Justicia pectoralis

nom scientifique : 
Justicia pectoralis Jacq.
Famille : 

Distribution géographique

Amérique tropicale.

Description botanique

Herbe dressée ou décombante ne dépassant pas 1,5 m, très ramifiée. Feuilles lancéolées à lancéolées-elliptiques, de 3 à 10 cm, acuminées. Inflorescences terminales en panicules tombantes; segments du calice subulés, pubérulo-glandulaires; corolle blanche, mauve ou rosée, de 8 à 10 mm. Capsule de 1 cm de long, pubérulente.

Voucher(s)

Ocampo,5000,CR Soberats,TR90-02,CIFMT Longuefosse&Nossin,21,HAVPMC Rouzier,220,SOE Fuentes,4758,ROIG

insomnies :

parties aériennes, infusion et décoction, voie orale27

douleur d'estomac :

  feuille, décoction, voie orale1

coup :

  plante entière, écrasée ou entière, application locale2

entorse :

  plante entière, écrasée ou entière, application locale2

coup :

  feuille, écrasée, application locale3

entorse :

  feuille, écrasée, application locale3

troubles nerveux :

parties aériennes, décoction, voie orale4-5,27

troubles nerveux :

parties aériennes, infusion et décoction, voie orale27

anxiété :

parties aériennes, infusion et décoction, voie orale27

Contre les coups et les entorses :

Se référer à l'usage rapporté au chapitre Emplois traditionnels significatifs TRAMIL, les informations scientifiques disponibles ne permettant pas de définir un dosage plus précis.

Contre les maux d’estomac et les troubles nerveux :

préparer unedécoction avec 5-10 grammes de feuille ou de parties aériennes dans 250 mL (1 tasse) d’eau. Faire bouillir au moins 10 minutes dans un récipient couvert. Filtrer, laisser refroidir, et boire au moment requis par l’indication symptomatique.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre les maux d’estomac et les troubles nerveux est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité, la validation et l’information scientifique publiée.

Si l’état du patient se détériore, ou si les troubles nerveux durent plus de 7 jours, consulter un médecin.

Ne pas employer avec des anticoagulants ni chez des patients ayant des troubles de la circulation sanguine. Ne pas utiliser plus de 30 jours consécutifs.

L’emploi contre les coups et les entorses est classé REC sur la base de l’expérience traditionnelle de l’usage (OMS/WHO)6 documenté par son emploi significatif dans les enquêtes TRAMIL.

Toute application locale doit se conformer à de strictes mesures d’hygiène, pour empêcher la contamination ou une infection supplémentaire.

Ne pas employer avec des enfants de moins de 5 ans, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

Ne pas utiliser avant la conduire de véhicule ou l'utilisation de machine à cause de son activité sédative.

•Travail TRAMIL23

L’extrait aqueux (décoction avec2,89 kg de parties aériennes fraîches dans 7,85 L d’eau distillée), lyophilisé, a été administré par voie orale (5 g/kg/jour/5 jours)à des souris Swiss, réparties en 2 groupes de 10 individus (5 mâles et 5 femelles), un pour le traitement et l’autre pour le contrôle. Les observations des paramètres ont été réalisées quotidiennement (suivant le schéma polydimensionnel d’Irwin) ainsi que 7 jours après la fin de l’administration de l’extrait. Celui-cin’a pas entraîné la mort, ni de signes de toxicité évidente.

•Travail TRAMIL24

Les parties aériennes fraîches écrasées (0,6 g), ont été appliquées pendant 24 heures sur 10% de l’aire superficielle totale (12 cm2) de la peau de rats Wistar (5 mâles et 5 femelles par groupe), sur le modèle de toxicité aiguë générale par voie locale. Les animaux ont été observés quotidiennement pendant 14 jours. Aucun des animaux des groupes expérimentaux n’est mort et aucun n’a présenté d’effets indésirables. Aucune lésion macroscopique n’a été mise en évidence dans les organes des animaux autopsiés.

