Zea mays

nom scientifique : 
Zea mays L.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire du Mexique, aujourd’hui cultivée partout dans le monde.

Description botanique

Herbacée annuelle de 1-5 m de haut, racines fibreuses. Feuilles glabres ou pileuses, de 1 m ou plus, acuminées. Panicule staminée de 20-35 cm de long. Inflorescence femelle axillaire longue de 30 cm environ formant un épis. Epi entouré de bractées enveloppantes, à nombreux grains au caryopes nus, de couleur jaune, rouge, violette etc.

Voucher(s)

Girón,240,CFEH

Fuentes,4735,ROIG

oedème :

  styles, décoction avec du sel, voie orale1

inflammation :

  styles, décoction avec du sel, voie orale1

oedème :

  styles, macération aqueuse, voie orale1

inflammation :

  styles, macération aqueuse, voie orale1

infections ou calculs rénaux :

styles et/ou graine, décoction, voie orale2 (en association fréquente avec Spermacoce assurgens “Juana la blanca”)

Les grains du fruit de Zea mays constituent un aliment de consommation humaine relativement répandue.

Contre les oedèmes, les inflammations, et les infections et calculs rénaux :

Préparer une décoction, une infusion ou une macération avec 10 grammes de style frais ou 2 grammes de style séché (barbes ou poils) pour 1 litre d’eau.

Pour la décoction, faire bouillir pendant au moins 10 minutes, dans un récipient couvert; pour l’infusion, verser l’eau bouillante sur les styles, couvrir et laisser refroidir; pour la macération, ajouter les styles dans 1 litre d’eau bouillie, et laisser reposer pendant 12 heures.

Boire en plusieurs prises dans le courant de la journée27-28.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

Les emplois contre l’oedème, l’inflammation, l’infection et les calculs rénaux sont classés REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, la validation et l’information scientifique publiée.

Si l’état du patient se détériore, si l’infection ou les calculs rénaux durent plus de 3 jours, consulter un médecin.

Compte tenu de ses effets diurétiques, l’emploi de ce remède en cas d’infection ou de calculs rénaux doit être considéré comme un complément du traitement médical.

L’œdème ou l’inflammation présentant un risque sérieux pour la santé, il est fortement conseillé de consulter un médecin au préalable.

Ne pas employer avec des enfants de moins de 5 ans, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

Travail TRAMIL29

La graine fraîche écrasée a été appliqué (0,6 g) en patch de 6 cm2 sur la peau de 3 lapins New Zealand mâles pendant 4 heures. Le patch a été retiré après 4 heures et les lectures à la recherche d'œdème et d'érythème après 24, 48 et 72 heures ont été négatives.

Les doses élevées de préparations extractives à base de style peuvent produire coliques et diarrhées27.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi médicinal avec des enfants, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

Les styles et les stigmates contiennent des benzénoïdes : 1,2,3-triméthyl-benzène, 1,2,4-triméthyl-benzène, 1,2-diméthyl-4-éthyl-benzène, 1,3-diméthyl-4-éthyl-benzène, biphényle3; des phénylpropanoïdes : acide chlorogénique4, cinnamate d’éthyle3; des flavonoïdes : cyanidine5, lutéoforol, apiforol, lutéolinidine, orientine, pelargonidine, maïsineet dérivés6, glycosidiques d’apigénine et chrysoériol7; des monoterpènes : 1,8-cinnéol, géraniol, a-terpinéol; des sesquiterpènes : géosmine, b-ionone3; des stéroïdes : b-sitostérol, daucostérol8; des miscellanées : pyrrole, acide glycolique9, hepta-4-en-2-ol, fluorène, 2-penthénil-furane3, hept-trans-2-en-1-al et autres alcanes10.

La composition chimique a été amplement étudiée, parmi d’autres organes : la feuille11-12, la graine13-17 et la racine17-19.

Analyse proximale pour 100 g de graine20 : calories : 334; eau : 12%; protéines : 21,6%; lipides : 2,5%; glucides : 63,1%; fibres : 0,4%; cendres : 0,4%; calcium : 9 mg; phosphore : 194 mg; fer : 3,3 mg; carotène : 0 µg; thiamine : 0.14 mg; riboflavine : 0,07 mg; niacine : 0,70 mg; acide ascorbique : 0 mg.

Travail TRAMIL21

L’extrait hydroalcoolique (50%)de style à une concentration de 50 µL/disque d’agar-agar a été inactif in vitro sur des souches de Neisseria gonorrhoeae.

L’extrait aqueux (décoction) de stigmate séché administré oralement au rat (1 g/kg) a eu un effet diurétique22.

L’extrait aqueux (infusion) de stigmate séché (2 g/L), administré ad libitum comme eau de boisson à des rats, a eu un effet diurétique, et a provoqué une diminution de concentrations urinaires en phosphate et en magnésium; ces effets n’ont pas été constatés lorsque la diète des animaux a présenté un contenu élevé en protéines et en carbohydrates23.

L’extrait hydroalcoolique (50%) destyle frais, administré oralement au rat (40 mL/kg), a eu des effets hypotenseur et diurétique24-25.

Une expérience en double-aveugle, contrôlée par placebo, avec administration orale d’extraits aqueux de stigmates et de styles (décoction) à des adultes (1,2 L/personne) a eu un effet diurétique en tout point semblable à celui du placebo26.

Références :  

1 WENIGER B, ROUZIER M, 1986 Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

2 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984 Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

3 FLATH RA, FORREY RR, JOHN JO, CHAN BG, 1978 Volatile components of corn silk (Zea mays): possible Heliothis zea (boddie) attractants. J Agric Food Chem 26:1290-1293.

