Hamelia patens

nom scientifique : 
Hamelia patens Jacq.
Famille : 

Distribution géographique

Amérique tropicale.

Description botanique

Arbuste ou petit arbre, pouvant atteindre 4 m. Feuilles à trois lobes, elliptiques à elliptico-oblongues, lancéolées, de 5 à 21 cm, à pointes courtes. Inflorescence de 3 à 15 cm de long; corolle tubulaire de 1,5 à 2 cm, orangée ou rougeâtre, pubérulente. Fruit sous-arrondi ou ellipsoïdal, de 6 à 10 mm, rougeâtre avant maturité, noir ensuite.

Voucher(s)

Rouzier,161,SOE Jiménez,32,JBSD

mal de tête :

  feuille, naturelle, application sur la tête1

mal de tête :

  feuille, naturelle, en bains1

Contre les maux de tête:

Se référer à l'usage rapporté au chapitre Emplois traditionnels significatifs TRAMIL, les informations scientifiques disponibles ne permettant pas de définir un dosage plus précis.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre les maux de tête est classé REC sur la base de l’expérience traditionnelle de l’usage (OMS/WHO)2 documenté par son emploi significatif dans les enquêtes TRAMIL.

Si l’état du patient se détériore ou si les maux de têtepersistent au-delà de 2 jours, consulter un médecin.

•Travaux TRAMIL3-4

L’extrait éthanolique (95%) de feuille, administré par voie intrapéritonéale au rat, a montré une DL50 = 1540 mg de plante séchée/kg. L’administration quotidienne pendant 10 jours par voie intrapéritonéale, n’a pas entraîné la mort avec 1/3 de la DL50, en revanche on a constaté 30% de mortalité avec la moitié de la DL50 et 50% de mortalité avec les 3/4 de la DL50.

La feuille fraîche et le jus de feuille, en application locale sur des lésions avec perte de la solution de continuité de la peau de la plante des pieds, n’a pas produit de manifestations objectives ni subjectives d’intolérance ni d’effets indésirables12.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi avec des enfants, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

•Travaux TRAMIL3-4

Une sélection phytochimique préliminaire de la feuille a montré la présence d’alcaloïdes, de saponosides, de stéroïdes et de tanins.

La planteentière contient des alcaloïdes indoliques : maruquine, isomaruquine, palmirine, rumbérine et spéciophylline, ptéropodine, isoptéropodine5-6. Les parties jeunes de feuille et debranche contiennent de l’éphédrine7.

Les parties aériennes contiennent des phénylpropanoïdes : acide romarinique; des flavonoïdes : narirutine et flavonone-tétrahydroxy-rutinoside8-9.

•Travail TRAMIL10

L’extrait éthanolique (80%) de feuille, obtenu par percolation et dégraissage par éther de pétrole, administré par voie intrapéritonéale (570 mg de plante séchée /kg) à la souris, sur le modèle de plaque chauffée, a provoqué un effet analgésique significatif (p<0,05), 90 et 120 minutes après l’administration. Auncun effet n’a été observéaprès 60 et 240 minutes.

•Travaux TRAMIL3-4

L’extrait éthanolique de feuille, administré par voie intrapéritonéale (770 mg/kg, la moitié de la DL50), au rat, a provoqué une dépression du système nerveux central, une diminution de l’activité motrice, une analgésie, une anesthésie, une passivité, une paralysie des pattes antérieures, une mydriase et une diminution de la température rectale. L’extrait méthanolique de feuille, par voie intrapéritonéale (385 mg de plante séchée/kg) a montré une activité diurétique, hypothermique et stimulante de l’activité spontanée.

Les extraits aqueux de feuille et de tige non dilués ont été actifs in vitro sur des souches d’Escherichia coli, de Salmonella typhi, deSerratia marcescens et deShigella flexneri. Les extraits alcooliques de feuille et de tige ont été actifs sur Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa etStaphylococcus aureus. L’extrait alcoolique de tige a été actif contre Salmonella typhi, Shigella flexneri etStaphylococcus albus.L’extrait alcoolique de feuille a été actif sur Salmonella newport etSerratia marcescens. Les extraits acétoniques de feuille et de tige n’ont été actifs sur aucune des souches étudiées11.