•TravailTRAMIL25

L'extrait aqueux (décoction à 30%) de parties aériennes fraîches, administré sur le modèle de Draize à 3 lapins (patch de 0,6 mL/6 cm2 pendant 4 heures sur peau rasée), n’a pas produit de signes cliniques d’oedème ni d’érythème au bout de 1, 24, 48 et 72 heures. Cet extrait aqueuxa été classé comme non irritant.

El extracto fluido 70% del follage no mostró efecto genotóxico en el ensayo in vivo de inducción de micronúcleos en médula ósea de ratón, ni mutagenicidad (hasta 5 mg/placa) en la prueba in vitro de reversión bacteriana Salmonella/microsoma (Ames)26.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi chez les enfants, ni chez les femmes enceintes ou allaitantes.

•Travail TRAMIL7

La décoction (lyophilisée) de la feuille et de la tige fraîches contient respectivement 79,11 et 28,31 mg de coumarine pour 100 g de matière.

•Travail TRAMIL8

Sélection phytochimique préliminaire (feuille) :

alcaloïdes :

±

saponosides :

+

quinones :

-

comp. phénoliques :

+

flavonoïdes :

+

tanins :

-

stéroïdes, terpénoïdes :

±

 

         

La plante contient desflavonoïdes : swertisine, swertiajaponine, coumarine et derivés9; un lignane : justicidine10.

Analyse proximale pour 100 g de feuille11 : calories : 44; eau : 85%; protéines : 3,9%; lipides : 0,6%; glucides : 8,2%; fibres : 2,8%; cendres : 2,3%; calcium : 663 mg; fer : 7,4 mg; potassium : 35 mg; carotène : 2670 µg; thiamine : 0,04 mg; riboflavine : 0,20 mg; niacine : 2,5 mg; acide ascorbique : 28 mg.

•Travail TRAMIL12

La décoction lyophilisée de feuille fraîche, administrée oralement à la souris (5 g/kg), a diminué significativement la vélocité du transit intestinal.

•Travail TRAMIL13

Le jus et la cuisson de feuille et de tige in vitro (1 mg/mL) n’ont pas été actifs contre Salmonella typhi, Shigella flexneri, S.dysenteriae, Pseudomonas aeruginosa, niStaphylococcus aureus.

•Travail TRAMIL14

La décoction lyophilisée de parties aériennes (75 mg/mL), administrée à 20 souris Hsd:ICR(CD-1) (10 mâles et 10 femelles), par voie orale (1 g/kg/jour/5 jours), étudiée suivant la méthodologie de RIVAPLAMED (CYTED 2002), n’a pas démontré d’effet sédatif ni induit le sommeil. Le contrôle a été réalisé avec de l’eau distillée et désionisée (0,5 mL) sur 10 souris de mêmes caractéristiques.

L’extrait aqueux de feuille, in vivo, administré à des souris (250 mg/kg), n’a pas montré d’action psychotrope, mais a réduit l’activité spontanée15.

La décoction de parties aériennes fraîches (10%) à des doses de 0,1 mL/g, ou de parties aériennes séchées (10%) (7,5, 15, 75, 400 et 700 mg/kg) lyophilisées, administrées par voie intrapéritonéale à des rats mâles C57, sur le modèle d’activité exploratoire en champ ouvert, contrôlé avec du diazépam (0,1, 0,5, 1 et 5 mg/kg), de la chlorpromacine (0,2, 2 et 7,5 mg/kg) et de l’halopéridol (0,1, 0,3, 1 et 5 mg/kg), ont eu un effet sédatif significatif dose-dépendant semblable aux contrôles16-17.

La décoction de parties aériennes, chez des souris C57, a diminué le comportement agressif et l’activité exploratoire, mais n’a pas empêché les convulsions induites par le pentylénotétrasol. En outre, elle a bloqué l’excitation induite par la phéncyclidine (drogue schizophrénomimétique) chez le jeune rat18.

Les décoctions de parties aériennes (2 et 6%) administrées par voie orale à 10 adultes normaux (25-35 ans), dans une étude clinique contrôlée, ont produit des modifications électro-encéphalographiques significatives, manifestées par les mesures spectrales à bande large (MEBAs) suggestives d’activité neurotropique19.

