Thymus vulgaris

nom scientifique : 
Thymus vulgaris L.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d’Europe, cultivée dans d’autres parties du monde.

Description botanique

Petit arbuste très ramifié pouvant atteindre 30 cm de haut; branches ligneuses, rouges ou pourpres, pubérulentes. Feuilles fasciculées, à court pétiole, elliptiques à linéaires, obtuses, aiguës ou obtuses à la base, entières, pointe très nettement glandulaire. Verticilles de 3 à 6 fleurs, axillaires; calice pubérulent; corolle couleur lilas, rosée ou pourpre. Noisettes de 1 mm de longueur.

Voucher(s)

Germosén-Robineau,90196,JBSD

crise de nerfs :

feuille, infusion, voie orale1

crise de nerf :

feuille, infusion, voie orale1

Le Thymus vulgarisest un condiment de consommation humaine relativement répandu.

Contre la crise d'angoisse :

Préparer une infusion en versant 250 mL (1 tasse) d’eau bouillante sur 1-2 grammes de feuilles. Couvrir le récipient, le laisser reposer pendant 5-10 minutes et filtrer28. Boire 1 tasse 3 fois par jour.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre la crise d'angoisse est classé dans la catégorie REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et l’information scientifique publiée.

Si l’état du patient se détériore, ou si les symptômes durent plus de 7 jours, consulter un médecin.

Ne pas employer avec des enfants de moins de 12 ans, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

L’extrait aqueux de parties aériennes, en concentration de 100 mg/plaque, n’a pas produit d’activité mutagène sur culture de cellules rénales de porc LLC-PK1, ni sur des cellules trophoblastiques de placenta30. Un extrait similaire, en concentration de 50 mg de plante séchée/disque n’a pas eu d’effet mutagène sur Salmonella typhimurium TA9831.

La feuille (2% et 10%) ajoutée à la diète de rats Wistar mâles pendant 6 semaines n’a pas provoqué de signes de toxicité évidents32.

L’extrait hydroalcoolique (40%) de parties aériennes séchées (1,6 mL/kg), administré oralement à des lapines gestantes, n’a pas eu d’effet embryotoxique ni tératogène sur leur descendance; il n’a pas inhibé non plus l’ovulation ni la fécondité de rats des deux sexes. Après 13 semaines, on n’a pas constaté d’altérations lors des analyses de sang et d’urine, ni d’altérations histopathologiques33.

La Food and Drug Administration (FDA) des Etats Unis a classé cette plante comme agent de sapidité dans la catégorie GRAS ("généralement considerée comme sûre") depuis 197634.

L’huile essentielle et le thymol peuvent irriter très sévèrement le tube digestif. Administrés à hautes doses, ils peuvent produire une hépatotoxicité et des troubles du métabolisme. L’ingestion de 6 mL de thymol est mortelle pour l’être humain. L’apparition de thyrotoxicose a été imputée à l’emploi de l’huile essentielle sur des périodes prolongées dans des préparations telles que les dentifrices, par exemple21.

Le thymol, administré par voie interne, peut provoquer des diarrhées, des étourdissements, des céphalées, des nausées, des vomissements, une faiblesse musculaire, une dépression cardiovasculaire et respiratoire, et une hypothermie35. A des doses élevées, il peut causer une toxicité hépatique, de l’albuminurie et de l’hématurie36.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi médicinal sur des enfants, ni sur des femmes enceintes ou allaitantes.

La feuille contient : des benzénoïdes : glucosides des acides 4-hydroxybenzoïque, protocatéchuique, salicylique, syringique, vanillinique2; des phénylpropanoïdes : acides caféique, ρ-coumarique3; des monoterpènes : dérivés d’isopropyl-biphényle4-5; des flavonoïdes : cirsilinéol, méthoxy-cirsilinéol, thymonine6, cirsimaritine, genkwanine, 4´,5-dihydroxy-6,7,8-triméthoxi-flavone, 5-hidroxy-4´,7-diméthoxi-flavone7, lutéoline8.

La plante entière contient les flavonoïdes suivants : thymonine, isothymonine, 8-deméthyl-thymonine9, naringénine, ériodictyol10, lutéoline-7-O-glucoside, cinnaroside, cosmosiïne11. Il contient aussi une huile essentielle, abondamment étudiée, dont les composants principaux sont : le thymol (25-60%), le ρ-cymène (7-44%), le carvacrol (8%), l’α-terpinène (1-5%), le linalol (4%), le 3-carène (3%), le 1,8-cinnéol (3%)12-20.

Le rendement de l’huile essentielle des parties aériennes est de 1,2%21.

La feuille et la fleur entière séchées destinées à l’usage pharmaceutique doivent avoir un minimum de 12 mL/kg d’huile essentielle et 0,5% de phénols volatils, exprimés en thymol22.

