Myristica fragrans

nom scientifique : 
Myristica fragrans Houtt.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d’Asie tropicale, cultivée dans les tropiques du reste du monde.

Description botanique

Arbre pouvant atteindre 18 m de haut. Feuilles pétiolées, presque coriaces, oblongo-elliptiques à lancéolées, terminées en pointe très fine, pennatinnervées pouvant atteindre 13 cm de long. Inflorescences staminées de 3 à 20 fleurs; celles qui sont pourvues d’un pistil ont habituellement une seule fleur; fleurs petites, jaunes-crèmes. Fruit piriforme ou presque arrondi pouvant atteindre 5 cm, tombant, rougeâtre ou jaunâtre, bivalve; graine avec arille écarlate.

Voucher(s)

Fournet,4309,GUAD

García,1653,JBSD

Slane,986,SLNH

vertiges et faiblesse éthyliques (gueule de bois) :

  noix, en poudre, voie orale3

pneumopathie :

  noix, en poudre, en friction2

mal de tête :

  noix, râpée, en cataplasme1

La noix de Myristica fragrans constitue un condiment de consommation humaine relativement répandu.

•Travail TRAMIL25

Contre les maux de tête, ou la pneumopathie :

Râper la graine (noix en poudre) et appliquer localement 3-5 grammes sur le front, ou 10-15 grammes sur le thorax et le dos.

Contre les vertiges et la faiblesse d’origine éthylique (gueule de bois) :

Se référer à l'usage rapporté au chapitre Emplois traditionnels significatifs TRAMIL, les informations scientifiques disponibles ne permettant pas de définir un dosage plus précis.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre les maux de tête et la pneumopathie est classé REC sur la base de l’expérience traditionnelle de l’usage (OMS/WHO)4 documenté par son emploi significatif dans les enquêtes TRAMIL.

Si l’état du patient se détériore, ou si les maux de tête durent plus de 3 jours, ou encore si la pneumopathie persiste au-delà de 5 jours, consulter un médecin.

Ne pas employer avec des enfants de moins de 3 ans, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

La littérature scientifique ne donne pas d’information permettant de valider les effets attribués à la noix en poudre contre les vertiges et la faiblesse éthyliques (gueule de bois).

 

Pas d’ingestion de plus de 500 mg/jour de noix en poudre chez l’adulte.

Travail TRAMIL26 (sera traduit dans la 3è éd.)

El polvo del fruto, vía tópica (0.5 g de polvo de la nuez en área de 5 cm2)en el modelo de irritación dérmica en piel sana de 3 conejosNew Zealandpor 5 días consecutivos. Se obtuvo un índice de irritación primaria de 0.05 durante el periodo de 11 días de observación, considerando el producto como no irritante.

La DL50 sur le rat de l’huile essentielle par voie orale a été de 2,6 g/kg18.

L’huile essentielle a présenté une DL50 = 4,62 g/kg sur la souris et = 6 g/kg sur le hamster19.

L’ingestion d’une noix entière par voie orale (7,5 et 15 g/personne) chez l’adulte a montré des effets toxiques généraux : douleurs abdominales, vomissements, élévation du pH urinaire et du nombre de leucocytes, tachycardie, hypertension, hallucinations, léthargie, agitation et insomnie20.

L’ingestion d’une noix entière a provoqué chez la femme enceinte un tableau clinique caractérisé par des céphalées, des maux d’estomac, des difficultés respiratoires et de la fièvre, qui ont mis 2 jours à disparaître21. Dans un autre rapport, elle a provoqué chez une personne rougeurs et inflammation du visage, cyanose distale, vomissements, délire, sensations de mort imminente, de peur panique et d’euphorie, qui ont disparu au bout de 5 jours22.

L’application externe de graine n’a pas montré d’activité allergisante chez l’être humain23.

La noix de Myristica fragans est classée par la Food and Drug Administration (FDA) dans la catégorie "GRAS" (Generally Regarded as Safe), généralement considérée comme sans danger24.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi sur des enfants, ni sur des femmes enceintes ou allaitantes.

La noix contient une grande quantité d’huile essentielle dont les principaux composés sont : pinène, bornéol, géraniol et eugénol, dérivés du menthol, myrcène, nérol, ß-phélandrène, pipéritol, propanol, sabinène, safrol, α-styrène, terpinol, terpinène, terpinéol, terpinolène, thuyène, trimyristine, vanilline, bergamotène, bisabolène, cadinène, camphène, caryophilène, 1,8-cinéol, citronélol, cubébène, para-cymène, élémicine, α-farnésène, α-fenchol, germacrène, humulène, limonène, linalol, malabaricone, myristicine; parmi d’autres mono et sesquiterpènes, phénilpropanoïdes, benzénoïdes, alcanes et lignanes5-10. Elle contient aussi un dérivé de l’acide shikimique11.

Analyse proximale pour 100 g de noix12 : calories : 525; eau : 6,2%; protéines : 5,8%; lipides : 36,3%; glucides : 49,3%; fibres : 4%; cendres : 2,3%; calcium : 184 mg; phosphore : 213 mg; fer : 3 mg; sodium : 16 mg; potassium : 350 mg; carotène : 61 µg; thiamine : 0,35 mg; riboflavine : 0,06 mg; niacine : 1,30 mg.

L’extrait éthéré de l’arille (pellicule végétale très fine qui recouvre la noix) (0,1%) in vitro a montré une activité antioxidante13.