Les extraits aqueux de parties aériennes fraîches et séchées, lyophilisés, administrés par voie intrapéritonéale au rat, sur le modèle de stéréotypie induite par apomorphine et in vitro sur les enchaînements totaux de spipérone-3H sur des synaptosomes du corps strié, n’ont pas été antagoniques de la stéréotypie apomorphinique. Pareillement, l’incubation de synaptosomes en présence de l’extrait lyophilisé (1-500 µg/mL) n’a pas entraîné le déplacement de la spipérone-3H des récepteurs dopaminergiques du corps strié. Les résultats indiquent qu’ils ne présentent pas les caractéristiques antidopaminergiques des neuroleptiques typiques20.

Les décoctions de parties aériennes fraîches ou séchées lyophilisées, administrées à la souris, n’a pas protégé contre les convulsions induites par le pentylénotétrasol et la picrotoxine, contrairement à celles induites par le diazépam. Les résultats indiquent que l’effet calmant n’a pas été en rapport avec le mécanisme d’action des anxiolytiques du type benzodiazépines21.

On attribue à la coumarine une action anti-inflammatoire, cicatrisante22, calmante, spasmolytique et relaxante du muscle lisse15.

Références :  

1 WENIGER B, ROUZIER M, 1986 Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

2 CHARLES C, 1988 TRAMIL survey. Movement for Cultural Awareness MCA, Roseau, Dominica.

3 LONGUEFOSSE JL, NOSSIN E, 1990-95 Enquête TRAMIL. Association pour la valorisation des plantes médicinales de la Caraïbe AVPMC, Fort de France, Martinique.

4 CARBALLO A, 1990 Encuesta TRAMIL. Centro de investigación de fitoterapia y medicina tradicional de Topes de Collantes, Trinidad, Cuba.

5 OCAMPO R, 1988 Encuesta TRAMIL (Costa atlántica), Instituto de Desarrollo Agrario, Universidad de Costa Rica, San José, Costa Rica.

6 WHO, 1991 Pautas para la evaluación de medicamentos herbarios WHO/TRM/91.4 (original inglés). Programa de Medicina Tradicional, OMS, Ginebra, Suiza.

7 Solis PN, VAsquez Y, Ayala H, Gupta MP, 2002 Informe de validación de algunas plantas tramil. Fase iii. Informe TRAMIL. Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

8 WENIGER B, SAVARY H, DAGUIHL R, 1984 Tri phytochimique de plantes de la liste TRAMIL. Laboratoire de chimie des substances naturelles, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université d'Etat d'Haïti, Port au Prince, Haïti.

9 DE VRIES JX, TAUSCHER B, WURZEL G, 1988 Constituents of Justicia pectoralis Jacq. 2. Gas chromatography/mass spectrometry of simple coumarins, 3-phenylpropionic acids and their hydroxy and methoxy derivatives. Biomed Environ Mass Spectrom 15(8):413-417.

10 JOSEPH H, GLEYE J, MOULIS C, MENSAH L, ROUSSAKIS C, GRATAS C, 1988 Justicidin B, a cytotoxic principle from Justicia pectoralis. J Nat Prod 51(3):599-600.

11 DUKE JA, ATCHLEY AA, 1986 Handbook of proximate analysis tables of higher plants.Boca Raton, USA: CRC Press, p90.

12 GarcIa GM, Coto MT, GonzAlez CS, Pazos L, 1998 Velocidad del tránsito intestinal en ratón, del extracto acuoso de hoja fresca de Justicia pectoralis. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBI, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

13 CACERES A, 2000 Actividad de Justicia pectoralis contra las bacterias causales de infecciones respiratorias. Informe TRAMIL.Facultad de Ciencias Químicas y Farmacia, Universidad de San Carlos USAC, Guatemala, Guatemala.

14 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, 2003 Actividad sedante-tranquilizante, en ratones, del extracto acuoso de partes aéreas de Justicia pectoralis. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

15 MACRAE W, TOWERS G, 1984 Justicia pectoralis: A study of the basis for its use as a hallucinogenic snuff ingredient. J Ethnopharmacol 12(1):93-111.

