Morinda citrifolia

nom scientifique : 
Morinda citrifolia L.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d’Asie et d’Australie; cultivée et naturalisée en Amérique tropicale.

 

Description botanique

Arbre ou arbuste pouvant atteindre 6 m de haut. Feuilles opposées, elliptiques, de 10 à 30 cm, aiguës ou terminées en pointe courte, sagittées ou arrondies à la base. Fleurs blanches, en glomérules axillaires, pédonculés; le tube de la corolle peut atteindre 1 cm. Fruit syncarpe cylindrico-ellipsoïdal ou arrondi, jaune, de 5 à 7 cm, qui acquiert une odeur fétide en mûrissant.

Voucher(s)

García,2594,JBSD
Martínez,4741,ROIG
Soto,51364,CR

rhumatismes :

feuille, naturelle, en application locale2

diarrhée :

feuille fraîche, décoction, voie orale1

Contre la diarrhée :
Préparer une décoction avec 30 grammes de feuilles fraîches dans 4 tasses (1 litre) d'eau, faire bouillir 10 minutes dans un récipient couvert. Laisser refroidir, filtrer et boire 1 tasse 4 fois par jour et/ou chaque défécation liquide.

Contre les rhumatismes :
Laver soigneusement la feuille et appliquer directement la quantité suffisante pour couvrir la zone affectée. Couvrir avec une compresse ou un linge propre et changer toutes les 4 à 6 heures.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre la diarrhée et les rhumatismes est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté dans les enquêtes TRAMIL et les études de toxicité.

En cas de diarrhée, ce remède est complémentaire à une thérapie de réhydratation orale.

Si l’état du patient se détériore (déshydratation avec langue sèche, pli cutané persistant, oligurie ou pleurs sans larmes) consulter un médecin immédiatement. Si la diarrhée persiste plus de 2 jours, consulter un médecin.

L’emploi de ce remède en cas de rhumatisme doit être considéré comme un complément du traitement médical.

Ne pas employer avec des femmes enceintes ou allaitantes, ni avec des enfants.

Travail TRAMIL16
La feuille fraîche pilée-froissée a été appliquée en patch sur la peau (0,6 g de matériel végétal sur une surface approximative de 6 cm2) du lapin New Zealand mâle. Le patch a été retiré après 4 heures et les lectures à la recherche d'œdème et d'érythème après 24, 48 et 72 heures n’ont mis en évidence aucun signe clinique et la classe dans la catégorie non irritante.

Travail TRAMIL17
La feuille fraîche pilée-froissée lyophilisée, à concentration de 500 mg/mL d'eau, (0,5 mL) 4 heures par jour durant 5 jours consécutifs sur 5 cm2 de peau saine (poils coupés) par voie topique sur le dos de 3 lapins New Zealand, avec témoin du coté opposé du traitement, selon le protocole EPA870.2500, n'a pas provoqué d'œdème ni d'érythème durant l'essai ni les 11 jours d'observation suivants.

Travail TRAMIL18
L’extrait aqueux (décoction) lyophilisé de feuille fraîche, (3 g/kg/jour/5 jours), a été administré par voie orale à la souris Swiss (5 mâles de 21,04 ± 0,32 g et 5 femelles de 20,54 ± 0,22 g). Le témoin a été réalisé avec de l’eau distillée (0,3 mL) sur 10 souris de mêmes caractéristiques, observées 7 jours de plus après la fin du traitement. Il n’y a pas eu de mortalité ni de signes de toxicité au cours de l’essai pour les paramètres évalués. L'autopsie n'a pas révélé d'altération macroscopique des organes internes.

L'extrait aqueux (rendement de 2,09% de composés anthraquinoniques et 11,21% de dérivés anthracéniques) de feuille séchée, (500, 1000 et 2000 mg de l’extrait sec total/kg) a été administré par voie orale à la souris selon le modèles de génotoxicité en micronoyau de moelle osseuse, au rat Wistar (1000 mg d'extrait sec total/kg/jour) selon le modèle de toxicité à court terme de 28 jours et de toxicité subchronique de 90 jours (0, 100, 300 et 1000 mg de l'extrait sec total/kg). Aucune génotoxicité ou toxicité à court terme n’a été constatée. L’étude de la toxicité subchronique a montré une diminution significative du taux d'hémoglobine chez le rat mâle (300 et 1000 mg/kg) et la femelle (1000 mg/kg) ainsi qu’une augmentation significative des lymphocytes et une diminution des neutrophiles dans les mêmes groupes; aucun autre changement macroscopique ou histologique n’a été constaté19.