4 GUELDNER RC, SNOOK ME, WIDSTROM NW, WISEMAN BR, 1992 tlc screen for maysin, chlorogenic acid, and other possible resistance factors to the fall armyworm and the corn earworm in zea mays. J Agric Food Chem 40(7):1211-1213.

5 STYLKEES ED, CESKA O, 1975 Genetic control of 3-hydroxy- and 3-deoxy-flavonoids in Zea mays. Phytochemistry 14:413-415.

6 ELLIGER CA, RABIN LB, 1981 Separation of plant polyphenolics by chromatography on a boronate resin. J Chromatogr 216:261-268.

7 ELLIGER CA, CHAN BG, WAISS AC, LUNDIN JR RE, HADDON WF, 1980 C-glycosylflavones from Zea mays that inhibit insect development. Phytochemistry 19:293-297.

8 DOMINGUEZ XA, BUTRUILLE D, ALVAREZ E, 1976 Note on a chemical study of cabello de elote. Rev Latinoamer Quim 7:93.

9 BALANSARD J, 1951 A study of the hepato-renal diuretics. xxxv. the presence of glycolic acid in various drugs used as diuretics. Med Trop (Marseille) 11:638-639.

10 BUTTERY RG, LING LC, CHAN BG, 1978 Volatiles of kernels and husks: Possible corn ear worm attractants. J Agric Food Chem 26:866-869.

11 BUTTERY RG, LING LC, 1984 Corn leaf volatiles: Identification using tenax trapping for possible insect attractants. J Agric Food Chem 32(5):1104-1106.

12 TAKAGI S, 1985 Determination of green leaf carotenoids by hplc. Agr Biol Chem 49(4):1211-1213.

13 NEURATH GB, DUNGER M, PEIN FG, AMBROSIUS D, SCHREIBER O, 1977 Primary and secondary amines in the human environment. Food Cosmet Toxicol 15(4):275-282.

14 HOFMAN J, HOFMANOVA O, 1969 1,4-benzoxazine derivatives in plants. Sephadex fractionation and identification of a new glucoside. Eur J Biochem 8(1):109-112.

15 SAKATA K, YAMAMOTO H, TANAKA H, SHINOZUKA M, 1982 Studies of components of raw corn (zea mays l.) and corn silage. 7. Components of the nonvolatile acidic fraction of raw corn and the volatile phenolic fraction of corn silage. Nippon Nogei Kagaku Kaishi 56:451-453.

16 UNSELD E, KRISHNA DR, FISCHER C, KLOTZ UL, 1989 Detection of desmethyldiazepam and diazepam in brain of different species and plants. Biochem Pharmacol 38(15):2473-2478 (1989)

17 CHITWOOD DJ, HUTZELL PA, LUSBY WR, 1985 Sterol composition of the corn cyst nematode, Heterodera zeae, and corn roots. J Nematol 17(1):64-68.

18 FELDMAN LJ, ARROYAVE NJ, SUN PS, 1985 Abscisic acid, xanthoxin and violaxanthin in the caps of gravistimulated maize roots. Planta 166(4):483-489.

19 BUTTERY RG, LING LC, 1985 Volatile components of corn roots: Possible insect attractants. J Agric Food Chem 33(4):772-774.

20 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986 Handbook of proximate analysis tables of higher plants. Boca Raton, USA: CRC Press. p172.

21CACERES A, MENENDEZ H, MENDEZ E, COHOBON E, SAMAYAO BE, JAUREGUI E, PERALTA E, CARRILLO G, 1995 Antigonorrhoeal activity of plants used in Guatemala for the treatment of sexually transmitted diseases. J Ethnopharmacol 48(2):85-88.

22 CACERES A, GIRON LM, MARTINEZ AM, 1987 Diuretic activity of plants used for the treatment of urinary ailments in Guatemala. J Ethnopharmacol 19(3):233-245.

23 GRASES F, MARCH JG, RAMIS M, COSTA-BAUZÁ A, 1993 The influence of Zea mays on urinary risk factors for kidney stones in rats. Phytother Res 7(2):146-149.

24 DE A RIBEIRO R, FIUZA DE MELO MMR, DE BARROS F, GOMES C, TROLIN G, 1986 Acute antihypertensive effect in conscious rat produced by some medicinal plants used in the state of Sao Paulo. J Etnopharmacol 15(3):261-270.

25DE A RIBEIRO R, BARROS F, MARGARIDA M, MELO RF, MUNIZ C, CHIEIA S, WANDERLEY MG, GOMES C, TROLIN G, 1988 Acute diuretic effects in conscious rat produced by some medicinal plants used in the state of Sao Paulo, Brasil. J Etnopharmacol 24(1):19-29.

26DOAN DD, NGUYEN NH, DOAN HK, NGUYEN TL, PHAN TS, VAN DAU N, GRABE M, JOHANSSON R, LINDGREN G, STJERNSTROM NE, 1992 Studies on the individual and combined diuretic effects of four Vietnamese traditional herbal remedies (Zea mays, Imperata cylindrica, Plantago major and Orthosiphon stamineus). J Ethnopharmacol 36(3):225-231.

27 ARTECHE A (Ed.), 1998 Zea mays, Fitoterapia, Vademecum de Prescripción, Base de Datos FITOS para Windows v1.0, Editorial Masson SA, Madrid, España.

28 WICHTL M, ANTON R, 1999 Plantes thérapeutiques. Paris, France: TEC & DOC. p334.

29 LOPEZ M, MARTINEZ MJ, MOREJON Z, BOUCOURT E, FUENTES V, MORON F, 2005 Irritabilidad dérmica primaria de semilla fresca machacada de Zea mays L. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Medicina “Dr. Salvador Allende”, Cerro, C. Habana, Cuba.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.