Ocimum basilicum

nom scientifique : 
Ocimum basilicum L.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d’Asie, cultivée dans le monde entier.

Description botanique

Herbacée annuelle, dressée, pouvant atteindre 60 cm, dont les parties nouvelles sont pubescentes. Feuilles elliptiques, ovées ou oblongues de 2 à 4 cm, aiguës à la pointe, légèrement renflées à la base, dentées ou entières, glabres. Inflorescence verticillée pouvant atteindre 20 cm; pédicelles très courts, incurvés; calice long-cilié de 5 mm; corolle blanche, de 4 à 5 mm; filaments supérieurs avec un appendice denticulé à la base.

Voucher(s)

Girón,168,CFEH
Martínez,4638,ROIG

douleurs d’oreille :

  pâte avec feuille écrasée, en application dans l’oreille1

douleur d'estomac :

  feuille, infusion, voie orale1

vomissement :

  feuille, infusion, voie orale2

Les feuilles d’Ocimun basilicum constituent un condiment de consommation humaine relativement répandu.

Contre les maux d’estomac et les vomissements :
Préparer une infusion en versant 2 tasses (½ litre) d’eau bouillante sur 15 grammes de feuilles fraîches. Couvrir le récipient, laisser reposer et filtrer. Boire 1 tasse 3 fois par jour ou au moment requis par l’indication symptomatique25.

Contre les douleurs d’oreille :
Laver soigneusement la feuille, la froisser et constituer une boulette à introduire dans le conduit auditif externe, 2 à 3 fois par jour.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre les douleurs d’oreille, les maux d’estomac et les vomissements est classé REC sur la base de l’emploi significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et l’information scientifique publiée.

Les douleurs d’oreille risquant d’être dues à une otite moyenne ou interne, il est recommandé de consulter un médecin au préalable. Son emploi est contre-indiqué en présence de sécrétions à l’intérieur de l’oreille et/ou d’une éventuelle perforation du tympan.

Toute application dans l’oreille doit se conformer aux plus strictes mesures d’hygiène, afin d’éviter la contamination ou une infection supplémentaire.

Si l’état du patient se détériore, si les douleurs d’oreille ou les vomissements durent plus de 2 jours, ou si les maux d’estomac durent plus de 3 jours, consulter un médecin.

Ne pas employer avec des enfants de moins de 5 ans, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

Travail TRAMIL19
L’extrait aqueux (décoction 30%) des parties aériennes fraîches (0,6 mL équivalent à 0,18 g de matériel végétal frais) en patch de 6 cm2 a été appliqué sur la peau du lapin New Zealand mâle. Le patch a été retiré après 4 heures et les lectures à la recherche d'œdème et d'érythème après 24, 48 et 72 heures ont été négatives.

L’extrait aqueux de parties aériennes sèches (macération aqueuse, 10 g / 1.000 mL pendant 24 heures) administré à des doses (2, 4 et 6 g/kg) par voie orale au rat en bonne santé, observé pendant 7 jours, ne révèle aucune mortalité ni signe visible de toxicité8.

L’extrait méthanolique (80%) de parties aériennes fraîches n’a pas été mutagène sur Salmonella typhimurium TM67720.

L’extrait hydroalcoolique de parties aériennes (70%) s’est révélé mutagène, in vitro, sur le modèle d’Ames en présence de Salmonella typhymurium TA98 avec activation métabolique (1500 et 5000 mg de solides totaux/plaque) et TA1535 sans activation métabolique (50, 150, 500 et 1500 mg/plaque); il a été modérément cytotoxique lors de l’essai de ségrégation mitotique, sans montrer de lésion génétique sur Aspergillus nidulans (0,005 à 1,00 mg/mL). Lors de l’essai, in vivo, de micronoyaux sur moelle osseuse de souris (500, 1000 et 2000 mg/kg) on n’a pas observé de réponse génotoxique aux doses étudiées21.

La DL50 de la poudre de plante sur le rat a été supérieure à 6 g/kg8.

La DL50 de l’extrait méthanolique (80%) de parties aériennes fraîches administré oralement à la souris a été supérieure à 2 g/kg20.

L'extrait éthanolique (62,70%) de feuille sèche administré par voie orale à la souris Swiss albinos (18-22 g) a montré une DL50 = 956,50 mg/kg, selon la méthode OECD-198722.

On attribue à l’huile essentielle une action spermicide in vitro3.

