Datura stramonium

nom scientifique : 
Datura stramonium L.
Famille : 

Distribution géographique

Largement répartie sous les tropiques et les régions subtropicales du Vieux et du Nouveau Monde.

Description botanique

Herbacée annuelle, pouvant atteindre 1 m de haut, glabre ou pubescente sur ses parties jeunes. Feuilles alternes, ovées, acuminées, légèrement dentées, pouvant atteindre 20 cm. Fleurs dressées, de 6 à 10 cm; calice tubulaire, presque cylindrique, étroit, de 3 à 4 cm, muni de dents aiguës; corolle blanche, 5 lobes avec appendices filiformes. Capsule dressée, déhiscente, couverte d’épines longues et pointues; graines réniformes.

Voucher(s)

Jiménez,686,JBSD

asthme :

fleur et feuille séchées, fumées1

dyspnée :

fleur et feuille séchées, fumées1

La DL50 de l'extrait hydroalcoolique (40%) de feuille fraîche par voie orale à la souris Swiss albinos (18 a 22 g) a été de 821.93 mg/kg, selon la méthode OECD-198714.

Les parties aériennes séchées (1,7 g/kg) administrées oralement à des truies ont entraîné des manifestations toxiques générales, mais elles n’ont pas eu d’effets tératogènes15.

L’extrait méthanolique (50%) de feuille et de tige (50 µg/mL) in vitro a stimulé l’utérus isolé de hamster16.

On a constaté chez des êtres humains plusieurs cas d’intoxication provoquée par les parties aériennes17-19, spécifiquement par la fleur séchée20-21 ou la feuille19,22-25, administrées oralement ou fumées26-27. Les symptômes ont été variés, incluant tachycardie, dilatation des pupilles, soif extrême, confusion mentale, cécité et convulsions pouvant aller jusqu’à la mort17.

L’intoxication par atropine est une cause fréquente d’intoxications cliniques, spécialement chez de jeunes enfants et chez des personnes âgées, à cause de la consommation d’infusions élaborées à partir de plantes qui contiennent ces alcaloïdes. Les cas mortels sont rares, mais on a constaté que chez les enfants, 10 mg ou moins peuvent entraîner la mort13.

L’ingestion de hautes doses de plante provoque des effets hallucinogènes et on a observé des tableaux d’intoxications chez des adolescents et des adultes qui avaient fumé des cigarettes confectionnées avec de la matière végétale contenant ces alcaloïdes. Les effets collatéraux (même à doses thérapeutiques) de scopolamine (hyoscine) entraînent une dépression du système nerveux central avec somnolence, amnésie, fatigue, troubles de la parole et de la motricité. On constate parfois des cas d’excitation, d’inquiétude, d’hallucinations et de délire dus à des doses toxiques de scopolamine, qui peuvent être suivis d’un tableau de dépression conduisant à un arrêt circulatoire et à une insuffisance respiratoire, incluant paralysie et coma. L’atropine (hyosciamine) administrée à hautes doses provoque des troubles visuels, une excitation, une agitation et un délire28-29 éventuellement suivis d’un accident cardiorespiratoire pouvant conduire à la mort13.

En cas d’intoxication par voie orale, on recommande de procéder à un lavage d’estomac, puis d’administrer de la pilocarpine ou de la physostigmine afin de contrecarrer les symptômes de l’atropine, et d’appliquer des compresses d’eau froide30.

Deux cas d’empoisonnement par du Datura ont été traités efficacement avec de la physostigmine31.

La feuille a été abondamment étudiée et contient, entre autres composants, des alcaloïdes : ± hyosciamine (atropine), (-) hyoscine (scopolamine)2-3; des phénylpropanoïdes : acide cafeïque, p-coumarique, férulique4 et chlorogénique; des terpénoïdes : campestérol, daturalactone, β-sitostérol, stigmastérol, stramonolide5; des flavonoïdes : camphérol, populnine, rutine, quercétine et dérivés6; des peptides : γ-L-glutamil-L-aspartate7.

