Mangifera indica

nom scientifique : 
Mangifera indica L.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire du sud-est asiatique, cultivée dans les zones tropicales et subtropicales du monde entier.

Description botanique

Arbre de 10 à 15 m ou davantage, tête dense, arrondie; écorce résineuse. Feuilles alternes, oblongues-lancéolées, pointues ou acuminées, subcoriaces. Fleurs verdâtres ou jaunâtres, odorantes, en grandes panicules; pétales de 5 mm, glabres. Drupe ellipsoïdale à obliquement réniforme, de 5 à 15 cm, mésocarpe charnu, jaune, aigre-doux.

Voucher(s)

Girón,188,CFEH
Girón,810,CFEH
Graveson,1586,SLNH

toux :

  feuille, décoction, voie orale1

pneumopathie :

  feuille, décoction, voie orale3

bronchite (expectorante) :

  fleur, décoction, voie orale1

asthénie, faiblesse :

  feuille, infusion, voie orale1

indigestion :

  feuille, infusion, voie orale2

Les fruits de Mangifera indica constituent un aliment de consommation humaine relativement répandu.

Contre la bronchite, la pneumopathie ou la toux :
Préparer une décoction avec 15-20 grammes de feuilles ou 10 grammes de fleurs dans 4 tasses (1 litre) d’eau, faire bouillir 5 minutes dans un récipient couvert. Laisser refroidir, filtrer et boire 1 tasse 3 fois par jour27.

Contre l’indigestion ou l’asthénie :
Préparer une infusion, en ajoutant 1 tasse (250 millilitres) d’eau bouillante à 4 feuilles. Recouvrir le récipient, laisser reposer pendant 5 minutes, filtrer et boire 1 tasse 3 fois par jour.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi de la fleur contre les bronchites est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de validation et de toxicité.

L’emploi contre l’asthénie, l’indigestion (aigreur d’estomac), la pneumopathie et la toux est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et les études de toxicité.

La bronchite ou la pneumopathie étant dangereuses pour la santé, il est recommandé de consulter un médecin au préalable. L’emploi de cette ressource doit être considéré comme un complément au traitement médical, sauf contre-indication.

Si l’état du patient se détériore, ou si la bronchite, la pneumopathie ou la toux durent plus de 3 jours, consulter un médecin.

Ne pas employer avec des femmes enceintes, allaitantes, ni avec des enfants de moins de 5 ans.

Travail TRAMIL20
Les extraits hydroalcooliques (70%) de fleur et de feuille séchée (dose maximale de 5 g/kg), par voie orale à la souris (5 mâles), 5 autres animaux utilisés comme témoin ayant ingéré une solution saline, n'a pas montré de signes évidents de toxicité 30, 60, 120, 240 et 360 minutes après l’application des traitements. Les analyses des données reportées quotidiennement pendant 14 jours après l’unique ingestion sans montrer d'effet de toxicité aigue et sans montrer de différence significative par rapport aux animaux témoins concernant la mortalité, le comportement, la prise de poids quotidienne et le poids des organes vitaux (foie, coeur, reins et poumons).

Travail TRAMIL22
L’extrait aqueux (décoction à 50%) de feuille, selon le modèle de Turner, a présenté une DL1 orale supérieure à 25 g/kg de poids et une DL50 intrapéritonéale de 2,32 ± 0,35 g/kg.
La toxicité sub-chronique a révélé que la dose maximale de 25 g/kg, par voie orale, n’a pas entraîné la mort 28 jours après l’administration, ni aucun changement histopathologique 60 jours après le traitement attribuable à l’administration de l’extrait.

Travail TRAMIL23
L’extrait aqueux (décoction) lyophilisé de fleur fraîche (5 g/kg/jour/5 jours), a été administré par voie orale à la souris NGP (5 mâles et 5 femelles). Le témoin a été réalisé avec de l’eau distillée (0,5 mL) à 10 autres souris de mêmes caractéristiques. La période d’observation a duré 7 jours après la fin de l’administration du traitement et du témoin. Pendant l’expérience, il n’y a pas eu de mortalité ni de signes de toxicité pour les paramètres évalués.

L’extrait éthanolique (95%) de feuille séchée (500 µg/animal), par voie orale à la souris mâle, n'a pas montré de signes évidents de toxicité24.

L’extrait hydroalcoolique (50%) de feuille séchée, par voie orale au rat, a montré une DL50 de 4,64 g/kg25.

L’extrait hydroalcoolique (50%) de parties aériennes séchées, par voie intrapéritonéale à la souris, a montré une DL50 > 1 g/kg21.

