Nicotiana tabacum

nom scientifique : 
Nicotiana tabacum L.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire de l’Amérique tropicale, cultivée sur des zones très étendues.

Description botanique

Herbacée robuste de 1 à 3 m, annuelle ou bisannuelle; recouverte d’un duvet court et poisseux. Feuilles ovées à elliptiques ou lancéolées, de 30 cm ou plus; feuilles inférieures sessiles, décurrentes, et pourvues d’une large tige apparente. Panicules à plusieurs branches; calice tubulaire à lobes plus courts que le tube; corolle tubulaire avec limbe s’affaissant brusquement, rosée, rouge ou blanche, deux à trois fois plus longue que le calice. Capsule presque sphérique s’ouvrant en deux valves longitudinales qui contiennent de nombreuses graines.

Voucher(s)

Girón,130,CFEH

pédiculose :

feuille, jus, décoction ou infusion, friction du cuir chevelu2

pédiculose :

feuille écrasée/broyée, application et friction du cuir chevelu1

Contre les poux (pédiculose) :

Préparer une décoction ou une infusion avec 2-4 feuilles séchées dans 1 litre (4 tasses) d’eau. Pour la décoction, faire bouillir au moins 10 minutes, dans un récipient couvert; pour l’infusion, verser l’eau bouillante sur les feuilles séchées après les avoir hachées menu, couvrir et laisser refroidir. Appliquer et frictionner le cuir chevelu, puis laver 2-3 heures après. Répéter l’opération 2-3 jours de suite, puis à nouveau au bout d’une semaine.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre la pédiculose est classé REC sur la base de l’expérience traditionnelle de l’usage (OMS/WHO)3 documenté par son emploi significatif dans les enquêtes TRAMIL.

Eviter l’ingestion de la feuille ou des préparations qui en dérivent à cause du risque de toxicité.

En cas d’intoxication, consulter un médecin.

Ne pas employer avec des enfants de moins de 5 ans, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

La feuille fraîche exerce une action allergisante sur l’être humain adulte et on a constaté qu’elle peut induire des dermatites19 ou d’autres formes d’hypersensibilité cutanée, ainsi que des troubles de la coagulation et de la fibrinolyse20.

Après avoir ingéré de la feuille séchée, un enfant aurait présenté des troubles caractérisant un effet toxique de la plante21.

Le contact dermique avec la feuille fraîche a produit une toxicité nicotinique, avec notamment nausées, vomissements, faiblesse et vertige,sur 47 êtres humains adultes22.

L’empoisonnement aigu par la nicotine survient après ingestion d’aérosols insecticides qui la contiennent, ou par ingestion de produits dérivés du tabac. La dose mortelle aiguë pour un adulte est de 60 mg de nicotine base23.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi avec des enfants, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

La feuille a été amplement étudiée et contient, entre autres composants, des alcaloïdes : nicotine (2 à 10%), nornicotine, 6-benziladénine, anabasine, anatabine4-5. Elle contient aussi des acides organiques : malique, oxalique, succinique et citrique6; des acides phénoliques : chlorogénique7; des flavonoïdes : camphérol, quercétine, rutine; des coumarines : esculétine, scopolétine8; des mono, di et sesquiterpènes9.

La plante contient d’autres alcaloïdes, tels que : tyramine10, nicotianine, N-formyl et N-acétyl-nornicotine et N-méthyle dérivés d’anabasine et d’anatabine11.

L’extrait aqueux de feuille in vitro (1 mL/plaque) n’a pas été actif contre Epidermophyton floccosum, Microsporum canis ni contreTrichophyton mentagrophytes12.

L’extrait méthanolique de feuille fraîche a montré une activité contre Aspergillus fumigatus13.

La graine a été active in vitro contre le champignon Puccinia recondita14.

L’extrait aqueux de feuille a exercé une action répulsive contre Phyllocnistis citrella15.

L’extrait méthanolique de feuille et sa fraction alcaloïde ont montré une activité insecticide contre la larve de Culex pipiens (> 50% de mortalité en 48 heures)16.

L’extrait acétonique de feuille séchée à des concentrations variables a montré une activité insecticide contre la larve "snout moths" du riz(> 80% de mortalité)17.

L’extrait méthanolique de racine séchée a montré une activité acaricide (50 mg/mL) in vitro contre Rhipicephalus appendiculatus; en revanche dans les mêmes conditions la feuille séchée et la tige n’ont pas été actives18.

