Lippia alba

nom scientifique : 
Lippia alba (Mill.) N.E. Br.
Famille : 

Distribution géographique

Amérique tropicale et subtropicale.

Description botanique

Arbuste aromatique, de 1 à 2 m de haut, aux branches longues et flexibles, décombantes et s’enracinant spontanément, très pubérulentes ou rugueuses. Feuilles opposées ou par groupes de trois, à pétiole court, de 2-6 (rarement 9) cm de longueur et de 1,2-4,5 cm de large, oblongues, rugueuses, festonnées, couvertes de petits poils courts et de nervures proéminentes. Inflorescences sous forme de petites têtes axillaires arrondies, cylindriques lors de la fructification. Bractées ovées, acuminées, les plus basses étant mucronées. Fleurs zygomorphes, calice de 1,5-1,7 mm de long continuant à croître une fois arrivé à maturité; corolle violette avec coeur jaune et blanc, rosée ou blanche de 4 à 5 mm de long. Fruit ovoïde de 3 mm de large.

Voucher(s)

Gimenez,34,VEN

FLORPAN,1933,PMA

Longuefosse&Nossin,65,HAVPM

grippe :

feuille, décoction, voie orale1

rhume :

  feuille, décoction, voie orale3

grippe :

parties aériennes, décoction, voie orale2,22

Contre la grippe et le rhume :

Préparer une infusion, ajouter 1 tasse (250 mL) d’eau bouillante à 7.5grammes de feuilles fraîches (environ 20 feuilles de taille moyenne) ou de parties aériennes, lavées et coupées. Couvrir le récipient, et laisser reposer pendant 5-10 minutes. Filtrer et boire 1 tasse 3 fois par jour.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

Les emplois contre la grippe et le rhume sont classés REC, sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et l’information scientifique publiée.

Si l’état du patient se détériore, ou si les symptômes de la grippe ou du rhume durent plus de 7 jours, consulter un médecin.

Ne pas employer avec des enfants de moins de 5 ans, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

•Travail TRAMIL17

L’extrait aqueux lyophilisé, obtenu par décoction de feuille fraîche, a été administré oralement (5 g/kg/jour pendant 5 jours) à 10 souris NGP (5 mâles et 5 femelles); le contrôle étant réalisé avec de l’eau distillée (0,5 mL) sur 10 autres souris de mêmes caractéristiques et de même souche. La période d’observation a été prolongée pendant 7 jours après la fin de l’administration du traitement et du contrôle. Pendant l’expérience, aucun signe de mortalité et de toxicité n’a été enregistré pour les paramètres évalués.

•Travaux TRAMIL18-19

Les extraits aqueux lyophilisés, pour une concentration de 312,5 mg/mL, obtenus par décoction de parties aériennes de Lippia alba (provenant du Guatémala) et deLippia alba var. dulce (provenant du Costa Rica), ont été administrés oralement (5 g/kg/jour pendant 5 jours) à 10 souris de souche Hsd:ICR(CD-1), (5 mâles et 5 femelles). La méthodologie a été réalisée suivant le protocole de la OECD 423, modification du LEBi. Le contrôle a été pratiqué avec de l’eau distillée et désionisée (0,4 mL) sur 10 autres souris de mêmes caractéristiques et de même souche. La période d’observation a été de 12 jours. Aucun cas de mortalité, et aucun signe de toxicité n’a été enregistré au cours de l’expérience, ni par la suite. Le poids corporel n’a pas varié de manière significative par rapport au groupe témoin.

L’infusion de feuille séchée (12,5 g/kg), administrée oralement au rat pendant 5 jours consécutifs, n’a pas causé d’irritation gastrique13.

L’extrait hydroalcoolique (50%) de feuille, administré par voie intrapéritonéale à la souris, a montré une DL50 > 1 g/kg20.

Les espèces du genre Lippia spp. sont généralement considérées comme des substances sûres (GRAS) par la FDA (Food and Drug Administration)21.

La décoction de feuille fraîche (12-20 g/L), administré oralement à 1000 patients sous traitement phytothérapeutique à des doses comprises entre 120 et 720 mL/jour pendant 15 jours, n’a pas produit d’effets adverses pouvant être cliniquement mis en évidence16.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi sur des enfants, ni sur des femmes enceintes ou allaitantes.