Composition protéique et analyse proximale pour 100 g des parties aériennes23 : thiamine : 0,51 mg; riboflavine : 0,4 mg; niacine : 4,94 mg; acides gras saturés totaux : 2,73 g; tryptophane : 186 mg; thréonine : 252 mg; isoleucine : 468 mg; leucine : 430 mg; lysine : 207 mg; méthionine/cystine : 274 mg; phénylalanine/tyrosine : 482 mg; valine : 502 mg.

L’extrait aqueux de plante entière in vitro s’est révélé être antagonique du spasme provoqué expérimentalement par l'acide acétique sur l'iléon, et par le carbacol sur la trachée – il s’agit dans les deux cas d’organes isolés de cobaye24.

L’extrait hydroalcoolique (30%) de feuille et de fleur in vitro s’est révélé être antagonique de la contraction induite par le carbacol et l'histamine sur iléon isolé de cobaye25.

L’extrait fluide de parties aériennes séchées a relaxé le muscle lisse isolé d’iléon et de trachée de cobaye26.

L’extrait de feuille dans de l’éther (200 mg/kg), administré par voie intrapéritonéale à la souris, a été inactif dans le cadre du traitement d’intoxications produites expérimentalement avec de la strychnine; mais il a renforcé l’action des barbituriques27.

Les emplois oraux de la feuille et de la fleur sont considérés par l’OMS, après validation préclinique, comme efficaces contre la dyspepsie ou d’autres dérangements gastrointestinaux, ainsi que contre la toux due au rhume, à la bronchite ou à la coqueluche28. Ils sont recommandés en gargarismes contre la laryngite ou l’amygdalite28.

L’huile essentielle a démontré une activité dépressive du système nerveux central dans le cadre d’un modèle expérimental avec des poissons goldfish29.

 

Références :  

1 CHARLES C, 1988 TRAMIL survey. Movement for Cultural Awareness MCA, Roseau, Dominica.

2 KLICK S, HERRMANN K, 1988 Glucosides and glucose esters of hydroxybenzoic acids in plants. Phytochemistry 27(7):2177-2180.

3 SCHULTZ J, HERRMANN K, 1980 Occurrence of hydroxybenzoic acids and hydroxycinnamic acid in spices. IV. Phenolics of spices. Z Lebensm-Unters Forsch 171:193-199.

4 MIURA K, INAGAKI T, NAKATANI N, 1989 Structure and activity of new deodorant biphenyl compounds from thyme (Thymus vulgaris L.). Chem Pharm Bull 37(7):1816-1819.

5 NAKATANI N, MIURA K, INAGAKI T, 1989 Structure of new deodorant biphenyl compounds from thyme (Thymus vulgaris L.) and their activity against methyl mercaptan. Agr Biol Chem 53(5):1375-1381.

6 VAN DEN BROUCKE CO, DOMMISSE RA, ESMANS EL, LEMLI JA, 1982. Three methylated flavones from Thymus vulgaris. Phytochemistry 21:2581-2583.

7 MIURA K, NAKATANI N, 1989 Antioxidative activity of flavonoids from thyme (Thymus vulgaris L.). Agr Biol Chem53(11):3043-3045.

8 SAMEJIMA K, KANAZAWA K, ASHIDA H, DANNO GI, 1995 Luteolin: A strong antimutagen against dietary carcinogen, TRP-P-2, in peppermint, sage, and thyme. J Agric Food Chem 43(2):410-414.

9 BARBERAN FAT, FERRERES F, TOMAS F, GUIRADO A, 1986 Electron impact mass spectrometric differentiation of 5,6-dihydroxy-7,8-dimethoxy- and 5,8-dihydroxy-6,7-dimethoxyflavones. Phytochemistry 25(4):923-925.

10 KRAUSE M, GALENSA R, 1991 Analysis of enantiomeric flavanones in plant extracts by high performance liquid chromatography on a cellulose triacetate based chiral stationary phase. Chromatographia32(12):69-72.

11OLECHNOWICZ-STEPHEN W, LAMER-ZARAWSKA E, 1975 Investigation of flavonoid fraction of some crude drugs from the family Labiatae (Herba Serpylli, Herba Thymi, Majoranae, Herba Origani). Herba Pol21:347-356.

12 MOSSA JS, AL-YAHYA MA, HASSAN M, 1987 Physicochemical characteristics and spectroscopy of the volatile oil of Thymus vulgaris growing in Saudi Arabia. Int J Crude Drug Res25(1):26-34.

13 POPESCU H, 1975 Aetheroleum thymi produced in Romania. Pharmacia (Bucharest)23:153.

14 KARAWYA M, HIFNAWY M, 1974 Analytical study of the volatile oil of Thymus vulgaris L. growing in Egypt. J Assoc Offic Anal Chem57:997.

