Guazuma ulmifolia

nom scientifique : 
Guazuma ulmifolia Lam.
Famille : 

Distribution géographique

Régions tropicales du continent américain.

Description botanique

Arbuste ou arbre pouvant atteindre 20 m. Feuilles oblongues à largement ovées, de 3 à 15 cm, aiguës à acuminées, dentées, en forme d’étoile, tomenteuses, très asymétriques. Fleurs jaunâtres, odorantes, sur de petites tiges axillaires, avec 5 pétales de 3 mm. Fruit ligneux, arrondi ou ovale, de 2 à 4 cm, avec tubercules fermes.

Voucher(s)

Rouzier,192,SOE Pimentel,1164,JBSD

grippe :

feuille sénescente, décoction avec du sucre, voie orale1

rhume :

feuille sénescente, décoction avec du sucre, voie orale1

toux :

feuille sénescente, décoction avec du sucre, voie orale1

Contre la grippe, le rhume et la toux :

Préparer une décoction avec 12 grammes de feuilles fanées séchées dans 1 litre (4 tasses) d’eau,faire bouillir au moins 10 minutes dans un récipient couvert. Filtrer, laisser refroidir et boire 3-4 tasses par jour15-16.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre la grippe, le rhume et la toux est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et l’information scientifique publiée.

Si l’état du patient se détériore ou si la toux persiste au-delà de 5 jours, consulter un médecin.

Ne pas employer avec des enfants de moins de 5 ans, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

•Travail TRAMIL13

L’extrait aqueux de feuille séchée administré oralement à des souris (25 g/kg) n’a mis en évidence aucune toxicité. La DL50 intrapéritonéale a été de 5,975 ± 0,193 g/kg. La décoction de feuille séchée (1 g de végétal/mL d’extrait) administrée par voie orale à des souris (18,75 g/kg) toutes les 12 heures pendant 28 jours, n’a pas entraîné la mort ni de signes de toxicité évidents.

•Travail TRAMIL5

La décoction de feuille séchée (12 g/L) administrée à 2 groupes de patients affectés de rhume commun, pendant 7 jours consécutifs (720 mL/jour), n’a pas provoqué de manifestations de toxicité, ni de problème de tolérance cliniquement décelable.

Travaux TRAMIL17-18 (sera traduit dans la 3è édition)

La hoja seca y la corteza del tallo fresca, machacados, por vía tópica (parche con 0.6 g/6 cm2 de piel/4 horas), modelo de irritabilidad dérmica aguda de Draize, a conejos albinos Nueva Zelanda (3 hembras), se retiró el parche a las 4 horas y se lavó el área, se hicieron las lecturas de eritema y edema a 1, 24, 48 y 72 horas, mostraron un índice de 0.0 que clasifica como no irritante.

L’ingestion de grandes quantités des différentes parties de la plante peut provoquer des nausées et des vomissements14.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi avec des enfants, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

•Travail TRAMIL2

Sélection phytochimique préliminaire (feuille)

alcaloïdes :

-

saponosides :

-

quinones :

-

comp. phénoliques :

-

flavonoïdes :

-

tanins :

-

stéroïdes, terpénoïdes :

-

 

           

Le fruit contient un nectar riche en sucre d’une grande finesse.

La feuille contient desalcaloïdes : caféine (2,17%)3.

L’écorce contient des flavonoïdes : dérivés d’épicatéchine et de procyanidine4.

•Travail TRAMIL5

Lors d’un essai préliminaire en double-aveugle, la décoction de feuille sénescente (12 g/L) a été administrée à 15 patients affectés d’un rhume commun (240 mL toutes les 8 heures), contrôlé par deux groupes de 10 patients qui ont reçu du sirop de feuille de Cymbopogon citratus ou du sirop simple (placebo). On a exclu la présence de leucocytose dans le sang périphérique (>10000/mm3), un âge non compris dans une fourchette allant de 20 à 64 ans et plus de 3 jours d’évolution.

L’administration de décoction de feuille sénescente n’a pas raccourci l’évolution de la maladie (moyenne = 6 jours), mais a amélioré l’expectoration, en comparaison avec les patients ayant reçu du placebo. Ces résultats ont été comparables à ceux du groupe ayant reçu du sirop de feuille de Cymbopogon citratus.

•Travail TRAMIL6

L’extrait éthanolique (10%) de feuille séchée a montré une activité antimicrobienne in vitro contre Staphylococcus aureus et Bacilus subtilis à une concentration de100 µL/disque et contre Shigella dysenteriae à une concentration de 150 µL/disque. L’extrait aqueux de feuille séchée à 10% n’a pas montré d’activité antibactérienne.

•Travail TRAMIL7

L’extrait éthanolique (80%) de feuille, obtenu par percolation et dégraissage par l'éther de pétrole, n’a pas montré d’activité antimicrobienne in vitro contre Staphylococcus aureus, Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa, Bacillus subtilis, Candida albicans ni Aspergillus niger.

