Eclipta adpressa

nom scientifique : 
Eclipta adpressa Moench
synonyme : 
Eclipta prostrata (L.) L.
Famille : 

Distribution géographique

Apparemment originaire du Nouveau Monde, actuellement largement répartie dans les champs de culture des deux hémisphères.

Description botanique

Herbe dressée ou rampante, annuelle ou à vie courte. Feuilles opposées, simples, de presque 7 cm de longueur, elliptiques à lancéolées, effilées à la pointe. Inflorescences terminales parfois axillaires; petits capitules de 3-9 mm, transversalement disposés en rayons, bractées involucrées 8-9, imbriquées; fleurs blanches. Akène dont la surface supérieure et inférieure est compressée, formant des angles très nets, légèrement ailé.

Voucher(s)

FLORPAN,1932,PMA

rhume :

rameaux avec feuilles, décoction ou infusion, voie orale1

Contre le rhume :

Se référer à l'usage rapporté au chapitre Emplois traditionnels significatifs TRAMIL, les informations scientifiques disponibles ne permettant pas de définir un dosage plus précis.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre le rhume est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et l’information scientifique publiée.

L’extrait hydroalcoolique (50%) de plante entière, administré par voie intrapéritonéale à la souris, a montré une dose maximum tolérée de 1 g/kg23.

Un extrait de parties aériennes séchées administré oralement à la souris (0,2 mg/jour/90 jours) n’a pas eu d’action hépatotoxique61.

L’extrait éthanolique (95%) de parties aériennes séchées, administré par voie orale et intrapéritonéale à la souris (2 g/kg), n’a pas eu d’effet toxique général40,61.

L’extrait hydroalcoolique (1:1) de parties aériennes séchées, administré oralement (100 mg/kg), n’a pas eu d’effet anti-implantation ni embryotoxique sur le rat femelle62.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi avec des enfants, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

 

La feuille contient des coumarines : wédélolactone2, déméthyl-wédélolactone et dérivés3.

La partie aérienne a été amplement étudiée et contient, entre autres composants, des triterpènes : b-amyrine, glucoside de l’acide triterpénique4; des flavonoïdes : apigénine5, cinnaroside4; des composés sulfurés : dithiényl-(2,2')-5-hydroxy-méthyl-5'-(but-3-en-1-inil), des acides angélique, butyrique, sénécique ainsi que tiglique et dérivés6-10.

La racine a été amplement étudiée et contient, entre autres composants, des alcanes : hentriacontan-1-ol, heptacosan-14-ol11; des composés sulfurés6-8,10,12.

La plante entière contient des alcaloïdes : nicotine13 et des stéroïdes : stigmastérol14.

Analyse proximale pour 100 g de graine15 : eau : 0%; protéines : 15,6%; lipides : 13,1%.

L’extrait méthanolique de plante entière (1,25 mg/mL) a été cytotoxique in vitro contreCA-Ehrlich-ascites16. L’extrait aqueux de parties aériennes séchées (500 µg/mL) n’a pas eu d’activité cytotoxique in vitro contre des cellules CA-mamma-microalvéolaire17.

L’extrait éthanolique (60%) (10 mg/mL) n’a pas présenté d’inhibition de la DNA polymérase18. L’extrait d’hexane de feuille et de tige séchées n’a pas montré d’activité coagulante, fibrinolytique, ni stimulante d’agrégation plaquettaire19.

Les extraits aqueuxet chloroformique de feuille et de tige séchées ont inactivé l’antigène superficiel de l’hépatite B20. L’extrait aqueux de feuille séchée (200 µg/mL) n’a pas inhibé la protéase du HIV21.

Le jus de feuille crue a montré une faible activité contre le "bean common mosaic virus" (BCMV)22. L’extrait hydroalcoolique (1:1) de plante entière (50 µg/mL), in vitro, a présenté une faible activité antivirale contre Ranikhet23.

L’extrait éthanolique (95%) de plante entière séchée (10 mg/mL)in vitro, a montré une faible activité antivirale contre Herpes simplex 224. La décoction (100 mg/mL) a été active contre Herpes simplex 125.

