Eucalyptus sp.

Famille : 

Distribution géographique

Originaires d’Australie, cultivés dans les régions tropicales du continent américain.

Description botanique

En Amérique de nombreusesespèces ont été introduites, presque toutes utilisées indistinctement dans la médecine populaire. Leur identification taxinomique est difficile, d’autant qu’il existe des facteurs d’hybridation; c’est pourquoi nous ne présenterons pas de description détaillée.

Eucalyptus spp. sont des arbres dont la hauteur peut atteindre 40 m. Tronc droit, écorce lisse et squameuse. Feuilles simples, alternes et aromatiques.

Voucher(s)

Ochoa,265,HPMHV (E. tereticornis) Ríos,400,CECALLI (E. camaldulensis) Mercado,3,CIMCZA (E. cinerea) TramilCol,21890,CUCV (E. globulus)

grippe :

feuille, décoction ou infusion avec de la cannelle, voie orale1-2

toux :

feuille, décoction ou infusion, voie orale1

Contre la grippe et la toux :

préparer une décoction ou une infusion avec 5-10 grammes de feuilles séchées ou 30-40 grammes de feuilles fraîches (15-20 feuilles) dans 1 litre (4 tasses) d’eau22.

Pour la décoction, faire bouillir au moins 10 minutes, dans un récipient couvert; pour l’infusion, verser l’eau bouillante sur les feuilles, couvrir et laisser refroidir. Filtrer et boire 1 tasse 3 fois par jour3,23.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre la grippe et la toux est classé REC sur la base de l’emploi significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et l’information scientifique publiée.

Si l’état du patient se détériore ou si la toux dure plus de 5 jours, consulter un médecin.

Eviter son ingestion en cas d’inflammation gastro-intestinale, des voies biliaires ou de maladie hépatique sévère3.

Ne pas appliquer de préparations contenant de l’huile essentielle sur le visage des enfants de moins de 3 ans, car cela peut induire des spasmes de la glotte et/ou des bronches, et même la mort par asphixie3.

Ne pas employer avec des enfants de moins de 3 ans, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

L’extrait éthanol-eau (1:1) de parties aériennes séchées d’Eucalyptus globulus administré par voie intrapéritonéale à la souris a montré une DL50 = 562 mg/kg15.

L’extrait éthanol-eau (1:1) de feuille d’Eucalyptus citriodora administré par voie intrapéritonéale à la souris a atteint une DL50 supérieure à 1 g/kg16.

L’huile essentielle d’Eucalyptus globulus administrée par voie orale au rat a atteint une DL50 = 4,44 g/kg17.

L’huile essentielle d’Eucalyptus citriodora administrée par voie orale à des rats a montré une DL50 supérieure à 5 g/kg; et par voie sous-cutanée à des lapins une DL50 = 2,48 g/kg18.

L’huile essentielle d’Eucalyptus melliodora administrée par voie sous-cutanée (135 mg/kg) à des souris gravides (6-15 jours de gestation) n’a pas été tératogène in vivo; l’huile essentielle d’Eucalyptus globulus avec la même dose et sur le même modèle n’a pas exercé d’action abortive ni tératogène19.

L’ingestion de l’huile essentielle d'Eucalyptus globulus peut causer une irritation intestinale, des cas de mort par dépression respiratoire ont été constatés après l’ingestion de 4-24 mL (équivalents à 4-24 g d’huile essentielle)20.

L’huile essentielle d'Eucalyptus globulus administrée par inhalation en vaporisations s’est révélée sans danger pour l’être humain adulte; cependant, on a rapporté le cas d’un enfant pour lequel l’application locale dans le bain a provoqué une irritation et des brûlures de la peau21.

La feuille en infusion ou dans d’autres préparations médicinales peut produire nausées, vomissements et diarrhée3.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi sur des enfants, ni sur des femmes enceintes ou allaitantes.

La feuille a été amplement étudiée et contient, entre autres composants, de l’huile essentielle (1-3%) : eucalyptol (cinéol), présent à côté d’une ample gamme d’autres mono, di et sesquiterpènes dont la concentration et le type se modifient d’une espèce à l’autre, comme le 1,8-cinéol, r-cymène, limonène, pinène, entre autres4-5. Elle contient aussi des flavonoïdes : eucalyptine6 et tanins7, qui ont une distribution très spécifique suivant les espèces.

L’extrait aqueux de feuille d’Eucalyptus globulus a montré une activité antimicrobienne in vitro contre Escherichia coli (0,07 mg/mL), Staphylococcus aureus (0,09 mg/mL et 0,4 mg/mL), Bacillus subtilis (0,8 mg/mL) et Enterococcus faecalis (1,3 mg/mL)8.

L’extrait par l’éther de feuille (non dilué) a été actif in vitro contre Strongyloides stercoralis, Ancylostoma caninum et Ancylostoma duodenale9.

La "Commission E" d’Allemagneapprouve l’emploi oral de préparations aqueuses à base de feuilles contre le rhume3.

L’huile essentielle à 0,25% en application locale sur une peau saine de souris, a produit un effet analgésique au bout de 2 heures10.

