Momordica charantia

nom scientifique : 
Momordica charantia L.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire de l’Ancien Monde et naturalisée sous tous les tropiques.

Description botanique

Herbe grimpante pouvant atteindre 6 m, habituellement très ramifiée. Feuilles alternes de 4 à 12 cm, avec 5-7 lobes; lobes obtus ou mucronés, bords dentés ou crénelés. Corolle jaune, segments obtus ou émargés de 1,5 à 2 cm. Fruit ellipsoïdal, tuberculé, déhiscent, de 5 à 15 cm de diamètre, jaune à orangé, avec 3 valves; pulpe de couleur rouge; graines ellipsoïdales, aplaties, de 10 à 16 mm.

Voucher(s)

Faujour,3,BAR

Pimentel,1111,JBSD

García,2329,JBSD

Girón,167,CGEH

Delens,105,VEN

Lagos-Witte,7,HPMHV

Fonrose,52,SOE

Mejía,s/n,MAPR

Delaigue,19,NHTT

erythème cutané :

  feuille et tige, bain et cataplasme7,13

rhume :

  parties aériennes, décoction, voie orale10-12

pédiculose :

parties aériennes, écrasées et/ou en macération aqueuse, bains, friction et application locale1-9, 51

gratel (démangeaison cutanée) :

parties aériennes, écrasées et/ou en macération aqueuse, bains, friction et application locale1-9, 51

furoncle :

  parties aériennes, écrasées, bains5

affections cutanées sèches :

parties aériennes, écrasées et/ou en macération aqueuse, bains, friction et application locale1-9, 51

Contre les affections cutanées :

Laver soigneusement les parties aériennes de la plante puis les écraser. Appliquer 30 grammes (une poignée) de la matière végétale sur la peau de la zone affectée 3 fois par jour.

Contre le rhume :

Se référer à l'usage rapporté au chapitre Emplois traditionnels significatifs TRAMIL, les informations scientifiques disponibles ne permettant pas de définir un dosage plus précis.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre les furoncles et le rhume est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et l’information scientifique publiée.

L’emploi contre les affections cutanées sèches de la peau, les démangeaisons et les poux (pédiculose) est classé REC sur la base de l’expérience traditionnelle de l’usage (OMS/WHO)14 documenté par son emploi significatif dans les enquêtes TRAMIL.

Toute application locale doit se conformer à des strictes mesures d’hygiène, afin d’éviter la contamination ou une infection supplémentaire.

Si l’état du patient se détériore, ou si les furoncles persistent au-delà de 5 jours, consulter un médecin.

Ne pas employer par voie orale avec une femme enceinte car susceptible de provoquer un avortement.

Ne pas employer avec des femmes allaitantes, ni avec des enfants de moins de 3 ans.

•Travaux TRAMIL40-41

Le jus lyophilisé obtenu à partir de 500 g de feuille appliqué avec des compresses de gaze stérile sur la peau épilée d’un groupe de 14 lapins albinos mâles Nouvelle Zélande (2-3 kg) et de 16 cobayes blancs Hantley des deux sexes a induit un indice d’irritation primaire inférieure à 5 (non irritant ni allergisant).Cette étude résulte d’observations sur 24 et 72 heures et d’analyses histopathologiques par biopsie.

•Travail TRAMIL16

Le produit de la cuisson de la plante entière avec fruit vert mais sans racine, administré par voie orale et intrapéritonéale (25 g/kg) à la souris, n’a pas entraîné la mort. Le fruit mûr administré oralement à la souris a mis en évidence une DL50 = 3 g/kg de poids.

L’extrait hydroalcoolique (1:1) de plante entière administré par voie sous-cutanée et orale à la souris (10 g/kg), n’a pas provoqué de manifestations de toxicité générale39.

L’extrait de fruit traité à l’acétone et purifié, contenant le principe actif hypoglycémiant, administré par voie intrapéritonéale à la souris, a révélé des signes de toxicité rénale qui se sont manifestés par une augmentation des niveaux d’urée, sans effets nocifs sur le foie, le coeur ou le sang42.

L’extrait de feuille administré par voie sous-cutanée au rat femelle (20 mg/animal), n’a pas eu d’effets oestrogènes43.