16 FernAndez L, PErez H, Mas R, RodrIguez L, GalAn L, Biscay R, 1987 Efecto de Justicia pectoralis sobre la conducta exploratoria en ratones. Centro Nacional de Investigaciones Científicas. Estudios Avanzados en Neurociencias (suppl 1). p257-264.

17 FERNANDEZ L, PEREZ SAAD H, MAS R, RODRIGUEZ RIVERA L, GALAN L, BISCAY R, 1987 Efecto de Justicia pectoralis sobre la conducta exploratoria en ratones. En: Centro Nacional de Investigaciones Científicas (CENIC) Ed. Estudios avanzados en neurociencias. La Habana, Cuba: Editorial CENIC. p257-264.

18 FERNANDEZ L, MAS R, PEREZ SAAD H, BISCAY R, GALAN L, 1989 Evaluación preliminar de los efectos neurofarmacológicos de Justicia pectoris. Rev Cub Farm 23(1/2):161-166.

19 RODRIGUEZ E, VIRNES A, ALEMAN J, 1989 Estudio preliminar del efecto de Justicia pectoralis sobre el EEG de adultos normales. Rev Cub Farm 23(3):302-308.

20 MAS R; MENENDEZ R, FERNANDEZ L, PEREZ SAAD H, RODRIGUEZ RIVERA L, KAMMERER E, 1987 ¿Posee Justicia pectoralis las características farmacológicas de los neurolépticos clásicos? En: Centro Nacional de Investigaciones Científicas (CENIC) Ed. Estudios avanzados en neurociencias. La Habana, Cuba: Editorial CENIC. p273-283.

21PEREZ SAAD H, MAS R, FERNANDEZ L, RODRIGUEZ RIVERA L, 1987 Justicia pectoralis no previene las convulsiones inducidas por PTZ y PTX. En: Centro Nacional de Investigaciones Científicas (CENIC) Ed. Estudios avanzados en neurociencias. La Habana, Cuba: Editorial CENIC. p265-272.

22 MILLS J, Pascoe KO, Chambers J, Melville GN, 1986 Preliminary investigations of the wound-healing properties of a Jamaican folk medicine plant. West Indian Med J 35(3):190-193.

23 GarcIa GM, Coto MT, OCAMPO R, GonzAlez CS, Pazos L, 2001 Toxicidad aguda en ratones del extracto acuoso de partes aéreas de Justicia pectoralis. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBI, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

24 MARTINEZ MJ, LOPEZ M, BETANCOURT J, FUENTES V, MOREJON Z, MORON, F, BOUCOURT E, 2002 Toxicidad aguda tópica de Justicia pectoralis Jacq. Informe TRAMIL. Facultad de Medicina "Dr. Salvador Allende". Laboratorio Central de Farmacología. La Habana, Cuba.

25 MARTINEZ MJ, LOPEZ M, BETANCOURT J, FUENTES V, MOREJON Z, MORON, F, BOUCOURT E, 2002 Irritabilidad dérmica primaria de Justicia pectoralis Jacq. Informe TRAMIL. Facultad de Medicina "Dr. Salvador Allende". Laboratorio Central de Farmacología. La Habana, Cuba.

26 PILOTO FERRER J, VIZOSO A, RAMOS A, GARCIA A, REMIGIO A, VEGA Y, GONZALEZ ML, RODRIGUEZ C, CARBALLO C, 2009 Plantas medicinales. Diez años de evaluaciones toxicogenéticas en el CIDEM. Boletín Latinoamericano y del Caribe de Plantas Medicinales y Aromáticas, 8(5):428-434.

27 MOREJON Z, LOPEZ M, GARCIA MJ, BOUCOURT E, VICTORIA M, FUENTES V, MORON F, BOULOGNE I, ROBINEAU L, 2009 Encuesta TRAMIL preliminar a grupos de vecinos en los municipios 10 de Octubre, Lisa, Marianao, Habana del Este (Cojímar) en la Ciudad de la Habana. Laboratorio Central de Farmacología, Universidad de Ciencias Médicas de La Habana, Ciudad de La Habana, Cuba.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.