La feuille, la branche et l’écorce présentent quelques constituants toxiques qui peuvent occasionner une irritation de la muqueuse gastrique et rénale26.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi médicinal avec des enfants, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

La feuille a été amplement étudiée et contient, entre autres composants, des sesquiterpènes : allo-aromadendrène4; des flavonoïdes : épi-3-O-galato(-)-catéchine5, camphérol, quercétine6, rutine7; de l’huile essentielle4,8; des xanthones : euxanthone6, mangiférine5,9-10, homo-mangiférine9, iso-mangiférine5,9; des triterpènes11; des benzénoïdes9,12; des tanins5; des stéroïdes : β-sitostérol11.

Le bourgeon contient des benzénoïdes : méthyl-6-(O-triméthyl-galloïl)-2,4-diméthoxy-benzoate; des flavonoïdes : 5-hydroxy-3,3',4',7-tétraméthoxy-flavone, méthoxy-camphérol, méthoxy-myricétine, méthoxy-quercétine, méthoxy-quercitrine; des triterpènes : lupénone, lupéol, acide ursolique; des xanthones : pentaméthoxy et tétraméthoxy-xanthone13.

La fleur contient des benzénoïdes : dérivés de l’acide gallique14-15.

Analyse proximale pour 100 g de feuille fraîche16: calories : 66; eau : 81,7%; protéines : 0,7%; lipides : 0,4%; glucides : 16,8%; fibres : 0,9%; cendres : 0,4%; calcium : 10 mg; phosphore : 13 mg; fer : 0,4 mg; sodium : 7 mg; potassium : 189 mg; carotène : 2880 µg; thiamine : 0,05 mg; riboflavine : 0,05 mg; niacine : 1,1 mg; acide ascorbique : 35 mg.

Travail TRAMIL17
L’extrait aqueux (infusion) lyophilisé de feuille fraîche, (en dose unique, 5 g/kg), a été administré par voie orale à la souris NGP (5 mâles et 5 femelles). Le témoin a été réalisé avec de l’eau distillée (0,5 mL) sur 10 autres souris de même souche et de mêmes caractéristiques. Selon le modèle d’activité sur le transit intestinal, l’extrait a montré une activité spasmodique en augmentant la vitesse du transit intestinal du charbon actif (marqueur) avec une différence statistiquement significative. Parcours moyen groupe témoin = 54,88%. Parcours moyen groupe traité = 65,34%.

Travail TRAMIL18
L’extrait aqueux (décoction de 10 minutes) de fleur séchée, à 2 mg/mL sur plaques d’agar-agar in vitro, a inhibé la croissance de Candida albicans ATCC10231 (CIM : 0,5 mg/mL); mais elle n’a inhibé la croissance d’aucun des autres micro-organismes étudiés : Pseudomonas aeruginosa ATCC27853, Salmonella typhi ATCC14028, Staphylococcus aureus ATCC6558 ni Cryptococcus neoformans C13.

Travail TRAMIL19
L’extrait aqueux (décoction) lyophilisé de fleur fraîche, a été administré en bain d’organe contenant des anneaux de trachée de cobaye dans un milieu nutritif, température du bain à 36ºC, tension initiale de 2 g et la préparation reste oxygénée au moyen d’un carbogène (à raison de 95% O2 et 5% CO2). Avant l’administration de l’extrait, l’anneau se contracte avec 80 millimoles de KCl. Dans ces conditions, l’extrait ne possède pas d’action bronchodilatatrice.

Travail TRAMIL20
Les extraits hydroalcoolique (70%) de fleur et de feuille sèches (250, 500 et 1000 mg/kg) ont été administrés par voie orale, selon plusieurs modèles expérimentaux d'induction de lésions gastriques. L'extrait de fleur (0,5 et 1 g/kg) a diminué significativement les lésions provoquées par l'éthanol acidifié (éthanol 60% dans 0,3 moles/L d'HCl) ainsi que le stress provoqué par le froid et l'immobilisation sur la souris, de même que les lésions causées au rat par l'éthanol absolu. L'extrait de feuille (1 g/kg) a pour sa part diminué significativement les lésions provoquées par l'éthanol acidifié chez la souris.

L’extrait hydroalcoolique (50%) de parties aériennes a été actif comme stimulant utérin chez le rat21.

Pharmacopée: 

v3

Références :  

1 GIRON L, 1988
Encuesta TRAMIL (Costa atlántica). Centro Mesoamericano de Tecnología CEMAT, Guatemala, Guatemala.

2 JEAN-PIERRE L, 1988
TRAMIL survey. St. Lucia national herbarium, Castries, St. Lucia

3 WENIGER B, ROUZIER M, 1986
Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

4 CRAVEIRO AA, ANDRADE CH, MATOS FJ, ALENCAR JW, MACHADO MI, 1980
Volatile constituents of Mangifera indica Linn. Rev Latinoamer Quim 11:129.