Les extraits aqueux, éthanolique (95%) et d’hexane de feuille séchée (10 mg/kg), ont été inactifs in vitro commeantihelmintiques et comme antimicrobiens contre Corynebacterium diphtheriae, Staphylococcus aureus, Streptococcus pneumoniae, S. pyogenes et S. viridans26.

L’extrait éthanolique (95%) a été actif contre Staphylococcus albus (100 µg/disque), Escherichia coli (250 µg/disque), Shigella flexneri (250 µg/disque),Staphylococcus aureus (30 µg/disque), mais pas contreProteus vulgaris (250 µg/disque). A une concentration de 500 µg/disque, l’extraita été inactif contre Klebsiella pneumoniae, Proteus mirabilis,Pseudomonas aeruginosa, Salmonella paratyphi A, S. paratyphi B, S. paratyphi C, S. typhi, Staphylococcus citreus, Shigella boydii, S. dysenteriae, S. schmitzii et S. sonne27.

Les extraits chloroformique et méthanolique de feuille séchée ont été actifs contre Bacillus subtilis, Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa et Staphylococcus aureus28.

L’extrait éthanolique (95%) de plante entière séchée (50 mg/mL) a été inactif in vitro contre Bacillus subtilis, Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus, Aspergillus niger et Candida albicans29.

Les extraits aqueux, éthanolique (95%) et d’hexane de feuille séchée ont été inactifs contre Microsporum canis, M. gypseum, Phialophora jeanselmei, Piedraia hortae, Trichophyton mentagrophytes etcontre Candida albicans et C. tropicalis (10 mg/m)26.

L’extrait éthanolique (95%) du bourgeon frais a eu une activité antifongique contre Helminthosporium turcicum, mais l’extrait aqueux a été inactif30.

L’extrait éthanolique (80%) de parties aériennes séchées (1 mg/mL),in vitro, n’a pas été actif contre Mycobacterium smegmatis ni contre Candida albicans31.

L’extrait hydroalcoolique (50%) de parties aériennes séchées (100 µg/mL) a été inactif comme antiprotozoaire contre Plasmodium berghei32.

L’extrait aqueux de racine et de tige fraîches a exercé une activité ovicide sur Sitotroga cerealella (DE50 = 25%)33.

Les extraits éthanolique et d’hexane de feuille séchée ont révélé une activité molluscicide contreBiomphalaria glabrata34.

L’extrait aqueux de feuille, à différentesconcentrations, a montré une forte activité nématicidecontre Meloidogyne incognita35.

La décoction de plante entière (10 mg/mL) a été inactive comme nématicide contre Toxocara canis36.

La décoction de plante entière séchée, administrée oralement à la souris (500 mg/kg), n’a pas présenté d’activité analgésique, anticholinérgique, anticonvulsive, ni de réduction de l’activité spontanée ou d’effet sédatif. En revanche, elle a montré une activité antipyrétique37.

Les extraits d’éther de parties aériennes séchées (0,5 mg/animal), éthanolique (40%) (2,5 mg/animal) et éthanolique (95%) (1,8 mg/animal), administrés par voie intrapéritonéale à la souris, ont eu un effet antivenimeux. L’extrait d’hexane (2,3 mg/animal) n’a pas montré cette action. L’extrait aqueux (8,5 µg/mL et 250 µg/g) a inhibé la créatinine kinase au niveau du muscle squelettique de souris38.

La décoction de la plante entière séchée, administrée par voie intrapéritonéale à la souris (1 g/kg), a présenté une activité hémostatique39.

L’extrait éthanolique (95%) de parties aériennes séchées, administré oralement à la souris, a mis en évidence une diminution du temps de sommeil induit par les barbituriques pour une DE50 de 156,7 mg/kg40.

Les parties aériennes séchées (500 mg/kg)41, l’extrait hydroalcoolique (1:1)42 administrés oralement au rat mâle, et l’extrait éthanolique (95%) administré oralement à la souris (62,5 et 175,9 mg/kg)40, ont présenté une activité antihépatotoxique.