L’extrait hydrométhanolique (50%) de feuille administré par voie intrapéritonéale à la souris mâle a montré une DL50 supérieure à 1 g/kg20.

L’extrait hydroalcoolique (50%) de parties aériennes administré par voie intrapéritonéale à la souris a montré une DL50 de 0,75 g/kg13.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi avec des enfants, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

La plante fraîche contient des anthraquinones, principalement la morindone et l’alizarine3-4.

La feuille contient des monoterpènes : aspéruloside et monotropéine4; des benzénoïdes : acide gentisique; des stéroïdes : β-sitostérol; un triterpène : acide ursolique5-6.

Analyse proximale de 100 g de feuille7: calories : 107; eau : 77,6%; protides : 4,5%; lipides : 7,8%; glucides : 8,6%; fibres : 4%; cendres : 1,5%; calcium : 36 mg; phosphore : 15 mg; fer : 2,3 mg; carotène : 36265 µg; thiamine : 0,16 mg; riboflavine : 0,09 mg; niacine : 7,2 mg; acide ascorbique : 52 mg.

Travail TRAMIL8
L’extrait aqueux (décoction) de feuille fraîche 1000 µg/mL, in vitro, n'a pas montré d'activité contre Staphylococcus aureus ni Escherichia coli.

Travail TRAMIL9
L’extrait aqueux (1600 g de matériel végétal mis en solution avec 2500 mL d’eau distillée et filtré, rendement = 4,99%) lyophilisé de feuille fraîche, (0,5, 2, 4, 8 et 16 mg/sur les deux faces de l'oreille droite, en un volume total de 10 µL) par voie topique à la souris Hsd:ICR, groupes de 6 femelles et 6 mâles, selon le modèle d'inflammation induite par l'acétate de tétradécanoïphorbol (TPA) (0,125 mg/mL) pendant 4 heures. Le groupe témoin négatif a reçu de l'acétone (10 µL/oreille) tandis que le témoin positif a reçu de l'indométhacine (25 mg/mL). Aucune des doses n'a permis d'observer d'inhibition de l'inflammation statistiquement significative.

Travail TRAMIL10
L’extrait aqueux (décoction à 30%) de feuille fraîche, (10 μL sur chaque côté des deux oreilles); modèle de l'œdème de l'oreille induit par l'huile de Croton (10 μL/2,5 mL acétone), 10 μL/chaque face de l'oreille droite; 10 μL d'acétone sur l'oreille gauche, par voie topique à la souris OF-1 mâle (6 animaux/groupe), le groupe témoin positif a reçu de la dexamethasone (5 mg/mL acétone), à dose de 0,05 mg/sur chaque face des deux oreilles; le groupe témoin négatif a reçu de l'huile de Croton sur l'oreille droite et de l’acétone sur l'oreille gauche; traitements appliqués 1 min. après l'huile de Croton. La décoction a inhibé 45% de la réponse inflammatoire et la dexamethasone 87,83%.

L’extrait éthanolique de feuille, à une concentration de 3,4 mg/mL, a inhibé de 54% la cyclooxygénase-1 (COX-1) in vitro. Les extraits de jus de fruit frais et d'écorce ont diminué l'activité de cette enzyme de 38 et 27% seulement. L'aspirine (0,3 mg/mL) et l'indométhacine (10 µg/mL) ont provoqué une inhibition de 30 et 70% dans les mêmes conditions expérimentales11.

L’extrait alcoolique de feuille tendre, in vitro, a montré une activité contre l'Ascaris lumbricoides humain12.

L’extrait hydroalcoolique (50%) de parties aériennes (0,375 mg/kg), par voie orale au rat, n’a pas montré d’activité anti-inflammatoire et n’a pas montré non plus, in vitro, d’activité antispasmodique sur l’iléon de cobaye13.

L’extrait hydroalcoolique (50%) de parties aériennes (0,375 mg/kg), par voie intrapéritonéale à la souris, n’a pas montré d’activité analgésique, anticonvulsive ni hypothermique13.

On attribue à l’acide gentisique une action antirhumatismale, antiarthritique14; analgésique et anti-inflammatoire15.

