Eryngium foetidum

nom scientifique : 
Eryngium foetidum L.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d’Amérique tropicale, introduite et naturalisée en Afrique tropicale.

Description botanique

Herbe pérenne, glabre, pouvant atteindre 60 cm. Feuilles lancéolées à oblongues-lancéolées pouvant atteindre 30 cm de long, crénelées à finement denticulées, minces à la base, laquelle forme un pétiole court, en forme d’aile. Inflorescences caractérisées par une fleur terminale, et deux autres situées sur des tiges latérales opposées, amplement ramifiées avec capitules vert-jaunes; bractées en forme de collerette, lancéolées-foliacées, dépassant les capitules. Fruit arrondi, comprimé sur les côtés, abondamment recouvert d’écailles.

Voucher(s)

Ocampo,5013,CR
Ochoa,280,HPMHV
Jiménez,125,JBSD
Delaigue,12,NHTT
Longuefosse&Nossin,16,HAVPM
Jean Pierre,105,SLNH

fièvre :

plante entière, décoction ou infusion, voie orale2-5

flatulence :

feuille, décoction ou infusion, voie orale6

grippe :

feuille, décoction ou infusion, voie orale7

vomissement :

feuille, décoction ou infusion, voie orale8

douleurs de poitrine et attaques :

feuille, décoction, voie orale1

palpitations et fatigue :

feuille, décoction, voie orale1

La feuille d’Eryngium foetidum constitue un condiment de consommation humaine relativement répandue.

Pour tous les usages significatifs rapportés :
Préparer une décoction ou une infusion avec 20-30 grammes (2-3 cuillerées) de feuilles dans 4 tasses (1 litre) d’eau. Pour la décoction faire bouillir 10 minutes dans un récipient couvert. Pour l’infusion, verser l’eau bouillante sur 20-30 grammes de feuille, couvrir et laisser refroidir. Filtrer et boire 1 tasse 3 fois par jour.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre les douleurs de poitrine et les attaques, les palpitations et la fatigue est classé REC sur la base de l’emploi significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et les études de toxicité. Nous ne disposons pas d'un modèle expérimental approprié pour valider l'activité pharmacologique correspondant à cet usage traditionnel.

Si l’état du patient se détériore ou si les douleurs de poitrine et attaques, palpitations et fatigue durent plus de 7 jours, consulter un médecin.

L’emploi contre la fièvre est classé REC sur la base de l’emploi significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et de validation.

L’emploi contre les flatulences, la grippe , les vomissements, est classé REC sur la base de l’emploi significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et les études de toxicité.

Si l’état du patient se détériore ou si la fièvre ou les vomissements durent plus de 2 jours, consulter un médecin.

Ne pas employer avec des enfants de moins 3 ans, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

Travail TRAMIL15
La DL50 de la feuille, administrée par voie orale au rat, est de 11,12 ± 0,94 g/kg (poids exprimé en g de matière végétale sèche). Au cours de l'essai chronique, on n'a pas observé de signes évidents de toxicité ni de lésions macroscopiques sur les rein, foie et moelle osseuse à la nécropsie.

Travail TRAMIL20
L’extrait aqueux (décoction) lyophilisé de plante entière congelée (2 g/kg), par voie orale (5 jours consécutifs/semaine/70 jours) à 20 souris albinos mâles, n’a pas entraîné la mort. Cependant, 80% des animaux ont présenté divers signes de toxicité : diminution du réflexe de redressement et d’érection pilomotrice 24 heures après le début du traitement, diminution de l’activité préhensile antéro-postérieure et de la réaction d’alarme à partir du 10ème jour, inflammation oculaire et apparition de nodosités dans la zone du cou à partir du 29ème jour. Toutes ces manifestations ont perduré jusqu’à la fin de l’expérience. On a constaté une hypothermie chez 50% des animaux. La glycémie sanguine, le taux d’hématocrite, la tolérance au glucose et la sensibilité à l’insuline n’a pas significativement varié dans le groupe traité par rapport au groupe témoin.

Travail TRAMIL21
L’extrait aqueux (décoction à 70 mg/mL) lyophilisé de plante entière, (1 g/kg/jour/70 jours consécutifs) par voie orale à la souris Hsd:ICR, (6 mâles et 6 femelles), modèle OECD 407 modifié par le LEBi, n’a pas montré de signes de toxicité et n’a pas induit de mortalité. Le témoin a été réalisé avec de l'eau distillée et désionisée (0,5 mL) sur 12 autres souris de mêmes caractéristiques. Au bout des 84 jours, aucune mortalité, signes évidents de toxicité ni signe histopathologique sur le foie, poumon, rein ni cœur n'a été observé.

Les extraits éthanoliques (90 et 95%) des parties aériennes et racine séchées, (1 g/kg) par voie orale à la souris, n’ont pas montré de signes de toxicité. Les mêmes extraits de racine sèche (50 mg/kg), par voie intraveineuse, n’a pas non plus montré de signes de toxicité9.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi médicinal avec des enfants, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

La plante contient des flavonoïdes, des saponines, des stérols, des triterpénoïdes, des tanins9; son huile essentielle est constituée principalement par : dodéc-2-trans-èn-1-al (59%) et dérivés, 2,4,5-triméthylbenzaldéhyde (37%) et dérivés, acide 2-méthyl-crotonique, formyl-triméthyl-cyclohexadiénol, cyménol, férurol, limonène10.

Les parties aériennes sont riches en calcium, fer, riboflavine et carotène11.

La feuille ne contient pas d’alcaloïdes12.