15 VAMPA G, ALBASINI A, PROVVISIONATO A, BIANCHI A, MELEGARI M, 1988 Chemical and microbiological studies on the essential oil of Thymus. Plant Med Phytother22(3):195-202.

16 POULOSE A, CROTEAU R, 1978 Biosynthesis of aromatic monoterpenes: conversion of gamma-terpinene to p-cymene and thymol in Thymus vulgaris. Arch Biochem Biophys 187(2):307-314.

17 HASSAN M, AL-YAHYA M, MOSSA J, 1985 PMR determination of the major constituents of the volatile oil ofThymus vulgaris growing in Saudi Arabia (conference). Chapel Hill, USA: Internat Res Cong Nat Prod, Coll Pharm Univ N Carolina, Abstr. nº145.

18 BLAQUE G, 1923 Thymol plants. Bull Sci Pharmacol 30:201-211.

19 ZANI F, MASSIMO G, BENVENUTI S, BIANCHI A, ALBASINI A, Melegari M, Vampa G, Bellotti A, Mazza P, 1991 Studies on the genotoxic properties of essential oils with Bacillus subtilis rec-assay and Salmonella/microsome reversion assay. Planta Med57(3):237-241.

20 OLSZOWSKA O, FURMANOWA M, 1987 Micropropagation of thyme (Thymus vulgaris L.) from nodal segments. Herba Pol 33(2):137-144.

21 FARNLOF A, 1992 Natural drugs. Stockholm, Sweden: The Swedish Health Food Council.

22 ANON, 2002 Monografia Thymi herba 2002 Pharmacopee Européene, 4 ed. Strasbourg, France: Conseil de l'Europe.

23 DUKE JA, 1985 Handbook of medicinal herbs. Boca Raton, USA: CRC Press.

24 VAN DEN BROUCKE CO, LEMLI JA, 1981 Pharmacological and chemical investigation of thyme liquid extracts. Planta Med 41(2):129-135.

25 VAN DEN BROUCKE CO, LEMLI JA, 1983 Spasmolytic activity of the flavonoids from Thymus vulgaris. Pharm Weekbl (Sci Ed) 25(5):9-14.

26 VAN DEN BROUCKE CO, 1980 Chemical and pharmacological investigation on thymi herba and its liquid extracts. Planta Med 39:253-254.

27 HAN Y, SHIN K, WOO W, 1984 Effect of spices on hepatic microsomal enzyme function in mice. Arch Pharm South Korea Res7(1):53-56.

28 WHO, 1999 Herba Thymi. WHO monographs on selected medicinal plants. Volume 1. Feb. 28, 2003, URL: http://www.who.int/medicines/library/trm/medicinalplants/pdf/p262

29 WESLEY-HADZIJA B, BOHING P, 1956 Influence of some essential oils on the central nervous system of fish. Ann Pharm Fr 14:283.

30 ROCKWELL P, RAW J, 1979 A mutagenic screening of various herbs, spices, and food additives. Nutr Cancer 1:10-15.

31 YAMAMOTO H, MIZUTANI T, NOMURA H, 1982 Studies on the mutagenicity of crude drug extracts. I. Yakugaku Zasshi 102(6):596-601.

32 HAROUN EM, MAHMOUD OM, ADAM SE, 2002 Effect of feeding Cuminum cyminum fruits, Thymus vulgaris leaves or their

mixture to rats. Vet Hum Toxicol 44(2):67-69

33 LESLIE GB, SALMON G, 1979 Repeated dose toxicity studies and reproductive studies on nine bio-strath herbal remedies. Swiss Med1(1/2):1-3.

34 Code of Federal Regulations, 2002 Food and drugs. Chapter I - Food and drug administration, department of health and human services. Part 182 - Substances generally recognized as safe. Sec. 182.10. Spices and other natural seasonings and flavorings. U.S. Government Printing Office via GPO Access, USA. 21(3):451-452. Feb. 24, 2003, URL: http://www.accessdata.fda.gov/scripts/cdrh/cfdocs/cfcfr/CFRSearch.cfm?CF...

35 TYLER V, BRADY L, ROBBERS J, 1988 Pharmacognosy. Philadelphia, USA: Lea & Febiger, p127-128.

36 CANIGUERAL S, VILA R, RISCO E, PEREZ F, PORTILLO A, FREIXA B, MILO B, VANACLOCHA B, RIOS JL, MORALES MA, ALONSO JR, BACHILLER LI, PERIS JB, STUBING G, 2002 Thymus vulgaris Vademecum de Fitoterapia, Editorial Masson, Barcelona, España, Jul. 20, 2002. URL: http://www.masson.es/book/fitoterapia.html

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.