•Travail TRAMIL8

Divers extraits avec des dissolvants polaires de feuille séchée, in vitro (2 mg/mL) sur plaques d’agar-agar, n’ont pas montré d’activité contre Pseudomonas aeruginosa ATCC27853,Salmonella typhi ATCC14028, Staphylococcus aureus ATCC6558, Aspergillus flavus CQA75, Microsporum gypseum CQM71, Candida albicans ATCC10231, ni contre Cryptococcus neoformans C13. Ces extraits n’ont pas montré non plus d’activité contre des épimastigotes de Trypanosoma cruzi.

L’extrait alcoolique (95%) de feuille séchée in vitro, a montré une activité cytotoxique en inhibant à 95% la croissance cellulaire sur le modèle expérimental CA-9KB9.

L’extrait hydroéthanolique (50%) de feuille (750 µg/mL)ainhibé la synthèse de prostaglandines in vitro10.

On attribue à la caféine une action stimulante systémique et respiratoire, analeptique et diurétique11, elle est connue pour ses emplois comme stimulant du système nerveux central et comme bronchodilatateur12.

Références :  

1 WENIGER B, ROUZIER M, 1986 Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

2 WENIGER B, SAVARY H, DAGUIHL R, 1984 Tri phytochimique de plantes de la liste TRAMIL. Laboratoire de chimie des substances naturelles, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université d'Etat d'Haïti, Port au Prince, Haïti.

3 WONG W, 1976 Some folk medicinal plants from Trinidad. Econ Bot30:103-142.

4 HOR M, HEINRICH M, RIMPLER H, 1996 Proanthocyanidin polymers with antisecretory activity and proanthocyanidin oligomers from Guazuma ulmifolia bark. Phytochemistry 42(1):109-119.

5 CARBALLO A, 1995 Plantas medicinales del Escambray cubano. Informe TRAMIL. Laboratorio provincial de producción de medicamentos, Sancti Spiritus, Cuba.

6 GIRON L, 1988 Evaluación de la actividad antibacteriana de 4 plantas de la lista TRAMIL. Facultad de Ciencias Químicas y Farmacia, Universidad de San Carlos USAC, Guatemala, Guatemala.

7 GUPTA M, ESPOSITO AVELLA M, 1988 Evaluación química y farmacológica de algunas plantas medicinales de TRAMIL. Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

8 CACERES A, GONZALEZ S, GIRON L, 1998 Demostración de la actividad antimicrobiana de plantas tramil en base a los usos populares en la cuenca del Caribe. Laboratorio de productos fitofarmacéuticos Farmaya y Facultad de Ciencias Químicas y Farmacia, Universidad de San Carlos, Guatemala, Guatemala. 22pp.

9 NASCIMENTO S, CHIAPPETA A, LIMA R, 1990 Antimicrobial and cytotoxic activities in plants from Pernambuco, Brazil. Fitoterapia 61(4):353-355.

10 TSENG C, IWAKAMI S, MIKAJIRI A, SHIBUYA M, HANAOKA F, EBIZUKA Y, PADMAWINATA K, SANKAWA U, 1992 Inhibition of in vitro prostaglandin and leukotriene biosyntheses by cinnamoyl-beta-phenethylamine and N-acyldopamine derivatives. Chem Pharm Bull 40(2):396-400.

11 NEGWER M, 1987 Organic chemical drugs and their synonyms (an international survey). 6º ed. Berlin, Germany: Akademie Verlag.

12 DUKE JA, 1992 Handbook of biologically active phytochemicals and their bioactivities. Boca Raton, USA: CRC Press.

13 HERRERA J, 1990 Determinación de parámetros farmacológicos en vegetales utilizados en medicina tradicional en la Cuenca del Caribe. Informe TRAMIL. Laboratorio de fitofarmacología, Departamento de Farmacología, Facultad de Salud, Universidad del Valle, Cali, Colombia.

14 HOEHNE FC, 1939 Plantas e substâncias vegetais tóxicas e medicinais. São Paulo, Brazil: Dep. Bot. do Estado Sao-Paulo. Ed Graphicars.

15 CARBALLO A, 1995 Cálculo de concentración y dosis de las drogas vegetales TRAMIL: Mensuraciones farmacognósticas y aproximaciones técnico-clínicas. Laboratorio provincial de producción de medicamentos, Sancti Spiritus, Cuba.

16 CACERES A, 1996 Plantas de uso medicinal en Guatemala. Guatemala, Guatemala: Editorial Universitaria de San Carlos. p126.

17 MARTINEZ MJ, LOPEZ M, MOREJON Z, BOUCOURT E, FUENTES V, MORON F, 2007 Irritabilidad dérmica primaria de corteza del tallo fresco machacado deGuazuma ulmifolia Lam.Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

18 MARTINEZ MJ, LOPEZ M, MOREJON Z, BOUCOURT E, FUENTES V, MORON F, 2007

Irritabilidad dérmica primaria de hoja seca machacada deGuazuma ulmifolia Lam. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.