La décoction de feuille administrée oralement au rat femelle (500 mg/kg), n’a pas eu d’effet anti-implantation. A des doses de 200 mg/kg, elle n’a pas produit d’effet abortif ni embryotoxique44.

Le jus de fruit administré oralement à des lapines (6 mL/kg/jour) a entraîné la mort au bout de 23 jours. Parmi les femelles gravides, ce jus a provoqué 10 morts et 2 cas d’hémorragie utérine45.

A une dose de 15 mL/kg et 18 heures après administration par voie intrapéritonéale, la totalité des rats étudiés sont morts45.

L’extrait alcoolique (95%) de fruit administré oralement à des chiens mâles (1.75 g/animal/jour) a provoqué une diminution dans la formation des spermatozoïdes au bout de 20 jours, avec destruction progressive et totale des vases spermatiques, destruction d’un grand nombre de différents types de cellules, sauf les cellules de Sertoli et les spermatides basales, ainsi qu’une diminution de la lumière de l’épididyme et des vases déférents au bout de 60 jours d’administration46.

L’extrait alcoolique (95%) de fruit administré oralement à des gerbilles mâles (200 mg/kg/jour) pendant 14 jours, a induit une réduction significative du poids testiculaire et une interruption de la spermatogénèse, sans affecter les spermatides, ni la prostate47.

L’extrait éthanolique (95%) de fruit administré oralement à des gerbilles mâles (110 mg/kg/jour) pendant 30 jours, n’a pas provoqué d’effets de toxicité générale. A une dose de 150 mg/kg/jour, il a entraîné la mort 20 à 30% des animaux avant le 30ème jour46.

La décoction de fruit administrée oralement à des doses de 500 mg/personne, n’a pas été toxique48.

L’extrait aqueux de la plante entière, administré oralement à des femmes enceintes (15 mL/personne/jour), a inhibé le développement du foetus49.

Deux composés présents dans la graine (a-trichosanthine, aet la b-momorcharine) auraient un effet abortif27-28,50.

On ne dispose pas d’information documentant la toxicité de son usage sur les enfants ou les femmes allaitantes.

•Travail TRAMIL15

Sélection phytochimique préliminaire (parties aériennes) :

alcaloïdes :

±

comp. phénoliques :

+

flavonoïdes :

±

quinones :

-

saponosides :

+

stéroïdes, terpénoïdes :

+

tanins :

+

Il existe une grande variation dans la composition chimique selon le lieu de croissance16.

Analyse proximale pour 100 g de feuille17 : calories : 44; eau : 84,6%; protéines : 5,6%; lipides : 0,6%; glucides : 7%; fibres : 1,6%; cendres : 2,2%; calcium : 288 mg; phosphore : 54 mg; fer : 5 mg; sodium : 19 mg; potassium : 510 mg; carotène : 5085 µg; thiamine : 0,13 mg; riboflavine : 0,45 mg; niacine : 1,50 mg; acide ascorbique : 170 mg.

Constituants chimiques de Momordica charantia :

Partie de la plante

Type de constituant

Nom du constituant

Références

 

parties aériennes

triterpènes

momordicines I, II et III

Yasuda18

 

fruit

aminoacides

alanine, ß-alanine, phényl-alanine, acide ɣ-amino-butyrique, acide glutamique, proline, tryptamine polypeptide p

Dhalla19 " " Kanna20

 

fruit

stéroïdes glucide

charantine α-spinastérol, ß-sitostérol, stigmastérol et dérivés acide D-galacturonique

Ng & Yeung21 " " "

 

fruit vert

saponine

diosgénine

Khanna & Mohan22

 

 

triterpènes

momordicosides E, E-1, EX, F, F',F-1, F-2, G, H, I, J, K, & L

Okabe23

 

péricarpe fruit

caroténoïdes

α, ß et ɣ carotènes et dérivés, lutéine, licopène, rubixanthine, zéaxanthine, zéinoxanthine

Rodríguez24

 

graine

aminoacides

alanine, arginine, asparagine, acide aspartique, acide glutamique, glycine, histidine, leucine, iso-leucine, lysine, ornithine, sérine, tyrosine et vicine aet bmomorcharines momordine zéatine et zéatine riboside

Ng & Yeung21 Lin25 Iyer26

 

 

protéine

α-trichosanthine

Wong & Yeung27-28

 

triterpènes

momordicosides A,B,C,D et E

Miyahara29

               

•Travail TRAMIL30

L’extrait éthanolique de feuille récoltée en Guyane française n’a pas montré d’action significative contre Plasmodium falciparum (100 µg/mL) in vitro.