On a constaté la présence dans l’huile essentielle de principes carcinogènes : saphrol et estragol23.

L’estragol administré oralement au rat, se métabolise partiellement dans l’hydroxy-estragol, considéré comme carcinogène. Chez l’être humain, seule une petite partie s’hydrolyse, cela explique qu’aucune limite n’ait été fixée à son ingestion24.

Compte tenu du risque possible que représente son contenu en estragol, son emploi thérapeutique est déconseillé sur les enfants, ainsi qu’avec des femmes enceintes ou allaitantes, et dans tous les cas, on recommande de ne le prescrire que pendant de courtes périodes24.

La feuille a été amplement étudiée et contient, entre autres composants, de l’huile essentielle : citronellol (24%), estragol (56%), limonène, linalol, α-humulène, β-caryophilène, camphre, trans-anétol3, cinéol, méthylcinnamate, eugénol, terpinén-4-ol4; des coumarines : esculétine, esculine; des phénylpropanoïdes : acides p-coumarique, caféique5; des flavonoïdes : camphérol, quercétine, iso-quercétine, rutine, éryodictol, vicénine5.

Analyse proximale pour 100 g de feuille fraîche6: calories : 43; eau : 86,5%; protéines : 3,3%; lipides : 1,2%; glucides : 7%; fibres : 2%; cendres : 2%; calcium : 320 mg; phosphore : 38 mg; fer : 4,8 mg; sodium : 12 mg; potassium : 429 mg; carotène : 4500 µg; thiamine : 0,08 mg; riboflavine : 0,35 mg; niacine : 0,80 mg; acide ascorbique : 27 mg.

La feuille et la fleur sur un modèle d’iléon isolé de cobaye, ont montré une activité antispasmodique, et sur un modèle de douleur induite par la carrhagénine elles ont présenté un effet analgésique7.

L’extrait aqueux de feuille (4 g/kg) et des parties aériennes (4 g/kg), administrés par voie orale au rat albinos, modèle d’ulcère gastrique induit par l'aspirine, a inhibé la sécrétion gastrique et a montré une activité antiulcéreuse8. L’effet antiulcéreux a été comparé à celui de la ranitidine et attribué aux hétérosides flavonoïdes présents dans l’extraction aqueuse des parties aériennes9-10.

Les extraits aqueux et méthanolique ont diminué l'indice d'ulcérations gastriques induites par l'aspirine sur le rat, par un mécanisme associé à l'inhibition de la sécrétion de l'acide gastrique et de la pepsine9,11.

L’extrait éthanolique de plante fraîche appliqué à la souris, modèle de contorsion par peroxyde de benzoyle, a montré une activité analgésique mais pas dans le modèle de coups sur la queue11.

Une étude réalisée avec 25 personnes souffrant d'acné (Acne vulgaris) a démontré un effet bénéfique de l'application topique du jus de feuille10.

La feuille pilée-froissée est recommandée dans le traitement de la miasis nasale11.

On attribue à l’huile essentielle une activité antibactérienne in vitro, face à des organismes gram + et gram - et divers types d'activité antimycotique12-16. On a constaté qu’elle inhibe la glutathion S-transférases au niveau de l’intestin grêle et du foie, mais pas de l’estomac de souris (30 mg/animal)17.

On attribue à l’huile essentielle une activité relaxante sur le muscle lisse isolé de cobaye, à une dose effective moyenne de ED50 = 19 mg/L pour la trachée, et de ED50 = 32 mg/L pour l’iléon18.

Pharmacopée: 

v3

Références :  

1 GIRON L, 1988
Encuesta TRAMIL (Costa atlántica). Centro Mesoamericano de Tecnología CEMAT, Guatemala, Guatemala.

2 CHARLES C, 1988
TRAMIL survey. Movement for Cultural Awareness MCA, Roseau, Dominica.

3 BUCH JG, DIKSHIT RK, MANSURI SM, 1988
Effect of certain volatile oils on ejaculated human spermatozoa. Indian J Med Res 87(4):361-363.

4 RODRIGUES R, ODETE L, 1991
Composition of the Ocimum basilicum oil. Bol Fac Farm Coimbra 15(1):47-51.

5 SKALTSA H, PHILIANOS S, 1990
Contribution to the chemical study of Ocimum basilicum L.: 2nd communication. Plant Med Phytother 24(3):193-196.

6 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986
Handbook of proximate analysis tables of higher plants. Boca Raton, USA: CRC Press. p114.

