Zingiber officinale

nom scientifique : 
Zingiber officinale Roscoe
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d’Asie tropicale, cultivée dans les régions tropicales et subtropicales.

Description botanique

Herbacée pouvant atteindre 90 cm, avec rhizome tubéreux. Feuilles linéaires-lancéolées, sessiles, à pointe aiguë, à base cunéiforme, glabres, pouvant atteindre 20 cm de long. Epis floraux à longs pédoncules, ellipsoïdaux, denses, bractées ovées, munies d’une pointe, de couleur vert pâle; calice créné; corolle vert-jaunâtre, tube de 2 cm. Capsule à 3 valves, s’ouvrant irrégulièrement. Il existe plusieurs procédés de culture.

Voucher(s)

Faujour,4,BAR

González,37,MAPR

Girón,286,CFEH

Ochoa,315,HPMHV

Gimenez,275697-25,VEN

Balland,42,HVB

vomissement :

rhizome, décoction, voie orale9,11

fièvre :

rhizome, décoction, voie orale1,3,8,9,11

grippe :

rhizome, décoction, voie orale1,3-4

indigestion :

rhizome, décoction, voie orale10

asthme :

rhizome, décoction, voie orale1

catarrhe :

rhizome, décoction, voie orale2

douleur d'estomac :

rhizome, décoction, voie orale3,7

toux :

rhizome, décoction, voie orale3

rhume :

rhizome, décoction, voie orale5

diarrhée :

rhizome, décoction, voie orale6

coqueluche :

rhizome, décoction, voie orale8

flatulence :

rhizome, décoction, voie orale9,11-12

Le rhizome de Zingiber officinale est un condiment de consommation humaine relativement répandu, et une source industrielle d’huile essentielle.

Selon ESCOP (European Scientific Cooperative on Phytotherapy), le rhizome de gingembre est indiqué dans la prophylaxie des nausées et vomissements du mal des transports, et comme antiémétique postchirurgical lors d'interventions chirurgicales mineures. L’efficacité dans ces deux indications a été confirmée lors d’essais cliniques. Les indications suivantes sont approuvées par la Commission E : dyspepsie, prévention des symptômes gastrointestinaux du mal des transports68.

Contre l’asthme, le catarrhe, la toux, la coqueluche, la grippe, le rhume, la fièvre, les maux d’estomac, l’indigestion, les vomissements, la diarrhéeet les flatulences :

Préparer une décoction avec 5 grammes de rhizome frais dans 250 mL (1 tasse) d’eau. Faire bouillir au moins 10 minutes dans un récipient couvert, laisser refroidir et boire 2 à 4 fois par jour.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre le catarrhe, la grippe, le rhume, la fièvre, les vomissements, la diarrhée, les maux d’estomac, les flatulences et l’indigestion est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et l’information scientifique publiée.

L’emploi contre l’asthme, la toux et la coqueluche est classé REC sur la base de l’expérience traditionnelle de l’usage (OMS/WHO)13 documenté par son emploi significatif dans les enquêtes TRAMIL.

Si l’état du patient se détériore, ou si les maux d’estomac, la fièvre ou les vomissements durent plus de 2 jours, consulter un médecin.

La coqueluche représentant un risque pour la santé, il faut consulter un médecin au préalable. L’emploi de ce remède peut être considéré comme un complément du traitement médical.

Ne pas employer avec des femmes enceintes, ni avec des enfants de moins de 6 ans14.

Le gingembre peut augmenter la biodisponibilité de la sulfoguanidine, en renforçant son absorption.

Les personnes traitées avec des anticoagulants oraux ou des anti-agrégants plaquettaires doivent consulter leur médecin avant de procéder à l’administration des préparations contenant du gingembre, car elles peuvent augmenter le risque d’hémorragies.

La présence de calculs biliaires doit impérativement amener à consulter un médecin avant de procéder à l’ingestion de tout type de préparation à base de gingembre15.

Travail TRAMIL61

L’extrait hydroalcoolique (80%) du rhizome frais (3,4% solides totaux), administré oralement à la souris à des doses croissantes uniques de 102, 153, 204 et 255 mg/kg (matière végétale sèche/kg) a entraîné la mort avec une DL50 = 224 mg/kg avec comme effet secondaire, au cours des premières heures, une cyanose distale, à la dose la plus élevée. Pendant les 14 jours suivants d’observation des survivants, on n’a constaté ni effets secondaires, ni décès et l’examen histologique des organes n’a pas montré de lésions.