L’extrait aqueux de feuille, in vitro, n’a pas eu d’effet sur Plasmodium falciparum31.

La décoction de feuille n’a pas eu d’activité antifongique contre Epidermophyton floccosum, Microsporum canis, Trichophyton mentagrophytes var.algodonosa nivar.granulare32.

L’extrait aqueux de feuille séchée à des concentrations variables a démontré une forte activité insecticide contre Blatella germanica mais pas contreOncopeltus fasciatus33.

L’extrait hydrométhanolique de feuille a été inactif face à Bacillus subtilis de même quel’extrait avec del’éther de pétrole devant Candida albicans34.

L’extrait hydrométhanolique de feuille séchée (2 mg/mL) a été actif in vitro, contre Corynebacterium diphteriae, Neisseria spp., Pseudomonas aeruginosa, Salmonella spp., Streptobacillus spp., Streptococcus spp. et Staphylococcus aureus35.

L’extrait aqueux de fruit a montré une action marquée face à Bacillus subtilis (CL = 50 mg/disque) et Candida albicans (CL = 25 mg/disque). Les extraits chloroformique, éthéré et méthanolique ont aussi été actifs, mais comparativement avec moins d’efficacité36.

Les extraits chloroformique, éthéré, aqueux et méthanolique de fruit ont été actifs face à Pseudomonas aeruginosa, Salmonella typhi et Shigella dysenteriae, mais l’extrait avec de l’éther de pétrole a été inactif36.

Le jus de fruit dissout dans de l’éthanol (100 mg/mL) a été actif in vitro comme antihelmintique contre l’Ascardia galli37.

L’extrait méthanolique de graine séchée, administré par voie sous-cutanée à la souris, a montré une activité analgésique, pour une dose effective moyenne ED50 = 5 mg/kg38.

L’extrait hydroalcoolique (1:1) de plante entière séchée a eu une action antihistaminique faible sur iléon isolé de cobayes (0,01 g/mL)39.

Références :  

1 CHARLES C, 1988 TRAMIL survey. Movement for Cultural Awareness MCA, Roseau, Dominica.

2 WENIGER B, ROUZIER M, 1986 Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

3 LAGOS-WITTE S, 1988-1995 Encuestas TRAMIL. Laboratorio de Histología Vegetal y Etnobotánica, Departamento de Biología, Universidad Nacional Autónoma de Honduras UNAH, Tegucigalpa, Honduras.

4 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984 Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

5 WENIGER B, 1987-88 Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

6 Castillo D, Rodriguez S, de los Santos C, Belen A, 2003 Encuesta TRAMIL (Zambrana, Cotuí). Dep. de Botánica, Jardín BotánicoNacional, Santo Domingo, República Dominicana.

7 Castillo D, Rodriguez S, de los Santos C, Belen A, 2003 Encuesta TRAMIL (region Este). Dep. de Botánica, Jardín BotánicoNacional, Santo Domingo, República Dominicana.

8 DELENS M, 1990 Encuesta TRAMIL en Barlovento, Edo. Miranda de Venezuela. Centro al Servicio de la Acción Popular CESAP, Caracas, Venezuela.

9 GIRON L, 1988 Encuesta TRAMIL (Costa atlántica). Centro Mesoamericano de Tecnología CEMAT, Guatemala.

10 O'REILLY A, 1992 TRAMIL survey. Chemistry & Food Technology Division, Ministry of Agriculture, Dunbars, Antigua & Barbuda.

11 OCAMPO R, 1988 Encuesta TRAMIL (Costa atlántica), Instituto de Desarrollo Agrario, Universidad de Costa Rica, San José, Costa Rica.

