Bixa orellana

nom scientifique : 
Bixa orellana L.
synonyme : 
Bixa odorata Ruiz & Par. ex G. Don
Famille : 

Distribution géographique

Originaire du tropique américain, cultivée dans les régions tropicales.

Description botanique

Arbuste ou petit arbre pouvant atteindre 9 m, très ramifié. Feuilles alternes, ovalées, de 8 à 20 cm, acuminées, cordées à la base, entières. Inflorescence en panicules terminaux; fleurs de 4 à 5,3 cm de diamètre; pétales rosés ou blancs, courbes à largement ovales. Capsule ovalée à globuleuse-ovalée, de 3 à 4 cm, avec habituellement des épines molles. Graines avec un arille rouge.

Voucher(s)

Jiménez,21,121&1517,JBSD

brûlure :

graine écrasée, en application locale1

graine écrasée, frite dans de l'huile (de coco ou autre), en application locale1-2

L'arille autour de la graine de Bixa orellana constitue un colorant de consommation humaine relativement étendue.

Contre les brûlures :

•Travail TRAMIL22

Frire 10 grammes de graines écrasées dans 40 mL d'huile végétale et laisser refroidir.

Laver la lésion avec de l'eau bouillie et du savon, appliquer en quantité suffisante pour la zone affectée. Couvrir avec une compresse ou un linge propre et changer toutes les 12 heures.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l'information disponible :

L'emploi contre les brûlures est classé REC basé sur l'usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité, la validation et l'information scientifique publiée.

Limiter l'emploi traditionnel aux brûlures superficielles (lésion épidermique) peu étendues (moins de 10% de la surface corporelle) et localisées en dehors des zones à haut risque de complications comme la tête, les mains, les pieds et les organes génitaux. Employer la préparation uniquement pour une application superficielle.

Toute application topique doit obéir à de strictes mesures d'hygiène pour empêcher la contamination ou une infection supplémentaire.

L'ingestion de l'huile provenant de la graine peut provoquer des réactions d'hypersensibilité.

•Travail TRAMIL11

L'extrait aqueux brut lyophilisé de graine par voie intrapéritonéale (500 et 1000 mg/kg) doses exprimées en poids d'extrait sec à des rats femelles (160-180 g) sur le tamisage hypocratique a provoqué une diminution de l'activité motrice, une augmentation de la diurèse et des indices de diarrhée.

Travail TRAMIL26

La semilla (decocción), vía oral (5000 mg/kg/día) a 10 ratones Hsd: ICR (CD-1) de 25.30 ± 1.66 g (5 machos y 5 hembras) durante 5 días con 12 días adicionales de observación, no provocó mortalidad, según el protocolo EPA.OPPTS 870.1100. El control se realizó con agua (0.4 mL/20g de ratón) a otros 10 ratones de la misma cepa y características. Durante el ensayo ni en el periodo de observación posterior, se presentó mortalidad, ni se evidenció ningún signo de toxicidad (Test Polidimensional de Irwing). No se observaron cambios en los pesos corporales más que los normales en la curva de crecimiento. La autopsia macroscópica no evidenció alteraciones en los órganos.

Se hizo una medición de hematocrito antes de la administración y después de la última se observo una disminución que después del periodo de observación desapareció.

•Travail TRAMIL12

On a évalué l'effet des extraits aqueux et éthanolique de la graine (80%) sur le modèle de croissance tumorale (Molt-4) de lymphome humain et de fibroblastes humains L929 (cellules adhérentes). Les résultats ont indiqué une légère cytotoxicité avec les deux extraits, et une faible toxicité sur les fibroblastes (toxicité locale).

•Travail TRAMIL16

La graine par voie orale sur la souris a montré une DL50 = 1092 ± 202 mg/kg.

•Travail TRAMIL17

L'extrait aqueux lyophilisé et l'infusion lyophilisée de pétioles, en application topique (0,5%) à des lapins (0,5 mL x 5 cm2) pendant 72 heures, n'ont pas induit de changements évidents sur la peau. En application oculaire (0,5%) de 0,1 mL, ils n'ont pas induit de changements évidents sur la conjonctive; on a observé une lacrymation initiale.

•Travail TRAMIL23

L'extrait huileux de la graine écrasée (0,6 g frit dans 20 gouttes d'huile végétale), par voie topique (0.6 mL sur 6 cm2 de peau rasée), sur 3 lapines New Zealand, selon le modèle proposé par Draize, n'a pas provoqué d'œdème ni d'erythème durant les 72 heures d'observation.