L’extrait méthanolique de l’arille séché administré oralement à des souris (1 g/kg) a montré des effets analgésique et anti-inflammatoire14.

L’extrait aqueux chaud (décoction) de noix sèche (1 µg/mL) sur le modèle in vitro de muscle lisse isolé de cobaye a produit une activité relaxante15.

L’huile essentielle appliquée par voie externe sur un modèle à des poissons, a agi comme dépresseur du système nerveux central16; en utilisant le modèle expérimental du cobaye, elle a montré une action antitussive17.

Références :  

1 JEAN-PIERRE L, 1988 TRAMIL survey. St. Lucia national herbarium, Castries, St Lucia.

2 CHARLES C, 1988 TRAMIL survey. Movement for Cultural Awareness MCA, Roseau, Dominica.

3 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984 Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

4 WHO, 1991 Guidelines for the assessment of herbal medicines. WHO/TRM/91.4. Programme on Traditional Medicines, WHO, Geneva, Switzerland.

5 NUÑEZ MELENDEZ E, 1964 Plantas medicinales de Puerto Rico. Río Piedras, Puerto Rico: Univ. of Puerto Rico - Est. Exper. Agricola, 245.

6 SCHENK H, LAMPARSKY D, 1981 Analysis of nutmeg oil using chromatographic methods. J Chromatogr204(1):391-395.

7 JANSSEN AM, CHIN NLJ, SCHEFFER JJC, BAERHEIM-SVENDSEN A, 1980 Screening for antimicrobial activity of some essential oils by the agar overlay technique. PharmWeekbl (Sci Ed) 8(6):289-292.

8 SUSUKI H, HARADA M, 1990 Identification of nutmeg by thin-layer chromatography and its introduction to Japanese standards for nonpharmacopoeial crude drugs. Eisei Shikensho Hokoku 108:98-100.

9 ORABI KY, MOSSA JS, EL-FERALY FS, 1991 Isolation and characterization of two antimicrobial agents from mace (Myristica fragans). J Nat Prod 54(3):856-859.

10 MATSUMOTO A, MATSUMOTO T, TOKUDA H, 1991 Lignans from mace as neoplasm inhibitors. Patent Japan Kokai Tokkio Koho, 03,287, 527.

11 HOSTETTMANN K, LEA P (Eds.), 1987 Biologically Active Natural Products. Oxford, England: Oxford Science Publications.

12 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986 Handbook of proximate analysis tables of higher plants.Boca Raton, USA: CRC Press.

13 SAITO Y, KIMURA Y, SAKAMOTO T, 1976 The antioxidant effects of petroleum ether soluble and insoluble fractions from spices. Eiyo to shokuryo vryo29:505-510.

14 OZAKI Y, SOEDIGDO S, WATTIMENA YR, SUGANDA AG, 1989 Antiinflammatory effect of mace, aril ofMyristica fragans Houtt and its active principles. Jpn J Pharmacol 49(2):155-163.

15 ICHIKAWA K, KINOSHITA T, SANKAWA U, 1989 The screening of Chinese crude drugs for Ca2+ antagonist activity: identification of active principles from the aerial part of Pogostemon cablin and the fruits of Prunus mume. Chem Pharm Bull 37(2):345-348.

16 WESLEY-HADZIJA B, BOHING P, 1956 Influence of some essential oils on the central nervous system of fish. Ann Pharm Fr14:283-289.

17 MORII L, 1987 Topical antitussive, expectorant, analgesic and sedative agents. Patent-Japan Kokai Tokkyo Koho 62(59):219.

18 CARR CJ, 1973 Evaluation of the health aspects of nutmeg, mace and their essential oils as food ingredients. US NTIS PB REP PB-266-878:1-17.

19 DUKE J, 1985 Handbook of medicinal herbs. Boca Raton, USA: CRC Press.

20 TRUITT EB, CALLAWAY E, BRAUDE MC, KRANTZ JC, 1961 The pharmacology of myristicin. A contribution to the psychopharmacology of nutmeg. J Neuropsychiatry 2(4):205-210.

21 BARTLETT B, 1911 Nutmeg poisoning. Brit Med J 2:269.

22 JOHNSON J, 1906 Nutmeg poisoning. Brit Med J 2:984.

23 STAGER J, WUTHRICH B, JOHANSSON SG, 1991 Spice allergy in celery-sensitive patients. Allergy 46(6):475-478.

24 CODE OF FEDERAL REGULATIONS, 2002 Food and drugs. Chapter I - Food and drug administration, department of health and human services. Part 182 - Substances generally recognized as safe. Sec. 182.10. Spices and other natural seasonings and flavorings. U.S. Government Printing Office via GPO Access, USA. 21(3):451-452. Feb. 24, 2003, URL: http://www.accessdata.fda.gov/scripts/cdrh/cfdocs/cfcfr/CFRSearch.cfm?CF...

25 CARBALLO A, 1995 Cálculo de concentración y dosis de las drogas vegetales TRAMIL: Mensuraciones farmacognósticas y aproximaciones técnico-clínicas. Laboratorio provincial de producción de medicamentos, Sancti Spiritus, Cuba.

26 PAZOS L, COTO T, CAIZA F, 2009

Irritación dérmica, dosis repetida en piel sana de conejos, del polvo del fruto de Myristica fragans. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

 

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.