5 TANAKA T, SUEYASU T, NONAKA G-I, NISHIOKA I, 1984
Tannins and related compounds. XXI. Isolation and characterization of galloyl and p-hydroxybenzoyl esters of benzophenone and xanthone c-glucosides from Mangifera indica L. Chem Pharm Bull 32(7):2676-2686.

6 PROCTOR JTA, CREASY LL, 1969
The anthocyanin of the mango fruit. Phytochemistry 8(10):2108.

7 SHAFT N, IKRAM M, 1982
Quantitative survey of rutin-containing plants. Part 1. Int J Crude Drug Res 20(4):183-186.

8 NIGAM IC, 1962
Studies in some Indian essential oils. Agra Univ J Res Sci 11:147-152.

9 LU ZY, MAO HD, HE MR, LU SY, 1982
Studies on the chemical constituents of mangguo (Mangifera indica) leaf. Chung Ts'ao Yao 13:3-6.

10 PHARM XS, PHARM GK, 1991
The extraction and determination of the flavonoid mangiferin in the bark and leaves of Mangifera indica. Tap Chi Duoc Hoc 5:8-19.

11 ANJANEYULU V, PRASAD KH, RAO GS, 1982
Triterpenoids of the leaves of Mangifera indica. Indian J Pharm Sci 44:58-59.

12 GRIFFITHS LA, 1959
On the distribution of gentisic acid in green plants. J Exp Bot 10(3):437-442.

13 GHOSAL S, BISWAS K, CHATTOPADHYAY BK, 1978
Differences in the chemical constituents of Mangifera indica infected with Aspergillus niger and Fusarium moniliformae. Phytochemistry 17(4):689-694.

14 KHAN MA, KHAN MNI, 1989
Alkyl gallates of flowers of Mangifera indica. Fitoterapia 60(3):284.

15 KHAN MA, KHAN MNI, 1993
Studies in the chemical constituents of flowers of Mangifera indica. Part-II. Isolation and characterization of some alkylgallates from blossoms of Mangifera indica. Pak J Sci Ind 35(7/8):276-278.

16 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986
Handbook of proximate analysis tables of higher plants. Boca Raton, USA: CRC Press. p105.

17 GARCIA GM, COTO MT, GONZALEZ CS, PAZOS L, 1998
Velocidad del tránsito intestinal en ratón, del extracto acuoso de hoja fresca de Mangifera indica. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBi, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

18 CACERES A, GONZALEZ S, GIRON L, 1998
Demostración de la actividad antimicrobiana de plantas tramil en base a los usos populares en la cuenca del Caribe. Informe TRAMIL. Laboratorio de productos fitofarmacéuticos Farmaya y Facultad de Ciencias Químicas y Farmacia, Universidad de San Carlos, Guatemala, Guatemala.

19 GARCIA GM, COTO MT, GONZALEZ CS, PAZOS L, 1999
Actividad bronquial del extracto acuoso de flores frescas de Mangifera indica. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBi, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

20 SOUZA BRITO ARM, HIRUMA-LIMA CA, LIMA ZP, 2003
Atividades biológicas obtidas dos extratos hidroalcoólicos das folhas e flores da Mangifera indica. Informe TRAMIL, Depto. Fisiologia, Inst. Biociências UNESP, Botucatu, SP y Depto. Fisiologia, Inst. Biologia, UNICAMP, Campinas, Sao Paulo, Brasil.

21 ASWAL BS, BHAKUNI DS, GOEL AK, KAR K, MEHROTRA BN, MUKHERJEE KC, 1984
Screening of Indian plants for biological activity: Part X. Indian J Exp Biol 22(6):312-332.

22 HERRERA J, 1992
Determinación de parámetros farmacológicos usados en medicina tradicional popular en la cuenca del Caribe. Informe TRAMIL. Dep. de Farmacología, Facultad de Salud, Universidad del Valle, Cali, Colombia.

23 GARCIA GM, COTO MT, GONZALES CS, PAZOS L, 2000
Toxicidad aguda en ratones, del extracto acuoso de flores frescas de Mangifera indica. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBi, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

24 FRAME AD, RIOSOLIVARES E, DE JESUS L, ORTIZ D, PAGAN J, MENDEZ S, 1998
Plants from Puerto Rico with anti-Mycobacterium tuberculosis properties. P R Health Sci J 17(3):243-253.

25 SHARMA SR, DWIVEDI SK, SWARUP D, 1997
Hypoglycaemic potential of Mangifera indica leaves in rats. Int J Pharmacog 35(2):130-133.

26 OLIVER-BEVER B, 1986
Medicinal plants in tropical West Africa. Cambridge, USA: Cambridge University Press.

27 GUPTA MP, ARIAS TD, CORREA M, LAMBA SS, 1979
Ethnopharmacognostic observations on Panamanian medicinal plants. Part I. Q J Crude Drug Res 17(3/4):115-130.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.