Un extrait de plante, combiné avec Berberis aristata, Picrorhiza kurroa et Embelia ribes, administré oralement, a montré une activité antihépatotoxique sur le rat43.

Les extraits aqueux, de tétrachlorure de carbone, chloroformique et d’éther issus de parties aériennes séchées administrés par voie intrapéritonéale (500 mg/kg), et méthanolique (250 mg/kg) ont stimulé la phosphatase alcaline, laglutamato-pyruvato-transaminase (GPT), laglutamato-oxaloacétato-transaminase (GOT), et ont élevé la bilirubine plasmatique chez le rat44.

Les parties aériennes séchées, administrées oralement au rat mâle (500 mg/kg et 1,5 g/kg), ont inhibé l’alanine aminotransférase et la gamma-glutamil transpeptidase, et elles ont présenté une activité anti-inflammatoire41.

La plante administrée oralement au rat (50 mg/kg) n’a pas démontré d’activité hypolipémiante45.

La décoction de la tige a faiblement stimulé l’utérusde rate gravide, mais n’a pas présenté d’effet stimulateur sur l’utérus non gravide46. L’extrait aqueux de racine n’a pas induit de stimulation utérine chez le rat femelle47.

L’extrait aqueux de parties aériennes séchées, administré par voie intramusculaire et intraveineuse (50 µg/mL), a présenté un effet antivenimeux chez le rat et la souris48.

Le jus de feuille séchée administré oralement a inhibé l’alanine aminotransférase et la phosphatase alcaline chez le cobaye avec une hépatotoxicité induite par le chloroforme, mais aucun effet n’a été observé surle cobaye normal49.

L’extrait aqueux de feuille n’a pas eu d’effet stimulant sur des cobayes femelles non gravides50.

L’extrait hydroalcoolique (1:1) de parties aériennes séchées a montré une activité antispasmodique sur iléon de cobaye23,51 et de lapin51.

La décoction de parties aériennes séchées (10 mg/mL) n’a pas entraîné l’inhibition dufacteur activateur d’union plaquettaire chez le lapin52.

On n’a pas observé de cytotoxicité contre des cellules CA-9KB (20 µg/mL). Administrée par voie intraveineuse (50 mg/kg), elle a induit une hypotension chez le chien23.

L’extrait méthanolique de plante entière séchée a inhibé la 5-lipoxygénase chez le porc (CI50 = 2 µg/mL)53.

L’extrait éthanolique (95%) sur un être humain adulte (1 mg/mL) a montré un effet stabilisant de membrane. Les extraits aqueux et éthanolique (95%) (0,4 mg/mL) ont inhibé la phospholipase44.

La plante entière séchée, administrée oralement54 et par voie rectale55 ainsi que la gomme56, ont été actives à des doses variablescomme anti-inflammatoires chez l’être humain adulte.

La plante entière séchée, administrée oralement (50 mg/kg)57et (500 mg/personne)58, a présenté une activité antihépatotoxique chez l’adulte. Elle a été active comme antiviral contre l’hépatite59.

La plante entière séchée administrée oralement a présenté une activité antivirale sur l'être humain adulte60.

Références :  

1 SOLIS P, CORREA M, GUPTA M, 1995
Encuesta TRAMIL (Comunidades afro-caribeñas). Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

2 GOVINDACHARI T, NAGARAJAN K, PAI B, 1956
Wedelolactone from Eclipta alba. J Sci Ind Res-B 15:664-665.

3 BHARGAVA K, KRISHNASWAMY N, SESHADRI T, 1970
Isolation of demethyl wedelolactone and its glucoside from Eclipta alba. Indian J Chem 8(7):664-665.

4 SARG T, ABDEL SALAM N, EL-DOMIATY M, KHAFAGY S, 1981
The steroid, triterpenoid and flavonoid constituents of Eclipta alba (L.) Hassk. (Compositae) grown in Egypt. Sci Pharm 49:262-264.

