Vetiveria zizanioides

nom scientifique : 
Vetiveria zizanioides (L.) Nash
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d’Asie tropicale et subtropicale, cultivée dans les régions tropicales.

Description botanique

Herbacée robuste, dressée, pérenne. Tiges glabres, de 1 à 2 m de haut. Feuilles pouvant atteindre 1 m de long, glabres, aux bords découpés. Panicules allongées-pyramidales pouvant atteindre 30 cm; grappes séparées pouvant atteindre 5 cm; petits épis pourpres, sans barbes.

Voucher(s)

Girón,172,CFEH

Merlo&Tinoco,18,HPMHV

Ochoa,267,HPMHV

fièvre :

  racine et plante entière, décoction, voie orale et bains3

douleur d'estomac :

  pousse, décoction, voie orale2

infection urinaire :

  pousse, décoction, voie orale2

mal de tête :

  feuille et racine, décoction, voie orale2

insomnies :

  feuille et racine, décoction, voie orale2

toux :

  racine et plante entière, décoction, voie orale et bains3

douleur abdominale :

  racine, décoction, voie orale1

insomnies :

  racine, décoction, voie orale3

troubles nerveux :

  racine, décoction, voie orale3

Se référer à l'usage rapporté au chapitre Emplois traditionnels significatifs TRAMIL, les informations scientifiques disponibles ne permettant pas de définir un dosage plus précis.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi de la décoction de racine contre les insomnies, les troubles nerveux et la toux est classé REC sur la base des usages significatifs traditionnels documentés par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité, la validation et l’information scientifique publiée.

L’emploi de la décoction de racine contre les douleurs abdominales, et de la décoction de feuille et de racine contre les maux de tête, est classé REC sur la base des usages significatifs traditionnels documentés par les enquêtes TRAMIL et les études de toxicité.

L’emploi de la décoction de pousse contre les maux d’estomac et contre les infections urinaires est classé REC sur la base des usages significatifs traditionnels documentés par les enquêtes TRAMIL et les études de toxicité.

L’emploi de la décoction de pousse contre les infections urinaires est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et les études de toxicité.

L’emploi par voie orale et en bains de la décoction de racine et de plante entière contre la fièvre est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et les études de toxicité.

Si l’état du patient se détériore, ou si les symptômes durent plus de 2 jours en cas de fièvre et de maux de tête, plus de 3 jours pour les maux d’estomac et les infections urinaires, et plus de 7 jours pour les troubles nerveux, consulter un médecin.

Travaux TRAMIL25-27

Les extraits aqueux lyophilisés (décoction) de pousse, de plante entière (312,5 mg/mL) et de racine (250 mg/mL), administrés oralement, à des doses de 5 g/kg/jour, pendant 5 jours à 10 souris Hsd :ICR(CD-1) (5 mâles et 5 femelles), n’ont pas entraîné de mort ni de signe de toxicité évidente pendant une période d’observation de 12 jours. Le contrôle a été réalisé avec de l’eau distillée et désionisée (0,4 mL) sur 10 autres souris de mêmes caractéristiques.

Travail TRAMIL16

L’extrait aqueux de parties aériennes séchées a été administré par voie intrapéritonéale à 39 souris albinos à raison de 100, 1000 et 2000 mg/kg, et par voie orale seulement à raison de 3 g/kg. Aucune des souris n’est morte au cours de l’expérience ni après les deux semaines d’observation. L’autopsie n’a pas révélé d’altérations macroscopiques des organes vitaux.

Cela indique que la DL1 et DL50 sont au-dessus de ces doses, la toxicité de ces extraits étant relativement faible.

Travail TRAMIL28

L’extrait aqueux (décoction) lyophilisé de feuille fraîche, administré oralement à 10 souris Swiss mâles (5 g/kg) pendant 14 jours d’observation n’a pas entraîné de mort, ni d’altération du poids du corps, ni de signes d’altération au niveau du poids des reins, du foie, du coeur ou des poumons, et ce après comparaison avec les animaux traités avec une solution saline.