La plante entière contient des alcaloïdes (0,06-0,50%) : atropine et scopolamine, principalement2-3,8.

La fumée de feuille séchée équivalente à un quart et à une moitié de cigarette, mélangée avec la feuille d’Atropa belladonna et de Tussilago farfara, a montré une action antiasthmatique chez le cobaye9.

Les extraits aqueux et éthanolique (95%) de feuille ont montré une action antispasmodique sur l’iléon isolé de cobaye (200 µg/mL)10.

La feuille séchée administrée oralement a montré une action anticholinergique et hallucinogène sur l’être humain adulte11.

Le γ-L-glutamil-aspartate inhibe les récepteurs centraux du glutamate au niveau de l’hippocampe et du corps strié et diminue la mémoire à long terme7,12.

L’atropine contenue dans la plante est décrite comme un antagoniste compétitif de l’acétylcholine et bloque les récepteurs cholinergiques (type muscariniques) de divers organes. Son administration provoque une mydriase et une cycloplexie, une bradycardie, une vasodilatation cutanée et une sécheresse des muqueuses; elle réduit la bronchoconstriction, l’épuration mucociliaire, la sécrétion gastrique, la motilité gastro-intestinale et du côlon (antispasmodique); dans les voies urinaires elle favorise la rétention vésicale. Sa pénétration dans le système nerveux est faible, d’où l’action limitée de l’emploi de doses cliniques13.

Selon l’information disponible :

L’emploi de la fleur et de la feuille séchées contre les crises d’asthme et la dyspnée est classé TOXIQUE (TOX).

Compte tenu de la toxicité des parties aériennes de cette plante, il convient de fortement déconseiller son usage, tout en reconnaissant ses qualités thérapeutiques.

En cas d’intoxication par ingestion et/ou inhalation des parties aériennes, consulter un médecin.

Références :  

1 WENIGER B, ROUZIER M, 1986
Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

2 ALAMI RR, CHRISTENSEN BV, BEAL JL, 1955
A note on the alkaloidal ratios in certain species of Datura. J Am Pharm Assoc Sci Ed 44:710-711.

3 HEGNAUER R, 1973
Chemotaxonomy der Pflanzen. Basel, Schweiz: Birkhauser Verlag. 6:882.

4 SONANINI D, RZADKOWSKA-BODALSKA H, STEINEGGER E, 1970
Solanaceae flavones. 7. Flavonol glycosides from folium stramonii. Pharm Acta Helv 45(2):153-156.

5 TURSUNOVA R, MASLENNIKOVA V, ABUBAKIROV N, 1976
Withanolides of Datura stramonium. Khim Prir Soedin 12:670A.

6 PATE D, AVERETT J, 1986
Flavonoids of datura. Biochem Syst Eco 14(6):647-649.

7 SCHMITZ M, AMIRI I, REINBOLT J, BOULANGER Y, UNGERER A, 1988
Isolation and structure of a pseudopeptide gamma-L-glutamyl-L-aspartic acid from Datura stramonium that impairs learning retention in mice. Biochimie 70(9):1179-1184.

8 PINKAS M, BEZANGER-BEAUQUESNE L, 1986
Les plantes dans la thérapeutique moderne. Paris, France: 2 éd. Ed. Maloine.

9 VINCENT D, LESOBRE R, KAUFMAN E, 1965
An antiasthmatic smoke as an anticholinergic and antihistamic effect. Therapie 20(4):931-952.

10 ITOKAWA H, MIHASHI S, WATANABE K, NATSUMOTO H, HAMANAKA T, 1983
Studies on the constituents of crude drugs having inhibitory activity against contraction of the ileum caused by histamine or barium chloride (1) screening test for the activity of commercially available crude drugs and the related plant materials. Shoyakugaku Zasshi 37(3):223-228.