12 FAUJOUR A, MURREY D, CHELTENHAM-CORBIN B, CARRINGTON S, 2003 TRAMIL survey. IICA & UAG, Saint Thomas, Barbados.

13 BENEDETTI MD, 1994 Encuesta TRAMIL. Universidad de Puerto Rico, Mayagüez, Puerto Rico.

14 WHO, 1991 Pautas para la evaluación de medicamentos herbarios WHO/TRM/91.4 (original inglés). Programa de Medicina Tradicional, OMS, Ginebra, Suiza.

15 WENIGER B, SAVARY H, DAGUIHL R, 1984 Tri phytochimique de plantes de la liste TRAMIL. Laboratoire de chimie des substances naturelles, Faculté de médecine et de pharmacie, Université d'Etat d'Haïti, Port au Prince, Haïti.

16 HERRERA J, 1990 Determinación de actividades biológicas de vegetales utilizados en medicina tradicional. Informe TRAMIL. Dep. de Farmacología, Facultad de Salud, Universidad del Valle, Cali, Colombia.

17 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986 Handbook of proximate analysis tables of higher plants. Boca Raton, USA: CRC Press. p110.

18 YASUDA M, IWAMOTO M, OKABE H, YAMAUCHI T, 1984 Structures of momordicines I, II and III, the bitter principles in the leaves and vines of Momordica charantia. Chem Pharm Bull 32(5):2044-2047.

19 DHALLA NS, GUPTA KC, SASTRY MS, MALHOTRA CL, 1961 Chemical composition of the fruit of Momordica charantia. Indian J Pharmacy 23:128-130.

20 KANNA B, 1976 Insulin from Momordica charantia. Patent-Japan Kokai.

21 NG TB, YEUNG HW, 1984 Bioactive constituents of Cucurbitaceae plants with special emphasis on Momordica charantia and Trichosanthes kirilowii. Seoul, Korea: Proc. 5th. Symposium Medicinal Plants and Spices.

22 KHANNA P, MOHAN S, 1973 Isolation and identification of diosgenin and sterols from fruits and in vitro cultures ofMomordica charantia. Indian J Exp Biol11:58-60.

23 OKABE H, MIYAHARA K, YAMAGUCHI T, MIYAHARA K, KAWASAKI T, 1980 Studies on the constituents ofMomordica charantia L. I: Isolation and characterization of momordicosides A and B, glycosides of a pentahydroxy-cucurbitane triterpene. Chem Pharm Bull28(9):2753-2762.

24 RODRIGUEZ DB, RAYMUNDO LC, TUNG-CHING LEE, SIMPSON KL, CHICHESTER CO, 1976 Carotenoid pigment changes in ripening Momordica charantia fruits. Ann Bot (London)40:615-624.

25 LIN JY, HOU MJ, CHEN YC, 1978 Isolation of toxic and non-toxic lectins from the bitter pear melon (Momordica charantia). Toxicon16:653.

26 IYER RI, NAGAR PK, SIRCAR PK, 1981 Endogenous cytokinins in seeds of bittergourd Momordica charantia. Indian J Exp Biol19:766-767.

27 WONG CM, YEUNG HW, NG TB, 1985 Screening of Trichosanthes kirilowii,Momordica charantia andCucurbita maxima (family Cucurbitaceae) for compounds with antilipolytic activity. J Ethnopharmacol 13(3):313-321.

28 YEUNG HW, LI WW, FENG Z, BARBIERI L, STIRPE F, 1988 Trichosanthin, alpha-momorcharin and beta-momorcharin: Identity of abortifacient and ribosome-inactivating protein. Int J Peptide Protein Res 31(3):265-268.

29 MIYAHARA Y, OKABE H, YAMAUCHI T, 1981 Studies on the constituents ofMomordica charantia L. II: Isolation and characterization of minor seed glycosides, momordicosides C, D and E. Chem Pharm Bull29(6):1561-1566.

30 SAUVAIN M, KODJOED JF, BERGRAVE SJ, BONNEVIE O, DEDET JP, 1986 Plantes fébrifuges en médecine traditionnelle en Haïti et en République Dominicaine et thérapie du paludisme. Rapport TRAMIL: ORSTOM, Cayenne, Guyane Française.