Pharmacopée: 

v3

Références :  

1 CASTILLO D, RODRIGUEZ S, DE LOS SANTOS C, BELEN A, 2003
Encuesta TRAMIL, region Este. Dep. de Botánica, Jardín Botánico Nacional, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

2 WENIGER B, ROUZIER M, 1986
Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

3 LEISTNER E, 1973
Biosynthesis of morindone and alizarin in intact plants and cell suspension cultures of Morinda citrifolia. Phytochemistry 12(7):1669-1674.

4 INOUYE H, TAKEDA Y, NISHIMURA H, KANOMI A, OKUDA T, PUFF C, 1988
Chemotaxonomic studies of Rubiaceous plants containing iridoid glycosides. Phytochemistry 27(8):2591-2598.

5 GRIFFITHS LA, 1959
On the distribution of gentisic acid in green plants. J Exp Biol 10(3):437-442.

6 AHMAD VU, BANO S, 1980
Isolation of β-sitosterol and ursolic acid from Morinda citrifolia L. J Chem Soc Pak 2(2):71.

7 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986
Handbook of proximate analysis tables of higher plants. Boca Raton, USA: CRC Press. p110.

8 OLMEDO D, RODRIGUEZ N, ESPINOSA A, VASQUEZ Y, GUPTA MP, 2005
Ensayo antimicrobiano de algunas especies con usos significativos TRAMIL-Centroamérica. Informe TRAMIL. Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

9 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, 2006
Antiinflamatorio tópico, en ratones, del extracto acuoso del jugo de hojas de Morinda citrifolia. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

10 FRIAS AI, GARCIA N, MOREJON Z, MORON F, VICTORIA MC, 2009
Efecto antiinflamatorio tópico de la decocción de hojas frescas de Morinda citrifolia L. (noni) en el edema de la oreja inducido por aceite de Croton en ratones. Trabajo TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología. Universidad de Ciencias Médicas de La Habana, Cuba.

11 LI RW, MYERS SP, LEACH DN, LIN GD, LEACH G, 2003
A cross-cultural study: anti-inflammatory activity of Australian and Chinese plants. J Ethnopharmacol 85(1):25-32.

12 RAJ RK, 1975
Screening of indigenous plants for anthelmintic action against human Ascaris lumbricoides. Part II. Indian J Physiol Pharmacol 19(1).

13 DHAWAN BN, PATNAIK GK, RASTOGI RP, SINGH KK, TANDON JS, 1977
Screening of Indian plants for biological activity. VI. Indian J Exp Biol 15:208-219.

14 NEGWER M, 1987
Organic chemical drugs and their synonyms (an international survey), 6th ed. Berlin, Germany: Akademie Verlag.

15 BUDAVARI S (Ed.), 2001
The Merck index: an encyclopedia of chemical, drugs, and biologicals. 30th ed. Whitehouse Station, USA: Merck & Co., Inc. p781.

16 LOPEZ M, MARTINEZ MJ, MOREJON Z, BOUCOURT E, FUENTES V, MORON F, 2005
Irritabilidad dérmica primaria de hoja fresca machacada de Morinda citrifolia L. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología. Universidad de Ciencias Médicas de La Habana, Cuba.

17 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, 2006
Irritabilidad dérmica, piel sana en conejos, de hoja fresca machacada de Morinda citrifolia. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

18 GARCIA-GONZÁLEZ M, BARBOZA CJ, 2005
Toxicidad aguda (3000 mg/kg) dosis repetida, en ratones, del extracto acuoso de hojas frescas de Morinda citrifolia. Informe TRAMIL. PRONAPLAMED. Depto de Fisiología, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

19 LAGARTO A, BUENO V, MERINO N, PILOTO J, VALDES O, APARICIO G, BELLMA A, COURET M, VEGA Y, 2013
Safety evaluation of Morinda citrifolia (noni) leaves extract: assessment of genotoxicity, oral short term and subchronic toxicity. J Intercult Ethnopharmacol 2(1):15-22.

20 NAKANISHI K, SASAKI SI, KIANG AK, GOH J, KAKISAWA H, OHASHI M, GOTO M, WATANABE JM, YOKOTANI H, MATSUMURA C, TOGASHI M, 1965
Phytochemical survey of Malaysian plants. Preliminary chemical and pharmacological screening. Chem Pharm Bull 13(7):882-890.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.