11 FORNO JR FJ, TERRY RA 1998
Accidental ingestion of jimsonweed by an adolescent. J Am Osteopath Assoc 98(9):502-565.

12 UNGERER A, SCHMITZ M, MELAN C, BOULANGER Y, REINBOLT J, AMIRI I, BARRY J, 1988
Gamma-L-glutamyl-L-aspartate induces specific deficits in long term memory and inhibits [3H]glutamate binding. Brain Res 446(2):205-211.

13 Hardman JG, Limbird LE, Molinoff PB, Eds., 1996
Goodman & Gilman las bases farmacológicas de la terapéutica. 9a ed. México: McGraw-Hill Interamericana: pp158-163.

14 PARRA AL, YHEBRA RS, SARDINAS IG, BUELA LI, 2001
Comparative study of the assay of Artemia salina L. and the estimate of the medium lethal dose (LD50 value) in mice, to determine oral acute toxicity of plant extracts. Phytomedicine 8(5):395-400.

15 KEELER RF, 1981
Absence of arthrogryposis in newborn Hampshire pigs from sows ingesting toxic levels of jimsonweed during gestation. Vet Hum Toxicol 23(6):413-415.

16 GOTO M, NOGUCHI T, WATANABE T, ISHIKAWA I, KOMATSU M, ARAMAKI Y, 1957
Uterus-contracting ingredients in plants. Takeda Kenkyusho Nempo 16:21.

17 HARVEY RB, LARSO AH, LANDON RH, BOYD WL, ERICKSON LC, 1945
Weeds poisonous to livestock. Bull Minnesota Agr Exp Sta 388:1.

18 FERNANDO R, FERNANDO DN, 1990
Poisoning with plants and mushrooms in Sri Lanka: a retrospective hospital based study. Vet Hum Toxicol 32(6):579-581.

19 BALLANTYNE A, LIPPIETT P, PARK J, 1976
Herbal cigarettes for kicks. Brit Med J 2:1539.

20 PEREIRA CAL, NISHIOKA SDA, 1994
Poisoning by the use of Datura leaves in a homemade toothpaste. J Toxicol Clin Toxicol 32(3):329-331.

21 GOWANLOCH JN, BROWN CA, 1943
Poisonous snakes, plants and black widow spider of Louisiana. New Orleans, USA: Dept. Conservation, Book.

22 HARRISON EA, MORGAN DH, 1976
Abuse of herbal cigarettes containing stramonium. Brit Med J 2:1195.

23 ODERDA GM, 1975
Jimson weed. J Am Med Assoc 232:597.

24 SCHMIDT A, 1943
Poisoning with stinging nettle tea. Pharm Zentralhalle Dtschl 84:238-239.

25 LAMENS D, DE HERT S, VERMEYEN K, 1994
Tea of thornapple leaves, a rare cause of atropine intoxication. Acta Anaesth Belg 45(2):55-57.

26 SIEGEL RK, 1976
Herbal intoxication. Psychoactive effects from herbal cigarettes, tea, and capsules. J Am Med Assoc 236(5):473-476.

27 GUHAROY SR, BARAJAS M, 1991
Atropine intoxication from the ingestion and smoking of jimson weed (Datura stramonium). Vet Hum Toxicol 33(6):588-589.

28 PARIS R, MOYSE H, 1981
Précis de matière médicale. Paris, France: Ed. Maloine.

29 CHONKEL A, 1985
A propos de quelques graines toxiques existant à la Guadeloupe (Thèse Pharmacie). Faculté de Pharmacie, Montpellier, France.

30 HARDIN J, ARENA J, 1974
Human poisoning from native and cultivated plants. 2nd ed. Durham, USA: Duke University Press.

31 TAH S, MAHDI A, 1984
Datura intoxication in Riyadh. Soc Trop Med Hyg 78(1):134-135.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.