L’huile essentielle de la feuille contient des monoterpènes : 1-8 cinéol, acétate de citronellal, p-cymène, limonène, linalol, acétate de linalol, myrcène, α- et ß-pinène, pipéritone, sabinène, α-terpinéol4, camphre, (DL)dihydrocarvone, citral, (-)limonène, (+)α-pinène, (-)pipéritone5; des sesquiterpènes : caryophyllène4; des alcanes : méthyl-décyl cétone, méthyl-octyl cétone5.

La composition de l’huile essentielle varie beaucoup et dépend des conditions écologiques dans lesquelles pousse l’espèce6. On a décrit pour le moins 9 chimiotypes selon la composition de l'huile essentielle en relation à la présence de citral, (+)-linalol, myrcène, limonène, carvone, eucalyptol, ɣ-terpinène, δ-pipéritone, entre autres7.

La composition de l’huile essentielle de 16 populations de cette espèce, collectées au Guatémala, a montré que 14 d’entre ellesappartenaient au chimiotype qui renferme de la myrcénone et de la Z-ocyménone comme composantes principales; tandis que 2 relèvent du chimiotype citral, qui contient 1,8-cinéol, néral et géranial. En outre, les 2 morphotypes identifiés ont montré une corrélation positive avec les chimiotypes, ce qui permet de présumer l’existence de 2 sous-espèces de Lippia alba au Guatémala8.

Le tamisage phytochimique de la feuille a montré : alcaloïdes (+)9.

L’extrait hydroalcoolique de feuille (50 g de matière végétale dans 500 mL d’éthanol à 88%) a montré un effet antibactérien in vitro, pour des doses de 50 µL/disque de papier filtre, sur Streptococcus pneumoniae, S. pyogenes et Staphylococcus aureus10.

L'extrait aqueux (infusion) (1:5) lyophilisé de feuille et de tige sèches pulvérisées a montré une activité in vitro sur les virus d’influenza type A, de la diarrhée virale bovine type I et l’herpès virus type I11.

L'extrait éthanolique (95%) de la plante a été actif (DL = 50 µg/mL) contre le virus herpès simplex I en milieu de culture cellulaire12.

L’infusion de feuille séchée (12,5 g/kg) pendant 5 jours consécutifs, administrée par voie orale au rat, a diminué la formation d’ulcérations gastriques induites par l'indométacine (50 mg/kg)13.

L’extrait hydroalcoolique (50%) de feuille fraîche, administré par voie orale à la souris (1 g d’extrait/kg), a induit significativement une analgésie sur les modèles de contorsions et de retrait de la queue14.

Les huiles essentielles de feuille, de trois chimiotypes différents, collectés en même temps, administrées par voie intrapéritonéale (100 et 200 mg/kg), ont diminué la température rectale de souris Swiss mâles, de manière dose-dépendante. Lors de la même expérience on a observé une activité anxiolytique et sédative, pour une dose égale ou supérieure à 25 mg/kg, sans altération de l’activité locomotrice15.

En pratique phytothérapeutique dans un centrede santé, 1000 patients ont été traités par la décoction de feuille fraîche (12-20 g/L), employée à des doses de 120-240 mL par jour durant 15 jours, 80% d'entre eux ont eu une amélioration dans le traitement de leurs coliques digestives16.

Références :  

1 LONGUEFOSSE JL, NOSSIN E, 1990-95 Enquête TRAMIL. Association pour la valorisation des plantes médicinales de la Caraïbe AVPMC, Fort de France, Martinique.

2 DELENS M, 1992 Encuesta TRAMIL en los Estados Lara y Sucre de Venezuela. Centro al Servicio de la Acción Popular CESAP, Caracas, Venezuela.

3 SOLIS P, CORREA M, GUPTA M, 1995

Encuesta TRAMIL (Comunidades afro-caribeñas). Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

4 CATALAN C, MEREP D, RETAMAR J, 1977 The essential oil of Lippia alba from the Tucuman province. Riv Ital Essenze Profumi Piante Offic Aromi Saponi Cosmet Aer 59: 513-518.