31 MORETTI C, 1989 Determinación de la actividad antimalárica de plantas utilizadas por la medicina tradicional (Momordica charantia). TRAMIL IV, Tela, Honduras, UNAH/enda-caribe.

32 CACERES A, JAUREGUI E, HERRERA D, LOGEMANN H, 1991 Plants used in Guatemala for the treatment of dermatomucosal infections. 1: Screening of 38 plant extracts for anticandidal activity. J Ethnopharmacol 33(3):277-283.

33 HEAL R, ROGERS E, WALLACE RT, STARNES O, 1950 A survey of plants for insecticidal activity. Lloydia13(2):89-162.

34 OGUNLANA EO, RAMSTAD E, 1975 Investigation into the antibacterial activities of local plants. Planta Med27(4):354-360.

35 HUSSAIN HSN, DEENI YY, 1991 Plants in Kano ethnomedicine; screening for antimicrobial activity and alkaloids. Int J Pharmacol29(1):51-56.

36 MANEELRT S, SATTHAMPONGSA A, 1978 Antimicrobial activity ofMomordica charantia. Undergraduate special project report. Bangkok, Thailand: Mahidol University. Faculty of Pharmacy.

37 LAL J, CHANDRA S, RAVIPRAKASH V, SABIR M, 1976 In vitro anthelmintic action of some indigenous medicinal plants on Ascardia galli worms. Indian J Physiol Pharmacol20(2):64-68.

38 BISWAS AR, RAMASWAMY S, BAPNA JS, 1991 Analgesic effect ofMomordica charantia seed extract in mice and rats. J Ethnopharmacol31(1):115-118.

39 MOKKHASMIT M, SAWASDIMONGKOL K, SATRAWAHA P, 1971 Study on toxicity of Thai medicinal plants. Bull Dept Med Sci 12(1/2):36-65.

40 GONZALEZ A, ALFONSO H, 1990 Evaluación de la toxicidad dérmica deMomordica charantia L.,Foeniculum vulgare Mill yCassia occidentalis L. en cobayos. Informe TRAMIL. Centro Nacional de Salud Animal, La Habana, Cuba.

41 GONZALEZ A, ALFONSO H, 1990 Evaluación de la toxicidad dérmica deMomordica charantia L. yCassia occidentalis L. en conejos. Informe TRAMIL. Centro Nacional de Salud Animal, La Habana, Cuba.

42 TABORA O, 1986 Estudio de toxicidad aguda en ratones de la fracción hipoglucemiante deMomordica charantia (Cucurbitaceae). Tegucigalpa, Honduras: IV Semana Científica Universidad Nacional Autónoma de Honduras UNAH.

43 SAKSENA SK, 1971 Study of antifertility activity of the leaves ofMomordica (karela). Indian J Physiol Pharmacol15(2):79-80.

44 PRAKASH AO, MATHUR R, 1976 Screening of Indian plants for antifertility activity. Indian J Exp Biol14(5):623-626. 

45 SHARMA VN, SOGANI RK, ARORA RB, 1960 Some observations on hypoglycemic activity of Momordica charantia. Indian J Med Res48(4):471-477.

46 DIXIT VP, KHANNA P, BHARGAVA SK, 1978 Effects ofMomordica charantia fruit extract on the testicular function of dog. Planta Med34(3):280-286.

47 KOENTJORO-SOEHADI T, SANTA I, 1982 Perspectives of male contraception with regards to Indonesian traditional drugs. Bali, Indonesia: 2nd National Congress of Indonesian Society of Andrology.

48 KHAN AH, BURNEY A, 1962 A preliminary study of the hypoglycemic properties of indigenous plants. Pakistan J Med Res2:100-116.

49 WEST M, SIDRAK G, STREET S, 1971 The anti-growth properties of extracts from Momordica charantia. West Indian Med J20(1):25-34.

50 NG T, 1988 Effects of momorcharins on ovarian response to gonadotropin induced superovulation in mice. Int J Fertil33(2):123-128.

51 DELAIGUE J, 2005 TRAMIL survey. UAG & PRDI, Tobago House of Assembly, Scarborough, Tobago.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.