7 QUEIROZ I, REIS S, 1989
Antispasmodic and analgesic effects of some medicinal plants (conference). Brasil: Simpósio Brasil-China de Química e Farmacologia de Produtos Naturais, Abstr. Nº 180.

8 AKHTAR MS, MUNIR M, 1989
Evaluation of the gastric antiulcerogenic effects of Solanum nigrum, Brassica oleracea and Ocimum basilicum in rats. J Ethnopharmacol 27(1/2):163-176.

9 AKHTAR MS, AKHTAR AH, KHAN MA, 1992
Antiulcerogenic effects of Ocimum basilicum extracts, volatile oils and flavonoid glycosides in albino rats. Int J Pharmacog 30(2):97-104.

10 ALONSO JR, 1998
Tratado de Fitomedicina bases clínicas y farmacológicas. Ed. ISIS ediciones
SRL. Buenos Aires, Argentina, pp:217-222.

11 CACERES A, 1995
Plantas de uso medicinal en Guatemala. Ed. Universitaria. Universidad de San Carlos de Guatemala. Guatemala, pp:67-70.

12 DUBE S, UPADHYAY PD, TRIPATHI SC, 1989
Antifungal, physicochemical, and insect-repelling activity of the essential oil of Ocimum basilicum. Can J Bot 67(7):2085-2087.

13 JANSSEN AM, CHIN NL, SCHEFFER JJ, BAERHEIM A, 1986
Screening for antimicrobial activity of some essential oils by the agar overlay technique. Pharm Weekbl (Sci Ed) 8(6):289-292.

14 DIKSHIT A, HUSAIN A, 1984
Antifungal action of some essential oils against animal pathogens. Fitoterapia 55(3):171-176.

15 EL KELTAWI NEM, MEGALLA SE, ROSS S, 1980
Antimicrobial activity of some Egyptian aromatic plants. Herbal Pol 26(4):245-250.

16 MARUZZELLA JC, SCRANDIS DA, SCRANDIS JB, GRABON G, 1960
Action of odoriferous organic chemicals and essential oils on wood-destroying fungi. Plant Dis Rept 44:789-792.

17 LAM L, ZHENG B, 1991
Effects of essential oils on glutathione S-transferase activity in mice. J Agric Food Chem 39(4):660-662.

18 REITER M, BRANDT W, 1985
Relaxant effects of terpenoid on tracheal and ileal smooth muscles of the guinea pig. Arzneim-Forsch 35(1):408-414.

19 LOPEZ M, MARTINEZ MJ, MOREJON Z, BOUCOURT E, FERRADA C, FUENTES V, MORON F, 2005
Irritabilidad dérmica primaria de una decocción de partes aéreas frescas de Ocimum basilicum L. Informe TRAMIL. Laboratorio Central de Farmacología, Facultad de Medicina “Dr. Salvador Allende”, La Habana, Cuba.

20 HUSSAIN RA, POVEDA LJ, PEZZUTO JM, SOEJARTO DD, KINGHORN AD, 1990
Sweetening agents of plant origin: Phenylpropanoid constituents of seven sweet-tasting plants. Econ Bot 44(2):174-182.

21 GARCIA A, VIZOSO A, RAMOS A, PILOTO J, 2000
Estudio toxicogenético de un extracto fluido de Ocimun basilicum L. (albahaca blanca). Rev Cubana Planta Med 5(3):78-83.

22 LOGARTO A, SILVA R, GUERRA I, IGLESIAS L, 2001
Comparative study of the assay of Artemia salina L. and the estimate of the medium lethal dose (LD50 value) in mice, to determine oral acute toxicity of plant extracts. Phytomedicine 8(5):395-400.

23 DUKE JA, 1985
Handbook of medicinal herbs. Boca Raton, USA: CRC Press.

24 CANIGUERAL S, VILA R, RISCO E, PEREZ F, PORTILLO A, FREIXA B, MILO B, VANACLOCHA B, RIOS JL, MORALES MA, ALONSO JR, BACHILLER LI, PERIS JB, STUBING G, 2002
Albahaca (Ocimum basilicum L.). Vademecum de Fitoterapia, Editorial Masson, Barcelona, España, Nov. 20, 2003. URL: www.masson.es/book/fitoterapia.html

25 POUSSET J, 1989
Plantes médicinales africaines. Tome I. Paris, France: ACCT.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.