5 WAGNER H, GEYER B, KISO Y, HIKINO H, RAO G, 1986
Coumestans as the main active principles of the liver drugs Eclipta alba and Wedelia calendulacea-1. Planta Med 5:370-374.

6 BOHLMANN F, ZDERO C, 1970
Polyacetylene compounds. Part 173. Constituents of Eclipta erecta. Chem Ber 103:834-841.

7 SINGH P, 1988
Naturally-occuring thiophene derivatives from Eclipta species. Bioact Mol 7:179-186.

8 SINGH P, SHARMA A, JOSHI K, BOHLMANN F, 1985
A further dithienylacetylene from Eclipta erecta. Phytochemistry 24(3):615-616.

9 KRISHNASWAMY N, SESHADRI T, SHARMA B, 1966
Synthesis of alpha-terthienylmethanol, a component of Eclipta alba. Curr Sci 35(21):542.

10 JAIN S, SINGH P, 1988
A dithienylacetylene ester from Eclipta erecta Linn. Indian J Chem Ser B27(1):99-100.

11 SIKRORIA BC, SRIVASTAVA SJ, NIRANJAN GS, 1982
Phytochemical studies on Eclipta alba. J Indian Chem Soc 59 (7):905.

12 SINGH P, BHARGAVA S, 1992
A dithienylacetylene ester from Eclipta erecta. Phytochemistry 31(8):2883-2884.

13 PAL S, NARASIMHAM N, 1943
The alkaloid inEclipta alba (Hassk). J Indian Chem Soc 20:181.

14 ZOU J, UCHIYAMA M, 1993
Chemical constituents of yerbadetajo (Eclipta prostrata). Chung Ts'ao Yao 24(4):174-176.

15 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986
Handbook of proximate analysis tables of higher plants. Boca Raton, USA: CRC Press. p67.

16 KOSUGE T, YOKOTA M, SUGIYAMA K, YAMAMOTO T, NI M, YAN S, 1985
Studies on antitumor activities and antitumor principles of Chinese herbs. I. Antitumor activities of Chinese herbs. Yakugaku Zasshi 105(8):791-795.

17 SATO A, 1989
Studies on anti-tumor activity of crude drugs. I. The effects of aqueous extracts of some crude drugs in short-term screening test. Yakugaku Zasshi 109(6):407-423.

18 GHISALBERTI E, SKELTON B, WHITE A, 1995
Structural study of torquatone, an acylphloroglucinol derivative from Eucalyptus species. Aust J Chem 48(10):1771-1774.

19 TRIRATANA T, PARIYAKANOK P, SUWANNURAKS R, NAENGCHOMNOG W, 1988
The study of medicinal herbs on coagulation mechanism. J Dent Assoc Thai 38(1):25-30.

20 THYAGARAJAN S, THIRUNEELAKANTAN K, SUBRAMANIAN S, SUNDARAVELU T, 1982
In vitro inactivation of hbsag by Eclipta alba Hassk and Phyllanthus niruri Linn. Indian J Med Res 76S:124-130.

21 KUSUMOTO I, NAKABAYASHI T, KIDA H, MIYASHIRO H, HATTORI M, NAMBA T, SHIMOTOHNO K, 1995
Screening of various plant extracts used in Ayurvedic medicine for inhibitory effects on human immunodeficiency virus type 1 (HIV-1) protease. Phytother Res 9(3):180-184.

22 RIPATHI R, TRIPATHI R, 1982
Reduction in bean common mosaic virus (bcmv) infectivity vis-a-vis crude leaf extract of some higher plants. Experientia38(3):349-349.

23 DHAR ML, DHAR MM, DHAWAN BN, MEHROTRA BN, RAY C, 1968
Screening of Indian plants for biological activity: part I. Indian J Exp Biol 6:232-247.

24 MINSHI Z, 1989
An experimental study of the anti-hsv II action of 500 herbal drugs. J Trad Chinese Med 9(2):113-116.

25 ZHENG M, 1988
An experimental study of antiviral action of 472 herbs on Herpes simplex virus. J Trad Chin Med 8(3):203-206.