La feuille fraîche et le jus de feuille, appliqués localement sur des lésions de la plante du pied, ont été utilisés comme anti-inflammatoire et cicatrisant12. L’emploi d’un savon confectionné à partir de la plante, dans une étude clinique, a entraîné une amélioration et a accéléré la cicatrisation de plaies13.

On attribue à la plante une activité cytostatique14.

On attribue à l’acide romarinique une activité anti-inflammatoire, antirhumatismale15, antiseptique16 et antioxydante17.

Références :  

1 WENIGER B, ROUZIER M, 1986 Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

2 WHO, 1991 Pautas para la evaluación de medicamentos herbarios WHO/TRM/91.4 (original inglés). Programa de Medicina Tradicional, OMS, Ginebra, Suiza.

3 ESPOSITO-AVELLA M, GUPTA M, 1986 Evaluación fitoquímica y farmacológica deHamelia patens yTerminalia catappa. Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

4 ESPOSITO-AVELLA M, BROWN P, TEJEIRA I, BUITRAGO R, BARRIOS L, SANCHEZ C, GUPTA M, CEDENO J, 1985 Pharmacological screening of Panamanian medicinal plants. Part I. Int J Crude Drug Res 23(1):17-25.

5 RIPPERGER H, 1977 Isolation of isopteropodine from Hamelia patens. Pharmazie 32(H7):415-416.

6 BORGES DEL CASTILLO J, MANRESA-FERRERO MT, RODRIGUEZ-LUIS F, 1981 Oxindole alkaloids from Hamelia patens Jacq. Proc 1st Int. Conf. Chem. Biotechnol. Biol. Act Nat. Prod., Sofia, Bulgaria. Bulgarian Acad Sci Sofia 3(1):70-73.

7 CHAUDHURI PK, THAKUR RS, 1991 Hamelia patens, a new source of ephedrine. Planta Med 57(2):199.

8 ADAMS AA, LEE EF, MABRY TJ, 1989 HPLC study of oxindole alkaloids fromHamelia patens. Rev Latinoamer Quim 20(2):71-72.

9 AQUINO R, CIAVATTA L, DE SIMONE F, PIZZA C, 1990 A flavanone glycoside fromHamelia patens. Phytochemistry 29(7):2358-2360.

10 GUPTA M, ESPOSITO-AVELLA M, 1988 Evaluación química y farmacológica de algunas plantas medicinales de TRAMIL. Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

11 MISAS C, HERNANDEZ N, ABRAHAM A, 1979 Contribution to the biological evaluation of Cuban plants. I. Rev Cub Med Trop 31(1):5-12.

12 CARBALLO A, 1995 Plantas medicinales del Escambray cubano. Apuntes científicos. Laboratorio provincial de producción de medicamentos, Sancti Spiritus, Cuba.

13 CACERES A, GIRON L, ALVARADO S, TORRES M, 1987 Screening of antimicrobial activity of plants popularly used in Guatemala for the treatment of dermatomucosal diseases. J Ethnopharmacol 20(3):223-237.

14 LOPEZ ABRAHAM A, ROJAS-HERNANDEZ N, JIMENEZ-MISAS C, 1979 Plant extracts with cytostatic properties growing in Cuba. Rev Cubana Med Trop 31(2):105-112.

15 NEGWER M, 1987 Organic chemical drugs and their synonyms (an international survey). 6th ed. Berlin, Germany: Akademie Verlag.

16 DUKE J, 1992 Handbook of biologically active phytochemicals and their bioactivities. Boca Raton, USA: CRC Press.

17 LAMAISON J, PETITJEAN-FREYTET C, CARNAT A, 1990 Rosmarinic acid, total hydroxycinnamic derivative contents and antioxidant activity of medicinal Apiaceae, Boraginaceae & Lamiceae. Ann Pharm Fr 48(2):103-108.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.