante), de feuille séchée et moulue (100 g) par voie orale (jusqu’à 5 g/kg), en dose unique, à la souris, n’a pas entraîné de signes évidents de toxicité pendant les 14 jours d’observation. Les paramètres observés ont inclus la perte de poids, les altérations de la peau ou des muqueuses, la diarrhée, les convulsions et autres altérations du système nerveux.

Travail TRAMIL11
L’extrait aqueux (pilé dans de l’eau) de feuille fraîche, par voie topique (1 g/mL/5 cm2) sur peau abîmée et saine de 3 lapins New Zealand, modèle d’irritation dermique, pendant 5 jours consécutifs, a provoqué un indice d’irritation primaire de 0,3 (norme EPA) pendant une période de 11 jours d’observation, classant le produit comme non irritant.

Travail TRAMIL12
L’extrait alcoolique (macération éthanolique 98%) de feuille, voie topique (0,4 g/mL/5 cm2) sur peau abîmée et saine de 3 lapins New Zealand pendant 5 jours consécutifs, modèle d’irritation dermique, a provoqué un indice d’irritation primaire de 0,39 (norme EPA) pendant une période de 11 jours d’observation, classant le produit comme non irritant.

On ne dispose pas d’information sur l’innocuité de son emploi avec des enfants, ou des femmes enceintes ou allaitantes.

Travail TRAMIL4
L’infusion (lyophilisée) de feuille fraîche ne contient pas de quantités détectables de quercétine ni de quercitrine mesurées par HPLC (chromatographie liquide à haute pression).

Feuille et tige contiennent des sesquiterpènes : ambrosine et dérivés, psilostachyine B et C, aromadendrène-4-β-10-α-diol, allo-damsine, péruvine5.

Les parties aériennes contiennent un flavonoïde : l’hispiduline6.

L’huile essentielle de feuille contient : sabinène, β-pinène, cis-epoxy-oxymène, sylvestrène, cinéole-1,8, fenchone, linalol, camphre, cis-derbénol, bornéol, terpinène-4-ol, acétate de bornyle, β-cariofilène, α-cis-bergamotène, trans-β-farnésène, curcumène-γ, ar-curcumène, nérolidol-Z, cadinène-δ, carothol, junénol, cubénol; les principaux composants trouvés on été le γ-curcumène (23,99%), ar-curcumène (14,08%), acétate de bornyle (10,35%), camphre (5,03%) et époxyde d’oxymène (4,79%)7.

Travail TRAMIL8
L’extrait hydroalcoolique (70%) obtenu par macération dynamique pendant 90 minutes à température ambiante, de feuilles séchées et moulues (100 g) filtré et concentré sous vide à 45°C (18 g d’extrait brut duquel on a obtenu une fraction polaire aqueuse et une autre organique apolaire). L’extrait brut et la fraction polaire, par voie orale (1 g/kg), à la souris, sur le modèle de contorsions abdominales induites par acide acétique (0,6%) par voie intrapéritonéale, ont montré une activité analgésique avec inhibition statistiquement significative de 49% et de 42% respectivement; la fraction polaire aqueuse de 15% n’a pas été significative.

L’extrait aqueux (décoction) de feuille séchée (1, 5 et 30 g/100 mL d’eau distillée) par voie orale à rat et souris (0,01 mL/g de poids corporel) a montré une activité analgésique de type périphérique9.

Références :  

1 LAGOS-WITTE S, 1988-89, 1996
Encuesta TRAMIL. Laboratorio de Histología Vegetal y Etnobotánica, Departamento de Biología, Universidad Nacional Autónoma de Honduras UNAH, Tegucigalpa, Honduras.

2 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984
Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

3 SOLIS P, CORREA M, GUPTA MP, 1995
Encuesta TRAMIL (Comunidades afro-caribeñas). Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

4 Solis PN, VAsquez Y, Ayala H, Gupta MP, 2002
Validación de algunas plantas tramil. Informe TRAMIL. Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

5 GOLDSBY G, BURKE BA, 1987
Sesquiterpene lactones and a sesquiterpene diol from Jamaican Ambrosia peruviana. Phytochemistry 26(4):1059-1063.

6 HERZ W, ANDERSON GD, GIBAJA S, RAULAIS D, 1969
Sesquiterpene lactones of some Ambrosia species. Phytochemistry 8(5):877-881.

7 12 YÁNEZ CA , RIOS N. MORA F, ROJAS L, DIAZ T, VELASCO J, RIOS N, MELENDEZ P, 2011
Composición quimica y actividad antibacteriana del aceite esencial de Ambrosia peruviana Willd. de los llanos venezolanos. Rev Peru Biol 18(2):149-151.

8 SOUZA BRITO A, 1995
Toxicidad aguda - dosis repetidas. Informe TRAMIL. Dep. de Fisiología y Biofísica, Universidad de Campinas, Campinas, Brasil.

9 BUZNEGO MT, LLANIO M, FERNANDEZ M, LEON N, ACEVEDO M, PEREZ H, 1998
Perfil neurofarmacológico de la Ambrosia paniculata (Willd) O.E. Schulz (Artemisa). Rev Cubana Plantas Med 3(1):42-45.

10 PAZOS L, COTO T, 2011
Toxicidad oral aguda, dosis repetida, en ratón, hoja de Ambrosia peruviana. Laboratorio de Ensayos Biológicos, LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

11 PAZOS L, COTO T, CAIZA F, 2009
Irritación dérmica, piel lesionada en conejos, hoja fresca, de Ambrosia peruviana. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

12 PAZOS L, COTO T, CAIZA F, 2009
Irritación dérmica, piel lesionada en conejos, hoja macerada en alcohol 94%, de Ambrosia peruviana. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.