Solanum nigrescens

nom scientifique : 
Solanum nigrescens M. Martens & Galeotti
Famille : 

Distribution géographique

Originaire de l’Amérique centrale, présente dans l’ensemble de la zone tropicale américaine, mais jamais signalé aux Petites Antilles.

Description botanique

Herbacée pouvant atteindre 1 m de haut; tiges jeunes pileuses. Feuilles par paires ou solitaires, de différentes tailles mais de forme semblable, entières ou sinuo-dentées, ovées à ovo-lancéolées, à pointe acuminée et à base atténuée. Inflorescence internodale, en grappe ou subombellifère; corolle blanche ou couleur lilas, avec une tache sombre à la base de chaque lobe. Fruit arrondi de 4 à 7 mm de diamètre.

Voucher(s)

Girón,117,CFEH

flux vaginal :

  feuille arrivée à maturité, coupée à la fin de la fructification ou après celle-ci, décoction, application locale en lavages vaginaux1

Contre les flux vaginaux :

Préparer une décoction avec 30 grammes (10 cuillerées) de feuilles arrivées à maturité dans 1 litre (4 tasses) d’eau. Faire bouillir au moins 10 minutes dans un récipient couvert, laisser refroidir puis appliquer en bains de siège et lavages vaginaux11, 3 fois par jour1, pendant 15 jours5.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre les flux vaginaux est classé dans la catégorie REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité, la validation et l’information scientifique publiée.

Toute application locale doit se conformer à de strictes mesures d’hygiène, pour empêcher la contamination ou une infection supplémentaire.

Si l’état de la patiente se détériore, ou si les symptômes durent plus de 7 jours, consulter un médecin.

Travail TRAMIL10

L’extrait aqueux (infusion) pour une dose de 5 g de feuille séchée/kg administré oralement à la souris n’a mis en évidence aucun signe de toxicité aiguë.

On ne dispose pas de données de toxicité préclinique en ce qui concerne l’utilisation locale des parties aériennes.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi sur des petites filles, ni sur des femmes enceintes ou allaitantes.

La feuille contient une saponine : cantalasaponine-32.

Le tamisage phytochimique a montré la présence d’alcaloïdes, de stéroïdes polycycliques insaturés, de saponines, de sucres 2-désoxygénés, de tanins, de cardénolides3.

L’extrait éthanolique (teinture), dans un rapport de (1:10) de feuille séchée (0,1 mL/disque), a eu une action antimicrobienne in vitro sur Bacillus subtilis, mais pas contre Pseudomonas aeruginosa, Sreptococcus pyogenes,Proteus vulgaris, Salmonella typhi, ni Shigella flexneri4. Le même extrait, mais à une concentration de 30 µL/disque, a été actif sur Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus etCandida albicans, mais pascontreEscherichia coli4.

L’extrait hydrométhanolique (50%) de la plante séchée (0,15 mL/disque) a montré une activité antimycotique in vitro contre Candida albicans5.

L’extrait éthanolique (teinture) dans un rapport (1:10) de plante (1 mL/tube), a montré une action fongicide CIM = 100 à 300 mg sur Microsporum canis, M.gypseum, Trichophyton mentagrophytes, etT.rubrum, mais pas contre Epidermophyton floccosum6.

La macération hydroalcoolique (45%) de feuille séchée a été active in vitro sur Cryptococcus neoformans etCandida albicans mais pas sur Aspergillus fumigatus7.

La décoction de feuille a induit une action immunomodulatrice chez la souris, qui s’est manifestée par une augmentation de la population de lymphocytes et dans les titres d’anticorps sériques8.

 

Lors d’un essai clinique portant sur 100 patientes atteintes de candidose vaginale, on a obtenu une réponse clinique statistiquement similaire à l’administration, deux fois/jour/15 jours, d’ovules de S. nigrescens et de nystatine5,9.

Références :  

1 GIRON L, 1988 Encuesta TRAMIL (Costa atlántica). Centro Mesoamericano de Tecnología CEMAT, Guatemala, Guatemala.

2 HE XG, MOCEK U, FLOSS HG, CACERES A, GIRON L, BUCKLEY H, COONEY G, MANNS J, WILSON BW, 1994 An antifungal compound from Solanum nigrescens. J Etnopharmacol 43(3):173-177.

3 GIRON L, 1983 Investigación de la inhibición de Candida albicans por preparaciones de plantas usadas en la medicina popular (Tesis Mag. Sc). Fac Ciencias Químicas y Farmacéuticas, Universidad de San Carlos de Guatemala USAC, Guatemala, Guatemala.

4 CACERES A, GIRON L, ALVARADO S, TORRES M, 1987 Screening of antimicrobial activity of plants popularly used in Guatemala for the treatment of dermatomucosal diseases. J Ethnopharmacol20(3):223-237.

5 GIRON LM, AGUILAR GA, CACERES A, ARROYO GL, 1988 Anticandidal activity of plants used for the treatment of vaginitis in Guatemala and clinical trial of a Solanum nigrescens preparation. J Etnopharmacol 22(3):307-313.

6 CACERES A, LOPEZ BR, GIRON MA, LOGEMANN H, 1991 Plants used in Guatemala for the treatment of dermatophytic infections. 1. Screening for antimycotic activity of 44 plant extracts. J Ethnopharmacol 31(3):263-276.

7 COONEY G., BUCKLEY H, BRICKUS T, CACERES A, 1991 Fungicidal activity of aSolanum plant extract from Guatemala, CA. Pharmacy World Congress, Washington, USA. CS 52.

8 LARA R, SANDOVAL H, JIMENEZ M, DE LA ROCA D, GUZMAN A, 1991 Determinación de la actividad inmunomoduladora de los extractos de zarzaparrilla, quilete y pericón. IV Congreso Nacional de Microbiología, Guatemala, Guatemala.

9 AGUILAR G, 1985 Tratamiento de la candidosis vaginal con extracto deSolanum nigrescens (Tesis Mag. Sc). Fac Ciencias Químicas y Farmacéuticas, Universidad de San Carlos de Guatemala USAC, Guatemala, Guatemala.

10 GIRON L, 1992 Toxicidad aguda del extracto acuoso de Solanum nigrescens. Informe TRAMIL. FARMAYA, Guatemala, Guatemala.

11 GIRON L, CACERES A, FREIRE V, ALONZO A, SALVADOR L, 1995 Folleto informativo sobre algunas plantas comúnmente utilizadas por la población Garifuna de Livingston, Guatemala, Guatemala, p45.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.