Travail TRAMIL62

L’extrait hydroalcoolique (80%) de rhizome frais (3,4% solides totaux) administré en concentrations croissantes (0,08–0,204 mg/mL) (solides totaux/mL) au milieu de culture n’a pas montré d’effet génotoxique sur le modèle de ségrégation somatique contre Aspergillus nidulans D30

Travail TRAMIL63

La décoction de rhizome (15 g/L) suivie d’une macération ultérieure de 6 heures, 60 mL étant administrés oralement 2-3 fois par jour pendant 20 jours à 61 volontaires, 30 mL étant administrés oralement à 13 volontaires à jeun pendant 15-30 jours, n’a pas induit de manifestations cliniques d’intolérance ou de rejet.

La DL50 de l’extrait aqueux administré au rat par voie intrapéritonéale, a été établie à 178 mg/kg64. La DL50 de l’extrait hydroalcoolique (80%) du rhizome administré par voie orale à la souris a été de 3 g/kg45. La DL50 de l’extrait hydroalcoolique (90%) du rhizome administré par voie intrapéritonéale à la souris a été de 1 g/kg46.

Le rhizome (20 g/animal) administré oralement au chien n’a pas provoqué de signes de toxicité, et la décoction (1-118 g/animal) administrée oralement au lapin n’a pas eu d’effets toxiques65.

La société américaine pour les aliments et les médicaments (FDA) a classé le rhizome parmi les plantes “généralement considérées comme sans danger” (GRAS) et comme agent de sapidité.

Des cas de brûlures d’estomac provoquées par le rhizome de gingembre ont été signalés. Il est donc à administrer avec précaution en cas d’ulcère peptique67.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi médicinal sur des femmes enceintes.

Le rhizome a été amplement étudié et contient, entre autres composants, des monoterpènes : camphène, géranial, néral16, 1,8-cinéol17, citronellol18; des sesquiterpènes : bisabolène, ß-eudesmol19, α-curcumène16, élémol20, farsène21, furanogerménone22; des diterpènes : galanolactone23, dérivés de labdane24-26;des benzénoïdes : curcumine27 et dérivés28-29,gingérol et dérivés28,30, shogaol et dérivés31-32, zingibérone, zingibérol et composés voisins33; des phénylpropanoïdes : p-coumarique34, iso-eugénol17; des flavonoïdes : cyanine35; des miscellanées : capsaïcine36. On a également décrit une grande quantité d’alcanes17. Les composants de l’huile essentielle ont été largement étudiés36-38.

Analyse proximale pour 100 g de rhizome39 : calories : 347; eau : 9,4%; protéines : 9,1%; lipides : 6%; glucides : 70,8%; fibres : 5,9%; cendres : 4,8%; calcium : 116 mg; phosphore : 148 mg; fer : 11,5 mg; sodium : 32 mg; potassium : 1342 mg; carotène : 88 µg; thiamine : 0,05 mg; riboflavine : 0,18 mg; niacine : 5,16 mg.

L’extrait de rhizome dans de l’eau chaude (750 µg/mL) in vitro a inhibé la synthèse de prostaglandines dans des microsomes de lapin40. Les extraits alcool-acétone et chloroformique in vitro ont inhibé la synthèse de prostaglandines41-42. Le rhizome en décoction (5 µL) in vitro a provoqué sur des cultures de plaquettes l’inhibition de l’arachidonate, produit intermédiaire du métabolisme de l’acide arachidonique43.

L’extrait de rhizome dans de l’eau chaude in vitro n’a pas stimulé la migration de macrophages isolés de cobaye44.

L’extrait hydroalcoolique (80%) de rhizome in vitro (500 µg/disque), a montré une activité sur Bacillus anthracis, B. subtilis, Escherichia coli (souches 7075 et BB), Proteus mirabilis, Pseudomonas aeruginosa, Salmonella typhi (H), Staphylococcus aureus, S. epidermis et S. hemolyticus45. L’extrait hydroalcoolique (90%) in vitro (500 µg/disque) a été actif sur Escherichia coli, Bacillus subtilis et Streptococcus faecalis46.

L’extrait aqueux de rhizome (10%) in vitro a été inactif sur le virus Herpes type II, virus d’influenza A2, Poliovirus II et V et Vaccinia47.