Travaux TRAMIL29-30

Les extraits aqueux (décoction) lyophilisés de plante entière et, d’autre part, de racine (533,33 mg/mL), appliqués localement à raison de 1 mL/jour/5 jours sur une zone de la peau des reins de 10 x 5 cm, affectée de lésions consécutives à des coups de bistouri, de 3 lapins New Zealand, n’a pas provoqué de symptômes anormaux, ni d’érythème ni d’oedème pendant l’expérience, ni au cours d’une observation postérieure de 12 jours. Le contrôle a été réalisé avec de l’eau distillée et désionisée appliquée dans les mêmes conditions et sur le côté opposé des reins du même lapin.

L’huile essentielle de la racine peut provoquer des réactions d’hypersensibilité et avoir une action caustique sur la peau18.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi sur des enfants, ni sur des femmes enceintes ou allaitantes

•Travail TRAMIL4

Sélection phytochimique préliminaire de l'extrait éthanolique (70%) de pousse.

 alcaloïdes

 -  

 anthracènes

 -  

 tanins

 -

 glycosides cardioactifs

 -

 flavonoïdes

 -

 glycosides cyanogénétiques

 -

 saponines

 -

 stérols/triterpènes

 -

 coumarines

 -

 

 

La racine contient de l’huile essentielle : tricyclovétivènène, α et ß-isovétivène, α et ß-vétivènène, valencène, α et ß-vétispérène, bi et tricyclovétivénols, α et ß-vétivone, khusol, khusitone, khusimone, acides vétivénique, zizanoïque, épi-zizanoïque, iso-valencénique5-7; des sesquiterpènes : khusimol et iso-khusimol8.

Travail TRAMIL9

La décoction pendant 10 minutes de plante entière séchée, (2 mg/mL) n’a pas montré d’action in vitro sur plaque d’agar-agar que ce soit sur les bactéries causant les infections gastro-intestinales ou urinaires : Escherichia coli ATCC25922, Pseudomonas aeruginosa ATCC27853,Salmonella typhi ATCC14028 et Staphylococcus aureus ATCC6558, ou sur les levures pathogènes Candida albicans ATCC10231 et Cryptococcus neoformans C13.

Travail TRAMIL10

L'extrait aqueux (décoction) de pousse n'a pas démontré d'activité antimicrobienne in vitro à une concentration de 1000 µg/mL contre Staphylococcus aureus, Pseudomonas aeruginosa, Candida albicans, Klebsiella pneumoniae, Mycobacterium smegmatis, Salmonella gallinarum, ni Escherichia coli.

Travaux TRAMIL11-12

Deux extraits aqueux (décoction) lyophilisés, de feuille et de racine fraîches, ont été administrés par voie orale en une dose unique de 3 g/kg à 10 souris NGP (5 mâles et 5 femelles). Le contrôle étant réalisé avec de l’eau distillée (0,5 mL) administrée à 10 autres souris de mêmes caractéristiques. Au bout de 15 minutes, on a administré à chaque animal 50 mg/kg de pentobarbital sodique à 3% par voie intrapéritonéale. Le temps de sommeil, c'est à dire le laps de temps entre le moment où les animaux s’endorment, et celui où ils se réveillent et peuvent se mettre sur leurs quatre pattes (righting reflex) a été mesuré.

Des deux extraits administrés, l’extrait de feuille n’a pas eu d’effet statistiquement significatif, alors que l’extrait de racine a eu un effet significatif (p £0,01) sur l’augmentation du temps de sommeil chez la souris car le temps de sommeil en minutes contrôles fut de 24'99'' ±2'44'' et celui pour les traitements de 48'72'' ±4'18''.

Travail TRAMIL13

L’extrait aqueux (décoction) de racine (83,33 mg/mL) lyophilisé administré oralement, à une dose unique de 1 g/kg à 20 souris Hsd:ICR, (10 mâles et 10 femelles) n’a pas modifié le transit intestinal. Le contrôle a été réalisé avec de l’eau distillée (0,5 mL) administrée à 20 autres souris de mêmes caractéristiques.

Travail TRAMIL14

L’extrait aqueux de racine, administré oralement à 40 rates Wistar, sur lesquelles on avait opéré au préalable une ligature du pylore (modèle Shay), à raison d’1 g d’extrait dans 30 cc d’eau distillée, a significativement réduit le nombre d’ulcères par rapport au groupe témoin (dose de 25 mg/kg). Cependant, à une dose plus élevée, les niveaux d’acide libre ont augmenté de manière significative, ce qui représente un inconvénient pour employer cet extrait en vue de traiter les maladies avec augmentation de la sécrétion acido-peptique (s’il n’existe pas un effet cytoprotecteur concomitant).