Références :  

1 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984 Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

2 WENIGER B, 1987-88 Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

3 WHO, 1991 Guidelines for the assessment of herbal medicines. WHO/TRM/91.4. Programme on Traditional Medicines, WHO, Geneva, Switzerland.

4 SUN J, ZHU Z, ZHU Y, 1986 Studies on 6-benzyladenine localization in callus cels of tobacco. Zhiwa Xuebao25(5):480-482.

5 BOWMAN DT, WEEKS WW, WILKINSON CA, 1991 Stability of alkaloid production in flue-cured tobacco. Crop Sci 31(5):1121-1124.

6 COURT WA, HENDEL JG, 1978 Determination of nonvolatile organic and fatty acids in flue-cured tobacco by gas-liquid chromatography. J Chromatogr Sci 16:314-317.

7 HOFFMANN D, ADAMS JD, LISK D, FISENNE I, BRUNNEMANN KD, 1987 Toxic and carcinogenic agents in dry and moist snuff. J Natl Cancer Inst 79(6):1281-1286.

8 ADESINA SK, 1982 Studies on a Nigerian herbal anticonvulsant recipe. Int J Crude Drug Res 20:93-100.

9 NISHIKAWAJI S, FUJIMORI T, MATSUSHIMA S, KATO K, 1983 Sesquiterpenoids from flue-cured tobacco leaves. Phytochemistry 22(8):1819-1820.

10 SONGSTAD DD, KURZ WGW, NESSLER CL, 1991 Tyramine accumulation inNicotiana tabacum transformed with a chimeric trytophan decarboxylase gene. Phytochemistry 30(10):3245-3246.

11 LEETE E, 1983 Biosynthesis and metabolism of the tobacco alkaloids. In: PELLETIER SW (Ed). Alkaloids: Chemical and biological perspectives. New York, USA: John Wiley & Sons, 1:85-152.

12 CACERES A, LOPEZ BR, GIRON MA, LOGEMANN H, 1991 Plants used in Guatemala for the treatment of dermatophytic infections. 1. Screening for antimycotic activity of 44 plant extracts. J Ethnopharmacol 31(3):263-276.

13 LEIFERTOVA I, LISA M, 1979 The antifungal properties of higher plants affecting some species of the genus Aspergillus. Folia Pharm (Prague) 2:29-54.

14 GRUNWELLER S, SCHRODER E, KESSELMEIER J, 1990 Biological activities of furostanol saponins fromNicotiana tabacum. Phytochemistry 29(8):2485-2490.

15 BHASIN HD, 1926 Annual report of the entomologist to government, Punjab, Lyallpur, for the year 1924-25. Rept Operations Dept Agr Punjab 1(II):69-121.

16 YAMAGUCHI K, SUZUKI T, KATAYAMA A, SASA M, IIDA S, 1950 Insecticidal action of Japanese plants. II. A general method of detecting effective fractions and its application to 24 species of insecticidal plants. Botyu Kagaku 15:62-70.

17 ZHAO SH, ZHANG X, 1982 On the antifeedant and toxicities of natural organic insecticides against snout moth's larva of rice. Chin J Agr Sci 2:55-60.

18 VAN PUYVELDE L, GEYSEN D, AYOBANGIRA FX, HAKIZAMUNGU E, NSHIMIYIMANA A, KALISA A, 1985 Screening of medicinal plants of Rwanda for acaricidal activity. J Ethnopharmacol 13(2):209-215.

19 GONCALO M, COUTO J, GONCALO S, 1990 Allergic contact dermatitis from Nicotiana tabacum. Contact Dermatitis 22(3):188-189.

20 BECKER CG, VAN HAMONT N, WAGNER M, 1981 Tobacco, cocoa, coffee, and ragweed: cross-reacting allergens that activate factor-XII- dependent pathways. Blood 58(5):861-867.

21 BORYS DJ, SETZER SC, LING LJ, 1988 CNS depression in an infant after the ingestion of tobacco: a case report. Vet Hum Toxicol 30(1):20-22.

22 ANON, 1993 Green tobacco sickness in tobacco harvesters - Kentucky, 1992. Morbidity Mortality Weekly Rept 42(13):237-240.

23 TAYLOR P, 1996 Agents acting at the neuromuscular junction and autonomic ganglia. In: Goodman, Gilman’s: The pharmacological basis of therapeutics. Goodman LS, Limbird LE, Milinoff PB, Ruddon RW, Gilman AG, 9th ed. New York, USA: The McGraw-Hill Companies, Inc., International Edition. p193.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.