Le rhizome séché a montré une activité in vitro sur des oeufs de Schistosoma haematobium, isolés d’échantillons pris sur des enfants infectés48.

L’extrait hydroalcoolique (95%) de rhizome séché a montré in vitro une activité sur Ascaris lumbricoides49.

L’extrait aqueux de rhizome, sur iléon isolé (0,6 mg/mL) et sur fundus gastrique (1 mg/mL) de rat, a montré une action relaxante significative50.

L’extrait hydroalcoolique (80%) de rhizome administré oralement au rat (100 mg/kg), a produit une action antipyrétique en hyperthermie induite par levure de bière, et une action anti-inflammatoire sur le modèle d’inflammation de la patte par carragheenine comparable à l’aspirine à dose égale45. Sur le modèle de contractures douloureuses induites par injection intrapéritonéale d’acide acétique, il a montré une action analgésique de 10% par rapport à l’aspirine45.

L’extrait hydrométhanolique (50%) administré au rat (10 g/kg) a montré une activité analgésique significative avec le modèle de contractions induites par acide acétique, mais il est resté inactif avec 3 g/kg, ainsi qu’avec ces deux doses (3 et 10 g/kg) sur le modèle de plaque chaude51.

L’extrait aqueux (169 mg/kg) et méthanolique (114 mg/kg), administré oralement au lapin, a inhibé la sécrétion gastrique52.

L’extrait acétonique de rhizome (150 mg/kg) et la solution de métochlopramide (25 mg/kg), administrés oralement au suncus (Suncus murinus), ont bloqué les vomissements induits par le cyclophosphamide en sous-cutanée (300 mg/kg) après un délais de 60 minutes53.

L’extrait aqueux de rhizome administré oralement à la souris a produit un effet antiallergique54.

L’extrait hydroalcoolique (80%) de rhizome, administré oralement au lapin a provoqué une hypoglycémie (diminution de 51,4%) 2 heures après le traitement; cette hypoglycémie a duré 4 heures45.

Le rhizome (940 mg/personne), administré oralement à 36 volontaires de 18 à 20 ans des deux sexes, a eu un effet contre le mal des transports supérieur à celui du dimenhydrinate55; une autre étude avec 1 g/personne a eu un effet contre le mal de mer56. Dans une étude clinique en double-aveugle réalisée sur des adultes, le rhizome (1 g/personne), administré par voie orale, n'a pas montré d'activité sur le système vestibulaire et oculomoteur57. Cependant, dans une autre étude en double-aveugle, réalisée sur des sujets des deux sexes le rhizome (1 g/personne) a été administré oralement 2 heures avant que les sujets ne soient soumis à un mouvement producteur de nausées et de vomissements, sans montrer d'action contre le mal des transports58.

La poudre de rhizome (250 mg/4 fois/jour/4 jours), lors d’un essai clinique réalisé de manière aléatoire en double-aveugle avec 30 femmes enceintes affectées de nausées et de vomissements gravidiques, en comparaison avec un placebo, a diminué significativement la symptomatologie dans une proportion de 70%, sans que l’on ait constaté d’effets secondaires chez les mères ni chez les nouveaux-nés59.

Le rhizome (70 g/personne) a inhibé la synthèse du tromboxane A2 chez l’être humain60.

Références :  

1 DELENS M, 1990 Encuesta TRAMIL en Barlovento, Edo. Miranda de Venezuela. Centro al Servicio de la Acción Popular CESAP, Caracas, Venezuela.

2 BENEDETTI MD, 1994 Encuesta TRAMIL. Universidad de Puerto Rico, Mayagüez, Puerto Rico.

3 LAGOS-WITTE S, 1988-89, 1996 Encuesta TRAMIL. Laboratorio de Histología Vegetal y Etnobotánica, Departamento de Biología, Universidad Nacional Autónoma de Honduras UNAH, Tegucigalpa, Honduras.

4 DELENS M, 1992 Encuesta TRAMIL en los Estados Lara y Sucre de Venezuela. Centro al Servicio de la Acción Popular CESAP, Caracas, Venezuela.

5 OCAMPO R, 1988 Encuesta TRAMIL (Costa atlántica), Instituto de Desarrollo Agrario, Universidad de Costa Rica, San José, Costa Rica.

6 O'REILLY A, WILSON V, PHILLIP M, JOSEPH O, 1992 TRAMIL survey. Chemistry and Food Technology Division, Ministry of Agriculture, Dunbars, Antigua and Barbuda.