Travail TRAMIL15

L’extrait aqueux (décoction) de pousse fraîche (200 mg/mL) lyophilisé, administré oralement (2 g/kg/jour/5 jours) à 10 rats Sprague-Dowley (5 mâles et 5 femelles), a eu un effet protecteur contre l'ulcère gastrique dans 65,11% des cas selon la méthode “Manuel de Techniques de Recherches du CYTED”, 1995 et “Metódicas del Dr. Giraldez”, 1991, modifiés par le LEBi. La première et la dernière doses ont été administrées après 24 heures de jeûne aux deux groupes. Des ulcérations ont été induites par 1 mL d'éthanol absolu, aux deux groupes, 1 heure après l'administration de la dernière dose. Les estomacs ont été extraits au bout de 5 heures pour fins d'analyse. Le niveau d'ulcération pour les animaux ayant reçu l'extrait a été de 3,0 ± 1,24 et pour ceux des contrôles positifs de 8,6 ± 9,19.

Travail TRAMIL16

L’extrait aqueux de racine, administré oralement à 10 lapins créoles adultes (5, 10, 20 et 40 mg/kg), a entraîné une légère stimulation respiratoire, la plus forte ayant répondu à la dose de 10 mg/kg. Globalement et en prenant en compte les effets maxima de cette étude, une augmentation de la fréquence respiratoire, du débit aérien de la trachée, du volume de l’onde, du volume respiratoire par minute et de la tension transpulmonaire ont été observés. Par ailleurs, la résistance et l’adaptabilité pulmonaires (mesurées suivant la méthode d’Amdur & Mead) ont diminué17, ce qui pourrait suggérer qu’à côté de la stimulation respiratoire, il existe une légère bronchodilatation et une faible diminution de l’élasticité pulmonaire. En ce qui concerne la fréquence cardiaque, la tension artérielle systolique et diastolique, les différences ont été minimes.

L’huile essentielle a montré des actions fongicide (p. ex. sur Trichophyton equinum), fongistatique (p. ex. sur Microsporum gypseum et Trichophyton rubrum), et insectifuge (spécifiquement attribuées aux composés zizanal et épizizanal)18-20; ainsi qu’une action antibactérienne sur des pathogènes végétaux21. Une action in vitro (0,18%) sur Candida albicans , Aspergillus fumigatus (0,22%), Microsporum canis (200 ppm), Trichophyton rubrum (50 ppm)22, Aspergillus flavus, A. niger, Fusarium oxysporum et Penicillium spp a été observée23.

L’huile essentielle de racine non diluée, appliquée par voie externe à la souris, inhibe à 100% la pénétration transcutanée de Schistosoma cercariae24.

Références :  

1 WENIGER B, ROUZIER M, 1986 Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

2 GIRON L, 1988 Encuesta TRAMIL (Costa atlántica). Centro Mesoamericano de Tecnología CEMAT, Guatemala, Guatemala.

3 LAGOS-WITTE S, 1988-89, 1996 Encuesta TRAMIL. Laboratorio de Histología Vegetal y Etnobotánica, Dep. de Biología, Universidad Nacional Autónoma de Honduras UNAH, Tegucigalpa, Honduras.

4 SOLIS PN, RODRIGUEZ N, ESPINOSA A, GUPTA MP, 2004 Estudio fitoquímico de algunas plantas TRAMIL con usos en Martinica. Informe TRAMIL. Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

5 SHIBAMOTO T, NISHIMURA O, 1982 Isolation and identification of phenols in oil of vetiver. Phytochemistry 21:793.

6 WEYERSTAHL P, MARSCHALL H, SPLITTGERBER U, WOLF D, 1997 New cis-eudesm-6-ene derivatives from vetiver oil. Liebigs Ann Chem 8:1783-1787.

7 WEYERSTAHL P, MARSCHALL H, SPLITTGERBER U, WOLF D, 1996 New sesquiterpene ethers from vetiver oil. Liebigs Ann Chem (7):1195-1199.