•Travail TRAMIL24

L'extrait huileux de la graine sèche écrasée (0,6 g frit dans 20 gouttes d'huile végétale), par voie topique sur peau rasée (patch de 4 x 3 cm durant 24 heures), sur le rat Wistar (5 mâles et 5 femelles), selon le modèle de toxicité aigüe topique, n'a pas provoqué de mort ni d'autres signes de toxicité durant les 14 jours d'observation. L'étude hystopathologique n'a montré aucune lésion.

•Travail TRAMIL25

La feuille fraîche lyophylisée, par voie topique dans le sac conjonctival de l’oeil droit du lapin selon le modèle d’irritation occulaire, après observation de 72 heures, n’a provoqué aucune altération ni irritation.

L'extrait chloroformo-méthanolique (2:1) de graine (100 mg/disque) n'a pas été mutagénique sur les modèles de Salmonella thyphimurium (TA98 et TA100) avec ou sans activation métabolique, ni sur des cellules rénales de porc (LLC-PK-1) ni sur des cellules trophoblastiques placentaires18.

La racine par voie intrapéritonéale sur des souris mâles a montré une DL50 = 700 mg/kg19.

L'huile de graine séchée par voie orale (25 µL/personne) a eu des effets allergéniques sur des adultes, avec manifestations d'urticaire chronique et oedème angioneurotique20.

L'administration massive de graines a provoqué une pancréotoxicité et une hépatotoxicité avec hyperglycémie et une apparente augmentation du niveau d'insuline sur des chiens, la toxicité a diminué après administration de riboflavine21.

On ne dispose pas d'information garantissant l'innocuité de son emploi médicinal sur des enfants, des femmes enceintes ou allaitantes.

•Travail TRAMIL3

L'analyse chimique a été faite à partir de la graine. Le contenu en vitamine C s'obtient par iodométrie, le contenu en protéine par la méthode de Kjeldahl, celui en sucres totaux par colorimétrie, et celui en fer par absorption atomique. Les résultats ont été les suivants :

vitamine C :      0,05%

protéines : 6,61%

sucres totaux : 10,24%

fer :          0,08%

La graine a été amplement étudiée et contient, entre autres composants, des caroténoïdes :b-carotène4, bixine5, méthyl bixine6 et norbixine7 et autres dérivés8;des terpènes : dérivés du géranyl-géraniol, farnésyl acétone, tocotriénol9.

Analyse proximale de la graine10 : eau : 0%; protéines : 13,1%; lipides : 5%; cendres : 5,4%.

•Travail TRAMIL11

L'extrait aqueux de graine (0,1 µg/mL) a montré une activité anti-inflammatoire in vitro par inhibition (38%) de la prostaglandine synthétase. Une concentration de 0,88 mg/mL a inhibé la réponse (24%) dans le test d'agrégation de thrombocytes induite par le collagène.

L'extrait (0,2 mg/mL) sur iléon isolé de cobaye stimulé électriquement ou avec de l'histamine (0,102 µg/mL) a inhibé 17% de la motilité par histamine et 46% de celle causée par stimulation électrique, dans ce dernier cas avec une dose de 2 mg/mL.

L'extrait (1 g/kg) sur le modèle de l'œdème sur patte de rat induit par carragénine a diminué (de 22%) la réponse inflammatoire.

•Travail TRAMIL12

On a évalué l'effet des extraits aqueux et éthanolique de la graine (80%) sur des modèles expétimentaux (Molt-4) de cultures de cellules immunocompétentes, splénocytes et fibroblastes humains. Les résultats ont indiqué une légère stimulation de la prolifération des splénocytes induite par l'extrait aqueux et un effet immuno-stimulant significatif et dose dépendant par l'extrait éthanolique.

Les extraits éthanoliques de fruit et de feuille ont montré une activité antibactérienne in vitro sur Staphylococcus aureus et Escherichia coli13.

L'extrait aqueux et éthanolique de graine (200 µg/mL) sur des cultures de cellules de lymphome Molt-4 et après 72 heures d'incubation, ont diminué significativement la prolifération. La bixine (100 µg/mL) a montré une activité cytostatique significative sur le même modèle14.

L'extrait alcoolique (2 g/mL) par voie orale administré à des chiens a provoqué une légère hyperglycémie15.