7 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984 Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

8 GIRON L, 1988 Encuesta TRAMIL (Costa atlántica). Centro Mesoamericano de Tecnología CEMAT, Guatemala, Guatemala.

9 JEAN-PIERRE L, 1988 TRAMIL survey. St. Lucia national herbarium, Castries, St. Lucia.

10 CHARLES C, 1988 TRAMIL survey. Movement for Cultural Awareness MCA, Roseau, Dominica.

11 FAUJOUR A, MURREY D, CHELTENHAM-CORBIN B, CARRINGTON S, 2003 TRAMIL survey. enda-caribbean, IICA & UAG, Saint Thomas, Barbados.

12 BALLAND V, GLASGOW A, SPRINGER F, GAYMES G, 2004 TRAMIL survey. enda-caribbean, IICA, UAG & U.PARIS XI, Saint Vincent.

13 WHO, 1991 Pautas para la evaluación de medicamentos herbarios WHO/TRM/91.4 (original inglés). Programa de Medicina Tradicional, OMS, Ginebra, Suiza.

14 WHO, 1999 Rhizoma zingiberis. WHO monographs on selected medicinal plants, Volume I. WHO: Geneva, Switzerland. p284.

15 CANIGUERAL S, 2003 Zingiber officinalis. Vademecum de Fitoterapia, Editorial Masson, Barcelona, España, Jul. 30, 2003. URL: http://www.masson.es/book/fitoterapia.html

16 TANABE M, YASUDA M, ADACHI Y, KANOY, 1991 Capillary GC-MS analysis of volatile components in Japanese gingers. Shoyakugaku Zasshi 45(4):321-326.

17 NISHIMURA O, 1995 Identification of the characteristic odorants in fresh rhizomes of ginger (Zingiber oficinale Roscoe) using aroma extract dilution analysis and modified multidimensional gas chromatography-mass spectroscopy. J Agric Food Chem 43(11):2941-2945.

18 SAKAMURA F, OGIHARA K, SUGA T, TANIGUCHI K, TANAKA R, 1986 Volatile constituents of Zingiber officinale rhizomes produced by in vitro shoot tip culture. Phytochemistry 25(6):1333-1335.

19 WU P, KUO MC, HO CT, 1990 Glycosidically bound aroma compounds in ginger (Zingiber officinale Roscoe). J Agric Food Chem 38(7):1553-1555.

20 HAGINIWA J, HARADA M, MORISHITA I, 1963 Pharmacological studies on crude drugs. VII. Properties of essential oil components of aromatics and their pharmacological effect on mouse intestine. Yakugaku Zasshi 83:624.

21 VAN BEEK TA, LELYVELD GP, 1991 Isolation and identification of the five major sesquiterpene hydrocarbons of ginger. Phytochem Anal 2(1):26-34.

22 SHIBA M, MYATA A, OKADA M, WATANABE K, 1986 Antiulcer furanogermenone extraction from ginger. Patent-Japan Kokai Tokkyo Koho-61 227,523.

23 YOSHIKAWA M, HATAKEYAMA S, CHATANI N, NISHINO Y, YAMAHARA J, 1993 Qualitative and quantitative analysis of bioactive principles in Zingiberis Rhizoma by means of high performance liquid chromatography and gas liquid chromatography. On the evaluation of Zingiberis Rhizoma and chemical change of constituents during Zingiberis Rhizoma processing. Yakugaku Zasshi 113(4):307-315.

24 TANABE M, CHEN YD, SAITO KI, KANO Y, 1993 Cholesterol biosynthesis inhibitory component from Zingiber officinale Roscoe. Chem Pharm Bull 41(4):710-713.

25 KANO Y, TANABE M, YASUDA M, 1990 On the evaluation of the preparation of Chinese medicinal prescriptions (V) diterpenes from Japanese ginger "kintoki". Shoyakugaku Zasshi 44(1):55-57.

26 KAWAKISHI S, MORIMITSU Y, OSAWA T, 1994 Chemistry of ginger components and inhibitory factors of the arachidonic acid cascade. Asc Symp Ser 547:244-250.

27 KIKUZAKI H, NAKATANI N, 1993 Antioxidant effects of some ginger constituents. J Food Sci 58(6):1407-1410.

28 KIUCHI F, IWAKAMI S, SHIBUYA M, HANAOKA F, SANKAWA U, 1992 Inhibition of prostaglandin and leukotriene biosynthesis by gingerols and diarylheptanoids. Chem Pharm Bull 40(2):387-391.