On attribue à l’eucalyptol (cinéol) des propriétés antiseptique et balsamique11; employé de façon externe et interne, c’est un expectorant12.

On attribue au menthol et au camphre la propriété de provoquer une sensation de rafraîchissement sur la muqueuse nasale13.

On attribue au 1,8-cinéol une action contre le rhume et la toux, ainsi qu’une activité bactéricide, expectorante et calmante; et au pinène une activité antiseptique, bactéricide et expectorante14.

Références :  

1 LAGOS-WITTE S, 1988-89, 1996 Encuesta TRAMIL. Laboratorio de Histología Vegetal y Etnobotánica, Dep. de Biología, Universidad Nacional Autónoma de Honduras UNAH, Tegucigalpa, Honduras.

2 GOMEZ H, GAITAN R, DIAZ F, 2003 Encuesta TRAMIL (Norte del departamento de Bolívar). Grupo de Productos Naturales, Facultad de Ciencias Químicas y Farmacéuticas. Universidad de Cartagena, Cartagena de Indias, Colombia.

3 PDR for Herbal Medicines, 2003 Eucalyptus globulus. The PDR® for Herbal Medicines, PDR Electronic Library, Medical Economics Company, PhytoPharm US Institute for Phytopharmaceuticals, Metuchen, USA, Feb.28,2003. URL: http://www.mdcc.edu/medical/library/catalog2.htm

4 SOOD VK, RIER JR JP, GHOSH RC, 1987 A gas-liquid chromatograph analysis of oil from young and old leaves of Eucalyptus citriodora Hooker. Parfuem Kosmet 68(8):495-498.

5 FERNANDEZ RR, SURI RK, 1981 Studies on the oil of Eucalyptus citriodora Hook, grown at Dehra Dun. Indian Forestry 107(4):243-248.

6 SHEN YB, YU Z, 1986 Chemical constituents of Eucalyptus citriodora leaves. Part I. Linchan Hua Hsueh Yu Gong Yi 6(3):28-31.

7 ATAL CK, SRIVASTAVA JB, WALI BK, CHAKRAVARTY RB, DHAWAN BN, RASTOGI RP, 1978 Screening of Indian plants for biological activity. Part VIII. Indian J Exp Biol 16:330-349.

8 BRANTNER A, GREIN E, 1994 Antibacterial activity of plant extracts used externally in traditional medicine. J Ethnopharmacol 44(1):35-40.

9 GILBERT B, MORS W, BAKER P, TOMASSINI T, COULART E, DE HOLANDA J, RIBEIRO DA COSTA J, LOPES J, DOS SANTOS FILHO D, SARTI S, TURCO A, 1972 Anthelminthic activity of essential oils and their chemical components. An Acad Brasil Cienc Suppl 44:423-428.

10 MEYER F, MEYER E, 1959 Percutaneous absorption of essential oils and their constituents. Arzneim-Forsch 9(8):516-519.

11 PARIS R, MOYSE H, 1981 Précis de Matière Médicale. Paris, France: Ed. Maloine.

12 GARNIER G, BEZANGER-BEAUQUESNE L, 1961 Ressources médicinales de la flore française. Paris, France: Ed. Vigot Frères.

13 BURROW A, ECCLES R, JONES A, 1983 The effects of camphor, eucaliptus and menthol vapour on nasal resistance to airflow and nasal sensation. Acta Otolaringol (Stockholm) 96(1-2):157-161.

14 DUKE J, 1992 Handbook of biologically active phytochemicals and their bioactivities. Boca Raton, USA: CRC Press.

15 ASWAL B, BHAKUNI D, GOEL A, KAR K, MAHROTRA B, MUKHERJEE K, 1984 Screening of Indian plants for biological activity: Part X. Indian J Exp Biol 22(6):312-332.

16 DHAR ML, DHAR MN, DHAWAN B, MEHROTRA B, SRIMAL R, TANDON J, 1973 Screening of Indian plants for biological activity: Part IV. Indian J Exp Biol11:43-54.

17 DUKE J, 1977 Phytotoxin tables. Crc Crit Rev Toxicol 5:189-237.

18 ANON, 1988 Eucalyptus citriodora oil. Food Chem Toxicol 26(4):323.

19 PAGES N, FOURNIER G, LE LUYER F, MARQUES M, 1990 The essential oils and their potential teratogenic properties: Example of the essential oils ofEucalyptus globulus preliminary study with mice. Plant Med Phytother24(1):21-26.

20 DUKE J, 1988 Handbook of Medicinal Herbs. Boca Raton, USA: CRC Press.

21 SPOERKE DG, VANDENBERG SA, SMOLINSKE SC, KULIG KK, RUMACK BH, 1989 Eucaliptus oil, 14 cases of exposure. Vet Hum Toxicol 31(2):166-168.

22 CARBALLO A, 1995 Cálculo de concentración y dosis de las drogas vegetales TRAMIL: Mensuraciones farmacognósticas y aproximaciones técnico-clínicas. Laboratorio Provincial de Producción de Medicamentos, Sancti Spiritus, Cuba.

23 KOSSMANN I, VICENTE C, 1992 Salud y plantas medicinales. Buenos Aires, Argentina: Editorial Planeta Tierra. p113-115.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.