Travail TRAMIL13
L’extrait aqueux (décoction) de feuille (50%) par voie sous-cutanée administré au rat albinos traité au préalable avec de la levure de bière (15%) administrée par la même voie a montré une activité antipyrétique statistiquement significative, après comparaison avec le groupe témoin qui avait reçu du diclofénac.

Travail TRAMIL14
L’extrait aqueux (infusion) de feuille (10%) administré par voie orale au rat, a montré une activité antispasmodique.

Travaux TRAMIL15-16
L’extrait aqueux (décoction) de feuille séchée (250 mg/kg), par voie orale au rat Wistar mâle (200-250 g), modèle in vivo d’inflammation induite par la carraghénnine sur la patte a produit une diminution de l'œdème, la dose efficace réduisant 50% de l’inflammation (DE50) a été de 231,78 mg de résidu sec/kg, équivalente à 1,75 g de plante/kg.
Selon le modèle d'œdème induit par application topique d’acétate de tétradécanoïlphorbol (TPA) sur oreille de souris Swiss mâle (20-25 g), l'inhibition de l'œdème a été dose dépendante avec une DE50 de 9,88 mg de résidu sec/kg, équivalente à 0,075 g de plante/kg.
Enfin in vitro modèle de l’enzyme myélopéroxydase (MPO), l’inhibition dose dépendante a été moins significative.

L’extrait aqueux (décoction) de parties aériennes in vitro a induit une activité antipaludique sur Plasmodium gallinaceum17 et Plasmodium falciparum (100 µg/mL)18. L'extrait n’a pas inhibé la croissance d’Escherichia coli, de Salmonella typhi ni de Shigella flexneri19.

Pharmacopée: 

v3

Références :  

1 OCAMPO R, 1988
Encuesta TRAMIL (Costa atlántica), Instituto de Desarrollo Agrario, Universidad de Costa Rica, San José, Costa Rica.

2 CHARLES C, 1988
TRAMIL survey. Movement for Cultural Awareness MCA, Roseau, Dominica.

3 JEAN-PIERRE L, 1988
TRAMIL survey. St. Lucia National Herbarium, Castries, St. Lucia.

4 LONGUEFOSSE JL, NOSSIN E, 1990-95
Enquête TRAMIL. Association pour la valorisation des plantes médicinales de la Caraïbe AVPMC, Fort de France, Martinique.

5 DELAIGUE J, 2005
TRAMIL survey. PRDI, Tobago House of Assembly, Scarborough, Tobago.

6 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984
Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

7 LAGOS-WITTE S, 1988-1995
Encuestas TRAMIL. Laboratorio de Histología Vegetal y Etnobotánica, Departamento de Biología, Universidad Nacional Autónoma de Honduras UNAH, Tegucigalpa, Honduras.

8 WENIGER B, 1987-88
Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

9 FORGACS P, JACQUEMIN H, MORETTI C, PROVOST J, TOUCHE A, 1983
Etude phytochimique et activités biologiques de 18 plantes de la Guyane Française. Plantes Médicinales Phytothér 17(1):22-32.

10 WONG K, FENG M, SAM T, TAN G, 1994
Composition of the leaf and root oils of Eryngium foetidum L. J Essent Oil Res 6(4):369-374.

11 MUNSELL H, WILLIAMS LO, GUIL LP, TROESCHER CB, NIGHTINGALE G, HARRIS RS, 1950
Composition of food plants of Central America. IV: El Salvador. Food Res 15(4):263-296.

12 ARBAIN D, CANNON JR, AFRIASTINI, KARTAWINATA K, DJAMAL R, BUSTARI A, DHARMA A, ROSMAWATY H, SJAFAR M, SJAIFUL, NAWFA R, KOSELA S, 1989
Survey of some West Sumatran plants for alkaloids. Econ Bot 43(1):73-78.

13 HERRERA J, 1992
Determinación de parámetros farmacológicos usados en medicina tradicional popular en la Cuenca del Caribe. Departamento de Farmacología, Facultad de Salud, Universidad del Valle, Cali, Colombia.

14 SARAVIA A, 1992
Estudios sobre plantas TRAMIL. Departamento de Farmacología, Universidad de San Carlos, Guatemala, Guatemala.

15 GARCIA D, SAENZ T, 1995
Toxicidad aguda de algunas plantas TRAMIL. Informe TRAMIL. Farmacognosia, Facultad de Farmacia, Universidad de Sevilla, Sevilla, España.

16 SAENZ MT, FERNANDEZ MA, GARCIA MD 1997
Anti-inflammatory and analgesic properties from leaves of Eryngium foetidum L. (Apiaceae). Phytother Res 11:380-383.

17 SIMON O, SINGH N, 1986
Demonstration of anticonvulsant properties of an aqueous extract of spirit weed (Eryngium foetidum). Wi Med J 35(2):121-125.

18 SAUVAIN M, 1989
Etude des plantes antiparasitaires du plancton des Guyanes en Amazonie : antipaludiques et antileishmanioses (Thèse de Doctorat). Université Paris-Sud, Paris, France.

19 CACERES A, SAMAYOA B, 1989
Tamizaje de la actividad antibacteriana de plantas usadas en Guatemala para el tratamiento de afecciones gastrointestinales. Guatemala, Guatemala: Dirección General de Investigaciones, Universidad de San Carlos (DIGI-USAC).

20 GARCIA GM, COTO MT, GONZALEZ CS, PAZOS L, 1996
Toxicidad sub-crónica, en ratones, del extracto acuoso de la planta entera de Eryngium foetidum. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBi, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

21 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, QUIROS S, 2004
Toxicidad oral, subcrónica en ratones, dosis repetidas, del extracto acuoso de planta entera de Eryngium foetidum. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBi, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.