29 HARVEY DJ, 1981 Gas chromatographic and mass spectrometric studies of ginger constituents. identification of gingerdiones and new hexahydrocurcumin analogues. J Chromatogr 211(1):75-84.

30 MASADA Y, INOUE T, HASHIMOTO K, FUJIOKA M, UCHINO C, 1974 Studies on the constituents of ginger (Zingiber officinale Roscoe) by GC-MS. Yakugaku Zasshi 94(6):735-738.

31 ANON, 1982 Analgesic formulations containing shogaol and gingerol. Patent-Japan Kokai Tokkyo Koho-82 46,914.

32 CHEN CC, ROSEN RT, HO CT, 1986 Chromatographic analyses of isomeric shogaol compounds derived from isolated gingerol compounds of ginger (Zingiber officinale Roscoe). J Chromatogr 360:175-184.

33 HARTMAN M, 1971 Chemical composition of certain products from ginger (Zingiber officinale). Zivocisna Vyroba 16(10/11):805-812.

34 SCHULTZ JM, HERRMANN K, 1980 Occurrence of hydroxybenzoic acids and hydroxycinnamic acid in spices. IV. Phenolics of spices. Z Lebensm-Unters Forsch 171:193-199.

35 FU HY, HUANG TC, HO CT, DAUN H, 1993 Characterization of the major anthocyanin in acidified green ginger (Zingiber officinale Roscoe). Zhongguo Nongye Huaxue Huizhi 31(5):587-595.

36 NELSON EK, 1920 Constitution of capsaicin, the pungent principle of ginger. II. J Amer Chem Soc 42:597-599.

37 LIN ZK, HUA YF, 1987 Chemical constituents of the essential oil from Zingiber officinale Roscoe. of Sichuan. You-Ji Hua Hsueh 6:444-448.

38 ERLER J, VOSTROWSKY O, STROBEL H, KNOBLOCH K, 1988 Essential oils from ginger (Zingiber officinalis Roscoe). Z Lebensm-Unters Forsch 186(3):231-234.

39 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986 Handbook of proximate analysis tables of higher plants.Boca Raton, USA: CRC Press. p172.

40 KIUCHI F, SHIBUYA M, KINOSHITA T, SANKAWA U, 1983 Inhibition of prostaglandin biosynthesis by the constituents of medicinal plants. Chem Pharm Bull 31(10):3391-3396.

41 KIUCHI F, SHIBUYA M, SANKAWA U, 1982 Inhibitors of prostaglandin biosynthesis from ginger. Chem Pharm Bull 30(2):754-757.

42 SANKAWA U, 1983 Modulators of arachidonate cascade contained in medicinal plants used in traditional medicine. 3º Congress of the Federation of Asian and Oceanian biochemists, Bangkok, Thailand, p28.

43 SRIVASTAVA KC, 1984 Aqueous extracts of onion, garlic and ginger inhibited platelet aggregation and altered arachidonic acid metabolism. Biomed Biochim Acta 43(8/9):5335-5346.

44 ADACHI I, YASUTA A, MATSUBARA T, UENO M, TERASAWA K, HORIKOSHI I, 1984 Macrophage procoagulant activity. Effects of hot water extracts of several Kanpo-prescriptions on macrophage procoagulant activity, I. Yakugaku Zasshi 104(9):959-965.

45 MASCOLO N, JAIN R, JAIN SC, CAPASSO F, 1989 Ethnopharmacologic investigation of ginger (Zingiber officinale). J Ethnopharmacol 27(1/2):129-140.

46 WOO W, LEE E, HAN B, 1979 Biological evaluation of Korean medicinal plants. III. Arch Pharm Res 2:127-131.

47 MAY G, WILLUHN G, 1978 Antiviral activity of aqueous extracts from medicinal plants in tissue cultures. Arzneim-Forsch 28(1):1-7.

48 ADEWUNMI CO, 1984 Natural products as agents of schistosomiasis control in Nigeria: A review of progress. Int J Crude Drug Res 22(4):161-166.

49 FEROZ H, KHARE AK, SRIVASTAVA MC, 1982 Review of scientific studies on anthelmintics from plants. J Sci Res Pl Med 3:6-12.