26 AOVI S, KHAN M, VOHORA S, 1991
Anti-bacterial, anti-fungal and anthelmintic investigations on Indian medicinal plants. Fitoterapia 62(3):221-228.

27 HADKE S, KULKARNI S, 1989
Screening of in vitro antibacterial activity of Terminalia chebula, Eclapta alba and Ocimum sanctum. Indian J Med Sci 43(5):113-117.

28 FAROUK A, BASHIR A, SALIH A, 1983
Antimicrobial activity of certain Sudanese plants used in folkloric medicine. Screening for antibacterial activity (I). Fitoterapia 54(1):3-7.

29 VERPOORTE R, DIHAL P, 1987
Medicinal plants of Surinam. IV. Antimicrobial activity of some medicinal plants.

J Ethnopharmacol 21(3):315-318.

30 NENE Y, THAPLIYAL P, KUMAR K, LABDEV, 1968
Screening of some plant extracts for antifungal properties. J Sci Tech B 6(4):226-228.

31 AL-SHAMMA A, MITSCHER L, 1979
Comprehensive survey of indigenous Iraqi plants for potential economic value. I. Screening results of 327 species for alkaloids and antimicrobial agents. J Nat Prod 42:633-642.

32 MISRA P, PAL N, GURU P, KATIYAR J, TANDON J, 1991
Antimalarial activity of traditional plants against erythrocytic stages of Plasmodium berghei. Int J Pharmacog 29(1):19-23.

33 MISHRA A, DOGRA J, SINGH J, JHA O, 1979
Post-coital antifertility activity of Annona squamosa and Ipomoea fistulosa. Planta Med 35:283-285.

34 MENDES N, PEREIRA N, DE SOUZA C, LIMA DE OLIVEIRA M, 1984
Preliminary laboratory studies for the verification of molluscicidal activity of several species from the Brazilian flora. Rev Saude Publ Sao Paulo 18:348-354.

35 IJAYALAKSHIMI K, MISHRA S, PRASAD S, 1979
Nematicidal properties of some indigenous plant materials against second stage juveniles of Meloidogyne incognita (Koffoid and White) Chitwood. Indian J Entomol 41(4):326-331.

36 KIUCHI F, HIOKI M, NAKAMURA N, MIYASHITA N, TSUDAY, KONDO K, 1989
Screening of crude drugs used in Sri Lanka for nematocidal activity on the larva of Toxocaria canis. Shoyakugaku Zasshi 43(4):288-293.

37 DEBELMAS A, HACHE J, 1976
Toxicity of several medicinal plants of Nepal including some behavioral and central nervous system effects. Plant Med Phytother 10:128-138.

38 MORS WB, DO NASCIMENTO MC, PARENTE JP, DA SILVA MH, MELO PA, SUAREZ-KURTZ G, 1989
Neutralization of lethal and myotoxic activities of South American rattlesnake venom by extracts and constituents of the plant Eclipta prostrata (Asteraceae). Toxicon27(9):1003-1009.

39 KOSUGE T, YOKOTA M, YOSHIDA M, OCHIAI A, 1981
Studies on antihemorrhagic principles in the crude drugs for hemostatics. I. On hemostatic activities of the crude drugs for hemostatics. Yakugaku Zasshi 101:501-503.

40 SINGH B, SAXENA K, CHANDAN B, AGARWAL S, BHATIA M, ANAND K, 1993
Hepatoprotective effect of ethanolic extract of Eclipta alba on experimental liver damage in rats and mice. Phytother Res 7(2):154-158.

41 CHANDRA T, SADIQUE J, SOMASUNDRARAM S, 1987

Effect of Eclipta alba on inflammation and liver injury. Fitoterapia 58(1):23-32.

42 SAXENA A, SINGH B, ANAND K, 1993
Hepatoprotective effects of Eclipta alba on subcellular levels in rats. J Ethnopharmacol 40(3):155-161.