5 FESTER G, MARTINUZZI E, RETAMAR J, RICCIARDI A, 1955 Some volatile essential oils. VII. Rev Fac Ing Quim 24: 37-55.

6 CASTRO DM, MING LC, MARQUES MO, TANAKA FA, 2000 Anatomic characterization and chemical composition of essential oils of different leaves of Lippia alba (Mill.) stem axis. 1er Congreso Peruano de Plantas Medicinales y Fitoterapía, 27-30 Septiembre 2000, Lima, Perú:112-114.

7 BANDONI A, 2003 Los recursos vegetales aromáticos en Latinoamérica: su aprovechamiento industrial para la producción de aromas y sabores. Buenos Aires, Argentina: CYTED, 2 ed., CD-ROM, ISBN:987-43-6072-0.

8 FISCHER U, LOPEZ R, POLL E, VETTER S, NOVAK J, FRANZ CM, 2004 Two chemotypes within Lippia alba populations in Guatemala. Flavour and Fragrance Journal 19(4):333-335.

9 BANDONI A, MENDIONDO M, RONDINA R, COUSSIO J, 1976 Survey of Argentine medicinal plants. Folklore and phytochemical screening. II. Econ Bot 30: 161-185.

10 CACERES A, ALVAREZ AV, OVANDO AE, SAMAYOA BE, 1991 Plants used in Guatemala for the treatment of respiratory diseases. 1. Screening of 68 plants against gram-positive bacteria. J Ethnopharmacol 31(2):193-208.

11 RUFFA MJ, WAGNER ML, SURIANO M, VICENTE C, NADINIC J, PAMPURO S, SALOMON H, CAMPOS RH, CAVALLARO L, 2004 Inhibitory effect of medicinal herbs against RNA and DNA viruses. Antivir Chem Chemother 15(3):153-159.

12 ABAD MJ, BERMEJO P, VILLAR A, PALOMINO SS, CARRASCO L, 1997 Antiviral activity of medicinal plant extracts. Phytother Res 11(3):198-202.

13 PASCUAL ME, SLOWING K, CARRETERO ME, VILLAR A, 2001 Antiulcerogenic activity of Lippia alba (Mill.) N. E. Brown (Verbenaceae). Farmaco. 56(5-7):501-504.

14 COSTA M, DI STASI L, KIRIZAWA M, MENDACOLLI S, GOMES C, TROLIN G, 1989 Screening in mice of some medicinal plants used for analgesic purposes in the state of Sao Paulo. J Ethnopharmacol 27(1/2):25-33.

15 VALE TG, MATOS FJA, DE LIMA TCM, VIANA GSB, 1999 Behavioral effects of essential oils from Lippia alba (Mill.) N.E. Brown chemotypes. J Ethnopharmacol 167:127-133.

16 CARBALLO A, 1994 Plantas medicinales del Escambray Cubano. Apuntes científicos.

17 GarcIa GM, Coto MT, GonzAlez CS, OCAMPO R, Pazos L, 2001 Toxicidad aguda en ratones, del extracto acuoso de hoja fresca de Lippia alba. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBI, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

18 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, 2003 Toxicidad oral, aguda en ratón, del extracto acuoso de partes aéreas de Lippia alba var. dulce. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

19 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, QUIROS S, 2004 Toxicidad oral, aguda en ratón, dosis repetidas, del extracto acuoso de partes aéreas de Lippia alba. Informe TRAMIL.Laboratorio de Ensayos Biológicos, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

20 BHAKUNI D, DHAR M, DHAR M, DHAWAN B, GUPTA B, SRIMALI R, 1971 Screening of Indian plants for biological activity. Part III. Indian J Exp Biol 9:91.

21 Code of Federal Regulations, 2004 Food and drugs. Chapter I - Food and Drug Administration, Department of Health and Human services. Part 182 - Substances generally recognized as safe. Sec. 182.10. Spices and other natural seasonings and flavorings. U.S. Government Printing Office via GPO Access, USA. 21(3):451-452. Nov.13,2004, URL: www.cfsan.fda.gov/~lrd/FCF182.html

22 BENEDETTI MD, MEJIA A, ACOSTA D, 1994 Encuesta TRAMIL. Universidad de Puerto Rico, Mayagüez, Puerto Rico.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.