50 PANTHONG A, SIVAMOGSTHAM P, 1974 Pharmacological study of the action of ginger (Zingiber officinale Roscoe) on the gastrointestinal tract. Chien Mai Med Bull 13(1):41-53.

51 KASAHARA Y, SAITO E, HIKINO H, 1983 Pharmacological actions of Pinellia tubers and Zingiber rhizomes. Shoyakugaku Zasshi 37(1):73-83.

52 SAKAI K, MIYAZAKI Y, YAMANE T, SAITOH Y, IKAWA C, NISHIHATA T, 1989 Effect of extracts of Zingiberaceae herbs on gastric secretion in rabbits. Chem Pharm Bull 37(1):215-217.

53 YAMAHARA J, RONG HQ, NAITOH Y, KITANI T, FUJIMURA H, 1989 Inhibition of cytotoxic drug-induced vomiting in Suncus by a ginger constituent. J Ethnopharmacol 27(3):353-355.

54 YAMAHARA J, YAMADA T, KIMURA H, SAWADA T, FUJIMURA H, 1982 Biologically active principles of crude drugs. Anti-allergic principles of "Shoseiryu-To". I. Effect on delayed-type allergy reaction. Yakugaku Zasshi 102(9):881-886.

55 MOWREY DB, CLAYSON DE, 1982 Motion sickness, ginger and psychophysics. Lancet 82(1):655-657.

56 GRONTVED A, BRASK T, KAMBSKARD J, HENTZER E, 1988 Ginger root against seasickness. A controlled trial on the open sea. Acta Otolaryngol (Stockholm) 105(1/2):45-49.

57 HOLTMANN S, CLARKE AH, SCHERER H, HOHN M, 1989 The anti-motion sickness mechanism of ginger. A comparative study with placebo and dimenhydrinate. Acta Otolaryngol (Stockholm) 108(3/4):168-174.

58 WOOD CD, MANNO JE, WOOD MJ, MANNO BR, MIMS ME, 1988 Comparison of efficacy of Ginger with various antimotion sickness drug. Clin Res Pract Drug Reg Affairs 6(2):129-136.

59 FISCHER-RASMUSSEN W, KJAER SK, DAHL C, ASPING U, 1991 Ginger treatment of hyperemesis gravidarum. Eur J Obstetr Gynecol Reprod Biol 38(1):19-24.

60 SRIVASTAVA KC, 1989 Effect of onion and ginger consumption on platelet thromboxane production in humans. Prostaglandins Leukotrienes Essent Fatty Acids 35(3):183-185.

61 BETANCOURT J, MARTINEZ MJ, LOPEZ M, MOREJON Z, BARCELO H, LAINEZ A, MONTES ME, REGO R, BOUCOURT E, MORON F, 2000 Toxicidad aguda clásica de rhizome de Zingiber officinalis Roscoe. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

62 BETANCOURT J, MARTINEZ MJ, LOPEZ M, MOREJON Z, BOUCOURT E, MORON F, 2000 Actividad genotóxica in vitro de rhizome de Zingiber officinalis Roscoe. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, La Habana.

63 CARBALLO A, 1995 Plantas medicinales del Escambray cubano. Informe TRAMIL. Laboratorio provincial de producción de medicamentos, Sancti Spiritus, Cuba.

64 ASWAL BS, BHAKUNI DS, GOEL AK, KAR K, MEHROTRA BN, MUKHERJEE KC, 1984 Screening of Indian plants for biological activity: Part X. Indian J Exp Biol 22(6):312-332.

65 EMIG H, 1931 The pharmacological action of ginger. J Amer Pharm Ass 20:114-116.

66 ANON (Select Committee on GRAS Substances), 1976 GRAS status of foods and food additives. Washington DC, USA: Food and Drug Administration, Department of Health and Human Services, Office of the Federal Register National Archives and Records Administration 41, 38644

67 KUMAZAWA Y, TAKIMOTO H, MIURA SI, NISHIMURA C, YAMADA A, KAWAKITA T, NOMOTO K, 1988 Activation of murine peritoneal macrophages by intraperitoneal administration of a traditional Chinese herbal medicine, Xiao-Chai-Hu-Tang (Japanese name: Shosaiko-To). Int J Inmunopharmacol 10(4):395-403.

68 PERIS JB, STUBING G, 2003 Zingiber officinalis. Vademecum de Fitoterapia, Editorial Masson, Barcelona, España, Jul. 30, 2003. URL: http://www.masson.es/book/fitoterapia.html

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.