43 VAISHWANAR I, KOWALE C, JIDDEWAR G, 1976
Effect of two Ayurvedic drugs Shilajeet & Eclinol on changes in liver & serum lipids produced by carbon tetrachloride. Indian J Exp Biol 14:58.

44 SHARMA A, SINGH R, SEHGAL V, HANDA S, 1991
Antihepatotoxic activity of some plants used in herbal formulations.

Fitoterapia 62(2):131-138.

45 KHANNA A, CHANDER R, KAPOOR N, 1991
Hypolipidemic activity of abana in rats. Fitoterapia 62(3):271-274.

46 MISRA M, MISHRA S, MISRA R, 1969
Screening of a few indigenous abortifacients. J Indian Med Assoc 52:535.

47 DHAWAN B, SAXENA P, 1958
A preliminary report evaluation of some indigenous drugs for stimulant effect on the rat uterus. Indian J Med Res 46(6):808-311.

48 MELO P, NASCIMENTO M, MORS W, SUAREZ-KURTZ G, 1994
Inhibition of the myotoxic and hemorrhagic activities of crotalid venoms by Eclipta prostrata (Asteraceae) extracts and constituents. Toxicon 32(5):595-603.

49 KHIN MA-MA, NYUNT N, KHIN MAUNG TIN, 1978
The protective effect of Eclipta alba on carbon tetrachloride-induced acute liver damage. Toxicol Appl Pharmacol 45:723-728.

50 KAPUR RD, 1948
Action of some indigenous drugs on uterus. A preliminary note. Indian J Med Res 36:47.

51 GUPTA S, YADAVA JNS, TANDON JS, 1993
Antisecretory (antidiarrhoeal) activity of Indian medicinal plants against Escherichia coli enterotoxin-induced secretion in rabbit and guinea pig ileal loop models. Int J Pharmacog 31(3):198-204.

52 HAN B, YANG O, KIM Y, HAN Y, 1994
Screening of the platelet activating factor (paf) antagonistic activities on herbal medicines. Yakhak Hoe Chi 38(4):462-468.

53 WAGNER H, FESSLER B, 1986
In vitro 5-lipoxygenase inhibition by Eclipta alba extracts and the coumestan derivative wedelolactone. Planta Med 5:374-377.

54 DABRAL P, SHARMA R, 1983
Evaluation of the role of rumalaya and geriforte in chronic arthritis-a preliminary study. Probe 22(2):120-127.

55 AGRAWAL RC, KAPADIA LA, 1982
Treatment of piles with indigenous drugs-pilex tablets and ointment along with styplon. Probe 21(3):201-204.

56 VIJAYASARATHY V, SHARMA L, PRAKASH A, 1981
Indigenous drug treatment for hemorrhoids. Probe 20(4):285-287.

57 DIXIT S, ACHAR M, 1981
Study of bhringaraja (Eclipta alba) therapy in jaundice in children. J Sci Res Pl Med 2:96-100.

58 ANON 1982
A trial of bhringaraja ghanasatwavati on the patients of Kostha-shakhasrita Kamala (with special reference to hepatocellular jaundice). J Natl Integ Med Assoc 24(9):265-269.

59 SANKARAN J, 1984
An all India multicentric clinical survey on a herbal cure-tefroli for hepatitis. J Natl Integ Med Assoc 26(9):255-261.

60 DIXIT S, ACHAR M, 1979
Bhringaraja (Eclipta alba Linn.) in the treatment of infective hepatitis. Curr Med Pract 23(6):237-242.

61 JAYARAM S, THYAGARAJAN S, PANCHANADAM M, SUBRAMANIAN S, 1987
Anti-hepatitis-B virus properties of Phyllanthus niruri Linn. and Eclipta alba Hassk:in vitro and in vivo safety studies. Bio-Medicine 7(2):9-16.

62 PRAKASH A, PASALU I, MATHUR K, 1979
Ovicidal activity of Eclipta alba Hassk. (Compositae). Curr Sci 48:1090.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.