Références :  

1 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984 Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

2 WENIGER B, 1987-88 Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

3GUPTA M, ESPOSITO AVELLA M, 1988 Evaluación química y farmacológica de algunas plantas medicinales de TRAMIL. CIFLORPAN, Universidad de Panamá, Ciudad de Panamá, Panamá.

4 ANGELUCCI E, ARIMA HK, KUMAGAI EA, 1980 Annatto. 1. Preliminary data of the chemical composition. Col Inst Technol Aliments 11:89-96.

5 TIRIMANA A, 1981 Study of the carotenoid pigments of Bixa orellana L. seeds by T.L.C. Mikrochim Acta 2:11-16.

6 MERCADANTE AZ, STECK A, PFANDER H, 1997 Isolation and structure elucidation of minor carotenoids from annatto (Bixa orellana L.) seeds. Phytochemistry 46(8):1379-1383.

7 CRAVEIRO AA, OLIVERIRA CLA, A-RAUJO FWL, 1989 The presence of geranil-geraniol in Bixa orellana Linn. Quim Nova 12(3):297-298.

8 MERCADANTE A, STECK A, PFANDER H, 1999 Three minor carotenoids from annatto (Bixa orellana) seeds. Phytochemistry 52(1):135-139.

9 JONDIKO IJO, PATTENDEN G, 1989 Terpenoids and an apocarotenoid from seeds of Bixa orellana. Phytochemistry 28(11):3159-3162.

10 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986 Handbook of proximate analysis tables of higher plants. Boca Raton, USA: CRC Press. p27.

11 SERRANO G, SANDBERG F, 1988 Actividad antiinflamatoria de Bixa orellana: informe preliminar. Universidad de Uppsala, Uppsala, Suecia.

12 WENIGER B, 1992 Etude sur Bixa orellana. Faculté de Pharmacie, Université de Strasbourg, Illkirch, France.

13 GEORGE M, PETALAI KM, 1949 Investigations on plant antibiotics. Part IV. Further search for antibiotic substances in Indian medicinal plants. Indian J Med Res 37:169-181.

14 WENIGER B, JIANG Y, OULAD-ALI A, ITALIANO L, BECK JP, ANTON R, 1993 Biological effects of bixin and Bixa orellana extracts on lymphoid cells in culture. Planta Med Suppl 59(7):A680.

15 MORRISON E, WEST M, 1982 A preliminary study of the effects of some West Indian medicinal plants on blood sugar levels in the dog. West Indian Med J 31(2):194-197.

16GARCIA D, SAENZ T, 1995 Toxicidad aguda de algunas plantas TRAMIL. Informe TRAMIL. Farmacognosia, Facultad de Farmacia, Universidad de Sevilla, Sevilla, España.

17Solis PN, Olmedo D, Buitrago de Tello RE, Gupta MP, 2000 Estudio fitoquímico y toxicológicode algunas plantas TRAMIL. Informe TRAMIL. Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

18 ROCKWELL P, RAW I, 1979 A mutagenic screening of various herbs, spices and food additives. Nutr Cancer 1:10-15.

19 DUNHAM N, ALLARD K, 1959 A preliminary pharmacological investigation of the roots of Bixa orellana. J Am Pharm Assoc Sci Ed 49(4):218-219.

20 MIKKELSEN H, LARSEN JC, TARDING F, 1978 Hypersensitivity reactions to food colours with special reference to the natural colour annatto extract (butter colour). Arch Toxicol Suppl 1:141-143.

21 MORRISON EY, SMITH RS, 1987 Toxicity of the hyperglycemic inducing extract of Bixa orellana in dog. West Indian Med J 36(2):99-103.

22CARBALLO A, 1995 Plantas medicinales del Escambray cubano. Apuntes científicos. Laboratorio provincial de producción de medicamentos, Sancti Spiritus, Cuba.

23 MARTINEZ MJ, BETANCOURT J, LOPEZ M, MOREJON Z, FUENTES V, MORON F, 2005  Irritabilidad dérmicade semilla seca de Bixa orellana. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

24 MARTINEZ MJ, BETANCOURT J, LOPEZ M, MOREJON Z, FUENTES V, MORON F, 2005 Clases Tóxicas Agudas por vía tópicade semilla seca de Bixa orellana. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

25 PAZOS L, COTO T, CAIZA F, 2008 Irritación ocular, en conejos, del jugo de hojas de Bixa orellana. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

26 PAZOS L, COTO T, CAIZA F, 2008 Toxicidad oral aguda, dosis repetida, en ratón, semillas de Bixa orellana. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.