8 LU Y, 1989 Extraction of khusimol and other components fromVetiveria zizanioides roots. Patent Faming Zhuanli Shenging Gongkai Shuomingshu, 1, 033, 462

9 CACERES A, GONZALEZ S, GIRON L, 1998 Demostración de la actividad antimicrobiana de plantas tramil en base a los usos populares en la cuenca del Caribe. Laboratorio de productos fitofarmacéuticos Farmaya y Facultad de Ciencias Químicas y Farmacia, Universidad de San Carlos, Guatemala, Guatemala.

10 SOLIS PN, RODRIGUEZ N, ESPINOSA A, GUPTA MP, 2004 Estudio antimicrobiano de algunas plantas TRAMIL con usos en Martinica. Informe TRAMIL. Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

11 GarcIa GM, Coto MT, GonzAlez CS, Pazos L, 2000 Potenciación del sueño, del extracto acuoso de las hojas de Vetiveria zizanioides. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBI, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

12 GarcIa GM, Coto MT, GonzAlez CS, Pazos L, 2000 Potenciación del sueño, del extracto acuoso de raíz de Vetiveria zizanioides. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos LEBI, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

13 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, QUIROS S, 2003 Tránsito intestinal, en ratones, del extracto acuoso de la raíz de Vetiveria zizanioides. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

14 CAMBAR P, COUSIN L, SANTOS A, ALGER J, 1989 Efecto del extracto acuoso de Chrysopogon zizanioides en la prevención de la producción de úlceras gástricas según el método Shay. Informe TRAMIL. Serie de comunicaciones progresivas. Unidad de Farmacología, Facultad de Ciencias Médicas, Universidad Nacional Autónoma de Honduras, Tegucigalpa, Honduras.

15 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, QUIROS S, 2004 Actividad antiulcerosa en rata, dosis repetidas, del extracto acuoso de cogollos de Vetiveria zizanoides. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

16 CAMBAR P, 1996 Efectos broncopulmonares y cardiovasculares de los extractos acuosos de raíz de Vetiveria zizanioides (L.) Nash ex Small en conejos. Informe TRAMIL. Serie de comunicaciones. Facultad de Ciencias Fisiológicas, Universidad Nacional Autónoma de Honduras. Tegucigalpa, Honduras.

17 AMDUR MD, MEAD J, 1958 Mechanics of respiration in unanesthetized guinea pigs. Amer J Physiol, 192(2):364-368.

18 JAIN SC, NOWICKI S, EISNER T, MEINWALD J, 1982 Insect repellents from vetiver oil: I. Zizanal and epizizanal. Tetrahedron Letr 23(45):4639-4642.

19 DIKSHIT A, HUSAIN A, 1984 Antifungal action of some essential oils against animal pathogens. Fitoterapia 55(3):171-176.

20 SINGH B, AGRAWAL S, 1988 Efficacy of odoriferous organic compounds on the growth of keratinophilic fungi. Curr Sci 57(14):807-809.

21 KINDRA K, SATYANARAYANA T, 1978 Inhibitory activity of essential oils of some plants against pathogenic bacteria. Indian Drugs 16:15-17.

22 CHAUMONT J, BARDEY I, 1989 In vitro antifungal activity of essential oils. Fitoterapia 60(3):147-153.

23 GANGRADE SK, SHRIVASTAVA RD, SHARMA OP, JAIN NK, TRIVEDI KC, 1991 In vitro antifungal effect of the essential oils. Indian Perfum 35(1):46-49.

24 PELLEGRINO J, 1967 Protection against human Schistosome cercariae. Exp Parasitol 21(1):112-131.

25 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, 2003 Toxicidad oral aguda en ratones, del extracto acuoso de raíz de Vetiveria zizanioides. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

26 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, 2003 Toxicidad oral aguda en ratones, del extracto acuoso de la planta entera de Vetiveria zizanioides. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

27 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, 2003 Toxicidad oral aguda en ratones, del extracto acuoso de cogollos de Vetiveria zizanioides. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

28 Hiruma-Lima CA, Souza Brito AR, 2002 Atividades biológicas do extrato hidroalcoólico das folhas de Vetiveria zizanoides. Informe TRAMIL. Depto. Fisiologia, Inst. Biociências UNESP, Botucatu, SP, Brasil.

29 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, 2003 Irritabilidad dérmica, de piel lesionada en conejos, de planta entera de Vetiveria zizanioides. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

30 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, 2003 Irritabilidad dérmica, de piel lesionada en conejos, de raíz de Vetiveria zizanioides. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.